A LA UNE

LE SPORT, UN MOYEN DE SANCTIFICATION

Pere vetea docteur en droit 1Le 10 janvier, le Vatican a officiellement créé sa Fédération d’athlétisme en passant un accord avec le Comité olympique italien, ce qui ouvre la possibilité d’une participation aux Jeux Olympiques. Ce serait une première historique pour le plus petit État au monde. Jusqu’ici, le Vatican affichait une présence surtout diplomatique à travers ses représentants invités aux cérémonies des Jeux.

Parmi les 60 athlètes officiellement répertoriés, il y a des prêtres, des religieuses, des gardes suisses (les soldats du pape) et d’autres travailleurs du Vatican. Mais le rêve de voir le drapeau du Saint-Siège flotté parmi les délégations de sportifs est à long terme. Pour le moment, les athlètes devront passer par des compétitions régionales et nationales.

Cette initiative du Saint-Siège est une manière en tout cas de promouvoir les bienfaits et les valeurs du sport. Rappel utile somme toute, tandis que nous venons de passer les fêtes et que nous commençons l’année avec des résolutions qui concernent souvent la nourriture et l’activité physique en compensation des excès !

Il n’est pas courant d’entendre le magistère de l’Église parler de la pratique sportive. En juin 2018, le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie a pourtant publié un long texte intitulé « Donner le meilleur de soi-même » qui présente la vision très positive que l’Église catholique pose sur le sport, affirmant par exemple que dans la vie chrétienne comme dans le sport, donner le meilleur de soi procure la satisfaction de vivre l’expérience de la joie de l’accomplissement.

Le pape François lui-même, dans sa lettre accompagnant la publication du document, n’a pas hésité à qualifier le sport de moyen de sanctification : « Comme l’athlète durant son entraînement, la pratique d’un sport nous aide à donner le meilleur de nous-mêmes, à découvrir sans peur nos limites, et à lutter pour nous améliorer chaque jour. De cette façon, dans la mesure où il se sanctifie, chaque chrétien devient plus fécond pour le monde ».

Manifestement, le sport n’est pas seulement bon pour la santé physique mais aussi pour la santé spirituelle. Seuls, avec d’autres ou en famille, essayons de trouver le temps et la force nécessaires pour se dépenser physiquement et obtenir ainsi des bienfaits pour notre vie intérieure. Un jour, nous devrions tous pouvoir dire comme saint Paul : « J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi » (2 Tim 4,7). « Stay focus ! »

B.V.

Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié 2019

Papefrancois1EGLISE UNIVERSELLE
A la demande de différentes conférences épiscopales, le Saint-Père a déplacé la Journée Mondiale du migrant et du réfugié au dernier dimanche de septembre.
Pour 2019, celle-ci aura lieu le dimanche 29 septembre 2019 au lieu du dimanche 20 janvier, initialement prévu.
(© Bureau de Presse du Vatican)

Agenda janvier 2019

eveche15w.jpg

Agenda …

 

… du Diacre Gérard Picard-Robson
… qui est à Hao jusqu’au 19 janvier.

… de Père Denis Bertin
… en mer jusqu’au vendredi 18 janvier (sur Fakarava, les 14 et 15 janvier)

Messe dans la « Forme Extraordinaire »
Prochaine messe selon la forme extraordinaire du rite romain : dimanche 24 février (Sexagésime) à la chapelle Saint-Louis (Arue).

