A LA UNE

Papefrancois1

Intention de prière du pape 
​pour le mois d'Avril 2021

Les droits fondamentaux : 
Prions pour ceux qui luttent au péril de leur vie pour les droits fondamentaux sous les dictatures, les régimes autoritaires mais aussi
dans les démocraties en crise.

Affiche careme 2021 a2

Une intention à donner ... Clique sur le bouton
 ci-dessous

SospriereBouton catholicite150logo-rmnth.png

Ecouter RMNTH

Actualité

en images

Lire le PKO
Pko Pâques 2021
Pko 28.03.2021

Pirogue de la parole Foi aux marquises

 
Caddie de la solidarite Pretres cepc 2019 Semeurtahitien

Messe JDS Punaauia 

La foi aux Marquises

Le caddie de la solidarité 

Rencontre des prêtres de la Cepac  Lire la page FB du semeur 
 

Liste des pages du semeur 
N°09.2020
N°08.2020

 

TEMPS PASCAL DIMANCHE DE LA DIVINE MISERICORDE [11 avril 2021]

eveche15w.jpgJésus n’est plus dans le tombeau, il est vivant ! « La joie de Pâques est fondée sur la certitude que Jésus est vivant et agissant dans l’Eglise et dans le monde. (…) Jésus n’est plus dans le tombeau, mas il est ressuscité, il est vivant, il renouvelle l’Eglise et la fait cheminer en l’attirant à Lui. Quand nous nous sentons fermés sur nous-mêmes, seuls ou abandonnés, prisonniers de nos péchés, réentendons cette parole de l’ange, afin qu’elle nous libère de la tristesse et nous ouvre à la joie et à l’espérance. » (Audience générale du pape François, 23 avril 2014)

Témoignez de votre honneur de chrétien « ‘’Le Christ est ressuscité, alleluia ! C’est l’indice d’un programme radieux : non la mort mais la vie ; non la division mais la paix ; non l’égoïsme mais la charité ; non le mensonge mais la vérité ; non ce qui déprime mais le triomphe de la lumière. Témoignez toujours, mes fils bien-aimés, de votre honneur de chrétien. » (Bréviaire de Saint Jean XXIII, Pensées pour chaque jour de l’année, Paris, Fayard, p.424)

L’Homme est appelé à « faire miséricorde aux autres » « … il est nécessaire que l’humanité d’aujourd’hui accueille elle aussi dans le cénacle de l’Histoire le Christ ressuscité qui montre les blessures de sa crucifixion et répète : ‘’Paix à vous !’’ Il faut que l’humanité se laisse atteindre et imprégner par l’Esprit que le Christ ressuscité lui donne. [relire l’Evangile du 2ème dimanche de Pâques : Jean 20, 19-31] C’est l’Esprit qui guérit les blessures du cœur, abat les barrières qui nous éloignent de Dieu et qui nous divisent entre nous, restitue la joie de l’amour du Père et celle de l’unité fraternelle. Il est alors important que nous recevions entièrement le message qui provient de la Parole de Dieu en ce « Dimanche de la Divine Miséricorde ». Dans les diverses lectures, la liturgie semble désigner le chemin de la miséricorde qui, tandis qu’elle reconstruit le rapport de chacun avec Dieu, suscite également parmi les hommes de nouveaux rapports de solidarité fraternelle. » (Saint Jean-Paul II, Homélie pour la canonisation de Sœur Faustine Kowalska, apôtre de la Divine Miséricorde, 30 avril 2000]

Dominique Soupé

Décès de CHANG SOI Chang Foo dit « Ah Fou »

eveche15w.jpgEn ce mardi de l'Octave de Pâques, les familles CHANG SOI, TERIIPAIA et alliées ont la douleur de vous faire part du départ vers le Père de leur papa, grand père, arrière-grand-père, Mr CHANG SOI Chang Foo dit 'Ah Fou' (Papa de Monseigneur Pascal, Évêque du diocèse de Taiohae)

Son corps sera exposé ce jeudi 08 avril, dans l'après-midi, en la paroisse de Notre Dame de Grâce de Puurai où une veillée de prière s'y tiendra le soir.

La messe des funérailles sera dite le vendredi 09 avril à 9h et l'inhumation à 10h au cimetière de saint Hilaire. Le diocèse de Papeete s’unit à sa peine.

PUBLICATION DES BANS EN VUE DE L’ORDINATION DIACONALE

eveche15w.jpgConformément aux canons 1040, 1041 et 1042 du Code de Droit Canonique portant sur les irrégularités et autres empêchements à la réception des ordres, Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU, Archevêque de Papeete, demande, selon le commandement du canon 1043, à tout fidèle de révéler, à l'Évêque ou au Curé, toute irrégularité ou empêchement à l'ordination diaconale dont il aurait connaissance pour le candidat suivant :

- Jean Claude TAVE   de la paroisse St Jean de la Croix de FAKARAVA
appelé à être ordonné diacre permanent le samedi 17 Avril 2021 en l’église paroissiale St Jean de la Croix de FAKARAVA.

  † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU
Archevêque de Papeete

RADIO MARIA NO TE HAU du 12 au 16 avril 2021

logo-rmnth.png* Lundi 12 avril : « La Miséricorde » par Père François POTEZ
* Mardi 13 avril : « Lève-toi prends l'enfant et sa mère » par ti'atono Gaspard
* Mercredi 14 avril : « J'aime ma famille » par Père Michel PREVEL
* Jeudi 15 avril : Interview « Témoignage de vie et de Foi" du futur diacre TAVE Jean-Claude par Tuhiata
* Vendredi 16 avril : « Paroles de Miséricorde » par Père André DAIGNEAULT

DE JERUSALEM A TIBHIRINE

 Mgr Cottanceau          Alors que nous célébrons cette semaine la Passion, la mort et la Résurrection de Jésus Christ, notre Seigneur, l’Eglise se souvient qu’il y a 25 ans, dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans le contexte de la guerre civile algérienne, sept moines Cisterciens du monastère de Tibhirine étaient enlevés par un commando, puis assassinés. Seuls deux autres religieux échappèrent à cette rafle. Le choix fait par ces hommes de rester auprès de leurs frères et sœurs Algériens au milieu desquels ils avaient fait le choix de vivre, qu’ils aimaient et servaient, et ce malgré le danger dont ils étaient conscients n’était pas un suicide. Rejoignant le Christ dans le don total qu’il fit de sa vie, et à son exemple, ils n’ont pas choisi de mourir, ils ont choisi d’aimer jusqu’au bout et quel qu’en soit le prix. Ils ont choisi d’être par leur présence, leur proximité, leur amour de ces gens, une puissance de vie, comme Jésus fut lui-même puissance de vie par sa proximité avec les petits, les pauvres, les malades, les rejetés… On a essayé de le faire taire, on l’a mis en croix, et il savait que ce serait le prix à payer pour manifester son amour… Pourtant, cette puissance de vie que les hommes pensaient pouvoir mettre à mort, même mise à mort, débouche sur la résurrection. Elle demeure toujours puissance de vie. Elle permet à Jésus de descendre dans l’enfer des Hommes jusque dans leur mort, et c’est de là qu’il les rend à la vie. Comme Jésus l’avait annoncé, le grain de blé, puissance de vie, ne porte du fruit que s’il est jeté en terre et meurt. Les moines de Tibhirine en étaient convaincus, comme en témoignent ces mots d’un frère de cette communauté, Frère Bruno : « Je remercie le Seigneur d’être ici… C’est simple, caché comme la graine enfouie dans le sol qui germera en son temps. Vie de foi et de grande espérance. Ici comme dans le monde entier, Dieu a jeté la semence de son Royaume, mais tout enfantement a ses douleurs ». Ainsi, à Jérusalem comme à Tibhirine, c’est bien le même Dieu qui se manifeste en Jésus comme puissance d’amour demeurant intacte, même si elle est refusée par les hommes. On ne peut l’enchaîner ni la détruire. Pourtant, cette puissance d’amour est sans puissance à la manière dont les hommes sont puissants, car c’est un amour « désarmé ». Et si la force des puissants de ce monde peut s’y opposer un moment, elle ne parvient en fait qu’à la mettre davantage en évidence et ne peut en rien l’altérer ou la dégrader. C’est aussi un amour désarmant car il va jusqu’à l’amour des ennemis et au pardon. Et à l’exemple de Jésus, de St Etienne, les Frères de Tibhirine ont pardonné d’avance à leurs agresseurs car leur vie était déjà offerte. Dans son testament spirituel, Christian de Chergé, supérieur de la communauté écrivait : « S’il m’arrivait un jour – et ce pourrait être aujourd’hui – d’être victime du terrorisme… j’aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille se souviennent que ma vie était donnée à Dieu et à ce pays » … Comment ne pas entendre Jésus disant à ses disciples : « Ma vie, nul ne la prend, c’est moi qui la donne ! »

            Nous avons l’habitude d’appeler Dieu « maître et Seigneur ». Dans le sillage des moines de Tibhirine, et à la lumière de la mort du Christ en croix, nous voici conduits à comprendre sa seigneurie à la lumière du service : il est Seigneur en étant manifesté comme serviteur. Sa manière de venir en aide, c’est de venir vivre avec l’Homme pour le soutenir et le ressusciter.

Nous avons l’habitude de parler de la toute-puissance de Dieu et nous voici conduits à comprendre cette toute puissance comme exprimée dans la faiblesse extérieure de l’amour, don total de sa vie, et dans une présence à la souffrance de l’autre, même s’il faut pour cela, payer le prix fort !

Nous considérons Dieu comme le Souverain Juge, et nous voilà conduits à comprendre sa justice à la lumière de sa miséricorde. Tout homme peut s’en remettre à lui en se confiant à son amour. Ainsi, Dieu n’est pas Seigneur et serviteur. Il n’est pas tout puissant avec des moments de faiblesse. Il n’est pas juge impitoyable tout en se laissant émouvoir de temps en temps. Il est serviteur, et c’est en étant serviteur qu’il est Seigneur. Il respecte chaque Homme et manifeste pour chaque Homme son amour, et c’est là que réside sa toute-puissance.

            Puisse cette semaine Sainte ouvrir nos cœurs et nos intelligences pour nous aider à mieux comprendre qui est ce Dieu que le Christ et ses martyrs ont servi jusqu’au bout.

   † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda avril 2021

eveche15w.jpg

Mission / Déplacement

* Monseigneur Jean-Pierre Cottanceau à RIKITEA => du 30 mars au 06 avril 2021
puis à ANAA, FAAITE et FAKARAVA du 08 avril au 18 avril 2021.

