A LA UNE

Papefrancois1

Intention de prière du pape 
​pour le mois de Juillet 2021

L’amitié sociale : Prions pour que,
dans les situations sociales, économiques
et politiques conflictuelles,
nous soyons des créateurs courageux

et passionnés de dialogue et d’amitié.

Familleforum

N 28 pj flyer forum des famillesn.28-pj-flyer-forum-des-familles.pdf

Une intention à donner ... Clique sur le bouton
 ci-dessous

SospriereBouton catholicite150logo-rmnth.png

Ecouter RMNTH

Actualité

en images

Lire le PKO
Pko 25.07.2021
Pko 18.07.2021

Pirogue de la parole Foi aux marquises

 
Caddie de la solidarite Pretres cepc 2019 Semeurtahitien

Messe JDS Punaauia 

La foi aux Marquises

Le caddie de la solidarité 

Rencontre des prêtres de la Cepac  Lire la page FB du semeur 
 

Liste des pages du semeur 
N°09.2020
N°08.2020

 

FORUM DIOCESAIN DES FAMILLES
Amoris laetitia syntheseamoris-laetitia-synthese.docx
Syn eveques famillesyn-eveques-famille.docx
Ecclesia in oceania extraitecclesia-in-oceania-extrait-.docx
Amoris laetitia texteamoris-laetitia-texte.pdf
Priere rencontre mondiale des familles 2022priere-rencontre-mondiale-des-familles-2022doc
Autres prieres en familleautres-prieres-en-famille.doc

INTERPELLATIONS

Mgr CottanceauParmi les nombreux points abordés dans son discours de ce Mardi 27 Juillet, un certain nombre de promesses et d’engagements ont été pris par le Président de la République. Ces promesses et ces engagements ont au moins le mérite de pointer du doigt les enjeux d’avenir, mais également les problèmes et difficultés qui façonnent notre société Polynésienne. Ils peuvent être aussi pour nous l’occasion de nous laisser interpeler !

Il fut beaucoup question de la sauvegarde et de la préservation du patrimoine naturel mais aussi de ce patrimoine culturel auquel le peuple Maohi a donné naissance et qu’il a su transmettre jusqu’à aujourd’hui. L’Eglise doit se réjouir de cette dynamique. La préservation du patrimoine naturel s’inscrit tout à fait dans le sillage de « Laudato Si », cette encyclique du Pape François qui interpelle sur la façon dont nos sociétés se comportent vis-à-vis de cette terre, notre « maison commune ». La préservation du patrimoine culturel est également pour les disciples du Christ l’occasion de se souvenir que l’Eglise est appelée à annoncer le Christ et sa Parole à toute culture. Le Synode sur l’Océanie qui s’est tenu en 2001 souligne que dans chaque culture, la foi Chrétienne sera vécue de façon unique, que dans ses efforts pour présenter le Christ, l’Eglise doit respecter chaque culture. Les Pères du Synode précisent : « L‘Evangile n’est pas opposé à telle ou telle culture, comme si, lorsqu’il la rencontre, il voulait la priver de ce qui lui appartient… Une inculturation authentique de l'Évangile présente un double aspect. D'un côté, une culture offre des valeurs et des modèles positifs qui peuvent enrichir la manière dont l'Évangile est annoncé, compris et vécu. D'un autre côté, l'Évangile défie les cultures et rend nécessaire le changement de certaines valeurs et de certains modèles ». (« Ecclesia in Oceania » § 16)

Il fut également question de santé publique, eu égard à la situation causée par la pandémie. Mais la Covid ne saurait faire oublier toutes les autres maladies, surtout le cancer dont les effets se font douloureusement sentir chez les personnes atteintes, mais également dans les familles de ces personnes, surtout lorsque des evasan ont dû avoir lieu. Si la gestion médicale et financière de cette maladie, comme des autres maladies graves d’ailleurs, relève des pouvoirs publics et des services de santé, les liens de proximité, de voisinage, d’amitié que nous entretenons peuvent également constituer une aide précieuse pour ceux et celles qui sont touchés d’une façon ou d’une autre : « J’étais malade et vous m’avez visité » (Mt 25,36). C’est donc une occasion pour nos communautés de faire le point sur la façon dont nous accompagnons, ne serait-ce que par la prière, ces personnes et ces familles en souffrance.

Il fut également question de ces fléaux qui portent atteinte à la vie et à la dignité humaine : drogue et augmentation du trafic d’ice, violences faites aux femmes. Parallèlement aux instances de justice, des associations s’engagent et agissent avec courage et obstination. Qu’en est-il de notre présence dans ces associations, aux côtés de ces personnes de bonne volonté ? Beaucoup sont déjà à l’œuvre au nom de leur Foi. Accueillir et écouter les victimes, les aider, mais également mettre en lumière les racines qui produisent de tels comportements pour pouvoir agir dans la durée… N’est-ce pas là une belle façon d’être témoin de Jésus Christ ?

La question des conséquences des expérimentations atomiques a été aussi abordée. L’Eglise ne peut que souscrire au souhait que par esprit de justice, la vérité sur l’ensemble de la période nucléaire soit faite par les institutions nationales et locales. De plus, la situation des familles victimes, parfois sur les générations suivantes, ne saurait être ignorée et tout doit être fait pour qu’elles soient intégralement reconnues dans leur droit à être soutenues par la solidarité nationale. Enfin, l’Eglise rappelle le commandement de l’amour du prochain, y compris de nos ennemis, et du pardon des offenses. C’est, avec la prière fervente à Dieu, la seule attitude que le Chrétien peut suivre. C’est le seul moyen de restaurer durablement la paix du cœur et de l’âme pour que revienne l’espérance en l’avenir. Il s’agit pour tous d’aborder cette problématique sans apriori ni procès d’intentions et de rechercher sans cesse la vérité - même si celle-ci dérange. La charité et le devoir de prendre en considération ceux et celles qui souffrent doivent conduire à la recherche d’une justice qui ne soit qu’au service de la dignité humaine, sans autre considération ou arrière-pensée. C’est à ce prix que nous pourrons avancer ensemble dans la concorde. 

  † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda juillet 2021

eveche15w.jpg

Agenda

Mission/Déplacement

* Père Sandro LAFRANCONI à Huahine du 29 juillet au 31 août 2021

Paroisse Saint-Etienne - Punaauia

De Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

C'est avec beaucoup de joie que je vous informe du retour parmi nous de notre frère le diacre Martin de SAINT FRONT. Il réside à la paroisse St Etienne de PUNAAUIA où il avait été nommé au jour de son ordination diaconale. Après avoir commencé à exercer son ministère diaconal dans le diocèse d'ORLEANS, il pourra le poursuivre désormais à St Etienne. Nous lui souhaitons bon courage et le porterons dans nos prières.

† Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Vaccination et Fraternite Lettre de Mgr d’Ornellas

« Vaccin et fraternité, un appel à la conscience morale » le 27/07/2021.

N 30 pj vaccination mgr d ornellasn.30-pj-vaccination-mgr-d-ornellas-.pdf

Ecoles de la foi Messes de clôture à Maria no te Hau

En raison des mesures sanitaires en vigueur et d’un commun accord entre les différents directeurs des écoles de la foi et Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU, la messe de clôture des écoles de la foi du mois de juillet se fera ce vendredi 30 juillet 2021 en deux temps : 

* 10h00 : pour les Ha’api’ira’a Fa’aro’o, Nazareth, Sykar et Antioche.

* 18h00 : pour le Ha’api’ira’a Katekita, Emmaüs, Ha’api’ira’a Nota et Reo Tahiti.

Radio MNTH diffusera les deux messes en radio, sur fb et sur le site internet www.radiomarianotehau.com

Donc en 2021 le dimanche 25 juillet, en 2022 le dimanche 25 juillet, etc.

Les prochains calendriers liturgiques de l’Archidiocèse feront état de cette journée mondiale.

Fête de Saint-Laurent
Rencontre des Diacres - Moorea 21 août 2021

Cette année pour la fête du diacre Saint Laurent, notre rencontre avec nos épouses autour de notre Archevêque Mgr. Jean-Pierre aura lieu à Moorea - Afareaitu à la communauté de Saint Patrice le samedi 21 août 2021. 
Nous serons attendus pour le petit-déjeuner et ce, jusqu’au repas de midi.
Notre départ du quai des ferrys de Papeete est prévu à :
- 07h35 par l’Aremiti ferry
- 07h15 par le Terevau 1
Un bus est prévu pour nous récupérer dès notre arrivée à Vaiare.
Pour ceux qui désireraient passer le week-end à Moorea, veuillez me le faire savoir afin d’organiser votre hébergement et votre accueil dans les différentes communautés de Moorea durant le week-end avec le D. Timi.
Le programme de notre rencontre nous sera communiqué ultérieurement.
Mauruuru maitai à tous et dans la hâte et la joie de voir, je vous souhaite une bonne mission dans le cœur de Dieu.
Très chaleureusement en Jésus Christ +
Tiatono Teanau

Paroisse Sacré-cœur – Arue Recollection paroissiale – 07 août 2021

eglise-arue-1.jpgLe Père Eric MACE nous invite, le samedi 07 Août 2021, à une recollection paroissiale, de 07h30 à 12h00 dans la salle PETERO-RATEPA du Sacré-Cœur d’Arue, sur le thème « Ia Ora Na E Maria e » et dont le titre est « Comprendre la prière du ‘‘Je vous salue Marie’’ ».
Cette recollection est ouverte à tous les paroissiens du Sacré-Cœur d’Arue, membres du rosaire vivant ou pas, ainsi qu’à tous ceux désireux d’y venir.

Le programme de la matinée :
- 07 h 00 : Accueil par des chants et mystère à la grotte (si le temps nous le permet)
- 07 h 30 : Messe à la grotte (si le temps nous le permet)
- 08 h 45 : Démarrage de la formation dans la salle « PETERO-RATEPA »
-de 10 h 00 à 10 h 30 : Pause-café, eau etc ….
- de 10 h 30 à 11 h 45 : Réactions / Questions dans la salle « PETERO-RATEPA »  …..
- 12 H 00 : Cocktail partagé sur le terre-plein (si le temps nous le permet)                                                        

Venons nombreux et profitons de cette grâce de recevoir ce partage.
Oui Jésus avec Marie nous appelle à vivre ce moment fort qui sera enrichissant pour tous.

Congrégation des Sacrés-Cœurs Temps de repos de Père Léon

SarecoeursjesusmarieLe Père Léon LEMOUZY, religieux des ss.cc va prendre un temps de repos dans sa famille et visiter les confrères religieux. Il va célébrer les 60 ans de profession religieuse le 8 septembre 2021 en Aveyron lors d’une retraite spirituelle des jeunes religieux de la Province des frères à Graves, près de Villefranche de Rouergue. Il y rencontrera le Père David. Il quittera Tahiti le vendredi 30 juillet à 22h00. Si tout va normalement bien, il sera de retour le 15 Octobre. Que Dieu veuille bénir ce projet.

Service Diocésain de la Catéchèse Rassemblement à Arue

sdc.jpgLe service Diocésain de la Catéchèse informe tous les catéchètes que son prochain rassemblement se déroulera le samedi 31 juillet à la paroisse du Sacré Coeur de Arue de 08h00 à 12h00.

Ce rassemblement se clôturera par une messe d'envoi des catéchistes célébrée par notre Archevêque Monseigneur Jean-Pierre Cottanceau qui remettra à chaque catéchète sa lettre d'envoi en mission.

La présence de tous est vivement souhaitée.

Radio Maria no te Hau du 02 au 06 août 2021

logo-rmnth.png* Lundi 02 aout : « La parole de Dieu » par Monseigneur RICARD Jean-Pierre.
* Mardi 03 aout : « La pensée lumineuse » par P.Daniel ANGE.
* Mercredi 04 aout : « Le curé d’Ars, témoin de la Miséricorde » par Monseigneur BAGNARD.
* Jeudi 05 aout : « Je vis la joie dans l'Esprit Saint » par Cathy BRENTE.
* Vendredi 06 aout : « Dans la nuée de la transfiguration » par Père Silouane.

Radio Maria no te Hau  Enquête 2021

logo-rmnth.pngIa Orana,
La radio Maria No Te Hau lance une enquête du 21 juillet au 21 septembre auprès de tous ses auditeurs fidèles et occasionnels. Les quelques questions concernent les habitudes d’écoute dans l’année mais aussi les souhaits de programmation. Nous souhaitons avoir le retour d’un maximum de paroissiens du fenua pour ainsi mieux répondre à notre mission : être au service de l’Eglise en diffusant les messages et les valeurs de l’Evangile.

Comment faire ? Il y a deux manières de répondre aux questions :

  • La première est en ligne en cliquant sur le lien suivant : https://cutt.ly/RMNTH. Une fois validé, le questionnaire est terminé et envoyé à la radio.
  • La seconde est en version papier (disponible à la fin du communiqué diocésain). Il peut être imprimé et diffusé à tous. Pour nous les retourner, merci de les déposer directement aux locaux de la radio, de nous les envoyer scanné par mail ou par voie postale (BP 94 -Papeete).

Nous vous remercions pour votre aide !

Pour toutes questions, 87 20 10 20 / 40 42 00 11 / radiomarianotehau@mail.pf

N 29 pj enquete 2021 rmnthn.29-pj-enquete-2021-rmnth.pdf

QUAND LES FAMILLES INTERPELLENT L’EGLISE

Mgr CottanceauLe week-end dernier se tenait en l’église Maria No Te Hau et à l’école de la Mission le Forum des Familles organisé par les écoles de Juillet, l’Association Familiale Catholique, le Centre Diocésain de la Pastorale du mariage et l’Union des Femmes Catholiques. Ce fut l’occasion pour les participants d’évoquer les joies mais aussi les difficultés qui aujourd’hui traversent cette réalité de la vie de famille. Ce fut également pour eux l’occasion d’exprimer ce qu’ils attendaient de l’Eglise, de ses responsables et de ses communautés, comme soutien, accueil, accompagnement. Au fil des partages, voici quelques réflexions et demandes exprimées par les participants :

*Aux prêtres est demandé d’être de vrais témoins du Christ, qu’ils soient disponibles pour l’accueil, l’accompagnement de toute personne en souffrance dans sa famille, qu’ils soient à l’écoute de leurs fidèles, quelle que soit leur situation familiale. Qu’ils aient à cœur de sortir à la rencontre des familles chaque fois que c’est possible. D’où également l’étonnement et la souffrance exprimées par certains participants de constater l’absence de la majorité des prêtres dans ce forum, alors que les fidèles étaient rassemblées pour parler de leur vie de famille et auraient été heureux et réconfortés par la présence de leurs bergers à leurs côtés. Les brebis étaient rassemblées, mais où étaient les pasteurs ?...

*Aux structures paroissiales est demandé également d’être non pas d’abord des lieux administratifs et impersonnels mais des lieux où les fidèles se sentent accueillis et écoutés avec bienveillance.

*Aux fidèles des communautés chrétiennes qui sont aussi l’Eglise, est demandé de ne pas se livrer au commérage, aux jugements qui condamnent, aux commentaires (Facebook) qui divisent, surtout en ce qui concerne la vie familiale des autres… Ceci se vérifie par exemple dans l’accueil réservé aux fidèles venant aux offices et aux célébrations. Se sentant accueillis comme des frères, quelle que soit leur situation familiale, ils pourront trouver dans ces assemblées force, espérance et amour pour pouvoir vivre et progresser dans leur vie chrétienne. Se sentant mal accueillis, jugés parfois, le risque est grand qu’un jour on ne les revoie plus !

*Les fidèles doivent également se souvenir qu’ils ont une présence de proximité dans les quartiers car ils savent souvent ce qui s’y passe. Par leur présence réconfortante et leur témoignage d’accueil, d’écoute et leur prière, ils pourront ainsi aider les familles en difficulté qui vivent dans leurs quartiers. Prenant à cœur leur rôle de « familles missionnaires », ne sont-ils pas « sel de la terre et la lumière du monde » ?

*A l’Eglise en tant que telle est demandé d’accentuer ses efforts dans la formation et l’accompagnement des jeunes et des adolescents. Il ne s’agit pas seulement de transmettre des informations sur le Christ, il s’agit d’aider les jeunes à devenir adultes dans la vie et dans la Foi, afin qu’ils deviennent capables de fonder à leur tour, le moment venu, des familles qui se tiennent.

*Est demandé également à l’Eglise en toutes ses paroisses que soit intensifiée la catéchèse dans les familles, la Parole de Dieu et la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. A été évoquée la nécessité de « l’école des parents ». Ce sont de puissants facteurs d’unité, de dialogue, d’amour et de miséricorde capables d’aider à souder ou ressouder une famille en difficulté. Mettre la prière dans les familles, n’est-ce pas bâtir sur le roc ? Plus encore, cette catéchèse pourra également permettre d’encourager toutes les familles qui cherchent à se tourner vers le Christ, afin qu’elles vivent et développent toujours plus leur appartenance au Christ et à l’Eglise à travers la prière, l’écoute de la Parole de Dieu, la participation fréquente à la liturgie, l’éducation chrétienne des enfants, la charité et le service aux pauvres, l’engagement en vue de la justice et de la paix.

            Le « carnet de route » est tracé. Il revient à chacun de le prendre au sérieux pour nos familles et pour l’Eglise… Que l’Esprit Saint nous y aide !

† Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda juillet 2021

eveche15w.jpg

Agenda

Mission pastorale / Déplacement

* Père Eric MACE à Tikehau et Rangiroa du 19 au 30 juillet. Tareva TAITI sera également en mission avec Père.
 * Diacre Patrice TEROOATEA prévu à Takume du 29 juillet au 12 août 2021 (repoussé à une date ultérieure)
* Diacre Tom MERVIN hors territoire du 23 juin au 12 août 2021.

Ecoles de la Foi / Paroisse Maria no te Hau Messe d’investiture

La messe d’investiture aura lieu le vendredi 30 juillet 2021. Radio Maria no te Hau transmettra en direct Radio et sur la page Facebook à partir de 17h45.

29 juillet Célébration des Saintes Marthe, Marie  et Saint Lazare

Le préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la discipline des Sacrements a promulgué le 26 janvier 2021 un décret (Prot. N. 35/21) sur la célébration des Saintes Marthe, Marie et Saint Lazare dans le calendrier romain général :

Le Saint-Père François a ordonné que le 29 juillet soit inscrit au calendrier Romain Général comme mémoire des Saintes Marthe, Marie et Saint Lazare.

Les prochains calendriers liturgiques de l’Archidiocèse feront état de cette modification de mémoire à la date du 29 juillet.

4e dimanche de juillet Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées

Le pape François, lors de l’Angélus du dimanche 31 janvier 2021, a institué une « Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées » qui sera célébrée par toute l’Église le 4e dimanche de juillet chaque année.

Donc en 2021 le dimanche 25 juillet, en 2022 le dimanche 25 juillet, etc.

Les prochains calendriers liturgiques de l’Archidiocèse feront état de cette journée mondiale.

Aumônerie Militaire – Chapelle St- Louis
Messes et permanence

Il n’y aura pas de messe à la chapelle Saint-Louis de Arue les dimanches 18 juillet et 25 juillet 2021.
Durant l’absence du Père Denis BERTIN du 08 au 30 juillet 2021, veuillez-vous rapprocher de Père Christophe au 40 50 30 00, pour toute question relative à l’aumônerie militaire.

Fête de Saint-Laurent
Rencontre des Diacres - Moorea 21 août 2021

Cette année pour la fête du diacre Saint Laurent, notre rencontre avec nos épouses autour de notre Archevêque Mgr. Jean-Pierre aura lieu à Moorea - Afareaitu à la communauté de Saint Patrice le samedi 21 août 2021. 
Nous serons attendus pour le petit-déjeuner et ce, jusqu’au repas de midi.
Notre départ du quai des ferrys de Papeete est prévu à :
- 07h35 par l’Aremiti ferry
- 07h15 par le Terevau 1
Un bus est prévu pour nous récupérer dès notre arrivée à Vaiare.
Pour ceux qui désireraient passer le week-end à Moorea, veuillez me le faire savoir afin d’organiser votre hébergement et votre accueil dans les différentes communautés de Moorea durant le week-end avec le D. Timi.
Le programme de notre rencontre nous sera communiqué ultérieurement.
Mauruuru maitai à tous et dans la hâte et la joie de voir, je vous souhaite une bonne mission dans le cœur de Dieu.
Très chaleureusement en Jésus Christ +
Tiatono Teanau

Radio Maria no te Hau du 26 au 31 juillet 2021

logo-rmnth.png* Lundi 26 juillet : « Accompagner vers le Christ » par Mgr Olivier de GERMAY.
* Mardi 27 juillet : Enseignement en direct de la paroisse MNTH par Tiatono Médéric.
* Mercredi 28 juillet : « Ma vie sous le regard de Dieu » par Alex et Maud LAURIOT PREVOS.
* Jeudi 29 juillet : Enseignement en direct de la paroisse MNTH par Tiatono Médéric.
* Vendredi 30 juillet : « L’Eglise, corps de Dieu » par Père Daniel ANGE.

La messe d'investiture du vendredi 30 juillet 2021 sera transmise en direct Radio et sur notre page FB à partir de 17h45.

* Samedi 31 juillet :
01h : Rediffusion Enseignement Tiatono Médéric du 27 juillet 2021,
08h : Rediffusion de la messe d’investiture,
16h : « Accompagner vers le Christ » par Mgr Olivier DE GERMAY,
21h : Rediffusion Enseignement Tiatono Médéric du 29 juillet 2021.

Secours Catholique Fermeture

Secours cathoL’antenne du Secours Catholique située à la Mission sera fermée du lundi 05 juillet au vendredi 06 août inclus.

VOUS AVEZ DIT « VACCINATION » ?

Mgr CottanceauCe Lundi 12 Juillet, le Président de la République lors de son allocution, appelait les non-vaccinés à se faire vacciner sans tarder, cherchant à les convaincre de l’importance de cette démarche si on veut limiter puis enrayer la progression de ce virus. Devant les désastres sanitaires, humanitaires, économiques que ce virus provoque depuis près d’un an et demi dans toutes les parties du monde – plus de 4 millions de décès au 13 Juillet 2021 dont 144 pour la Polynésie Française - sans parler des souffrances engendrées dans les familles, des conséquences économiques et financières ayant conduit à une situation de précarité les revenus de ces familles et la santé des entreprises, surtout les plus petites, devant cette succession de variants qui ne cesse de repousser vers un avenir incertain le terme de ce combat, il serait vain d’attendre sans rien entreprendre à chaque niveau de la société que le problème se résolve par lui-même. Si l’on veut éviter l’usage du confinement généralisé qui a si lourdement pénalisé et handicapé la vie quotidienne de ceux qui y étaient soumis, si l’on veut éviter la fermeture des frontières risquant d’étouffer et de paralyser l’activité économique, le choix des moyens pour lutter contre ce virus est pour le moins limité. Et à ce jour, même si son efficacité n’est pas absolue à 100 %, le meilleur moyen reste la vaccination.

            C’est ainsi que furent rapidement mis au point des vaccins. Mais alors que les pays d’Afrique, d’Amérique Latine et de l’Asie clament avec insistance leur appel à l’aide pour recevoir et distribuer plus largement ces vaccins capables de sauver leurs populations, on observe dans les pays développés et jusqu’en Polynésie de très fortes résistances vis-à-vis de la vaccination. On peut y voir un refus de faire confiance au travail de ces chercheurs, refus amplifié par les réseaux sociaux. On doute facilement de la validité des affirmations scientifiques. On peut y voir également cette tendance à n’aborder ce problème que du point de vue « santé personnelle », sans aucune considération pour la « santé publique ». Cela signifie beaucoup : en effet, il y a dans le fait de se faire vacciner non seulement le souci de préserver sa santé personnelle mais aussi un enjeu de solidarité visant à respecter la santé d’autrui. Le fait de tomber malade détermine une augmentation des hospitalisations avec surcharge pour le système sanitaire. Plus encore, la pandémie a montré que l’humanité toute entière est connectée et que ce qui se passe dans un endroit du monde affecte l’humanité toute entière.

            Dans ce contexte, le vaccin n’est pas une option mais l’un des seuls outils pour sortir de cette pandémie. Le Pape François, conscient de cette dimension de solidarité dans le combat contre le virus a donné l’exemple en se faisant vacciner, et en faisant organiser au Vatican des séances de vaccination pour les plus défavorisés. Dans notre Fenua, nous avons cette chance de pouvoir nous faire vacciner, chance que beaucoup de peuples n’ont pas. Que n’entendrions-nous pas si le vaccin n’était pas arrivé chez nous ! Pourtant, l’augmentation du taux de personnes vaccinées semble ralentir. Face à la montée en puissance du variant Delta, face à la réouverture des frontières qui doit apporter une bouffée d’oxygène à notre économie et au tourisme, la vaccination demeure pourtant le seul moyen de nous protéger, de protéger nos matahiapo, de protéger les membres de nos familles. Si nous voulons voir le plus rapidement possible disparaitre ces mesures sanitaires qui altèrent nos célébrations et l’expression de nos relations fraternelles, si nous voulons retrouver un jour la spontanéité d’une accolade, d’un geste de paix, le plaisir d’un repas partagé sans limite de participants, si nous voulons aimer et protéger nos frères et sœurs, et si nous ne l’avons pas encore fait, un seul moyen, vaccinons-nous !

† Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

UN MODELE POUR LES PARTICIPANTS AUX ECOLES DE LA FOI ET POUR TOUS LES MINISTRES INVESTIS

eveche15w.jpgCette semaine, sept Ecoles de la Foi ont ouvert. L’année « blanche » 2020 est désormais oubliée. A nouveau le mois de juillet est riche en générosités décidées à se former en vue de l’Evangélisation. Beaucoup d’élèves ont pris leurs congés annuels pour ce temps fort ; les enseignants et toutes les équipes d’accueil sont bénévoles. Faaitoito à toutes et tous !

Ce mercredi 7 juillet, le martyrologe romain nous propose d’honorer la mémoire d’un catéchiste martyr assassiné en Papouasie-Nouvelle-Guinée par l’occupant japonais : le Bienheureux Peter To Rot.

Pierre est né en 1912 dans le village de Rakunai en Mélanésie. Son père lui enseigne les bases du catéchisme. Garçon brillant et intuitif, dès qu’il atteint l’âge de sept ans -bien que l’école ne soit pas obligatoire- son papa l’envoie à l’école de la Mission.

En 1930, le curé de Rakunai demande l’autorisation d’envoyer le jeune homme se préparer au sacerdoce. Son père déclare que le moment n'est pas opportun mais qu'il serait plus approprié que son fils étudie pour devenir catéchiste. Pierre fait ses études à Taliligap au Collège Saint-Paul des Missionnaires du Sacré-Cœur. En 1933, l'évêque local remet à Pierre la croix du catéchiste et l’envoie dans son village natal pour aider le Père Laufer, curé de la paroisse. A 21 ans, Pierre retourne dans son village où il aide le Père Laufer. Excellent professeur et bon organisateur de cours pour les gens de la paroisse, Pierre a toujours une Bible sur lui.

A 24 ans, en 1936, il épouse Paula la Varpit. Le couple aura trois enfants (dont un décédé en bas âge). Leur mariage chrétien est exemplaire : respect mutuel, prière en famille, attention et présence aux enfants.

Les forces japonaises chassent les Australiens en 1942 et occupent le pays. Dès leur arrivée les Japonais font arrêter prêtres et religieux, ils les envoient en camp de concentration. Pierre prend en charge la paroisse, s’occupant des malades et des pauvres, éduquant les nouveaux convertis… Vers fin 1943 les autorités japonaises restreignirent les services religieux et, quelques mois plus tard, les interdirent complètement. Au cœur d’une persécution effrénée, Pierre To Rot, sans crainte pour sa vie, préside secrètement des célébrations religieuses. L’église est détruite, mais avec courage, Pierre construit une ‘’église de brousse’’ à l’extérieur du village où il tient les registres des baptêmes et des mariages.

Pour obtenir le soutien de certaines tribus locales, les autorités japonaises autorisaient la polygamie ; ce que combattait ouvertement Pierre To Rot. Sur dénonciation, Pierre est arrêté à Noël 1944. Au siège de la police on lui demande s'il prêchait, ce que le catéchiste confirme. Après avoir été frappé au visage et à la nuque, Pierre est emprisonné dans une petite cellule sans fenêtre. Il est condamné à deux mois de prison dans le camp de concentration de Vunaiara.

Une fois, sa femme et ses deux enfants viennent lui rendre visite, elle le supplie de renoncer à être catéchiste pour qu'il reste en sécurité. Mais Pierre est catégorique : « je ne renoncerai pas à mes responsabilités envers le peuple ».

Le jour de sa mort, il dit à sa mère : "La police m'a dit que ce soir, un médecin japonais viendrait me donner des médicaments. Étonnant puisque je ne suis pas malade. Je soupçonne que c'est une astuce". Il fait dire à sa femme « d'apporter sa croix et de bons vêtements pour pouvoir aller voir Dieu habillé de façon appropriée ».

Le 7 juillet 1945, Pierre To Rot reçoit une injection létale. Le chef du village de Rakunai, prévenu par un policier, exige de savoir ce que les officiers ont fait à Pierre, mais l'officier a dit : "Il est tombé malade, puis il est mort". Son oncle, envoyé à la prison, a emmené les restes du défunt pour l'enterrement à Rakunai.

Le Pape Saint Jean-Paul II a béatifié Peter To Rot le 17 janvier 1995 lors de sa visite en Papouasie-Nouvelle-Guinée, c’est le premier martyr mélanésien béatifié. Le Bienheureux Peter To Rot est fêté le 7 juillet (date de son entrée dans la vie éternelle) dans sa Papouasie-Nouvelle-Guinée natale ainsi qu'aux Îles Salomon, en Australie et par les Missionnaires du Sacré-Cœur.

[Source : à partir de la Lettre mensuelle de l’Abbaye Saint-Joseph de Clairval, 18 février 2009]

Bienheureux Peter To Rot, priez pour nous.

 

Dominique Soupé

JUIN-JUILLET : PERIODE D’ORDINATIONS SACERDOTALES

eveche15w.jpgTraditionnellement la plupart des ordinations presbytérales ont lieu aux alentours du 29 juin, fête des Saints Pierre et Paul. Cette année, 130 nouveaux prêtres seront ordonnés en France (79 diocésains et 41 issus d’une communauté non religieuse ou d’une société de vie apostolique [dont 5 comptabilisés parmi les diocésains], auxquels s’ajoutent 12 prêtres religieux ainsi que 3 prêtres célébrant selon la forme extraordinaire du rite romain]. L’an passé on comptait 125 nouveaux prêtres.

En 1995, on recensait en France 28 694 prêtres dont 22 199 diocésains. En 2020 ils n’étaient plus qu’environ 12 000 dont la moitié ont plus de 75 ans. [Source : eglise.catholique.fr] Statistiquement, cela ferait théoriquement 1 prêtre pour 5 600 français !  

D’après l’annuaire pontifical, au 31 décembre 2020, le nombre de prêtres dans le monde était de 414 582 pour 1,3 milliard de chrétiens (17,7% de la population mondiale). Si le nombre de vocations augmente en Afrique et en Asie, il diminue dans les trois autres continents.

L’évolution du corps presbytéral est préoccupante dans un bon nombre de pays de « vieille chrétienté », notamment en Europe. Certains concluent hâtivement à la mort lente de l’Eglise ! Les scandales qui l’affectent confortant leur prédiction… C’est méconnaitre la promesse faite par le Christ à Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ; et la puissance de la Mort de l’emportera pas sur elle. » (Matthieu 16, 18) D’ailleurs l’Histoire nous le prouve. Combien de fois l’Eglise a-t-elle été menacée de disparition ? Les persécutions des chrétiens sous les empereurs Néron, Dioclétien… ; les invasions barbares ; les scandales du Moyen Age et de la Renaissance ; les massacres ordonnés par des révolutionnaires ; le communisme athée ; le nazisme … n’ont aucunement vaincu l’Eglise. A chaque fois des prophètes se sont levés et l’Eglise s’est relevée, toujours de plus en plus missionnaire !

Mais l’avenir de l’Eglise ne repose pas uniquement sur les épaules du Pape, des évêques et des prêtres. De nombreuses communautés sans prêtre le prouvent par leur zèle à maintenir la pratique religieuse et l’apostolat : célébrations et offices, préparation aux sacrements, service de la catéchèse, service des malades, des mourants, des personnes âgées, attention aux sans-logis, aux sans ressources … etc…

C’est dans la ligne de l’enseignement donné aux laïcs par Saint Jean-Paul II lorsqu’il commentait la Parole de Jésus : ‘’Allez, vous aussi, à ma vigne.’’ (Matthieu 20, 4) « Allez, vous aussi. L'appel ne s'adresse pas seulement aux Pasteurs, aux prêtres, aux religieux et aux religieuses -écrit Jean-Paul II - ; il s'étend à tous : les fidèles laïcs, eux aussi, sont appelés personnellement par le Seigneur, de qui ils reçoivent une mission pour l'Eglise et pour le monde. [Appel que le Saint Concile Vatican II avait déjà lancé au chapitre IV du document fondamental Lumen Gentium, la Constitution dogmatique sur l’Eglise] Jean-Paul II poursuit : « (…) le fidèle laïc est co-responsable, avec tous les ministres ordonnés et avec les religieux et les religieuses, de la mission de l'Eglise. » [Source : Jean-Paul II, Exhortation Apostolique Christi Fideles Laici, Les fidèles laïcs, 30 décembre 1988, n0S 2 et 15]

Dans notre diocèse, les écoles de la Foi du mois de juillet participent largement à la formation de nombreux laïcs susceptibles de seconder prêtres et diacres dans leurs missions pastorales.

Dominique Soupé

Ecoles de Juillet 2021

eveche15w.jpgEcoles Katekita - Re'o Tahiti - Nota
Ecole Primaire de la Mission

Te mau haapiira'a haapaari raa, les écoles de formations : 
katekita re'o Tahiti (katekita en langue tahitienne)
Re'o Tahiti (Cours de Tahitien)
Nota e te himene faaroo (Solfège et chant religieux)
Se tiendront, cette année encore, à l'école Primaire de la Mission de Papeete, 
Elles débuteront par la messe d'ouverture, le lundi 6 juillet 2021 à 8h00
Pour se terminer par la messe de clôture, le vendredi 30 juillet 2021 à 17h00.
Vos inscriptions sont à déposer au secrétariat de l'Archevêché de Papeete, ou directement sur place après la messe d'ouverture.
Pour de plus amples informations, veuillez appeler au : 87 302 692 ou au 40 502 351
La direction,

Ecole « NAZARETH »
Paroisse du Sacré-Cœur de Arue

L’école de la Foi « NAZARETH » est une école de formation des catéchètes. Elle émane du Service Diocésain de la Catéchèse.
Son rôle consiste à former toutes les personnes qui souhaitent enseigner ou qui enseignent déjà la catéchèse aux enfants et/ou aux adolescents.
Pourquoi NAZARETH ? Pour avoir « une expérience préalable de catéchèse », être « de fidèles collaborateurs des prêtres » et recevoir une « formation biblique, théologique, pastorale et pédagogique adaptée ». Enfin être « disposés à exercer le ministère là où cela sera nécessaire ». (Lettre apostolique Pape François publiée mardi 11 mai 2021).
Cette école est ouverte à toute personne qui désire être formée pour mieux transmettre la foi aux enfants qui nous sont confiés dans nos paroisses, dans les collèges ou les lycées et même dans les foyers, avoir plus de 16 ans et avoir reçu le sacrement de la confirmation.
Cependant, en raison des règles sanitaires qui sont en vigueur, il nous sera demandé de les respecter.
Vous pouvez obtenir le flyer de l’école sur lequel figure la fiche d’inscription dans vos paroisses, à la librairie Pure Ora ou à l’Evêché. Cette fiche devra être signée par votre curé de paroisse ou votre directeur d’Etablissement.
La participation financière est de 12 000 francs pour le mois de formation.
Pour de plus amples informations, vous pouvez appeler aux numéros suivants :
Diacre Gérard PICARD-ROBSON au 89.20.99.81 ou gerardpicardrobson@yahoo.fr
Liliane FREBAULT au 87.72.59.70
Jean-Pierre KWONG au 87.72.84.79 (secrétariat)
Vous serez les bienvenus
Diacre Gérard PICARD-ROBSON

Ecole EMMAÜS 2021 à Pamatai
Paroisse Christ-Roi

L’école de la Foi Emmaüs se tiendra, cette année encore, à la paroisse Christ Roi de Pamatai, du 5 au 30 juillet 2021.
Qui peut venir à Emmaüs ? Les inscriptions sont ouvertes. En plus d’être une école de foi qui forme des hommes et des femmes aux différents ministères que sont – Katekita, Tauturu Katekita et Tavini Ta’a’ê - … Emmaüs est également ouverte à tous ceux qui veulent comprendre et découvrir la foi chrétienne telle qu’elle est enseignée par l’Église Catholique. Voilà pourquoi, tout le monde peut venir à Emmaüs – chrétien ou non, catholique ou non, croyant ou non …- ; une seule condition est exigée : de la bonne volonté dans une démarche respectueuse de vouloir découvrir et comprendre la foi chrétienne. Bienvenue à tous. Par rapport aux fiches d’inscription ? Elles sont absolument nécessaires pour les investis et les futurs investis (mandatés par le prêtre ou responsable de paroisse). Pour toute autre démarche personnelle de formation dans la foi, vous pouvez voir directement avec le Père Auguste.
Il a été́ décidé qu’en raison de la crise sanitaire, le quota des inscrits sera de 80 personnes pour les deux premières semaines et 80 autres pour les deux dernières semaines.
En revanche, pour ceux et celles qui seront investis Ministres de la Sainte Communion, Tauturu-Katekita ou Katekita, le mois entier de formation est exigé. Toutefois, une autorisation exceptionnelle sera accordée pour "un mois de formation complet" pour ceux qui en feront la demande.
Le programme de Emmaüs 2021 ? Voir la page facebook Ecole Emmaüs Tahiti.
La participation financière est de 1500 francs la semaine de formation.
Pour de plus amples informations, vous pouvez appeler aux numéros suivants :
la paroisse 40 72 54 50, Père Auguste 87 72 68 08, Diacre Norbert 87 73 20 42,
Willy (secrétariat) 87 74 04 61. Ou encore, nous écrire sur la page facebook Ecole Emmaüs Tahiti.
Maroi nui
Père UEBE-CARLSON Auguste

Antioche-Anetiohia
Paroisse Notre-Dame de Grâce

La formation chrétienne d'Antioche-Anetiohia en langue tahitienne a la joie d'informer, qu'elle sera accueillie au mois de Juillet, en la Paroisse Notre-Dame de Grâce à Puurai-Faa'a, dont elle remercie le Père Auguste Uebe-Carlson, curé, son vicaire le Père Charles Tabanou, les diacres ainsi que les paroissiens.
Les inscriptions ouvertes à tous pourront se faire maintenant auprès de votre curé ou diacre(s) de Paroisse".
La direction

Ecole de la Catéchèse en Langue Tahitienne pour Adultes
Plaquette d’information  
N 21 pj2 plaquette de formation du hf 2021n.21-pj2-plaquette-de-formation-du-hf-2021.pdf

Ce mois de juillet, l’école de la Catéchèse en langue tahitienne pour adultes se déroulera comme dans son habitude à l’école de la MISSION, du 05 au 30 juillet 2021.
Elle accueille les laïcs et les « tavini » (katekita, tauturu katekita, ministre extra Ordinaire de la Sainte-Communion) qui ont la charge de préparer les adultes aux sacrements ou les entrées en Eglise. Ils pourront approfondir leurs connaissances et leurs pratiques d’enseigner la catéchèse dans leur paroisse.
Elle est ouverte également aux personnes de mouvements différentes (rosaire, jeunes, légion de Marie) désireuses de connaître le ministère de la catéchèse pour adultes.
Les cours seront assurés du Lundi au Vendredi, uniquement en matinée.
Ils seront particulièrement axés sur l’acquisition et le renforcement des connaissances et des notions bibliques, méthodologiques, pastorales, afin de se constituer un bagage spirituel et de donner les atouts afin de pouvoir enseigner et préparer les jeunes et adultes dans nos îles.
Cette année la retraite se fera au sein de l’école de la Mission afin d’éviter tout contact et toute propagation du virus du COVID.
Une cotisation de 5000 francs sera demandée à chaque « pipi » (qui inclus la retraite et les dépenses des frais de fonctionnement).
Pour toutes inscriptions, veuillez-vous rapprocher des responsables de vos paroisses ou du secrétariat de l’école (le jour de l’ouverture).
Contact : Diacre Patrice TEROOATEA
Tél : 40 56 19 69 – Vini 87 74 66 80

INHUMATION, CREMATION, « LIQUEFACTION », DON DES CORPS A LA SCIENCE

eveche15w.jpgLes anthropologues considèrent que les rituels funéraires sont un des fondements du passage à la civilisation. Les funérailles et le deuil collectif sont des moments particuliers de sociabilité qui marquent l'histoire d'un groupe.

Jeudi 17 juin dernier, le CESEC a donné un avis favorable -assorti de quelques recommandations- au projet de Loi du Pays relatif à la crémation, à l’exploitation et au suivi de crématorium en Polynésie française. C’est l’occasion de recentrer la réflexion sur un certain nombre de règles et recommandations relatives à l’attention portée à nos défunts tant au plan de la loi civile qu’au plan religieux.

Nous pouvons distinguer quatre types de dispositions qu’une personne peut choisir pour le devenir de son corps après sa mort.

L’inhumation (enterrement) : c’est le type de sépulture le plus habituel que nous connaissons au fenua.

La crémation (certains disent ‘’incinération’’, mais ce terme est plutôt réservé aux animaux) : le défunt est placé dans un cercueil combustible et transféré dans un crématorium autorisé par les autorités civiles.

Les cendres sont rendues à la famille dans une urne. Il est interdit de conserver l’urne contenant les cendres d’un défunt chez soi. La famille peut soit réaliser la dispersion des cendres, soit inhumer l’urne dans une case de columbarium ou dans un caveau, soit la sceller sur le dessus d’une sépulture.

Jusqu’à présent la crémation ne peut se réaliser qu’en France ou en Nouvelle-Zélande.

Le don de son corps à la science (à ne pas confondre avec le don d’organe) : c’est une disposition que doit prendre la personne avant sa mort, devant deux témoins, après avoir pris contact avec une Université qui accueille les corps en vue de la formation des futurs médecins ou pour des recherches scientifiques.

Les corps ne sont pas rendus aux familles, en général ils sont incinérés. Les familles célèbres des « funérailles en l’absence de corps » [comme pour les défunts morts sur des champs de bataille ou lors de naufrages ou de catastrophes naturelles, et dont on n’a pas retrouvé les corps].

Seules les personnes qui meurent en France peuvent envisager le don du corps.

L’Eglise Catholique considère le don d’un corps à la science comme un acte d’amour et le témoignage d’une solidarité active.

La liquéfaction du corps (le terme scientifique plus correct serait « aquamation ») : il s’agit d’une technique autorisée aux Etats-Unis, au Canada et en Australie. Le corps est plongé dans l’eau chaude (à 93°C) contenant des agents facilitant la dissolution des chairs, puis porté à180°C sous une pression de 10 bars pendant 3 à 4 heures. Les « eaux » recueillies peuvent être jetées ou servir de fertilisant. Les promoteurs de ce processus mettent en avant son aspect écologique et un moindre coût en gaz à effet de serre ! La loi française, exigeant que le corps soit obligatoirement placé dans un cercueil, ne peut autoriser un tel processus.

En ce qui concerne la crémation les religions ont pris des positions particulières. La religion musulmane suit l’interdiction faite dans le Coran. La religion orthodoxe (encore qu’en Grèce la crémation soit autorisée), certains courants religieux juifs et protestants interdisent la crémation. Elle est tolérée par le bouddhisme et encouragée par le shintoïsme et l'hindouisme. Pour le jaïnisme et le sikhisme, la crémation est obligatoire.

L’Eglise Catholique n’interdit plus la crémation depuis le 8 mai 1963. Et le Code de droit canonique de 1983 précise : « L’Eglise recommande vivement que soit conservée la pieuse coutume d’ensevelir le corps des défunts ; cependant elle n’interdit pas l’incinération, à moins que celle-ci n’ait été choisie pour des raisons contraires à la doctrine chrétienne. » [Canon 1176 §3] La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a publié en 2016 une « Instruction sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas d’incinération » [Ad resurgendum cum Christo/ Pour ressusciter avec le Christ, 15 août 2016] : « Pour ressusciter avec le Christ, il faut mourir avec le Christ, il faut ‘’quitter ce corps pour aller demeurer auprès du Seigneur’’ (2 Co 5, 8) [n°1]. (…) L’Église est appelée à proclamer la foi en la résurrection : ‘’La foi des chrétiens, c’est la résurrection des morts : y croire, c’est ressusciter’’ [n°2] (…) Suivant la tradition chrétienne immémoriale, l’Église recommande avec insistance que les corps des défunts soient ensevelis dans un cimetière ou en un lieu sacré. En ensevelissant les corps des fidèles, l’Église confirme la foi en la résurrection de la chair. (…) La sépulture des corps des fidèles défunts dans les cimetières ou autres lieux sacrés favorise le souvenir ainsi que la prière de la famille et de toute la communauté chrétienne pour les défunts, sans oublier la vénération des martyrs et des saints. [n°4] »

Toutefois, l’incinération n’étant pas interdite : « La conservation des cendres dans un lieu sacré peut contribuer à réduire le risque de soustraire les défunts à la prière et au souvenir de leur famille et de la communauté chrétienne. [n°5]

La conservation des cendres dans l’habitation domestique n’est pas autorisée. (…) les cendres ne peuvent être distribuées entre les différents cercles familiaux, et l’on veillera toujours à leur assurer des conditions respectueuses et adéquates de conservation. [n°6]

Pour éviter tout malentendu de type panthéiste, naturaliste ou nihiliste, la dispersion des cendres dans l’air, sur terre, dans l’eau ou de toute autre manière, n’est pas permise ; il en est de même de la conservation des cendres issues de l’incinération dans des souvenirs, des bijoux ou d’autres objets. » [n°7 ]

Comme le dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique (CEC) : « Les différents rites de funérailles expriment le caractère Pascal de la mort chrétienne, et répondent aux situations et aux traditions de chaque région. » [CEC n°1685] Ne cédons pas aux modes, aux publicités de toutes sortes, restons fidèles à l’Eglise, à notre foi en la résurrection et aux traditions liées à nos cultures ancestrales.

Dominique Soupé

ET NOS SEMINARISTES ?

Mgr CottanceauLe Jeudi 24 Juin aura lieu au Grand Séminaire d’ORLEANS la messe de clôture de l’année pour les séminaristes en formation. J’aurai la joie de présider cette célébration au cours de laquelle j’investirai lecteur et acolyte pour notre Diocèse notre frère Tareva TAITI. Cette bonne nouvelle me donne de partager en quelques lignes la situation de nos séminaristes. Je rappelle que nous avons à ce jour quatre séminaristes en formation à ORLEANS :

Martin finit sa formation et une partie de son stage comme diacre dans le diocèse d’ORLEANS. Il rejoindra définitivement notre diocèse courant Juillet à la paroisse de St Etienne à PUNAAUIA où il a été nommé lors de son ordination diaconale en Décembre 2020. Il poursuivra son stage diaconal dans cette paroisse dans l’attente de son ordination sacerdotale fin Novembre / début Décembre 2021.

Tareva poursuit sa formation en cycle de théologie à ORLEANS pour l’année 2021 – 2022.
Marcel poursuit également sa formation en cycle de théologie pour l’année 2021-2022
Ravaki finit sa première année en cycle de philosophie et poursuivra sa formation l’année prochaine.

A ces trois séminaristes restant en place s’ajoutera dès la rentrée prochaine Manoarii. Après deux années au Grand Séminaire de PAPEETE, et suite au stage qu’il avait effectué dans le diocèse de BATHURST au CANADA, il avait demandé à intégrer ce diocèse et suivait sa formation au Grand Séminaire de MONTREAL. Suite à des complications académiques, il a demandé à réintégrer son diocèse d’origine et à rejoindre les séminaristes à ORLEANS. Il y commencera donc son cycle de théologie en Septembre 2021.

Enfin, nous aurons la joie d’accueillir un nouveau candidat qui commencera en Septembre 2021 son année de propédeutique au séminaire d’ORLEANS sous la direction de notre P. Vetea, directeur de cette année de discernement.

Cependant, ne cachons pas que si le financement du Grand Séminaire à Punaauia était facilité par les dons, par un budget raisonnable pour notre diocèse, et par un nombre moindre de séminaristes (2 en 2018), sa délocalisation à ORLEANS représente un coût financier autrement élevé : pension, assurances, argent de poche, voyages… le tout multiplié par 4 cette année qui termine, et qui sera multiplié par 5 pour l’année à venir. Si nous prenons également en compte que le montant des quêtes dans notre diocèse a diminué de moitié en 2020 suite à la situation sanitaire qui a prévalu dans notre Fenua et aux difficultés économiques liées à cette situation, nous aurons besoin du soutien financier de tous ceux et celles qui pourront aider le diocèse pour faire face à cette dépense. Ne perdons pas de vue que nous aiderons ainsi à la formation de nos futurs prêtres, ceux qui, demain, célèbreront les messes, assureront la vie et la sanctification de nos communautés, assureront également la transmission de la Parole de Dieu et de la Foi de l’Eglise, avec, bien entendu l’aide des diacres et des Laïcs engagés dans l’Eglise. Pourquoi ne pas imaginer un « parrainage » permettant à ceux qui le souhaitent, de soutenir un séminariste, selon des modalités qui seraient à préciser ? L’idée fait son chemin… En attendant, nous pouvons toujours prier pour nos jeunes qui ont accepté de se mettre en route pour répondre à l’appel du Seigneur…

     † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Monastère Sainte-Claire - Décès – Messe : dimanche 27 juin

Clarisse 1Chers amis,
nous vous informons du décès de sœur Encarnacion REYES survenu ce mardi 15 juin à Alexandrie (Egypte).
Une messe sera dite à sa mémoire le dimanche 27 juin à 10h00. Notre Madre a été notre première abbesse durant 12 ans.
Son élan missionnaire a permis la fondation du Monastère. Aussi nous lui en sommes profondément reconnaissantes.

Comite Diocesain du Renouveau Charismatique Catholique Juin 2021

RenouveaucharismatiqueRemerciements - Retraite CDRCC
Tous frères et sœurs - Fratelli Tutti

Paix et joie frères et sœurs,
Le Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique (CDRCC) se joint à moi pour remercier chaleureusement :
- tous les frères et sœurs des différents groupes du Renouveau charismatique (RC) de Tahiti et des îles ainsi que tous les frères et sœurs venus d’horizons différents pour votre participation à la retraite de ce week end sur le thème « Tous frères et sœurs -Fratelli Tutti »,
- Père Landry Boyer pour son soutien, pour les confessions et la célébration des eucharisties.
L’équipe d’encadrement :
- Centre Tibériade : Tiatono Joseph Pahio et son équipe d’amour,
- Animation musicale : Tiatono Gaspar Mahaga et son groupe RC ‘Ava Mai,
- Prière pour les malades : Tiatono Valselin Tavita,
- Prédicateurs :
  * Tiatono Juanito Burns,
  * Tiatono Marcelin Taupotini,
  * Tiatono Gaspar Mahaga,
  * Monsieur Dominique Soupé,
  * Tiatono Pierre Anceaux,
  * Tiatono John Tuaiva
- Liturgie : Katekita Philippe Paerau, Katekita Paul Kavera, Tavini John Burns, les lectrices, l'équipe de la quête,
- Pains de vie : Tiatono Marcelin Taupotini et son groupe RC Notre Dame de la Vocation de St Michel de Papara
- Secrétariat, accueil fleuri, mise en chambre, au bâtiment St Jean : Madame Rachel Tuaiva, soutenu par son époux Tiatono John Tuaiva et son groupe RC Eau Vive de St Etienne de Punaauia.
- Décoration, accueil fleuri, mise en chambre, au bâtiment St Louis, et le réfectoire :
 * Madame Eliza Van Bastolaer et le groupe RC de St Thomas Apôtre de Pueu,
 * Madame Germaine Otaha, Monsieur Ralph Van Cam et le groupe RC Te Vai Puna No Te Ora du Sacré Coeur de Hitia'a.
Grand merci au Dieu Trinitaire ! Gloire à Dieu pour la puissance de son Esprit Saint qu’il a manifestée à travers sa grâce, son amour, sa joie, ses guérisons, ses réconciliations, ses délivrances.
Merci pour l'unité et le soutien de prières dans l'amour, la charité et la fraternité ! Fratelli Tutti !  
 Que Dieu vous bénisse abondamment !
Tiatono Juanito BURNS, Répondant diocésain

Réunion
Une réunion des membres du Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholiqe dénommé "Comité des 12" et des bergers(ères) se déroulera le lundi 21 juin 2021 à 17H à l'Annexe de l’Évêché, Mission, Papeete.
Ordre du jour :
_ Bilan rencontres Pentecôte 2021
_ Bilan Retraite du Renouveau Charismatique du 11, 12 et 13 juin 2021 Tibériade
_ Points divers 
Je vous remercie pour votre participation à cette réunion, à défaut de déléguer votre adjoint(e) dans le respect des gestes barrières, masque, gel mains.
Unité et soutien de prières ! Que Dieu vous bénisse abondamment ! 
Tiatono Juanito BURNS, Répondant diocésain

 LA PLUS BELLE PREUVE D’AMOUR …

Mgr CottanceauPhilippines : Le 29 avril 2020, le père Mark Ventura, 37 ans, a été abattu après avoir célébré la messe dans la province de Cagayan, dans le nord du pays ;

Philippines, Mindanao : le père René Bayang Regalado a été assassiné dans les environs du séminaire du collège Saint Jean XXIII, le dimanche 24 Janvier 2021 ;

Burkina Faso : Le 19 Janvier 2021, l’abbé Rodrigue Sanon a été retrouvé mort après avoir été enlevé lors d’un déplacement dans sa paroisse de Soubaganyedougou ;

El Salvador : le père Cortéz, 43 ans, curé de San Francisco Chinamequita et recteur du séminaire Saint-Oscar-Arnulfo-Romero a été assassiné le vendredi 07 Août 2020 ;

Mozambique : Le père Landry Ibil Ikwel ss.cc, religieux congolais de la congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie a été assassiné le dimanche 19 mai 2019 à Beira, la capitale de la province de Sofala au Mozambique. Il était le directeur de l'Institut des Déficients Visuels de Beira ;

Nigeria : Le 15 janvier 2021, le père John Gbakaan, prêtre du diocèse de Minna, était enlevé et tué le lendemain

            Le rapport de l’agence de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples publié fin décembre 2020 nous apprend qu’en 2020, 20 missionnaires ont été assassinés : 8 prêtres, 3 religieuses, deux séminaristes, 1 religieux et 6 laïcs engagés dans la pastorale. A cette liste, il faut en ajouter une autre, beaucoup plus longue, qui comprend les agents pastoraux ou les simples catholiques agressés, battus, volés, menacés, kidnappés, tués, ainsi que celle des structures catholiques endommagées, vandalisées ou pillées. « Il est certain que dans tous les coins de la planète, tant de personnes souffrent encore aujourd'hui et paient de leur vie leur foi en Jésus-Christ », affirme le rapport. « Les martyrs d'aujourd'hui sont plus nombreux que ceux des premiers siècles. Exprimons à ces frères et sœurs notre proximité : nous sommes un seul corps, et ces chrétiens sont les membres saignants du corps du Christ qu'est l’Église », avait en ce sens souligné le Pape François lors de l'audience générale du 29 avril 2020.

            Un article publié sur « Vatican News » du 30 Décembre 2020 vient compléter ce tableau : « Des décès sans compter les centaines de prêtres, religieux, aumôniers d'hôpitaux, morts pendant leur service, faisant de leur mieux pour aider ceux touchés par la pandémie de Covid-19. Il apparaît que les prêtres et les religieux sont la deuxième catégorie, après les médecins, qui ont payé le plus lourd tribut pour leur vie en Europe des suites du coronavirus. Selon un rapport partiel du Conseil des conférences épiscopales européennes, en 2020, plus de 400 prêtres engagés dans les soins médicaux ou pastoraux des fidèles sont morts du covid. La situation n'est pas différente dans d'autres parties du monde : sur les cinq continents, l’un des traits caractéristiques de la mission de l'Église est le soin des malades et l'engagement en faveur de la santé, en particulier dans les pays en développement. Cette présence consolante a entraîné un coût élevé en vies humaines. »

            Le secret de ces vies données, où pourrait-on le trouver sinon dans la puissance de l’amour, dans ces paroles du Christ : « A ceci tous reconnaitront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13, 35) et « Nul n’a plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis » (Jn 15,13) Ainsi en témoigne de façon lumineuse le séminariste Michael Nnadi, 18 ans, kidnappé au Nigeria, où les enlèvements se succèdent. Le jeune homme a été tué parce que, selon son meurtrier, « il a continué à prêcher l'Évangile de Jésus-Christ » à ses ravisseurs.

            Que ces témoins martyrs du XXI° siècle réveillent en nous le désir d’aimer nous aussi comme Jésus nous aime, en donnant notre vie jour après jour !

   † Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU