A LA UNE

Catéchèse des dimanches
et fêtes  / A

Temps ordinaire 
du19 janvier 2020
au 25 février 2020

Intention de prière du pape 
​pour le mois de Février
 2020

Entendre le cri des migrants : Prions pour que le cri de tant de migrants victimes de trafics criminels soit entendu et pris en compte : ils sont nos frères et sœurs en humanité.

Affrenespritsaint

Bouton catholicite150logo-rmnth.png

Ecouter RMNTH

Actualité

en images

Lire le PKO
02.02.2020
26.01.2020

Pirogue de la parole Foi aux marquises   Caddie de la solidarite Pretres cepc 2019 Semeurtahitien

Messe JDS Punaauia 

La foi aux Marquises

Le caddie de la solidarité 

Rencontre des prêtres de la Cepac  Lire la page FB du semeur 
 

Liste des pages du semeur 
Octobre 2019
Septembre 2019

SI TU DONNES TON PAIN A L’AFFAME …

Mgr Cottanceau « SI TU DONNES TON PAIN A L’AFFAME … TA LUMIERE SE LEVERA DANS LES TENEBRES » (Is 58, 10)

Mercredi 26 Février débute le Carême. Ce temps liturgique est marqué par une insistance particulière sur la prière, le jeûne et l’aumône. En ouvrant le temps du carême par l’imposition des cendres, l’Eglise nous appelle à nous laisser regarder par le Christ en toute confiance. Oui, nous laisser regarder par le Christ, sans crainte, avec foi, et avec le désir de changer dans nos vies et avec son aide ce qui doit l’être, pour nous ouvrir à son royaume, à sa miséricorde… avec le désir d’aimer non seulement en intention mais aussi en actes. C’est ainsi que va une véritable conversion ! Faire le point sur notre relation à Dieu (la prière), sur notre relation à nous-mêmes et à notre corps (jeûne) et sur notre relation à ceux qui ont besoin d’aide (l’aumône). Il nous appartient de faire de ce temps de pénitence qui ouvre sur le mystère Pascal et sur la joie de la Résurrection de notre Seigneur Jésus Christ non pas un temps de tristesse pendant lequel nous devrions prendre un air abattu et un visage décomposé, mais un temps de grâce pendant lequel nous est offerte la possibilité d’une conversion qui nous rapproche de Dieu, de nous-mêmes et de notre prochain.

Pour cela, le Seigneur Jésus nous propose de devenir « sel de la terre et lumière du monde ». Comment ? Le prophète Isaïe nous trace un chemin pour y arriver, poser des gestes de partage : « Si tu donnes ton pain à l’affamé, si tu rassasies l’opprimé, ta lumière se lèvera dans les ténèbres… » (Is 58, 10). Puissions-nous ainsi laisser le Christ rayonner en nous.  Alors notre Eglise n’en sera que plus rayonnante dans notre monde.

            Comme chaque année, le Diocèse propose à tous la campagne de solidarité que je veux présenter ici.

Aide aux étudiants Irakiens :

Ce projet s’inscrit dans un partenariat entre l’Eglise de France, représentée par la Conférence des évêques de France, et l’Œuvre d’Orient. Il vise à mobiliser les catholiques par une action commune autour de la prière et la collecte de fonds. Pour Mgr Youssif Thomas Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk et Souleymanieh, que les jeunes restent en Irak se former est « la priorité et l’avenir de l’Irak ». Ces étudiants suivent des formations très diverses dans les treize universités de Mossoul réouvertes depuis 2019… ils veulent être médecins, pharmaciens, architectes ou ingénieurs. L’objectif est de leur fournir scolarité, logement, nourriture et transport. Aujourd’hui ils sont plus de 700. Depuis la campagne de Carême 2017, et pour répondre à l’invitation de la Conférence des évêques de France, le diocèse de Papeete a pris en charge les frais de scolarité et de pension pour 4 étudiants Irakiens.

Pour la campagne de Carême 2020, nous poursuivrons pour la 4° année consécutive notre soutien à cette cause, dans la continuité des années précédentes.

Soutien au futur centre d’accueil « Te Vai Ete » :

Après 25 ans d’existence, le moment est venu d’envisager l’avenir de ce centre d’accueil sur de nouvelles bases, et avec de nouveaux locaux. A cette occasion, il est bon pour nous de nous redire l’importance de la présence de l’Eglise dans ce combat contre la misère sous toutes ses formes. Avec le Secours Catholique, l’Ordre de Malte, « Emauta » et tous ceux et celles qui s’engagent au service des plus pauvres, « Te Vai Ete » doit poursuivre la mission d’Eglise qui lui a été confiée, et pour cela, doit s’équiper pour pouvoir répondre aux besoins d’aujourd’hui. Ce doit être le souci de tout notre diocèse que d’accompagner ce projet de mise en place d’un nouveau centre pour un meilleur service.

C’est pourquoi une partie du fruit de notre campagne de Carême 2020 sera destinée au financement du mobilier et des équipements du futur centre Te Vai Ete.

Puissions-nous ainsi être lumière pour éclairer, aux côtés de toutes les personnes de bonne volonté, les ténèbres de notre monde, et révéler ainsi la présence et l’amour de Dieu au milieu des Hommes !           

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda février 2020

eveche15w.jpg

Agenda

Déplacement/mission
> Père Ferry TOBE en mission pour la congrégation depuis le 31 janvier jusqu’au 28 février,
> Père Denis BERTIN en métropole depuis le 03 février jusqu’au 24 février. 
> Diacre Patrice TEROOATEA à Katiu du 12 au 26 février

Paroisse de Pueu – St Thomas Apôtre
Modification de l’horaire de messe

A compter du dimanche 16 février, la messe dominicale aura lieu à 8h00.
Diacre Gilbert TEANAU

Paroisse de Pirae - Ste Trinite
Session de préparation au mariage

Une Session de Préparation au Mariage débutera le Mardi 25 Février 2020 à 18h00 à la Paroisse de Sainte Trinité de Pirae.
Les couples intéressés, même ceux qui n’ont pas encore de projet de mariage, seront les bienvenus. Pour plus de renseignement prendre contact auprès du Diacre Pierre ANCEAUX de la Paroisse de Sainte Trinité (87.328.896).

Chapelle Saint-Louis - Arue
Aumônerie militaire

Durant la période d’absence de Père Denis BERTIN, veuillez-vous rapprocher du Père Christophe BARLIER au 40 50 30 00 pour toute question relative à l’aumônerie militaire.

Service Diocésain des Vocations Samedi 29 février

sdv.jpgDans le cadre de la journée de l'UFC, qui aura lieu le samedi 29 février à la paroisse St François-Xavier (Paea), le SDV fera une petite intervention afin de présenter sa pastorale vocationnelle pour cette nouvelle année.
Nous tenons déjà à remercier sa présidente, Madeleine CADOUSTEAU, de donner un temps de parole au SDV.
Vaimataarii LO SAM KIEOU  Répondante du SDV

Retraite à Cana : La Passion

Passion affiche 2020awxxLa Fraternité Marie Mère de l'Espérance animera une retraite, au centre de Cana, sur le thème
La Passion : entrer dans l'amour de Dieu
Les week-ends du 28.29 février et 01 mars 2020. (1ere partie)
et du 06.07.08 mars 2020. (2eme partie)
Nous connaissons tous le récit de la Passion, en son déroulement historique ; cette retraite nous propose d’aller un peu plus loin :
        en contemplant Jésus qui se livre par amour pour nous. 
        en nous laissant toucher par cet amour
Au-delà des enseignements, cette retraite propose une rencontre, un cœur à cœur avec le Christ, elle est chemin vers la Résurrection Pascale
Père Jean Roch Hardy nous accompagnera tout le premier week-end, par  la messe, l’écoute et la confession.
Cette retraite est ouverte à tous,
Chaque week-end commence le vendredi à 16 H 30 et finit le dimanche vers 12h00.
Participation : 6000 fcp pour les deux week-ends
 Contacter Myriam au 87.28.53.10 ou Georgette au 87.79.65.02

Associations Familiale Catholique Assemblée générale - Jeudi 05 mars 2020

logo-afc.jpgL’association familiale catholique tiendra son assemblée générale le jeudi 05 mars au Sacré cœur de Arue de 8h00 à 16h00.
Accueil dès 6h30, café offert.
Thème : « Familles, où allons-nous ? »
Bilan moral et financier de l’année 2019.
Ateliers d’informations – débats : écologie humaine => les dangers de la loi bioéthique, pornographie, danger du net, consommation et surendettement.
Repas en vente sur place à 11h30. 
Messe à 13h30.
Concours de chants à 14h30.
Vous êtes tous les bienvenus.

Pour plus de renseignement, contacter Tehina au 87 79 54 50 ou Marie-France au 87 266 950.

Radio Maria no te Hau du 24 au 28 février 2020

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
Lundi 24 février : « Comment entrer dans la prière » par Père Marie Dominique,
Mardi 25 février : « Vivons un carême biblique » par Sœur Claire HAFFNER,
Mercredi 26 février : « Je prends les armes du combat » par Jean-Michel TOUR,
Jeudi 27 février : « Prière et combat spirituel » par le Cardinal SCHONBORN,
Vendredi 28 février : « Marie vraie visage de la miséricorde » par Père Etienne RICHER.