AFC : Une Heure d’Adoration pour la Vie 19 et 20 janvier 2019

logo-afc.jpgSamedi 19 janvier ou Dimanche 20 janvier 2019
Une Heure d’Adoration pour la Vie

Objectif :
en union avec celles et ceux qui, en France, prieront pour la défense de la Vie, nous sommes invités par notre archevêque, Mgr Jean-Pierre, Père Landry et un groupe de laïcs à
participer à une heure d’adoration afin que « le Seigneur Jésus, réveille en nous le respect pour toute vie humaine … »

Quelques conseils pratiques :
Ce temps d’adoration est organisé en paroisse soit le samedi 19 janvier, soit le dimanche 20 janvier, à un moment qui convient le mieux pour réunir le plus grand nombre de paroissiens ;

Il s’agit de bien centrer ce temps d’adoration sur le Christ dans son mystère eucharistique. Si les voix s’unissent dans le chant et la louange, il est important d’alterner des temps de silence propices à l’adoration personnelle avec de courtes exhortations sur le « thème de la vie » éclairées par de courts passages de la Parole de Dieu  et de responsables

Proposition de déroulement :...........

Lire la suite 

Journée pour la Vie Dimanche 20 janvier 2019

logo-afc.jpgCette journée peut être pour nous, l’occasion de nous sensibiliser à un événement important, le processus de révision de la Loi sur la bioéthique qui devrait être débattus dans quelques mois au Parlement.
Monseigneur Jean-Pierre invite chaque communauté, chaque paroisse à organiser ce dimanche 20 janvier (ou samedi 19 janvier) un temps de prière et d’adoration autour du thème de la vie : don de Dieu qui est source de vie, bien le plus précieux, chose fragile face à la mort, vie que nous sommes appelés à respecter, bien le plus sacré, car si l’Homme peut transmettre la vie, Dieu seul en est toujours l’origine, vie éternelle promise par Jésus à celui qui accepte de donner sa vie pour la gagner, Jésus source de vie qu’il donne en abondance par amour, vie qui procure le bonheur quand elle se nourrit de la relation à l’autre…
Une proposition de déroulement de prière préparé par le Père Landry BOYER, aumônier de l’Association Familiale Catholique a été transmise à tous les prêtres et les diacres.

Prière proposée par l’A.F.C. :
Très Sainte Trinité,
Père, Fils et Esprit Saint

Accordez-nous la Grâce d’aimer la Vie,
de comprendre les enjeux du temps présent,
et de promouvoir une bioéthique naturelle
et morale selon l’Evangile.
Eclairez les esprits pour que
toute avancée scientifique et technique
protège, soigne et fasse grandir l’humanité.
Amen.

Centre Diocésain de Retraites Tibériade février 2019

TiberiadeVoici le calendrier des retraites pour le … :

Mois de Janvier 2019
> 18-19-20 janvier : Retraite du Te Vai Ora pour Femmes en Français ;
> 25-26-27 janvier : Retraite communautaire de la Fraternité ND de l’Agapé

Mois de Février 2019
> 01-02-03 février : Retraite des Diacres Permanents ;
> 08-09-10 février : Retraite du Te Vai Ora pour Hommes en Français ;
> 15-16-17 février : Retraite pour tous de la Fraternité Ephata ;
> du lundi 18 (midi) au mardi 19 (midi) février : Retraite des élèves du Collège La Mennais ;
> 22-23-24 février : Retraite pour tous de la Communauté Te Pane Ora.

JOURNEE POUR LA VIE

Mgr CottanceauLe Dimanche 20 Janvier aura lieu dans de nombreux diocèses la « journée pour la vie » avec en perspective le processus de révision de la Loi sur la bioéthique qui devrait être débattue dans quelques mois au Parlement. Parmi les enjeux d’importance, le débat sur l’assistance médicale à la procréation (AMP). Dans un document publié en Septembre 2018 et intitulé « La dignité de la procréation », les évêques de France et des Outre-mer (dont Papeete) rappellent les enjeux mais aussi les questions posées par la procréation médicalement assistée. Parmi ces enjeux,  la place de l’enfant comme référence première, car il est par nature le plus faible et le plus vulnérable (« La qualité d’une société ou d’une civilisation se mesure au respect qu’elle manifeste envers les plus faibles de ses membres » - Document du St Siège – Documentation Catholique n° 1807 du 3 Mai 1981). Evoquant cette place de l’enfant, le texte affirme : « Si la procréation est bien l’acte de mettre au monde un enfant en faveur de lui-même et non pour satisfaire seulement un besoin de réalisation personnelle, si l’enfant est un don et non un dû, s’il est de plus reconnu comme vulnérable, le bien de l’enfant ne devrait-il pas être un argument éthique fondamental pour réguler les pratiques d’assistance médicale à la procréation ? » (n°33)

            Evoquant le désir de l’enfant, le texte des évêques précise : « Désirer un enfant, ce n’est pas l’enrôler dès sa conception à la satisfaction d’un besoin ou d’un projet parental, mais c’est être prêt à le mettre au monde dans un espace d’attentes qui ne l’enferment pas. Le désir d’accueillir diffère de la volonté d’avoir ou d’obtenir à toute force ou à tout prix. Le désir sait attendre et recevoir l’autre comme un don gratuit. Il ne se laisse pas prendre par la nécessité impérative du « maintenant » … » (n°21)

 Tout enfant a droit à un père et une mère : « Institutionnaliser l’absence de père poserait un problème éthique lourd de conséquences… Cela atteindrait le juste bien de l’enfant et l’institution de la filiation en supprimant la double généalogie…En 1988, le Conseil d’Etat a qualifié cette suppression d’«amputation » et l’a fortement condamnée : « la procréation médicalement assistée à la demande d’une femme célibataire permettrait…à celle-ci de faire naître à sa guise, un orphelin de père, dont la parenté se réduit à une seule ligne… Il parait excessif de donner à une personne la puissance extrême d’imposer à une autre l’amputation de la moitié de son ascendance » (n°38). La procréation humaine doit demeurer un acte personnel, corporel et relationnel et ne saurait être réduit à un simple processus de fécondation obtenu grâce à la manipulation de moyens techniques. « Naitre de et dans la relation aimante d’un homme et d’une femme n’est pas la survivance d’un modèle naturel d’autrefois exclusif et qui pourrait désormais cohabiter avec d’autres, mais une exigence foncière de la dignité de la personne » (n°19).

Allons-nous passer à côté de ces réflexions qui engagent le présent et l’avenir de nos familles et de notre société ? Allons-nous laisser disparaitre le projet de Dieu sur l’Homme et la Femme ? Comment allons-nous dans nos paroisses nous associer à cette journée pour la vie ? N’oublions pas, enfin, que le mouvement des AFC (Associations Familiales Catholiques) est tout disposé à apporter son aide pour une réflexion sur ces questions.

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda janvier 2019

eveche15w.jpg

Agenda …

 

… de Monseigneur Jean Pierre
… qui se rendra à Rapa du 09 au 16 janvier.

… de Père Joel Aumeran
… qui se rendra à Rapa du 09 au 14 janvier et sera accompagné du Diacre Tonio.

… du Diacre Gérard Picard-Robson
… qui se rendra à Hao du 12 au 19 janvier.

… de Père Denis Bertin
… en mer jusqu’au vendredi 18 janvier (sur Fakarava, les 14 et 15 janvier)

Messe dans la « Forme Extraordinaire »
Prochaine messe selon la forme extraordinaire du rite romain : dimanche 24 février (Sexagésime)

Nominations janvier 2018

PeretobeLe Père Silverius (Ferry) TOBE,sscc
est nommé curé des paroisses Saint Michel de Hikueru et N.D des Anges de Marokau.
Cette nomination prend effet le 7 janvier 2019.

 

 

 

 

JuanitoburnsLe Diacre Juanito BURNS
est nommé à la paroisse Saint Philppe de Apataki.
 à l’église Saint Antoine de Padoue de Arutua
à la paroisse Saint Jean Baptiste de Kaukura.
Cette nomination prend effet le 3 janvier 2019.

