A LA UNE

Coin de la liturgie et des fêtes / A

 Du 11 juin 2017
au 26 novembre  2017

Temps ordinaire

Diaporama / vidéo

Donsducoeurdejesus

En marge de l'actualité

informations récentes 

Mgr cottanceau Mgr cottanceau   Edouardmarot logo-rmnth.png denier200.jpg

Tous missionnaires

En Lui était la vie ....  

Fraternité Donum Dei

20 ans
Radio Maria no
 te Hau

FAIRE UN DON

CAMPAGNE DU TENARI A TE ATUA

La campagne de cette année débutera le dimanche 23 septembre au dimanche 10 décembre 2017. Vous trouverez les dépliants et enveloppes dans vos paroisses et au secrétariat de l’archevêché. D’avance nous vous remercions de votre générosité.

TOUS MISSIONNAIRES

Mgr CottanceauDu 15 au 22 Octobre a lieu la semaine missionnaire mondiale pendant laquelle l’Eglise nous invite à redécouvrir l’importance de la mission au cœur de nos vies et de la vie de l’Eglise. Pendant longtemps, l’idée de mission était liée aux « missionnaires », ces prêtres, religieux et religieuses qui franchissaient les mers pour porter la Bonne Nouvelle aux peuples qui ne la connaissaient pas encore. Et c’est bien ainsi que par les missionnaires protestants et catholiques, l’Evangile s’est implanté en Polynésie. Cet élan missionnaire s’enracine dans la Parole de Dieu depuis les Prophètes comme Jérémie « Ecoutez, nations, la Parole du Seigneur, annoncez dans les îles lointaines », jusqu’au Christ demandant à ses apôtres d’aller faire des disciples dans toutes les nations.

Mais la mission n’est pas réservée aux prêtres, religieux et religieuses. Dans son « Message pour la journée mondiale des missions 2017 », le pape François nous rappelle en introduction que « l’Eglise est missionnaire par nature. Si ce n’était pas le cas, elle ne serait plus l’Eglise du Christ mais une association parmi tant d’autres qui, bien vite, finirait par épuiser son but et disparaître. C’est pourquoi nous sommes invités à nous poser un certain nombre de questions qui touchent notre identité chrétienne même et nos responsabilités de croyants dans un monde confus par tant d’illusions, blessé par de grandes frustrations et lacéré par de nombreuses guerres fratricides qui frappent injustement les innocents en particulier ».  Tous missionnaires ! Nous le sommes ou nous sommes appelés à le devenir chaque jour davantage. Par notre Baptême, par notre Confirmation, nous sommes envoyés pour partager ce que nous avons découvert et témoigner du Christ et de son amour, en nous laissant guider par l’Esprit qui nous pousse vers nos frères et sœurs. Cela exige de notre part de quitter notre tranquillité, nos certitudes paralysantes. Le Saint Père nous le rappelle : « Il s’agit de « sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Evangile» (Exhortation apostolique Evangelii gaudium, n. 20). La mission de l’Eglise stimule une attitude de pèlerinage continuel à travers les différents déserts de la vie, à travers les diverses expériences de faim et de soif de vérité et de justice. » (Message §7)

            Qu’en est-il maintenant de ces « pays de mission » ? Plus besoin de franchir des mers ou de traverser des continents, ces « îles lointaines » sont tout près de nous : le monde des exclus qui vivent sous les ponts et dans les recoins sombres, et que nous côtoyons sans les voir, le monde des jeunes avec leur langage, leurs rites, leurs réseaux, un monde souvent si difficile à comprendre pour les parents, les adultes, le monde des personnes âgées, seules, le monde de ceux qui, désorientés, cherchent un sens à leur vie etc… Etre missionnaire, c’est porter, proposer le Christ à ceux qui sont à nos portes, comme le rappelle le Pape François : « Le monde a essentiellement besoin de l’Evangile de Jésus Christ. Au travers de l’Eglise, il continue sa mission de Bon Samaritain, en soignant les blessures sanglantes de l’humanité, et de Bon Pasteur, en cherchant sans relâche celui qui s’est égaré sur des chemins tortueux et sans but ». (Message §5)

            Le Saint Père n’oublie pas les jeunes : « Les jeunes représentent l’espérance de la mission. La personne de Jésus et la Bonne Nouvelle qu’il proclame continuent à fasciner de nombreux jeunes. Ils cherchent des parcours au travers desquels mettre en œuvre le courage et les élans du cœur au service de l’humanité » (Message §9). Ces jeunes de nos paroisses, de nos groupes et de nos mouvements se retrouvent ce Samedi 14 pour préparer le synode des Evêques sur le thème « Les jeunes, la Foi et le discernement vocationnel ». Belle occasion pour eux de prendre au sérieux la dimension missionnaire qui leur revient dans l’Eglise.  Puissions-nous leur emboiter le pas pour chercher comment être missionnaires dans notre vie Chrétienne de tous les jours.

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda octobre 2017

eveche15w.jpg

Agenda de Monseigneur Jean-Pierre
Monseigneur Jean-Pierre se rendra à Nouméa du 13 au 21 octobre.

Rappel aux Prêtres Presbyterium - Rappel
La session aura lieu les 23-24-25 octobre à Tibériade.

Comité Diocésain de la Pastorale des Jeunes octobre 2017

Cdpj 2Le CDPJ organise le Congrès Diocésain pour le Synode des Jeunes au cours duquel nous aborderons un thème important que le Saint Père nous propose : « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».
Pendant cette journée, nous réfléchirons sur certains arguments-clés présentés dans le document préparatoire que le Saint Père nous confie comme « boussole » tout au long de ce cheminement.
Aussi, je vous informe que les jeunes de toute l'île de Tahiti se réuniront dans un premier temps en paroisse afin de les consulter et qu’ils répondent au questionnaire mis à leur disposition pour le synode des jeunes.
Dans un second temps, une synthèse leur sera proposée : le samedi 14 octobre 2017 à partir de 07h jusqu’à 20h à la Paroisse Sainte Thérèse de Taunoa située à Papeete.
N’ayant pas peur d’écouter l’Esprit qui nous suggère des choix audacieux, ne temporisant pas quand la conscience nous demande d’oser suivre le maître. L’Eglise même désire se mettre à l’écoute de chacune des voix des jeunes, de leur sensibilité et de leur foi.
L'aumônier du CDPJ-PF,

Scouts et Guides de Polynésie Française

ScoutslogoDepuis le 26 août, l’association des Scouts et Guides de Polynésie Française (SGPF) a une nouvelle équipe !
Christophe CHANT a été élu Président de l’association des SGPF et délégué des Scouts et Guides de France. Il succède à Etienne BARTOS.
L’année 2017 sera marquée par une nouvelle stratégie axée sur la relance, le recrutement de cadres et les actions sociales.
Un grand défi attend le mouvement pour les années à venir : la reconstruction du mouvement sur un socle d’une cohésion forte pour un objet commun, donner sa place à la jeunesse et à s’engager pour la Paix.

L’association des Scouts et Guides de Polynésie organise du 02 au 09 novembre, un stage de formation BAFA 1, à Mataiea, à l’école Nuutafaratea.
Ce stage est destiné aux scouts et non scouts à partir de 17 ans.
Pour l’inscription, contacter :
- Diana SINE, responsable du pôle pédagogique au 87 79 61 07 ; dsine@hotmail.fr
- Isabelle de BARBERA, responsable du pôle administratif et financier au 87 21 59 76 ; jim@dbmail.com
- ou scoutetguidedepolynesie@gmail.com
- Vous pouvez également vous rendre au local de la Mission (Rue des Scouts), où une permanence se tient tous les mercredis de 9h à 12h.

Fraternité Notre Dame de l’Agape retraite pour couples

NdagapeLa Fraternité Notre Dame de l’Agapé organise une retraite de couples du Vendredi 27 au Dimanche 29 Octobre 2017 à Tibériade. Cette retraite est destinée à tous les couples non-mariés et surtout les couples en préparation de Mariage.

Thème : « Le bonheur d’être ensemble et de croire à l’Amour »

> Prédicateur : Père Vetea BESSERT
> Diacre Pierre ANCEAUX -Vini : 87.32.88.96 / @ : rdpierreanc@yahoo.fr

> Intervention : Couple Valentino et Hinarava MATOHI
> Coordinatrice : Mme Mildred TETUIRA - Vini : 89.72.16.14
> Charger des inscriptions : Mlle Tatiana VERNAUDON  - Vini : 87.72.99.93
Mme Eva DEANE - Vini : 87.70.34.44
Mlle Sylvie ARIIOEHAU - Vini : 89.78.35.14

> Permanence FNDA : Oasis NDA (Presbytère de la Ste Trinité)
Lundi à Jeudi de 9h00 à 11h00 - 14h30 à 16h00
Vendredi de 9h00 à 11h00

Fraternité Donum Dei

EdouardmarotAliciabeauvisageLe père Edouard MAROT, ancien recteur des sanctuaires de Paray-le-Monial pendant 9 ans, actuellement prêtre du Diocèse de Malines-Bruxelles – Belgique, chargé de mission pour diffuser l’amour du Sacré-Cœur de Jésus dans le monde entier par l’archevêque André Joseph Léonard,

est accompagné de Mme Alicia BEAUVISAGE, épouse et mère de famille, apôtre infatigable du Cœur de Jésus.

Ils donneront des conférences durant lesquelles ils nous parleront de leur dévotion au Sacré-Cœur de Jésus et de leurs missions à travers le monde, accompagnées de témoignages dans les paroisses suivantes :

  • Au Sacré-Cœur d’Arue le vendredi 20 octobre à 18h30, suivi de la messe ;
  • A Saint Joseph de Faaa le samedi 21 octobre à 17h00, suivi de la messe ;
  • A Maria No Te Hau le dimanche 22 octobre à 16h30, suivi de la messe

20 ans de Radio Maria no te Hau

logo-rmnth.pngLa radio est heureuse de vous inviter à son 20ème anniversaire.
La fête d’anniversaire débutera par la messe d’action de grâce le vendredi 27 octobre à 18h en l’église Maria no te Hau présidée par notre Archevêque Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU.
L’action de grâce se poursuivra par un CONCERT GRATUIT dans les jardins de la paroisse.
Beaucoup de surprises vous sont réservées tout au long de la soirée.
Venez nombreux !!!... en famille et entre amis pour célébrer, avec la petite équipe, la joie de propager la parole de Dieu à tous jusque dans les îles éloignées et de part le monde.
A cette occasion, une vente de carnets de tombola est mise à disposition, disponible au secrétariat de la radio ou en contactant le 40 42 00 11.
Votre geste, même le plus petit, sera le bienvenue.
D’avance, merci pour votre soutien !

Radio Maria no te Hau du 16 au 20 octobre

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes :
> Lundi 16 octobre : « Les dons du Saint-Esprit » par Olivier BELLEIL ;
> Mardi 17 octobre : « Avec Marie au Cénacle de la Miséricorde » par le Diacre Médéric ;
> Mercredi 18 octobre : « Le célibat du Prêtre » par Père Daniel ANGE ;
> Jeudi 19 octobre : « Notre Père » par Père Jacques-Philippe ;
> Vendredi 20 octobre : « L'homme moral les vertus » par Père Nicolas BUTTET.

Emission Enfantine 18.10.2017

Emissionenfantine 2017 2018Mercredi 18 octobre, à 13h30, nos animateurs nous parleront du « Rosaire ».

EN LUI ÉTAIT LA VIE, ET LA VIE ÉTAIT LA LUMIÈRE DES HOMMES… 

Mgr CottanceauDeux jeunes femmes assassinées à Marseille, plus de 55 morts lors d’une fusillade à Las Vegas… La liste des atteintes à la vie, sous quelque forme que ce soit n’en finit pas de s’allonger semaine après semaine… Serait-il possible que nous, les Humains, ayons oublié à ce point le respect dû à la vie, la nôtre et celle des autres ? Son prix serait-il donc tellement dévalué qu’elle ne vaut même plus les 30 pièces d’argent versées à Judas pour prix de sa trahison ? (Mt 26, 15)

Le problème n’est pas nouveau ! Souvenons-nous que dès les premiers chapitres du livre de la Genèse (Gn 4), la première chose que fait l’Homme lorsqu’il commence son aventure après avoir été écarté du jardin d’Eden, c’est un meurtre. Caïn tue son frère Abel, dont le nom signifie « buée, fumée » chose de si peu d’importance qu’un souffle suffit à la faire disparaître !Mais en tuant son frère, en utilisant la violence, Caïn devient incapable de produire la vie. Marqué par la mort, il porte la mort en lui, il produit la mort, au point qu’il a peur d’être tué à son tour et doit s’enfuir.

Les conflits sont inévitables, ils sont caractéristiques de toute existence, ils font partie de la vie. Ce qui compte, c’est la façon de les aborder, de les résoudre. Est-ce que je vais résoudre le problème en supprimant celui avec qui je suis en conflit, comme Caïn avait supprimé son frère Abel, ou comme les scribes voulaient éliminer Jésus?Si je fais disparaître l’autre différent en face de moi, comment saurai-je qui je suis ? Et qui me dira qui je suis ? Ma vocation d’homme ou de femme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu n’est pas de tuer l’autre mais de le rencontrer ; sa différence est pour moi non une menace mais une richesse. Et si moi, j’ai été capable de tuer l’autre, qui me dit que l’autre ne sera pas capable de me tuer à son tour ? Même si nous ne manions ni le couteau, ni la mitraillette ni l’explosif, l’histoire de Caïn, c’est un peu la nôtre tant il est vrai que nous avons tous nos « Abel », ceux dont nous envions la situation, les dons, les privilèges, les talents, la beauté, la richesse, ceux dont nous sommes envieux, ceux que nous considérons comme une menace insupportableou comme des concurrents plus favorisés que nous … ceux que, en pensée, nous aimerions voir disparaître. Le commandement de Dieu est clair : « Tu ne tueras pas ! ». Le Christ Jésus va encore plus loin : « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : tu ne commettras pas de meurtre…Moi, je vous dis : tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu » (Mt 5, 21-22). Le respect de la vie dont Dieu est la source s’enracine dans l’amour que Dieu nous a manifesté en Jésus Christ. Ainsi, il ne nous reste, pour échapper au pouvoir de la mort et pour ouvrir un chemin d’avenir et de vie que le commandement de l’amour qui passe avant tout. Si cette perspective nous semble utopique ou irréalisable, n’hésitons pas à nous tourner vers le Dieu de Jésus Christ, le Dieu de l’espérance. Il provoque en nous la capacité de croire et d’espérer. Tournons-nous vers le Christ :« En lui était la vie, et la vie était la lumière des Hommes… » (Jn 1, 4)

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Nomination du Répondant Diocésain du Renouveau Charismatique

RenouveaucharismatiqueSuite à la fin de mandat de Mr Dominique SOUPE, le Révérend Diacre Pierre ANCEAUX est nommé nouveau répondant diocésain du Renouveau Charismatique.
 Suite à ce changement, le nouveau bureau diocésain du Renouveau Charismatique est constitué comme suit :
RD Pierre ANCEAUX Répondant Diocésain
Mr Bernard TEINA Adjoint
Mr Rodrigue VIRIAMU Secrétaire – Chargé de la communication
Mme Rachel TUAIVA Chargée de la comptabilité

Radio Maria no te Hau DU 9 AU 13 OCTOBRE 2017

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes :
>Lundi 09 octobre :« La Paix avec le prochain » par Père Jacques-Philippe ;
>Mardi 10 octobre :« La place de Marie dans l’urgence des temps » par Père Hubert-Marie ;
>Mercredi 11 octobre : « Parler juste pour une meilleure relation » par Bernadette LEMOINE ;
>Jeudi 12 octobre :« Jésus mon ami » par Guy LEPOUTRE ;
>Vendredi 13 octobre :« Que ton règne vienne » par Doudou CALLENS.

FOI ET ECOLOGIE

Mgr CottanceauLa prise de conscience de l’importance de la sauvegarde et de la protection de la nature et de l’environnement, l’ouverture à la nécessité de nouveaux comportements « écologiques » dans la vie quotidienne témoignant d’un respect plus grand pour la création dans laquelle nous vivons pourraient sembler des préoccupations encore éloignées pour beaucoup, ou réservées à un petit nombre de responsables « acquis à la cause ». Cependant, même si, comme dit le proverbe, « une hirondelle ne fait pas le printemps », l’actualité montre que l’idée fait son chemin. Réactions au projet de carrière dans la vallée de la Papenoo, journée de l’environnement au collège et CED de Rikitea devant permettre aux élèves de prendre conscience de la fragilité de la nature qui les entoure et du respect dû à cette nature, opérations de nettoyage des rivages de la mer par des volontaires… L’Eglise n’est pas en reste comme le montre cette initiative de la Conférence des évêques de France et de la Fédération protestante de France. Elles ont lancé, samedi 16 septembre à Paris, un label « Église verte » visant « la conversion écologique » des paroisses dans un esprit œcuménique. Répondant à cette invitation, la paroisse St Gabriel dans le XX° arrondissement a vu se créer un groupe de laïcs qui, sous l’impulsion de leur curé, ont créé un jardin potager autour de l’église. Des bacs pour recycler les déchets organiques ont également été installés ainsi qu’un bac de récupération pour les plastics. Des infos régulières sont données sur les moyens d’éviter le gaspillage dans la vie courante. Des sorties en fermes biologiques sont parfois organisées pour les enfants de la catéchèse de la paroisse, et dans les homélies, les prières universelles, les chants, une attention particulière est portée aux textes bibliques évoquant la création, la nature et son peuplement. Dans la paroisse Notre-Dame-de-la-Croix à Ménilmontant, des ruches ont été installées à flanc d’église.A Lyon, au Grand Temple de l’Église protestante unie, une « cellule verte » a été mise en place il y a un an. Au programme des actions concrètes : prédications sur la création, parcours botanique et vaisselle lavable sont de rigueur.

Aux fidèles qui auraient du mal à comprendre ce lien entre Foi et respect de la nature, le Pape François, dans sa lettre encyclique « Laudato si » (« Loué sois-tu ») explique longuement les racines d’un tel lien. Il écrit au n° 66 : « Les récits de la création dans le livre de la Genèse… suggèrent que l’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre. Selon la Bible, les trois relations vitales ont été rompues, non seulement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de nous. Cette rupture est le péché. L’harmonie entre le Créateur, l’humanité et l’ensemble de la création a été détruite par le fait d’avoir prétendu prendre la place de Dieu, en refusant de nousreconnaître comme des créatures limitées... » Evoquant la responsabilité de chacun vis-à-vis de cette terre où nous vivons, il écrit au n° 68 : « Cette responsabilité vis-à-vis d’une terre qui est à Dieu implique que l’être humain, doué d’intelligence, respecte les lois de la nature et les délicats équilibres entre les êtres de ce monde, parce que « lui commanda, eux furent créés, il les posa pour toujours et à jamais sous une loi qui jamais ne passera » (Ps 148, 5b-6). C’est pourquoi la législation biblique s’attarde à proposer à l’être humain diverses normes, non seulement en relation avec ses semblables, mais aussi en relation avec les autres êtres vivants : « Si tu vois tomber en chemin l’âne ou le bœuf de ton frère, tu ne te déroberas pas (…) Si tu rencontres en chemin un nid avec des oisillons ou des œufs, sur un arbre ou par terre, et que la mère soit posée sur les oisillons ou les œufs, tu ne prendras pas la mère sur les petits » (Dt 22, 4.6) »

Il nous revient, en tant que Chrétiens, mais surtout en tant qu’humains habitant cette terre de nous réveiller pour nous mettre en route sans tarder. Ne nous faisons pas d’illusion, ce choix n’est pas à option !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

« Et ne nous laisse pas entrer en tentation »

 Mgr Cottanceau     A partir du 1er Dimanche de l’Avent, Dimanche 3 Décembre 2017 aura lieu un changement dans le texte de la prière du « Notre Père ». Ce changement concerne tous les pays où l’on prie en langue française. Il faudra remplacer «  et ne nous soumets pas à la tentation », par : « …et ne nous laisse pas entrer en tentation… »

Pour nous expliquer le pourquoi de ce changement, voici l’extrait d’un article du P. Colomban paru dans le bulletin « Eglise en Nouvelle Calédonie » de Juillet 2017 :

            « Le terme « tentation » risque fort de prêter à confusion car il n’a pas le même sens dans le contexte de la Bible et dans le vocabulaire religieux moderne.

            Dans notre langage actuel, la tentation désigne une sollicitation au péché ; dans le Nouveau Testament, le terme ne vise pas l’attrait intérieur que l’on éprouve pour quelque chose de mauvais ou de défendu, mais « l’épreuve dans laquelle Satan cherche à perdre celui qu’elle atteint » (TOB), donc une attaque du Tentateur qui vise à détruire la foi dans le cœur des croyants.

            Dans le Nouveau Testament, une première remarque s’impose : il n’est jamais affirmé que Dieu éprouve ou tente quelqu’un. Ceci doit nous rendre vigilants en face du vocabulaire que nous employons parfois et de certains propos tels que : « C’est Dieu qui t’éprouve » ou bien « Dieu t’envoie cette épreuve pour… » Ces formules ne correspondent en rien à la théologie du Nouveau Testament. Les épreuves (souffrance, maladie, deuils etc…) que nous rencontrons peuvent certes être considérées comme des occasions pour grandir dans la foi, mais nulle part le Nouveau Testament n’en attribue l’origine à Dieu.

            Dans cette requête, nous demandons à Dieu non pas de ne pas être tentés, mais qu’il nous évite des épreuves que nous risquons de ne pas pouvoir supporter. Devant le risque grave que constitue la tentation, nous prions donc de ne pas nous exposer à une telle épreuve (…) où nous serions tentés de l’abandonner parce que sa présence ne nous parait plus sensible (…) Cf l’expérience de Job, celle de Jésus sur la croix.

            On peut aussi interpréter cette requête dans le sens suivant : « Préserve-nous d’entrer dans les vues du Tentateur ». Dans ce cas, nous demandons à Dieu (…) de nous aider à ne pas y consentir, et également à en sortir, donc de nous protéger dans ces moments d’épreuve (Lc 22, 31-32)

            Ce dont nous demandons en définitive à Dieu de nous protéger, ce n’est pas d’abord de nos petites tentations quotidiennes – encore qu’elles ne soient sans doute pas exclues – mais bien plutôt de cette grande épreuve susceptible de provoquer l’apostasie : la défection de ceux qui ne sont pas « fermes dans la foi » (1 P 5, 9) ».          

Dans la suite de cet article, le passage du livre de la Genèse 3, 1-5 rapportant le dialogue entre Eve et le serpent illustre clairement le sens de cette tentation. Le serpent (le plus rusé de tous les animaux) sème le doute dans l’esprit de Eve en lui faisant croire que Dieu est jaloux, qu’il ment, et au bout du compte, que son amour pour sa créature n’est qu’illusion. Cette tentation demeure aujourd’hui bien réelle, de croire que Dieu ne nous aime pas, qu’il nous ment, qu’il nous trompe, qu’il ne cherche qu’à nous « coincer » et à punir ! Alors oui, il est bon de lui demander de nous aider à croire en la puissance de son amour et « qu’il ne nous laisse pas entrer en tentation ».

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Aumônerie Militaire

DenisbertinDepuis le 26 Août 2017, suite à la fin de fonction du P. Dominique THEPAUT comme aumônier militaire en Polynésie Française, le P. Denis BERTIN a été nommé par l’évêque aux armées nouvel aumônier dans cette fonction. Le P. Denis n’est pas un inconnu, il a déjà accomplis ce ministère en Polynésie Française.

Nous lui souhaitons la bienvenue !

« IRMA »

«Mgr Cottanceau Irma » ! Nous connaissions « Irma la douce », comédie musicale française créée en 1956, mais l’actualité de ces jours derniers nous a dévoilé sous ce même nom un épisode météorologique fait de fureur, de dévastation et de destruction. Selon les derniers bilans, 27 personnes ont trouvé la mort dans les Caraïbes, sans compter les disparus, les blessés, les familles ayant tout perdu, et les dégâts considérables causés par le passage de ce cyclone. Comme par réflexe, nous sommes tentés de trouver un responsable, et c’est alors que spontanément, beaucoup pointent leur doigt accusateur vers Dieu : « Comment Dieu peut-il permettre cela ? » Soyons clairs. La grande nouveauté apportée par le message biblique nous invite à considérer la nature et son fonctionnement comme autonomes, c’est-à-dire fonctionnant selon des lois et des règles qui leur sont propres, sans que Dieu ne vienne sans cesse brouiller les cartes. Les lois de la nature ne sont donc pas soumises aux caprices d’un créateur qui, du ciel, modifierait à son gré leur déroulement. Cette nouvelle façon de voir l’univers est d’une grande importance car elle permet à l’Homme de s’ouvrir à la pensée scientifique et d’entreprendre l’étude des mécanismes de l’univers qui nous entoure sans offenser Dieu pour autant. Une fois que le créateur a fixé les règles du jeu, la création se déroule selon ces règles sans que Dieu ne vienne perturber le déroulement de la partie. Il revient donc à l’Homme de faire fonctionner son intelligence pour comprendre les mécanismes de la nature en sachant que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Dieu ne lui a-t-il pas confié la mission de poursuivre l’œuvre créatrice en prenant soin de la terre et en œuvrant dans la lumière ?

            Si donc l’Homme a reçu cette responsabilité, il lui revient de chercher comment maitriser les mécanismes qui régissent l’univers et de reconnaitre la part qui lui revient quand ces mécanismes se trouvent perturbés. C’est ainsi que, dans sa lettre encyclique « Laudato si », le Pape François écrit : « Le climat est un bien commun, de tous et pour tous. Au niveau global, c’est un système complexe en relation avec beaucoup de conditions essentielles pour la vie humaine. Il existe un consensus scientifique très solide qui indique que nous sommes en présence d’un réchauffement préoccupant du système climatique. Au cours des dernières décennies, ce réchauffement a été accompagné de l’élévation constante du niveau de la mer, et il est en outre difficile de ne pas le mettre en relation avec l’augmentation d’événements météorologiques extrêmes, indépendamment du fait qu’on ne peut pas attribuer une cause scientifiquement déterminable à chaque phénomène particulier. L’humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation, pour combattre ce réchauffement ou, tout au moins, les causes humaines qui le provoquent ou l’accentuent. Il y a, certes, d’autres facteurs (comme le volcanisme, les variations de l’orbite et de l’axe de la terre, le cycle solaire), mais de nombreuses études scientifiques signalent que la plus grande partie du réchauffement global des dernières décennies est due à la grande concentration de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, oxyde de nitrogène et autres) émis surtout à cause de l’activité humaine ».

            Ainsi, avant d’accuser Dieu, ayons le courage de reconnaitre la part de responsabilité qui nous revient…Habitant tous la même terre, nous sommes solidaires dans une même responsabilité, poursuivre l’achèvement de cette création que Dieu a commencée dans la lumière au matin du monde !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

SOUTIEN AUX VICTIMES DU CYCLONE « IRMA »

eveche15w.jpgChaque paroisse est invitée à déposer les dons récoltés à l’évêché en précisant : « Pour la Guadeloupe ». Merci pour votre geste de solidarité.

-----------

Frères et Soeurs, vous trouverez ci-dessous le message que j’ai fait parvenir au nom de notre diocèse à Mgr Jean Yves RIOCREUX, évêque de Basse Terre et Pointe à Pitre, en Guadeloupe. Je l’assure de notre prière pour toutes les victimes et pour les familles frappées par le cyclone.

Certains parmi vous ont déjà manifesté leur solidarité, des paroisses se sont organisées pour collecter des fonds destinés aux victimes du cyclone. J’invite les paroisses qui ne l’ont pas fait encore à se joindre à ce mouvement de solidarité de la façon qui leur conviendra le mieux. Chaque paroisse pourra envoyer les dons récoltés à l’évêché en précisant : « Pour la Guadeloupe ».

Nous aurons une pensée particulière pour le P. Fiorenzo ROSSI, ancien curé du Sacré Coeur de Arue puis du Sacré Coeur de Hitiaa et actuellement curé de l’île St Barthelemy touchée par le cyclone.

Merci d’avance pour votre geste de solidarité.

+Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

N 37 soutien aux victimes du cyclonen.37-soutien-aux-victimes-du-cyclone.pdf

« S’il t’écoute, tu gagneras ton frère »

Mgr CottanceauCette semaine, l’actualité invite à reconnaître des liens entre le déplacement du pape François en Colombie (à partir de mercredi) et l’évangile de dimanche. Gagner son frère, tout faire pour le réconcilier et le ramener dans la communauté, voilà la belle mission que soutient Jésus dans l’évangile dominical (Mt 18,15-20).

Nous connaissons bien l’énergie que déploie Jésus tout au long de son ministère pour aller chercher les exclus de son temps. Précédemment dans l’évangile de Matthieu, il a raconté l’histoire de la brebis égarée dont la conclusion révèle que ses intentions sont aussi celles de son Père : « votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu » (v. 14).

Ici toutefois, la situation est un peu différente : il s’agit du cas où l’individu persiste dans son péché, il refuse de reconnaître son tort auquel cas il pourrait réintégrer la communauté. Il ne s’agit donc pas d’un égarement passager, mais d’un comportement qui brise le lien de l’unité, conduit au repli sur soi et le sépare des autres.

Comment gagner à nouveau ce frère qui s’éloigne délibérément ? Les propositions données par Jésus dans l’évangile éclairent à nouveau sa sollicitude pour les pécheurs : d’abord rencontrer son frère seul à seul pour lui signifier le danger qu’il court ; ensuite, si ce n’est pas suffisant, recourir au renfort de deux ou trois personnes ; enfin, l’ultime étape consiste à faire à intervenir la communauté tout entière.

En Colombie, le pape François doit gagner ses frères à l’œuvre de réconciliation dont le pays a tant besoin pour son avenir. Malgré un accord de paix historique entre le gouvernement et les Farc (forces armées révolutionnaires colombiennes) l’année passée, le pays demeure profondément divisé. Et l’Eglise colombienne n’est pas épargnée.

Dans l’évangile dominical, Jésus termine son discours par une révélation qui confère une puissance inouïe à toute œuvre de réconciliation : d’un côté, le pouvoir de lier et de délier est remis à chaque disciple ; de l’autre, l’accord entre deux ou trois disciples dans la prière fait que Dieu donne volontiers sa grâce, et même que Jésus est « là, au milieu d’eux ».

Ainsi, si le pécheur s’exclut lui-même de la communion, devenant « un pharisien, un publicain » ; il n’est pas pour autant exclu du mouvement de réconciliation. Il reste à jamais un frère pour lequel Jésus a déclaré de manière solennelle : « Je ne suis pas venu pour les bien-portants mais pour les malades. »

Messe pour le repos de l’âme de Frère Charles RUBION

FrcharlesrubionUne messe sera célébrée à la Cathédrale le samedi 9 septembre à 18 heures, pour le repos de l’âme de Frère Charles RUBION, ancien Visiteur des Frères de Polynésie, ancien responsable du petit séminaire de Taravao, ancien directeur de l’Ecole Saint Paul et de l’Ecole Fari’imata, de l’Ecole Saint Joseph de Taiohae et responsable de la Radio Te Oko Nui des Marquises. Ses obsèques ont eu lieu à Ploërmel le 24 juillet dernier. Nous invitons toutes les personnes qui l’ont connu à prendre part à cette célébration.

Sœur de Saint-Joseph de Cluny : Sœur Diane de la Sainte Famille PAIEA

SoeurdianeSœur Marie-Joseph IKAI et toutes les Sœurs de St Joseph de Cluny sont heureuses de vous annoncer que
Sœur Diane de la Sainte Famille PAIEA
va s’engager dans la Congrégation par l’émission des Vœux d’obéissance, de chasteté, de pauvreté pour trois ans au cours de la Messe qui sera célébrée par Père Joël AUMERAN, vicaire général, en l’église Maria no te Hau le samedi 9 septembre 2017 à 15 h. Merci d’accompagner notre Sœur par votre prière et si possible par votre présence. »