Renouveau Charismatique Catholique Retraite à Tibériade

AffrenespritsaintLe Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique organise une retraite ouverte à tout le monde le week-end du 13, 14 et 15 mars 2020 au Centre de retraite de Tibériade avec pour thème « L'Esprit Saint nous fait témoins de la vérité ».
Les inscriptions se font auprès des bergers(ères) des groupes de prière du Renouveau Charismatique des paroisses.
Grande union et soutien de prières !
Diacre Juanito BURNS

Centre de Tibériade Mars 2020

TiberiadeMois de mars 2020
> 02 au 06 : Retraite des Prêtres
> 06.07.08 : Retraite pour « tous » par la Fraternité Ephata – Thème : « Jésus-Christ, notre espérance » 
> 13.14.15 : Retraite du Renouveau 
> 27.28.29 : Retraite des familles par la Fraternité FNDA

 

 

 MOTIFS D'ESPÉRANCE

Mgr Cottanceau            Parmi les événements qui constituent la vie de notre diocèse, nous sommes souvent enclins à ne retenir que ceux qui mettent en relief les échecs, les faiblesses, les motifs de plaintes etc…  Pour reprendre un passage de l’évangile, l’Eglise est une barque fragile, ballotée par la tempête, et ceux qui sont dans cette barque aujourd’hui pourraient crier à leur tour : « Au secours, nous périssons ! » Souvenons-nous alors que le Seigneur Jésus est avec nous, et qu’il nous soutient de son Esprit qui continue de souffler sur ceux qui lui font confiance. Deux événements vont avoir lieu ces jours-ci qui, espérons-le, pourront être pour ceux qui veulent faire avancer l’Eglise, signes d’espérance et signes de cette présence de l’Esprit Saint agissant dans notre diocèse, bien que ces événements risquent de passer inaperçus… comme ces petites semences jetées en terre !

            Le premier événement aura lieu ce samedi 15 Février, avec la première rencontre d’étudiants dans les locaux de l’ancien Grand Séminaire, appelé à devenir l’aumônerie des étudiants de l’Université de Polynésie, des étudiants de l’ISEPP (Institut Supérieur de l’Enseignement Privé de Polynésie Française) et des étudiants en BTS de l’Enseignement Catholique. C’est un fait que dans notre diocèse, l’Eglise est absente du milieu étudiant, et il est plus que temps de réparer cette absence. Le Concile Vatican II dans sa déclaration sur l’Education Chrétienne nous dit : « …Les pasteurs de l’Eglise ne doivent pas seulement  prendre soin sans réserve de la vie spirituelle des étudiants… mais ils se préoccuperont de fonder aussi auprès des universités non catholiques des foyers et des centres universitaires catholiques où des prêtres, des religieux et des laïcs… offrent à la jeunesse universitaire une assistance spirituelle et intellectuelle » (Déclaration sur l’éducation Chrétienne, § 10). Soutenue par cette invitation, une équipe a été mise en place pour se lancer à l’aventure, avec le désir d’avancer en lien avec le Comité Diocésain de la Pastorale des jeunes et le Service Diocésain des Vocations. Souhaitons-lui bonne chance !

            Le deuxième événement est la mise en place très prochaine du Centre Diocésain de Préparation au Mariage (CDPM). Au départ, une analyse de la situation des couples qui se sont mariés à l’église et un constat, l’échec trop fréquent de leur union par le divorce ou la déclaration de nullité du mariage… A cette situation préoccupante, s’ajoute la difficulté des conjoints qui, une fois mariés, se retrouvent seuls pour faire face aux conflits inévitables qui peuvent surgir dans le couple, pour faire face à l’éducation des enfants etc… Nul doute que ces situations ont très souvent des conséquences dramatiques sur l’avenir des enfants. Il n’y a pas de solution miracle, certes, mais grâce à la mise en place de ce CDPM, notre Diocèse entend se donner les moyens pour renforcer la qualité de la préparation au mariage dans nos différentes paroisses. Comment ?

+ Par une meilleure formation de ceux qui se dévouent à cette tâche de préparation au mariage (au niveau humain : psychologie, gestion des conflits, sexualité et affectivité etc… au niveau Biblique, au niveau de la doctrine de l’Eglise sur le mariage etc…)

+ Par une mutualisation des compétences pour venir en aide aux paroisses qui en feraient la demande

+ Par la mise en place d’un « service après-vente » pour les couples désireux d’être aidés dans des moments de crise, ou par la proposition de retraites pour couples…

Souhaitons-leur aussi bonne chance.

            Merci à ceux qui ont fait le choix de se battre pour construire, dans la discrétion et le dévouement et faire avancer l’Eglise, au lieu de salir et de dénigrer. On peut toujours les rejoindre et prier pour eux !!!             

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda février 2020

eveche15w.jpg

Agenda

Déplacement/mission
> Père Ferry TOBE en mission pour la congrégation depuis le 31 janvier jusqu’au 28 février,
> Père Denis BERTIN en métropole depuis le 03 février jusqu’au 24 février. 
> Diacre Patrice TEROOATEA à Katiu du 12 au 26 février

Paroisse de Pueu – St Thomas Apôtre
Modification de l’horaire de messe

A compter du dimanche 16 février, la messe dominicale aura lieu à 8h00.
Diacre Gilbert TEANAU

Paroisse de Pirae - Ste Trinite
Session de préparation au mariage

Une Session de Préparation au Mariage débutera le Mardi 25 Février 2020 à 18h00 à la Paroisse de Sainte Trinité de Pirae.
Les couples intéressés, même ceux qui n’ont pas encore de projet de mariage, seront les bienvenus. Pour plus de renseignement prendre contact auprès du Diacre Pierre ANCEAUX de la Paroisse de Sainte Trinité (87.328.896).

Chapelle Saint-Louis - Arue
Aumônerie militaire

Durant la période d’absence de Père Denis BERTIN, veuillez-vous rapprocher du Père Christophe BARLIER au 40 50 30 00 pour toute question relative à l’aumônerie militaire.

Formation à l’ISEPP 19.02.2020

sdc.jpgEn collaboration avec le "Te pû o te mata ora ", Le Service Diocésain de la Catéchèse informe tous les catéchistes en paroisses dans le diocèse de Papeete qu'une formation vous est proposée le mercredi 19 février 2020 à l'ISEPP à la mission de 08h00 à 11h30 et de 12h30 à 14h30.

Les intervenants seront : 
- le Père PACHOD, Professeur-chercheur à l'université de Strasbourg.
- Isabelle MEPPIEL, coopératrice de la pastorale du diocèse de Strasbourg. 

Le thème proposé :
TOUS, COLLABORATEURS DANS L'ANNONCE DE JÉSUS CHRIST...

Vous pouvez vous inscrire 
- à l'Archevêché de Papeete : 40 50 23 58 (archeveche@catholic.pf) 
- ou auprès du diacre Gérard PICARD-ROBSON : 89 20 99 81 
(gerardpicardrobson@yahoo.fr) 
La participation est gratuite.
Diacre Gérard PICARD-ROBSON Chancelier, Archevêché de Papeete

​Radio Maria no te Hau du 17 au 21 février 2020

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
Lundi 17 février : « Bernadette et les malades » par Fernand SANCHEZ ;
Mardi 18 février : « Sainte Bernadette, l'humilité et la joie » par Etienne DALHER ;
Mercredi 19 février : « Interview sur "la pédagogie Freinet" » par Mathilde ;
Jeudi 20 février : « L'humilité d'où jaillit la gloire » par Carlos PAYAN ;
Vendredi 21 février : « Connaître et aimer l'Esprit-Saint » par Olivier BELEIL.

 28em JOURNÉE MONDIALE DU MALADE

Mgr Cottanceau            Le Mardi 11 Février, en la fête de Notre Dame de Lourdes aura lieu la 28° journée mondiale du malade. A cette occasion, le Pape François a voulu adresser un message à ceux qui doivent affronter la maladie, la leur ou celle de leurs proches. Il rappelle dans un premier temps l’attitude d’accueil et de miséricorde sans réserve du Christ Jésus envers ces malades qui croisaient sa route ou que l’on déposait devant lui pour qu’il les guérisse : « Jésus regarde l’humanité blessée. Lui, il a des yeux qui voient, qui s’aperçoivent, car ils regardent en profondeur. Il ne s’agit pas d’un regard rapide et indifférent, mais qui s’attarde et accueille tout l’homme, tout homme, dans sa condition de santé, sans écarter personne, mais en invitant chacun à entrer dans sa vie pour faire une expérience de tendresse ». Le Saint Père invite ensuite à considérer non seulement la maladie au niveau médical, mais plus profondément la souffrance qui l’accompagne : « Il existe diverses formes graves de souffrance : les maladies incurables et chroniques, les pathologies psychiques, celles qui nécessitent de la rééducation ou des soins palliatifs, les divers handicaps, les maladies de l’enfance et de la vieillesse… Dans ces circonstances, on ressent parfois un manque d’humanité et il apparaît alors nécessaire de personnaliser l’approche à l’égard du malade, non plus seulement en soignant mais aussi en prenant soin, pour une guérison humaine intégrale. Lorsqu’elle est malade, la personne… attend donc, en plus des thérapies, un soutien, une sollicitude, une attention… en somme, de l’amour. En outre, aux côtés du malade, il y a une famille qui souffre et qui demande, elle aussi, réconfort et proximité. » Ce défi de soulagement, de réconfort et de guérison, souligne le Saint Père, est porté par tous ceux et celles qui œuvrent de près ou de loin dans le monde de la santé et du corps médical auprès des malades : « C’est dans cette œuvre de réconfort envers les frères malades que se situe le service du personnel de santé, médecins, infirmiers, agents sanitaires et administratifs, aides-soignants et volontaires » Et il leur adresse un vibrant appel, une invitation : « Chers agents du monde de la santé, toute intervention diagnostique, préventive, thérapeutique, de recherche, de soin et de rééducation, s’adresse à la personne malade, où le substantif “ personne ” prime toujours sur l’adjectif “ malade ”. Par conséquent, votre action doit tendre constamment à la dignité et à la vie de la personne, sans jamais céder à des actes de nature euthanasiste, de suicide assisté ou de suppression de la vie, pas même quand le stade de la maladie est irréversible… La vie doit être accueillie, protégée, respectée et servie, de la naissance à la mort : c’est à la fois une exigence tant de la raison que de la foi en Dieu auteur de la vie. Dans certains cas, l’objection de conscience est pour vous le choix nécessaire pour rester cohérents au “ oui ” à la vie et à la personne. ».