Service Diocésain de la Catéchèse 12.01.2018

sdc.jpgLe Service Diocésain de la Catéchèse informe tous les catéchètes du diocèse que son prochain rassemblement se déroulera à la Paroisse du Sacré Coeur de Arue le samedi 12 janvier 2019 à 08h00 et se terminera à 11h30
La présence de tous est indispensable.
Le Directeur : Diacre Gérard PICARD-ROBSON

Radio Maria no te Hau du 14 au 18 janvier 2018

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 14 janvier : «Cet enfant de lumière qui est en moi » par Yves Boulvin ;
> Mardi 15 janvier: «Conversion et guérison intérieure selon les Évangiles » par Frère Jean-Dominique DUBOIS ;
> Mercredi 16 janvier: «L'Eucharistie sacrement de la guérison et de la libération » par Jean Pliya ;
> Jeudi 17 janvier: «Jésus vient, sortons de notre sommeil » par Père Etienne Richer ;
> Vendredi 18 janvier: «Eucharistie pour l'unité des chrétiens» par Mgr Pican
NB : Thèmes d’enseignement susceptibles d’être modifiés

Centre Diocésain de Retraites Tiberiade janvier 2019

Tiberiade

Voici le calendrier des retraites pour le … :

Mois de Janvier 2019
> 18-19-20 janvier : Retraite du Te Vai Ora pour Femmes en Français
> 25-26-27 janvier : Retraite communautaire de la Fraternité ND de l’Agapé

EPIPHANIE

Mgr CottanceauCe Dimanche, la liturgie nous invite à célébrer la manifestation (sens du mot « épiphanie ») du Christ aux païens représentés par les mages venus d’Orient pour l’adorer. Les mages étaient des savants pratiquant la médecine, l’astrologie et la divination. L’Orient (Perse, Babylone, Arabie) était réputé pour la science de ses mages. N’est-ce pas d’Orient que viennent ceux qui vont se prosterner devant Jésus ?

Si la visite des mages à la crèche enflamme notre imagination et fait rêver petits et grands, elle nous est rapportée par l’évangéliste Matthieu pour nous mettre en route, nous aussi, à la rencontre du nouveau-né de Bethleem. Le point de départ est la découverte d’une étoile… C’était l’une des fonctions des mages de scruter les étoiles pour y discerner les volontés des dieux. En général, c’est la nuit qu’on peut voir les étoiles. Elles peuvent indiquer un chemin, une direction… les navigateurs Polynésiens le savaient bien qui scrutaient les étoiles pour naviguer… Et nous, quelle étoile cherchons-nous ? Dans ce qui fait parfois l’obscurité de notre vie, avons-nous assez de foi et d’espérance pour chercher dans le ciel de notre vie cette étoile par laquelle Dieu nous fait signe comme il a fait signe aux mages de l’évangile ? Un évènement, une rencontre, une parole, une épreuve qui nous fait grandir…

Mais il ne suffit pas de découvrir cette étoile, il faut aussi se mettre en route avec confiance, comme le firent les mages. Partir, quitter sa maison, ses sécurités pour risquer l’aventure… Comme Abraham qui accueillit l’invitation du Seigneur : « Va vers le pays que je t’indiquerai ! », comme Marie qui accepta le projet de Dieu sans savoir où cela la mènerait… A la suite des mages, oser le risque de l’aventure à laquelle Dieu nous invite pour le rencontrer…

Découvrir l’étoile, ce signe que Dieu nous fait dans notre vie, nous mettre en route… mais comment être certain que ce n’est pas une fausse piste ? Comment bien comprendre ce signe que Dieu nous fait ? C’est là qu’intervient le passage par Jérusalem et par les Ecritures. Les mages vont à Jérusalem, lieu de la Parole de Dieu. Ils demandent au roi Hérode les précisions pour poursuivre leur route, mais ce sont les Ecritures, le prophète Michée, qui vont les éclairer. Comment à notre tour, pourrons nous comprendre les signes que Dieu nous fait si nous ne les éclairons pas de sa Parole, de son Evangile ? Lui seul peut nous aider à comprendre. Alors, comme Marie, nous pouvons retenir ces évènements et les méditer dans notre cœur. Alors, comme les mages, nous pouvons poursuivre notre marche à la rencontre du Christ.

Et lorsqu’arrivés à la crèche, les mages se trouvent en présence de ce Roi qu’ils avaient cherché, ce n’est ni Hérode, ni César, mais un nouveau-né dans les bras de sa mère… Ils le reconnaissent comme Roi en lui offrant de l’or, cadeau royal par excellence, ils le reconnaissent comme Dieu en lui offrant l’encens réservé pour la prière, et ils le reconnaissent comme homme mortel en lui offrant la myrrhe utilisée pour embaumer les corps des défunts. Et nous, quelle image du Fils de Dieu nous faisons-nous ? Qui est pour nous celui devant qui nous nous prosternons à la crèche ?

Pour finir, voici que les mages s’en retournent par un autre chemin… Pour éviter de rencontrer Hérode, certes, mais ne serait-ce pas aussi une façon pour l’évangéliste Matthieu de nous dire que la rencontre du Christ nous change, nous transforme, et qu’on ne peut pas repartir comme on était venu ?

Avec les bergers, les mages nous ont ouvert le chemin à la suite de l’étoile. Saurons-nous leur emboiter le pas pour partir nous aussi à la rencontre de celui qui nous attend ?

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda janvier 2019

eveche15w.jpg

Agenda …

… de Monseigneur Jean Pierre
… qui se rendra à Rapa du 09 au 16 janvier.

… de Père Joel Aumeran
… qui se rendra à Rapa du 09 au 14 janvier et sera accompagné du Diacre Tonio.

… du Père Gérald Tepehu
… qui est à Rangiroa du 02 au 05 janvier.

… du Diacre Gérard Picard-Robson
… qui se rendra à Hao du 12 au 19 janvier.

VŒUX DE MONSEIGNEUR JEAN-PIERRE

Mgr Cottanceau« Frères et sœurs, c’est avec plaisir que je m’adresse à vous pour vous souhaiter un Joyeux noël et vous présenter mes meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2019.

Mais que peuvent signifier ces vœux de Noël pour tous ceux et celles confrontés à la maladie, à la précarité, à la solitude, à la peur du lendemain et au rejet ? Quelle pourrait être cette bonne nouvelle qui engendre les lumières, guirlandes et ce parfum de fête qui flotte dans nos rues et jusque dans les yeux des enfants ? Ce n’est rien d’autre que la naissance d’un enfant dans une étable, né dans une famille humble et modeste … Accueillir cet enfant avec Marie et Joseph, c’est accueillir la vie dans sa forme la plus simple et la plus belle, cette vie qui fait irruption sans aucune considération de richesse, de classe sociale, de race ou de niveau intellectuel … La naissance d’un enfant est en effet un moment privilégié dans une famille, car elle ouvre un avenir, elle est une victoire de la vie, elle est (ou elle devrait être) un fruit de l’amour.

La naissance du Christ Jésus dans la crèche de Bethleem est tout cela … mais elle est plus encore : elle donne à chacun et chacune d’entre nous une dignité incomparable puisque Dieu se fait homme. Désormais, même le plus petit, le plus pauvre, le dernier se voit revêtu de cette dignité qui trouve son origine dans l’amour que Dieu porte à notre humanité. Désormais, tout ce qui touche et concerne l’humain touche et concerne Dieu ! Et blesser l’Homme, c’est blesser Dieu !

Cette naissance nous dit enfin où chercher Dieu : ni dans de riches palais, de luxueuses maisons, ni en des lieux inaccessibles aux pauvres et aux humbles, mais dans une crèche où Dieu se fait petit, faible, fragile comme l’est un nouveau-né … un lieu où les bergers peuvent le trouver simplement car il est venu habiter chez eux …

C’est donc avec cette conviction de foi que je vous présente mes souhaits de joyeux noël et de bonne et heureuse année 2019. Ma pensée va vers vos familles, mais également vers ceux qui sont malades, vers ceux qui sont seuls, vers ceux qui sont loin de leur foyer en ce temps de fête familiale, vers ceux qui souffrent de la misère économique et humaine, qui vivent des situations de division dans leur foyer … vers ceux et celles qui sont en prison.

A tous, je souhaite de grandir en humanité, je souhaite beaucoup d’amour à donner, à recevoir et à partager. Je demande au Seigneur d’écarter de nos cœurs tout ce qui avilit et détruit et de faire grandir ce qu’il y a de beau en chacun. Je lui demande aussi pour vous la santé du corps, de l’esprit. Je lui demande enfin de faire germer en chacun les semences de paix, de réconciliation et de solidarité qui nous permettront de bâtir ensemble cette année 2019 encore plus belle et plus fraternelle.

Que la naissance du Christ Jésus redonne à chacun espérance, et réveille en nous le désir et la force pour servir et aimer, afin que Noël ne soit pas seulement un jour dans l’année, mais chaque fois que nous ouvrons nos mains et nos cœurs pour partager cette joie que le Seigneur fait briller en nous.

Joyeux Noël et Bonne, heureuse et sainte année à tous ! »

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Décès du Diacre Paul OPUTU

DiacrepauloputuCONDOLEANCES ET SYMPATHIE
Nous apprenons aujourd’hui, 26 décembre 2018, le départ vers le Père du Diacre Paul OPUTU, à l’âge de 70 ans.
à ND de Grâces de Puurai où il exerça son ministère de diacre jusqu’au 25 janvier 2018, où il est nommé à la paroisse saint-Joseph de Faaa.
Sa dépouille sera exposée aujourd’hui 26 décembre au domicile familial à Oremu 1 où une messe sera dite à 18h30.

Jeudi 27 décembre, sa dépouille sera ensuite exposée à la salle paroissiale de saint-Joseph de Faaa où une messe sera dite à 18h15 suivie des veillées de prière avec les différents groupes de prière.
Les obsèques seront célébrées le vendredi 28 décembre en l’église saint-Joseph de Faaa à 15h.

Au nom de Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU, des prêtres, des diacres, des communautés religieuses, de tous les fidèles, nous adressons nos plus sincères condoléances à son épouse, à tous les enfants et petits-enfants.

Message des Diacres Permanents par le biais des Diacres Gilbert et Hippolyte :

C'est avec beaucoup de tristesse que nous venons d'apprendre le décès de notre cher frère Diacre bien-aimé, Paul OPUTU. Aussi nous voulons adresser à toute sa famille, son épouse Rita et leurs enfants et mootua, sa communauté paroissiale, ses amis nos sincères condoléances et l'assurance de notre prière et de notre affection.

À cela, les Diacres du Diocèse de Papeete se réuniront demain soir autour de lui en la paroisse de St Joseph de FAAA à 19h00. Les diacres célébreront l'office des défunts dans le bréviaire et se revêtiront de l'étole blanche, à l'issu duquel nous ferons une quête pour la famille qui leur sera remise après l'office des défunts.

Nomination de Monseigneur Susitino SIONEPOE

Monseigneur susitino sionepoeDIOCESE DE WALLIS ET FUTUNA
Monseigneur Susitino SIONEPOE, s.m.,
nommé Evêque de Wallis et Futuna

Le Pape François a nommé ce lundi 24 décembre 2018, Mgr Susitino SIONEPOE, S.M., évêque de Wallis et Futuna, il était jusqu’à présent ancien vicaire provincial de la Société de Marie pour l’Océanie.

Membre de la Société de Marie (Mariste), ordonné en 1993 dans le diocèse de Wallis et Futuna, Mgr SIONEPOE, S.M, fut vicaire paroissial à Nuku’alofa dans le diocèse de Tonga et Nioué (1994-1995) ; vicaire paroissial à Houma, diocèse de Tonga et Niue (1995-1996). Il fut également en service paroissial dans la Communauté du Nord, Pouébo en Nouvelle-Calédonie (1996-2000) ; en service paroissial dans la Communauté du Nord, Koumac en Nouvelle-Calédonie (2000-2006). Entre 2006 et 2007, il suivit « l’Année de Formation aux Ministères » (AFM) à l’Institut Catholique de Paris. À son retour, il fut en service paroissial dans la Communauté du Sud et dans la communauté mariste du Mont Dore-Saint-Louis en Nouvelle-Calédonie (2007-2012). En 2012, Mgr SIONEPOE devint vicaire provincial de Suva (Fidji) et supérieur religieux des maristes de Wallis et Futuna, fonction qu’il occupa jusqu’en 2018.

Depuis 2018, Mgr SIONEPOE était en ministère en paroisse avec la Communauté des Pères maristes de Yalé (Nouvelle-Calédonie).

Le jour et l’heure de l’ordination épiscopale de Mgr SIONEPOE seront communiqués ultérieurement.

© Conférence des Évêques de France

LE SAVIEZ-VOUS ?

Mgr Cottanceau           Pendant ce temps de Noël, la liturgie propose à notre méditation les textes des Evangiles qui évoquent la naissance de Jésus et les évènements qui suivirent cette naissance : visite des bergers, des mages, présentation de Jésus nouveau-né dans le Temple de Jérusalem, massacre des innocents, fuite en Egypte etc.... Ces épisodes qui forment ce que les exégètes appellent « Evangiles de l’enfance » peuvent susciter chez l’un ou l’autre la question de leur réalité. Les choses se sont-elles réellement passé ainsi ?

            En premier lieu, soulignons que seuls les évangiles de Luc et de Matthieu nous rapportent, chacun à leur façon, la naissance de Jésus. Ni Marc, ni Jean ne parlent de cette naissance. En effet, ce qui fonde la foi des premiers Chrétiens et la nôtre, c’est la passion, la mort et la résurrection du Christ. C’est parce que Jésus est mort et ressuscité qu’on va s’intéresser le moment venu à son origine terrestre. Aussi, la partie la plus ancienne des évangiles n’est pas le récit de la naissance, mais le récit de la passion, mort et résurrection du Christ. Au temps où Marc écrit son évangile (vers 70 après JC), la question de l’origine terrestre de Jésus n’est pas à l’ordre du jour, et quand il compose son Evangile (à la fin du 1° siècle), Jean nous livre une réflexion théologique sur la venue du Verbe Lumière parmi nous : « Le Verbe s’est fait chair et il a demeuré parmi nous ». Quand Luc et Matthieu, vers 80 après JC écrivent leur Evangile, se pose la question de l’origine de ce Jésus mort et ressuscité : qui est-il ? Qui est son père ? Qui est sa mère ? Aussi, lorsqu’ils racontent la naissance de Jésus, leur but n’est pas de nous offrir un compte-rendu « journalistique ». Ils font œuvre de « théologiens » et non de journalistes. Ils ne nous disent ni le jour, ni l’heure de la naissance du Christ. Ils nous disent la Foi de cette Eglise naissante, ils nous disent à partir des renseignements qu’ils ont en leur possession qui est cet enfant Jésus : fils de Dieu et Fils de Marie, et ce que sera sa vie :

  • Né dans une crèche, sa vie sera une vie de pauvreté ;
  • Visité par les bergers, gens méprisés par les Juifs, il sera proche des petits, des exclus, des pauvres ;
  • Visité par les mages qui sont des païens, il accueillera tous les païens comme destinataires de la Bonne Nouvelle ;
  • Né à Bethleem, pays d’origine du roi David, il est le Messie promis à un descendant de ce roi David, selon les prophètes ;
  • Nouveau-né persécuté par Hérode qui cherche à le faire mourir, Jésus sera combattu et rejeté par les dirigeants de son peuple qui le condamneront à mort ;
  • Nouveau-né exilé en Egypte, tel Moïse qui avait guidé ce peuple que Dieu avait fait sortir de l’esclavage d’Egypte, Jésus conduira le nouveau peuple de Dieu, l’Eglise, pour sauver les Hommes de la mort par sa résurrection.

 

Quant à l’année et au jour où Jésus est né, nous n’avons aucun acte de naissance ! De plus, les éléments donnés par Luc et par Matthieu ne correspondent pas : le recensement sous Quirinus mentionné par Luc aurait eu lieu en 6 après Jésus Christ et la mort du roi Hérode évoquée par Matthieu aurait eu lieu en 4 avant Jésus Christ. La plupart des exégètes s’accordent à croire que Luc s’est trompé. Jésus serait né en 4 avant Jésus Christ, sous Hérode le Grand qui mourut après la naissance de Jésus.

            Pourquoi alors ce choix du 25 Décembre pour fêter Noël ? La date aurait été fixée dans l'Occident latin en 354, par le Pape Libère pour coïncider avec la fête romaine du « Soleil invaincu ». Au moment où dans l’Empire Romain, les jours recommencent à croître, mettant fin à la progression des nuits, les païens célébraient le 25 Décembre la victoire de la lumière et du soleil sur la nuit. En choisissant cette date, le Pape Libère voulait remplacer cette fête païenne par la fête de la naissance de la vraie lumière, le Christ Jésus, venu illuminer le monde de sa Parole et mettre fin au pouvoir des ténèbres.

Pourquoi la nuit ? Dans l’histoire biblique, tous les grands moments de l’Histoire du salut se passent la nuit : début de la création du monde, sortie d’Egypte, résurrection du Christ, et donc aussi naissance de Jésus (Cf. les bergers qui gardaient leurs troupeaux durant les veilles de la nuit ; la tradition de la messe de Minuit).

Quoi qu’il en soit, souvenons-nous qu’à Noël, nous célébrons l’événement de la naissance de Jésus, et non le jour précis de cette naissance. Puissions-nous donc dépasser la recherche du détail scientifique pour découvrir dans ces textes une profession de Foi : oui, un jour du temps, sous l’Empereur Auguste et en un lieu donné en Judée, le Fils de Dieu est venu planter sa tente au milieu de nous pour devenir l’un d’entre nous !

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Nomination du diacre Carlos RAIOHA

KarlraihoaSuite à son départ à la retraite professionnelle, et au changement de domicile qui en découle, le diacre Carlos RAIOHA, actuellement en service à la Cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée Conception est nommé à la paroisse Notre-Dame de Paix de Tautira, à compter du 1er janvier 2019.

Frère de l’Instruction Chrétienne retraite décembre 2018

CollegelamennaisLes Frères de Ploërmel organisent leur retraite annuelle au centre Tibériade (Toahotu) du dimanche 25 décembre 2018 (accueil à partir de 17h) au samedi 31 décembre 2018 (après le repas de midi).

La retraite sera animée par Père Denis BERGERON.
Le prix de la retraite globale (6 jours) est de 20 000 F pour l’hébergement et la restauration.

En cas de nécessité, il est possible de ne participer qu’à une partie de la retraite, mais il est préférable de vivre plusieurs jours. Dans le cas d’une participation partielle à la retraite, le prix d’une journée est fixé à 4 000 F.

Pour s’inscrire : prendre contact avec Frère Henri ALANOU, Supérieur de la Communauté de St. Hilaire par téléphone (VINI : 87 22 53 25) ou par mail : h.alanou@fic.ddec.pf pour tous ceux qui habitent à Tahiti ; ou auprès de Frère Rémy QUINTON, le Visiteur des Frères de Ploërmel en Polynésie par téléphone (VINI : 87 76 48 34) ou par mail : remy.quinton@mail.pf pour tous ceux qui habitent aux Marquises ou autres archipels.

N 46 retraite noel 2018 fic 3784