* Diacre Patrice Terooatea à KATIU=> du 24 mars au 14 avril 2021.
* Père David Chanzy à MANIHI => du 23 mars au 13 avril 2021.
* Père Alessandro Lafranconi à HUAHINE => du 25 mars au 12 avril 2021.
* Diacre Joseph Pahio à REAO => du 25 mars au 08 avril 2021.
* Diacre François Voirin à TATAKOTO => du 25 mars au 08 avril 2021.

Radio Maria no te Hau du 05 au 09 avril 2021

logo-rmnth.png* Lundi 05 avril : « Christ est ressuscité » par Père Patrice
* Mardi 06 avril : « Entrons dans la joie » par Sœur Elizabeth de Jésus
* Mercredi 07 avril : « La famille et l'Esprit-Saint » par Monseigneur Hubert
* Jeudi 08 avril : « C'est toi mon unique bonheur Seigneur » par Père Daniel ANGE
* Vendredi 09 avril : « Faire confiance » par sœur Faustine

En chemin avec les familles 

Mgr CottanceauLe Vendredi 19 Mars dernier, fête de St Joseph, et 5° anniversaire de la publication du document « Amoris Laetitia / La joie de l’Amour », le Pape François ouvrait l’année « Famille Amoris Laetitia », année qui sera clôturée par la 10e Rencontre mondiale des familles à Rome en juin 2022. En ouvrant cette année « Famille Amoris Laetitia », le Pape François se propose d’inviter tous les fidèles à entrer plus avant dans l’accueil du texte « Amoris Laetitia », pour y reconnaître un regard ouvert, profondément positif sur la famille et relancer le désir de faire grandir et progresser nos « petites familles » sous le regard du Seigneur et pour le bien de nos enfants et de leurs parents. Il s’agit de rappeler avec force non pas l’idéal de la famille, mais sa réalité riche et complexe. Ce document, profondément positif se nourrit non pas d’abstractions ou de projections idéales, mais d’une attention pastorale à la réalité et aux nombreux défis de notre temps : négation idéologique de la différence des sexes (idéologie du genre), culture du provisoire, mentalité antinataliste, impact des biotechnologies dans le domaine de la procréation, pornographie et abus sur mineurs ; déconstruction juridique de la famille, violences à l’encontre des femmes…On pourra trouver dans ce texte une richesse en suggestions spirituelles et en sagesse pratique, ainsi que l’invitation à porter la lumière du message de Jésus Christ sur nos familles appelées à grandir sans cesse dans l’amour.

 Le Vatican propose aux communautés paroissiales plusieurs initiatives visant à faire avancer la réflexion sur différents aspects de la famille, à la lumière de l’Evangile et de la réalité :

= Préparation des couples au mariage et accompagnement des couples mariés dans les premières années du mariage. 

= Accompagnement des couples en crise ou en difficulté  

= Accompagnement des enfants face aux défis de la société

= Implication de la pastorale des jeunes par des initiatives de réflexion et de discussion sur des questions telles que la famille, le mariage, la chasteté, l’ouverture à la vie, l'utilisation des réseaux sociaux, la pauvreté, le respect de la création

= Promouvoir la vocation missionnaire dans les familles en créant des moments de formation à l'évangélisation et des initiatives missionnaires (par exemple à l'occasion de la formation aux sacrements des enfants, mariages, anniversaires et d’autres moments liturgiques importants).

= Développer une pastorale des personnes âgées qui vise à dépasser la culture du déchet…

Réunis en « Presbyterium » ce Jeudi 18 Mars 2021 à Tibériade, et en prolongation de l’invitation et des suggestions que nous adresse le Saint Père, les prêtres présents se sont mis d’accord pour mettre en place une initiative diocésaine visant à donner aux familles l’occasion de se retrouver pour un temps de partage. Les paroisses s’engagent pendant cette année « Famille Amoris Laetitia » à dégager un soir par semaine sans aucune activité ni office, ni réunion, pour permettre aux familles de se retrouver chez elles autour de la table du repas du soir, sans TV, sans vini, ni tablette… rien que pour redécouvrir si besoin était le bonheur de prendre le temps gratuit d’être ensemble et de partager ce que chacun a vécu les jours derniers… Temps aussi pour se demander pardon si nécessaire, pour se réconcilier, pour s’écouter calmement... Afin de nourrir également la réflexion, une question, une piste sera proposée chaque semaine par le diocèse à toutes les paroisses qui transmettront à toutes les familles, pour un échange, un partage. Enfin, un temps de prière pourra être vécu par chaque famille pour conclure ce temps fort hebdomadaire. Les informations seront données dans chaque paroisse. Ne doutons pas que cette initiative, accueillie dans chaque foyer, pourra se révéler un moyen pour le Seigneur de faire grandir nos familles et de les rendre plus fortes. Nous en avons besoin. Alors, hauts les cœurs pour accueillir cette exhortation par laquelle le Pape François conclut « Amoris Laetitia » :

« Cheminons, familles, continuons à marcher ! Ce qui nous est promis est toujours plus. Ne désespérons pas à cause de nos limites, mais ne renonçons pas non plus à chercher la plénitude d’amour et de communion qui nous a été promis ».

     † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

ENSEMBLE REUNIS POUR TOUJOURS DANS LA LUMIERE DE PÂQUES

Parents mgr cottanceauC’est avec ces paroles de foi et d’espérance que malgré le chagrin et la peine, j’accueille le retour au Seigneur de mon papa, Bernard, en sa 93° année. Mariée en 1952 avec Colette, ma mère, ils ont élevé ensemble 6 enfants, et j’en suis le premier.

Mon père était un homme à la foi profonde, une foi qu’il avait hérité de ses parents, croyants convaincus, et qu’il a su, avec ma mère, me transmettre, ce dont je leur serai toujours reconnaissant. Cette foi, il la mettait en pratique par les œuvres, comme dit St Jacques dans sa lettre (2, 14 et ss). Il était toujours engagé dans la paroisse de la ville où sa profession d’agent SNCF le conduisait. Il aimait les belles liturgies, et faisait partie des équipes d’animation préparant les liturgies puis pendant les messes, comme lecteur, animateur de chant… Il a été membre du Conseil Pastoral dans sa dernière paroisse, et était souvent mis à contribution pour composer puis prononcer le moment venu le mot d’accueil à l’évêque lorsque celui-ci venait visiter la paroisse. Il était de l’équipe de préparation de la kermesse paroissiale. Il s’est occupé pendant de nombreuses années des Scouts, cherchant des responsables, des lieux pour les camps d’été etc… Il fut membre actif du Secours Catholique pendant plusieurs années, et fut également d’abord comme parent puis comme participant, membre actif de l’organisme de gestion des écoles catholiques du lieu où il vivait. Il participa activement au Synode du diocèse de Tulle, il y a quelques années de cela. A la retraite, il participait à un groupe de « cheminots (agents SNCF) retraités » … Il lui était inconcevable de rester sans rien faire !

C’était un homme bon. Je l’ai vu souvent faire l’aumône aux SDF qu’il croisait. Il avait un grand sens de l’amitié, allait facilement au-devant des gens, qu’il les connaisse ou non. Il avait une grande mémoire des visages et se souvenait de ceux qu’il avait rencontrés. Il a aimé passionnément son épouse et ses enfants, et il avait peine, quand nous étions plus jeunes, de nous voir quitter la maison ou nous laisser pour quelques jours à cause de son travail. C’était un homme de conviction, et il était exigeant avec nous, ses enfants, comme avec ses collaborateurs au travail. Je me souviens de ses maximes qu’il me répétait : « La vie ne vaut que ce qu’elle coûte » ou encore « L’important n’est pas d’ajouter des années à la vie, mais d’ajouter la vie aux années ! »

C’est lui avec ma mère qui nous a appris les prières du Chrétien, du temps où, à la maison, nous faisions la prière du soir. La prière qu’il aimait beaucoup était le « Souvenez-vous », attribuée à son saint patron, St Bernard de Clairvaux. La voici :

« Souvenez-vous, Ô très douce Vierge Marie
Qu’on n’a jamais entendu dire
Qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
Imploré votre assistance et réclamé vos suffrages
Ait été abandonné.
Animé d’une pareille confiance,
Ô Vierge des vierges, Ô ma Mère
Je viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés
Je me prosterne à vos pieds.
Ô Mère de Jésus ne méprisez pas mes prières
Mais écoutez-les favorablement
Et daignez les exaucer – Amen »

A vous tous qui avez joint votre prière à la mienne dans ce moment difficile, je veux dire un grand merci. Je suis bien certain que mon père, ayant rejoint son épouse, et le Christ qu’il a servi avec tant de foi et d’amour, intercède auprès de lui pour votre pasteur et pour notre Eglise diocésaine.

 Merci. Je célèbrerai une messe pour mon papa ce Jeudi 25 Mars, fête de l’Annonciation, à 18h en l’église Maria No Te Hau.

  † Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

TU NOUS AS CHOISIS POUR SERVIR EN TA PRESENCE…

Mgr Cottanceau           Ce Jeudi 18 Mars a lieu en l’église Maria No Te Hau la messe Chrismale. Pendant cette célébration eucharistique particulière, l’évêque consacre les saintes huiles pour le baptême, la confirmation et le sacrement de l’ordre (saint-chrême), les huiles pour l’onction des malades et pour les catéchumènes qui se préparent au baptême. Les prêtres se rassemblent pour cette messe et y concélèbrent, car ils sont les coopérateurs de leur évêque, eux qui partagent sa mission sacrée d’édifier le peuple de Dieu, de le sanctifier et de le diriger. Et pour manifester ainsi l’unité du sacerdoce, ils renouvellent pendant cette messe les promesses qu’ils avaient faites à l’évêque au jour de leur ordination sacerdotale. Voilà pour nous une bonne occasion d’approfondir notre compréhension du « prêtre de Jésus Christ », et ce à partir du livre « Des profondeurs de nos cœurs », écrit par le Pape émérite Benoit XVI et par le Cardinal Sarah, ancien préfet de la Congrégation pour le culte divin.

Le canon II de notre prière Eucharistique décrit le cœur du ministère sacerdotal à partir de deux fonctions : la première, « se tenir devant le Seigneur « et la seconde, « le servir » : « … et nous te rendons grâces car tu nous as choisis pour servir en ta présence ». Le prêtre de Jésus Christ a pour mission de se tenir devant Dieu, avec l’Eucharistie comme centre de sa vie sacerdotale. Plus encore, il est celui qui veille et doit rester vigilant face aux pouvoirs du mal. Il doit garder le monde en éveil pour Dieu, il doit être quelqu’un qui reste debout, droit face aux courants du temps. Droit dans la vérité, droit dans l’engagement au service du bien. Appelé à se tenir droit devant le Seigneur, le prêtre est également appelé à le servir. Dans la célébration de l’Eucharistie, ce qu’accomplit le prêtre revient à servir Dieu et les hommes. Le culte que le Christ a rendu au Père a été en effet un don de soi jusqu’au bout, pour les Hommes. C’est dans ce culte, dans ce service que le prêtre doit s’inscrire. « Servir » prend alors plusieurs dimensions :

+ Ce service l’amène à célébrer avec la dignité que requiert la liturgie et les sacrements, et avec participation intérieure de lui-même ; développer une familiarité vivante avec la liturgie afin qu’elle devienne l’âme de sa vie quotidienne, rejeter tout ce qu’il pourrait y avoir d’artificiel.

+ Ensuite, si la liturgie est un devoir central du prêtre, cela signifie également que la prière doit être une réalité prioritaire qu’il faut toujours apprendre et approfondir à l’école du Christ et des saints de tous les temps.

+ Et puisque la liturgie chrétienne, par nature, est toujours aussi annonce, le prêtre doit être une personne qui entretient une familiarité avec la Parole de Dieu, qui l’aime, et qui la vit.

En ordonnant des prêtres, l’Eglise n’institue pas des fonctionnaires chargés de faire tourner une entreprise, elle reconnait d’abord l’appel que Dieu a adressé à tel homme en réponse à sa prière : « La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maitre de la moisson qu’il envoie des ouvriers à sa moisson » (Mt 9, 37). Dans cette ligne, le Pape François ose affirmer avec lucidité et courage : « En de nombreux endroits, les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée deviennent rares. Souvent, dans les communautés, cela est dû à l’absence d’une ferveur apostolique contagieuse, et pour cette raison, elles n’enthousiasment pas et ne suscitent pas d’attirance » (Evangelii Gaudium n° 107) N’aurait-on pas renoncé à annoncer le Christ ? Rappelons le cœur du mandat que Jésus nous a donné : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Mt 28, 19-20). Nous prenons grand soin des peuples, de leur développement économique, mais peut-être pas assez d’annoncer le cœur de notre foi. Et le Cardinal Sarah de préciser : « nous sommes devenus des spécialistes en matière d’action sociale, politique ou économique. Pourtant, comme le rappelait Benoit XVI, « les fidèles n’attendent qu’une chose des prêtres : qu’ils soient des spécialistes de la rencontre de l’Homme avec Dieu ». (Discours au clergé polonais, 25 Mars 2006). Est-ce bien ce que nous attendons d’eux ? Qu’alors notre prière les soutienne dans cette belle mission…

     † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Comité Diocésain  du Renouveau Charismatique Remerciements

RenouveaucharismatiquePaix et joie frères et sœurs,
Je remercie chaleureusement les membres du Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique (CDRCC), les bergers(ères), ou représentants pour votre participation, pour vos retours terrains de vos paroisses et/ou communautés respectives, pour vos demandes, vos propositions et votre soutien.
Merci pour l'unité et le soutien de prières pour tous les projets du Renouveau Charismatique Catholique, courant de grâce dans notre diocèse !
Que Dieu vous bénisse abondamment !
Tiatono Juanito BURNS, Répondant diocésain

CORPS ET SEXUALITE 

Mgr Cottanceau            Alors que le CESEC vient de donner un avis favorable au projet de loi du Pays relatif à la contraception et à la contraception d’urgence (cf. « La Dépêche » du 08 Mars 2021), projet autorisant sans l’accord des parents l’accès aux contraceptifs pour les jeunes filles mineures, le moment semble opportun pour enrichir et orienter la réflexion sur le sens du corps et de la sexualité, afin de pouvoir aider nos jeunes garçons et filles à mieux saisir les enjeux de la dimension sexuée de l’être humain.

            Nous pourrions commencer par adresser un grand merci au Seigneur pour notre corps, un corps sexué, et qui nous invite à porter du fruit. En effet, notre corps est un cadeau que nous avons reçu. Chacun et chacune de nous est présent dans le monde au moyen de son corps. Si nous n’avions pas de corps, nous ne serions pas là ! Avec ce corps, nous pouvons marcher, manger, chanter, prier, aimer, danser, regarder un film, jouer de la musique, parler à des amis, étreindre, embrasser… La question à se poser est de savoir ce que nous faisons de ce corps, comment nous le considérons. Est-ce que j’en prends soin ? Est-ce que je le néglige par manque d’hygiène de vie ? Est-ce que je le soumets sans réserve à mes pulsions, mes instincts ? … et comment je vois, comment je considère le corps de l’autre qui me fait face ? Nous pouvons nous demander également quelle image du corps la société nous renvoie. Le corps n’a-t-il de valeur que dans sa beauté, son côté, voire son utilisation « sexy », sa force physique ? L’image du « corps idéal » ne pousse t’elle pas à faire du corps un objet qu’on idolâtre ? A quelques jours de la « journée de la femme », demandons-nous comment est considéré le corps de la femme dans les publicités !

            La Bible nous rappelle que Dieu marqua de son empreinte l’Homme et la Femme. L’Eglise ne rejette donc pas le corps, bien au contraire, elle lui témoigne le plus grand respect. Elle proclame sa foi en la résurrection de la chair ! Par le corps est rendu visible ce qui est invisible. Et au cœur de notre Foi demeure cette affirmation que Dieu s’est fait chair, qu’il a pris un corps semblable au notre ! Jésus n’a eu de cesse de guérir les corps meurtris, blessés, handicapés. C’est grâce à notre corps que nous faisons le signe de croix, que nous nous agenouillons. C’est bien sur notre corps qu’est versée l’eau du baptême, sur notre front qu’est faite l’onction de la confirmation ou du sacrement des malades… C’est au moyen du corps que nous aimons.

            Ce corps est sexué. La sexualité est une réalité qui irrigue notre corps, toute notre vie, et ne se limite pas à l’activité génitale. Elle impacte plusieurs aspects de la façon dont nous vivons notre relation à l’autre et à son corps : aspect spirituel, émotionnel, physique, social, culturel… et tous nos efforts pour communiquer, tous nos gestes de tendresse, et même nos combats pour gérer nos attirances, nos passions et nos désirs ! En donnant à l’Homme et à la Femme son Esprit, le Seigneur les invite à accueillir et à vivre cette sexualité comme une énergie d’amour et de don de soi.  La sexualité est en chacun de nous un feu dévorant qui nous pousse à nous tourner vers les autres, mais que nous avons parfois du mal à contrôler !

Reste à savoir comment nous pouvons aider nos jeunes à mieux découvrir et comprendre la dignité de leur corps et à gérer cette sexualité dans le respect d’eux-mêmes et de leurs relations, sans brûler les étapes, en restant fidèles à l’image et à la ressemblance de Dieu. Notre corps n’est-il pas le temple de l’Esprit Saint ? (cf 1 Co 6, 19)

  † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Nominations/Cessations mars 2021

eveche15w.jpgPère Auguste UEBE-CARLSON *** Le Père Auguste UEBE-CARLSON, tout en gardant ses fonctions dans les paroisses Saint Jean de la Croix de FAKARAVA, Christ Roi de PAMATAI et Notre Dame de Grâce de PUURAI, est nommé en outre curé des paroisses Saint Joseph de ANAA et Sainte Marie Madeleine de FAAITE.

De plus, il est déchargé de sa fonction de modérateur de TIKEHAU.

Père Eric MACE *** Le Père Eric MACE o.p, actuellement vicaire de la paroisse Saint Paul de MAHINA et administrateur paroissial des paroisses Saint Michel de AVATORU (RANGIROA) et Notre Dame de Paix est nommé en outre administrateur paroissial de l’église de Nicodème de TIKEHAU

Père Charles TABANOU*** Le Père Charles TABANOU est nommé vicaire des paroisses

- Christ Roi de PAMATAI (FAAA)

- Notre Dame de Grâce de PUURAI (FAAA)

- Saint Jean de la Croix de FAKARAVA

- Saint Joseph de ANAA

- Sainte Marie Madeleine de FAAITE

Père Abraham MEITAI *** Le Père Abraham MEITAI, actuellement curé des paroisses St Joseph de FAAA, St Joseph de MAKEMO, St Marc de KAUEHI et dépendances, est nommé en outre membre du Service Diocésain des Vocations (SDV).

Diacre Martin de SAINT FRONT *** Suite à son ordination au Diaconat en vue du Sacerdoce célébrée le Samedi 19 Décembre 2020, le diacre Martin de SAINT FRONT est nommé à la paroisse St Etienne de PUNAAUIA. Cette nomination deviendra effective dès que le diacre Martin aura terminé son année d’étude au Grand Séminaire d’ORLEANS vers le mois de Juin 2021. A son retour définitif d’ORLEANS, il poursuivra donc son stage diaconal en la paroisse St Etienne de PUNAAUIA.

Diacre Norbert FAARII *** Suite à son ordination au Diaconat permanent célébrée le Samedi 19 Décembre 2020, le diacre Norbert FAARII est nommé à la paroisse Christ Roi de PAMATAI (FAAA).

Diacre Jean-Baptiste KOHUMOETINI *** Suite à son ordination au Diaconat permanent célébrée le Samedi 19 Décembre 2020, le diacre Jean Baptiste KOHUMOETINI est nommé à la paroisse Sainte Trinité de PIRAE.

Il est également nommé aux paroisses St Michel de HIKUERU et N.D. des Anges de MAROKAU.

Diacre Hippolyte PEA *** Le Diacre Hippolyte PEA est déchargé de sa fonction de chargé de pastorale à l’église Saint Nicodème de TIKEHAU.

Il est nommé aux paroisses Saint Jean de la Croix de FAKARAVA et Sainte Marie Madeleine de FAAITE.

Il garde sa fonction dans la paroisse du Christ Roi de PAMATAI (FAAA).

Diacre Médéric BERNARDINO *** Le Diacre Médéric BERNARDINO est déchargé de toutes les fonctions qu’il occupait dans les paroisses Saint-Michel de AVATORU (RANGIROA) et Notre Dame de Paix de TIPUTA (RANGIROA), et ce à sa demande pour raison de santé.

Diacre Antonio TAHUHUTERANI *** Le Diacre Antonio TAHUHUTERANI est déchargé de toutes les fonctions qu’il occupait dans la paroisse Saint Michel de RIKITEA (Iles GAMBIER), et ce pour raison de santé.

Diacre Francisco TEVAEARAI *** Le Diacre Francisco TEVAEARAI est déchargé de toutes les fonctions qu’il occupait dans la paroisse Notre Dame de Grâce de PUURAI (FAAA) ainsi que dans la paroisse Sainte Marie Madeleine de FAAITE.

Il reste attaché comme diacre à la paroisse Saint Joseph de ANAA.

Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Archevêque de Papeete

Retraite des prêtres et messe chrismale 2021

eveche15w.jpgRetraite des Pretres

Tibériade – 16 au 18 mars 2021

Messe Chrismale

Maria no te Hau - Papeete
Les Prêtres de l’archidiocèse de Papeete seront en « mini-retraite » à Tibériade du mardi 16 au jeudi 18 mars.
La Messe Chrismale aura lieu le jeudi 18 mars à 18h00 à l’église Maria no te Hau de Papeete

Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

VOUS ÊTES TOUS FRERES (Mt 23,8)

Irak papeC’est la devise choisie par le Pape François pour son voyage apostolique en Irak (du 5 au 8 mars). Sur le logo publié sur le site du patriarcat des chaldéens de Babylone on voit le Saint Père sur fond de carte de l’Irak où sont nettement tracés les deux fleuves : Tigre et Euphrate. Le drapeau irakien et celui du Vatican sont surmontés d’une colombe portant un rameau d’olivier, le tout « auréolé » de cette phrase qui donne tout son sens à cette visite : « Vous êtes tous frères » [en arabe, soureth(dialecte araméen) et kurde].

Ce voyage-pèlerinage historique sur la terre d’Abraham tant souhaité par Jean-Paul II et Benoît XVI, est un véritable défi que François a décidé de relever, tant il est déterminé à faire résonner un message de paix et de fraternité dans le pays et toute la région.

C’est d’abord un voyage apostolique pour marquer la proximité du Pape et de toute l’Eglise universelle avec les chrétiens, marqués par des années de guerre et de persécutions. Mais cette visite est placée sous le signe de la « fraternité » et du « dialogue interreligieux » puisqu’il est prévu une rencontre historique avec le grand ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité musulmane chiite d'Irak. Un texte fondamental « sur la fraternité humaine » en vue de la paix dans le monde devrait être signé par les deux dignitaires religieux. Ce serait la reconnaissance de la seconde communauté majeure de l'Islam.

On se souvient qu’en février 2019, à Abou Dhabi, le Pape François et Cheikh Ahmed al-Tayeb, le grand imam de l'institution de l'islam sunnite Al-Azhar, basée au Caire, ont signé un document important sur la fraternité humaine.

Le Pape participera également à une prière interreligieuse à Ur (sud), berceau d'Abraham, en compagnie de dignitaires chiites, sunnites, yazidis et sabéens.

N’oublions pas que l’Irak est l’un des premiers pays à avoir été christianisé comme en témoigne le passage des apôtres Thomas et Matthieu. Une diversité d’Églises se sont implantées sur le territoire :
assyrienne, chaldéenne, syriaque catholique, syriaque orthodoxe. Géographiquement, les Églises se répartissent dans trois grandes zones d’Irak : la vallée chaldéenne avec les villages allant du nord de Mossoul à Al Qosh, la plaine syriaque incluant la ville de Qaraqosh et enfin les montagnes assyriennes avec les villages proches de la frontière turque. En 2000, la minorité chrétienne comptait 1,5 millions d’âmes (6% de la population) ; en 2020, celle-ci est réduite à environ 400 000 (à peine 1% de la population) !  Pour la première fois dans l’histoire des pontificats, le Pape célébrera une messe en rite chaldéen dans la cathédrale chaldéenne Saint-Joseph de Bagdad (samedi 6 mars). (Sources : Œuvre d'Orient et AED)

Ce « Voyage est dangereux » comme l’a dit Benoît XVI, mais placé sous haute sécurité puisque la Covid-19 circule intensément (le Pape a été vacciné) et des attentats sont toujours à craindre. François séjournera à Bagdad et tous ses déplacements se feront en voiture fermée, avion et hélicoptère. Aucun bain de foule, aucun rassemblement important, exceptée la messe dominicale (dimanche 8 mars) au stade “Franso Hariri” d’Erbil (au Kurdistan irakien) où sont attendus quelque 10 000 représentants de toutes les paroisses du pays.

Du vendredi 5 mars au lundi 8 mars, n’hésitons pas à suivre cet événement dans les médias ; nous serons tous unis par la prière au Saint Père et à tous nos frères et sœurs d’Irak et de la région.

Dominique Soupé

Récollection des Diacres 05 mars 2021

logo-diacre.jpgRécollection des Diacres Vendredi 05 mars 2021 au Sacré Cœur de Arue
Les Diacres seront en récollection avec Monseigneur Jean-Pierre le vendredi 05 mars 2021 à la paroisse Sacré-Cœur de Arue.
A partir de 07h30 : café d’accueil
08h00 : laudes suivit de l’enseignement sur l’année « Amoris Laetitia »
09h30 : pause, collation et partage en équipe
10h30 : renouvellement du bureau
11h00 : messe
Pas de repas.
La présence de tous les Diacres est vivement souhaitée.
Merci à tous dans le cœur de Dieu.
Tiatono Gilbert TEANAU

Paroisse Sacré Cœur de Arue Conférences de Carême

eglise-arue-2.jpg* Dimanche 07 mars 2021 par Marurai TOUATEKINA « L’amour envers les pauvres, les plus démunis »
* Dimanche 14 mars 2021 par Père Eric MACE « L’amour dans le service du Seigneur »
* Dimanche 21 mars 2021 par Monseigneur Jean-Pierre Cottanceau « Amoris Laetitia »

Renouveau Charismatique Réunion du « Comité des 12 »

RenouveaucharismatiqueUne réunion des membres du Comité Diocésain du Renouveau Charismatique dénommé "Comité des 12" et des bergers(ères) se déroulera le lundi 15 mars 2021 à 17H à l'Annexe de l’Évêché, Mission, Papeete.
Ordre du jour :
_ Pastorales du Renouveau Charismatique 2021-2022
_ Questions diverses
Je vous remercie pour votre participation à cette réunion, à défaut de déléguer votre adjoint(e) dans le respect des gestes barrières, masque, gel mains.
Merci pour l'unité et le soutien de prières ! Que Dieu vous bénisse abondamment !
Tiatono Juanito BURNS, Répondant diocésain

J’AVAIS FAIM…

Mgr CottanceauLe temps de Carême nous invite à l’aumône, une action qui ne trouve son sens qu’en lien étroit avec la charité quand elle est vécue, selon les mots du Pape François dans sa lettre pour le Carême 2021, « à la manière du Christ, dans l’attention et la compassion à l’égard de chacun », devenant ainsi «la plus haute expression de notre foi et de notre espérance… ». Et le Saint Père de poursuivre : « La charité se réjouit de voir grandir l’autre. C’est la raison pour laquelle elle souffre quand l’autre est en souffrance : seul, malade, sans abri, méprisé, dans le besoin… La charité est l’élan du cœur qui nous fait sortir de nous-mêmes et qui crée le lien du partage et de la communion ».

            L’idée d’aumône est très ancienne et figure déjà dans l’Ancien Testament. Dans toute la Bible, l’aumône est un geste de bonté de l’Homme pour son frère, et donc une imitation des gestes de Dieu qui, le premier, a fait preuve de bonté envers l’Homme. En effet, tout ce que possède l’Homme lui a été prêté par le créateur de l’Univers à qui appartient la terre et tout ce qu’elle contient. Par l’aumône, on assure simplement une répartition plus équitable des dons de Dieu à l’humanité. L’acte de charité non seulement vient en aide aux nécessiteux, mais apporte également un bienfait spirituel à celui qui donne : « Le mendiant fait plus pour le maître de maison que le maître de maison pour le mendiant » dit un texte Juif. Mais il ne faudrait pas croire que l’aumône s’inspire uniquement de motifs intéressés. Souvent la charité est estimée comme une vertu suprême : « La charité est égale à toutes les autres prescriptions réunies ». « Quiconque pratique la charité et la justice agit comme s’il remplissait le monde entier de bonté et d’amour ».

            L’aumône ne doit pas consister tout juste à donner un secours. Il faut prendre en considération la condition de celui qui le reçoit. Le devoir de charité ne se limite pas à donner, il faut aussi avoir de la considération pour celui à qui l’on donne : « Si quelqu’un donnait à son prochain toutes les bonnes choses du monde mais avec un air maussade, cela lui serait compté comme s’il n’avait rien donné du tout, mais celui qui reçoit aimablement son prochain, même s’il ne lui donnait rien, cela lui sera compté comme s’il lui avait donné toutes les bonnes choses du monde ». « Si tu n’as rien à donner au pauvre, réconforte-le par tes paroles. Dis-lui : « mon âme vient à toi parce que je n’ai rien à te donner ».

            Jésus dans ses paroles sur l’aumône reprend en partie ce que disait déjà l’Ancien Testament : il la compte avec le jeûne et la prière comme l’un des trois piliers de la vie religieuse. Il en souligne le caractère désintéressé et discret, sans attente de récompense en retour, et sans mesure. Mais Jésus va plus loin dans le sens de cette démarche de partage et de solidarité. En effet, à travers nos frères dans le besoin, c’est Jésus lui-même à qui l’on vient en aide : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger … Chaque fois que vous l’aurez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’aurez fait ! » (Mt 25, 31-46) Donner aux pauvres, c’est imiter le Christ lui-même qui, «de riche qu’il était, s’est fait pauvre pour vous, afin de vous enrichir de sa pauvreté » (2 Co 8, 9). Enfin, l’aumône ne peut être faite de façon Chrétienne que par référence à l’amour de Dieu manifesté dans la passion et la mort de Jésus Christ. Là est le fondement de la charité, c’est que tous, même et surtout les pauvres sont aimés du Christ qui a donné sa vie.

            Dans l’Eglise, l’aumône est une nécessité pour quiconque veut mettre en œuvre l’amour de Dieu : « Comment l’amour de Dieu demeurerait-il en celui qui ferme ses entrailles devant son frère nécessiteux ? » (1 Jn 3, 17) ; « Si un frère ou une sœur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise : « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il ? » (Jc 2, 15).

Pratiquer l’aumône selon l’esprit de charité, c’est donc prendre soin de ceux qui se trouvent dans des conditions de souffrance, de solitude ou d’angoisse à cause de la pandémie de la Covid-19, recommande le Saint-Père, invitant à offrir « avec notre aumône un message de confiance », et « à faire sentir à l’autre que Dieu l’aime comme son propre enfant… Le peu, quand il est partagé avec amour, ne s’épuise jamais mais devient une réserve de vie et de bonheur. Ainsi en est-il de notre aumône, modeste ou grande, que nous offrons dans la joie et dans la simplicité », a ajouté le Pape.

Puisse cet esprit de don et de partage illuminer et guider notre chemin de Carême vers Pâques !

† Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Union des Femmes Catholiques – U.F.C.

eveche15w.jpgJournée diocésaine annulée

La rencontre de l’Union des Femmes Catholiques programmée et inscrite dans le calendrier liturgique pour le samedi 27 février 2021 est annulée.