            A ce même propos, le Dimanche 2 Février avait lieu à la paroisse de Pirae une rencontre des membres de l’équipe d’aumônerie du centre hospitalier du Taaone, en présence de Mgr Jean Pierre et du curé de Ste Trinité qui assure la messe à la chapelle de l’hôpital une fois par mois. Plus d’une vingtaine de volontaires, sous la responsabilité du diacre Tom Mervin, se sont engagés à assurer auprès des malades et de leurs familles la présence réconfortante du Christ au moyen de la prière et des sacrements de l’Eglise. Ils assurent également si besoin est, l’accompagnement des défunts et de leurs familles, surtout quand ils sont originaires des îles.  D’autres fidèles assurent de façon régulière ou à la demande ce même service pour les malades des cliniques Cardella et Paofai. Qu’ils et elles soient ici remerciés pour leur disponibilité et leur service. Alors, ce 11 Février, dans notre prière pour les malades et ceux qui souffrent, n’oublions pas ceux et celles qui, comme le bon Samaritain, savent s’approcher d’eux pour leur apporter par leur simple présence, ne serait-ce qu’un rien de réconfort !           

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

BIOETHIQUE

Mgr CottanceauFin Février 2020, le projet de loi de bioéthique va retourner à l’Assemblée Nationale en seconde lecture. Pour cette occasion, le groupe de travail de bioéthique issu de la conférence des évêques de France a produit une déclaration : « Penser autrement la bioéthique ». Les évêques en assemblée pléniaire ont demandé à ce que ce texte soit diffusé. Que nous dit ce texte ?

            Il commence par une question : « Quel monde sommes-nous en train d’édifier ? Quelle solidarité et quelle médecine voulons-nous pour nous et les générations à venir ? » Cette question prend appui sur un constat : « Nous changeons d’époque. Il nous faut penser un nouveau progrès. Cela ne se fera pas sans une vision commune de notre humanité ni sans une solidarité qui renforce nos liens et réajuste les droits et devoirs de chacun... Nos inquiétudes pour demain se cristallisent dans la crise écologique. La planète, notre maison commune, est agressée et presqu’épuisée. Elle semble crier, tout comme celles et ceux qui y vivent trop difficilement à cause des crises environnementales qui sont aussi sociales, économiques et politiques. » Serions-nous alors contraints à baisser les bras et à nous laisser envahir par une fatalité paralysante ? Le document nous invite au contraire à ouvrir nos yeux et à repérer les signes porteurs d’espérance : « Pourtant, au lieu de la désespérance, le dérèglement climatique et la perte de la biodiversité provoquent une salutaire prise de conscience : ensemble, nous devons préserver notre planète et cesser de l’abîmer ! Il est donc impossible de rester dans le monde ancien où les techniques imposent leur pouvoir dévastateur ! Les premiers consensus écologiques dessinent un autre progrès pour un monde nouveau, édifié grâce à la sobriété heureuse et au partage solidaire. Les jeunes nous y poussent avec véhémence. »

            Evoquant ensuite le domaine de la bioéthique et de la transmission et du respect de la vie dans le domaine de la manipulation génétique, les évêques mettent en garde : « La bioéthique ne saurait rester étrangère à cette transition vers le nouveau monde auquel nous aspirons. Aujourd’hui, elle est tentée et aveuglée par ses succès technologiques et par le court-terme de la concurrence des marchés. Elle semble s’enfermer dans le monde ancien, celui des pouvoirs techniques qui abîment l’Homme ». Tout en reconnaissant que les progrès de la science et de la médecine permettent de mieux combattre la maladie, et souvent de la guérir - l’épidémie du coronavirus, au-delà de la souffrance humaine qu’elle engendre, en est l’exemple - les dangers et risques ne manquent pas : « … Les alertes sont nombreuses : • Face aux défis du vieillissement et de la dépendance de concitoyens de plus en plus nombreux, quelle nouvelle solidarité allons-nous inventer pour qu’ils vivent le mieux possible avec nous ? • Face à une conception gestionnaire des soins selon laquelle un « patient » est devenu un « client », et face à une technicisation de la médecine, entendrons-nous l’appel des citoyens et des professionnels de santé qui réclament une médecine plus humaine ? • Face aux menaces que les techniques biomédicales font peser sur notre humanité, saurons-nous ouvrir un débat éthique raisonnable et approfondi, capable de discerner sans tabous les enjeux véritables ? Car ces menaces sont réelles : marché des tests génétiques, robotisation et intelligence artificielle sans contrôle suffisant, augmentation des capacités du cerveau, expérimentation sur des embryons chimères, modification génétique de l’embryon humain, sélection accrue des enfants à naître, filiation sans paternité, maternité sans gestation, marchandisation de la procréation et de la gestation, etc… »

            Saurons-nous nous ouvrir à ces questions qui touchent à la dignité de la personne, à l’avenir que nous voulons pour notre société ?           

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Que tous soient un

Mgr CottanceauDu 18 au 25 Janvier nous est proposée comme chaque année la semaine de prière pour l’unité des Chrétiens. Oui, c’est un fait : les disciples du Christ se présentent divisés en face des nations ! Dans cette seule et unique Eglise du Christ sont apparues au cours des siècles des divisions qui demeurent, en même temps qu’un considérable appauvrissement, une pierre d’achoppement devant ceux qui ne croient pas. Faut-il baisser les bras et en prendre son parti ? Ce serait consacrer la victoire de la division sur l’unité, cette unité voulue par le Christ lui-même : « Qu’ils soient un pour que le monde croie » (Jn 17, 21). Les Chrétiens désunis peuvent donc prier et, par un commun effort, rendre témoignage et diminuer ainsi le scandale de leur séparation qui rend peu croyable la Parole annoncée. Tout ce qui est fait en faveur de l’union des Chrétiens est donc fait à l’avantage de la mission de l’Eglise. Dans son exhortation apostolique « Eglise en Océanie », le Pape Jean Paul II nous dit à ce sujet : « Dans bien des territoires de mission de l’Océanie, les différences entre Eglises et communautés ecclésiales ont conduit dans le passé à la compétition et à l’opposition. Récemment, en revanche, les relations sont devenues plus positives et plus fraternelles. »
En date du 19 Janvier 2019, le Pape François, lors d’une rencontre avec une délégation de l’Eglise Luthérienne, déclara : « « L’engagement commun en faveur de l’oecuménisme est une exigence essentielle de la foi que nous professons, un prérequis qui nait de notre identité même de disciples de Jésus ». Rappelant que l’oecuménisme était un chemin irréversible et non une option, le Saint Père ajoutait : « Quand nous prions ensemble, quand nous annonçons ensemble l’Évangile et que nous servons les pauvres et les nécessiteux, nous nous retrouvons nous-mêmes sur ce chemin et le chemin lui-même progresse vers l’objectif de l’unité visible. »
Certes, même si dans notre diocèse, un certain nombre de familles se composent de personnes de confessions diverses, il reste du chemin à faire pour passer d’une « coexistence pacifique » à une communion véritable en Jésus Christ, communion qui, selon les paroles du Pape François, ne pourra venir que de l’Esprit Saint : « Si nous sommes dociles, l’Esprit Saint nous guidera de façons que nous ne pouvons pas même imaginer aujourd’hui. Entre temps, nous sommes appelés à faire tout notre possible pour favoriser la rencontre et pour résoudre dans la charité les malentendus, les hostilités et les préjugés qui ont vicié nos relations pendant des siècles ». Comprenons bien que pour parvenir à cette unité des croyants, il ne s’agit pas de « convertir » par tous les moyens ceux qui appartiennent à une autre confession, ou de faire valoir notre puissance par le nombre de fidèles… C’est, par notre témoignage, en nous rapprochant davantage du Christ, le coeur de notre Foi, et en nous enracinant davantage dans sa Parole comme le St Père nous invite à le faire lors de ce Dimanche de la Parole de Dieu que nous nous rapprocherons les uns des autres, comme les rayons d’une roue de bicyclette se rapprochent l’un de l’autre pour ne faire qu’un point lorsqu’ils ont atteint le centre de la roue.
« Seigneur, que par ta grâce, les Eglises du monde entier deviennent des instruments de ta paix… Et donne à tous tes disciples de vivre en frères et soeurs pour s’accueillir les uns les autres en ton nom ! »


+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Décès du Diacre Léon Min Chiu

LeonminchiuDécès du Diacre Léon Min Chiu
Le 24 février 1979, il y a quarante et un ans, la première promotion des diacres permanents fut ordonnée à Maria No Te Hau par Mgr Michel. De cette promotion de quatre diacres, il ne restait plus que le diacre Léon Min Chiu. Il est né 1944. Il se marie avec Pauline le jour de son baptême à la veillée pascale de mois d’avril 1969. Aujourd’hui, il laisse 4 enfants, 11 petits-enfants et 2 arrière-petits-enfants. Il crée une entreprise de gravure sur nacre dans les années 70 et fonde dans les années 80 l’entreprise funéraire qui porte son nom.
Il s’inscrit à l’école diaconale dès son ouverture en 1975. Directeur du Centre Pou Utuafare, engagé dans la Légion de Marie, animateur des premières retraites du Te Vai Ora avec Sr Saint Fidèle et avec son épouse Pauline à ses côtés, il s'est beaucoup donné au service des couples et des familles. Il est nommé administrateur de la paroisse St Etienne quelque temps avant l’arrivée de Mgr Michel en juin 1999. Il s'est éteint à l'âge de 75 ans.
Communiqué de la direction de Min Chiu
Les familles MIN CHIU et alliées ont la douleur de vous faire part du décès de leur époux, papa, papi et Diakono MIN CHIU Sing Léon, survenu le 20.01.2020 dans sa 75ème année. Son corps sera exposé à la paroisse catholique de Saint Etienne de Punaauia ce jour mercredi 22.01.2020 à partir de 16H00. Une messe sera célébrée à 18h00 suivie de la veillée. Jeudi 23.01.2020 à 15H00, une messe sera célébrée suivie de l’inhumation dans le caveau familial sis à Saint Etienne.

Journée de la vie consacrée Dimanche 02 février 2020

eveche15w.jpgFête de la Présentation de Jésus au temple
Les Frères et Soeurs des Congrégations religieuses du diocèse sont invités à venir célébrer la fête de la Présentation de Jésus au Temple, le Dimanche 02 février à la paroisse de la Ste. Trinité de Pirae. La Messe sera célébrée par Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU
07h30 : Accueil et mise en place de la célébration de la Lumière.
(Les Soeurs Clarisses mettront à disposition les cierges pour chacun(es)).
08h30 : Procession d’Entrée avec les cierges allumés et messe. Après l’homélie, les religieux(ses) renouvelleront les voeux. Un temps de partage et de rencontre suivra, après la messe à la salle Damiano.

La Parole de Dieu

Mgr CottanceauLe 30 Septembre 2019, le Pape François instituait une nouveauté dans le calendrier liturgique, le Dimanche de la Parole de Dieu », fixé au troisième Dimanche du temps ordinaire. Cette année, ce Dimanche de la Parole de Dieu tombe le 26 Janvier.

            En invitant l’Eglise - par le document « Aperuit illis » - à célébrer d’une manière particulière la Parole de Dieu lors de ce Dimanche, le Saint Père entend souligner toute la richesse et le caractère vivant du texte sacré. Voici ce qu’il écrit dans ce document : « Consacrer de façon particulière un dimanche de l’Année liturgique à la Parole de Dieu permet, par-dessus tout, de faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre également pour nous le trésor de sa Parole afin que nous puissions être dans le monde des annonciateurs de cette richesse inépuisable …. J’établis donc que le IIIe Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens. Il ne s’agit pas d’une simple coïncidence temporelle : célébrer le Dimanche de la Parole de Dieu exprime une valeur œcuménique, parce que l’Écriture Sainte indique à ceux qui se mettent à l’écoute le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide. » (Aperuit illis § 2 et 3)

Tous les fidèles sont ainsi encouragés à une plus grande familiarité avec la Parole de Dieu afin de vivre plus en profondeur leur relation avec Dieu et avec leurs frères. Chaque communauté est donc invitée à trouver le moyen de vivre ce Dimanche comme un jour solennel, explique le Saint Père qui demande qu’une attention toute particulière soit accordée à l’homélie, « unique occasion » pour beaucoup de fidèles « de saisir la beauté de la Parole de Dieu et de la voir se référer à leur vie quotidienne ». Ce pourrait être une bonne occasion pour les croyants qui n’ont pas de Bible chez eux de s’en procurer une, afin, selon les paroles du Pape, « d’en continuer la lecture dans leur vie quotidienne, de l’approfondir et de prier avec la Sainte Ecriture ».

Le Saint Père insiste également sur l’importance de la formation des lecteurs de la Parole de Dieu dans le contexte de nos liturgies : « Il est fondamental de faire tous les efforts nécessaires pour former certains fidèles à être de véritables annonciateurs de la Parole avec une préparation adéquate… » et dans le contexte de la catéchèse : « Il est également souhaitable que les catéchistes, par le ministère dont ils sont revêtus, aident à faire grandir dans la foi, ressentant l’urgence de se renouveler à travers la familiarité et l’étude des Saintes Écritures, leur permettant de favoriser un vrai dialogue entre ceux qui les écoutent et la Parole de Dieu. »

Pour conclure, et à l’heure où dans notre diocèse se déroule une réflexion sur les offices en l’absence de prêtre, et sur la place de la Parole de Dieu par rapport à l’Eucharistie, il n’est pas inutile d’écouter St Jérôme, cité par le Pape Benoit XVI dans son exhortation apostolique « Verbum Domini » au § 56 : « Saint Jérôme affirme : « GASPNous lisons les Saintes Écritures. Je pense que l’Évangile est le Corps du Christ ; je pense que les Saintes Écritures sont son enseignement. Et quand il dit : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang (Jn 6, 53), ses paroles se réfèrent au Mystère [eucharistique], toutefois, le Corps et le Sang du Christ sont vraiment la Parole de l’Écriture, c’est l’enseignement de Dieu. Quand nous nous référons au Mystère [eucharistique] et qu’une miette de pain tombe, nous nous sentons perdus. Et quand nous écoutons la Parole de Dieu, c’est la Parole de Dieu et le Corps et le Sang du Christ qui tombent dans nos oreilles et nous, nous pensons à autre chose. Pouvons-nous imaginer le grand danger que nous courons ?»  Le Christ, réellement présent dans les espèces du pain et du vin, est présent analogiquement dans la Parole proclamée dans la liturgie. ». A méditer !!!           

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Nominations/Cessation de fonctions janvier 2020

eveche15w.jpgDécret de nomination

Suite à son départ de Raiatea pour raison professionnelle, le RD. Pierre LUCAS est déchargé de toute fonction dans la paroisse St André de UTUROA. Il est nommé diacre au service de la paroisse St Etienne de PUNAAUIA.
Cette nomination prend effet le 16 janvier 2020.

Nominations

Suite au transfert à Orléans du Grand Séminaire diocésain précédemment situé dans les locaux « Notre Dame de la Pentecôte » à Outumaoro (Punaauia), locaux désormais inoccupés :
Mr Tonio FIU est nommé Directeur du centre « Notre Dame de la Pentecôte », chargé du gardiennage, de l’entretien et de la gestion des locaux.
Mme Leila FIU est nommée Directrice adjointe.
Les deux sont mandatés pour ouvrir sous couvert du CAMICA tout compte bancaire nécessaire à la gestion des dits locaux.
Les fonctions qui leur sont attribuées feront l’objet d’un contrat et une indemnité de fonctionnement leur sera allouée.

Cessation de fonction

Pour raison de santé, le Père Norbert HOLOZET est déchargé de sa fonction de modérateur de la paroisse St Thomas de PUEU. Il garde sa fonction d’Administrateur paroissial de la paroisse St Benoît de TEAHUPOO ;
Cette cessation de fonctions prend effet le 15 janvier 2020.

"Ice"

Mgr CottanceauDieu nous appelle à la vie et nous invite à considérer la vie comme chose précieuse, comme chose fragile et comme chose sacrée. Ne sommes-nous pas en effet créés à l’image et à la ressemblance de Dieu ? Aussi, le Christ Jésus va mener un combat incessant contre toute force de mort qui fait obstacle à la vie : il rend la vue aux aveugles, fait bondir les paralysés, fait entendre les sourds, purifie les lépreux, chasse les esprits mauvais, redonne vie à Lazare qui était au tombeau… En un mot, son amour pour l’humanité est tel qu’il oeuvre sans relâche pour ouvrir ou rétablir en chacun la vie que Dieu lui a donnée et mettre un terme aux forces de mort qui détruisent la vie.

Si nous nous reconnaissons comme enfants de ce Dieu qui appelle à la vie, et comme disciples de ce Jésus Christ qui mène le combat contre les forces de mort, nous ne pouvons pas rester indifférents aux ravages occasionnés chez un certain nombre de jeunes par l’usage de produits stupéfiants, et particulièrement par la diffusion de plus en plus inquiétante de cette drogue appelée « ice ». Un article publié dans le journal « La Dépêche » du Mardi 7 Janvier en page 13 nous informe sur la réalité de ce fléau qui touche désormais les jeunes d’une quinzaine d’années jusque dans les établissements scolaires et sur les efforts courageux déployés par Mr Hiti MENNESSON pour y faire face. L’enjeu est d’une urgence telle que seule une mobilisation de tous, parents, responsables de jeunes, éducateurs et enseignants pourra être capable de lutter efficacement contre ce fléau, comme le dit Mr MENNESSON dans l’article cité plus haut : « Si autorités du pays, Eglises, associations et mécènes du territoire se donnaient la main et les moyens tant humains que financiers pour mettre en place tout ce qu’il faut pour apporter des réponses préventives et curatives aux consommateurs, alors nous pourrions lutter efficacement, car ensemble, on est plus fort ».

Ne restons pas sourds à cet appel. Comment nos communautés, nos groupes de jeunes des paroisses, nos associations familiales, ou des Femmes Catholiques, nos établissements scolaires, nos mouvements de jeunes, nos groupes de prière etc… vont-ils prendre ce défi à bras le corps ? Comment mettre à profit les occasions de rencontres avec les jeunes pour leur manifester notre respect, notre bienveillance, notre amour afin de pouvoir les écouter, libérer la parole ? Comment allons-nous être présents auprès de tous ceux et celles qui se mobilisent pour prévenir ce danger : autres églises, associations, pouvoirs publics, acteurs sociaux ou professionnels de la santé ?

Il s’agit pour nous d’aider ceux qui sont tombés à se réconcilier avec la vie, avec eux-mêmes. Il s’agit pour nous de porter une aide aux familles qui voient leurs enfants se détruire et détruire leur santé et leur avenir. Il s’agit pour nous de garder au coeur que la vie ne peut grandir que si l’amour est présent. Tout ce qui s’oppose ou fait obstacle à cette dynamique d’amour et de don fait obstacle à la vie et ne peut produire que la mort. Puisse l’Esprit Saint nous inspirer comment transformer nos bonnes intentions en actes !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU