A LA UNE

Catéchèse des dimanches
et fêtes  / C

Tempscarême
et fête pascales  

du 10 mars 2019
au 20 avril 2019

Careme 1VIDEO

Carêmecareme.pps

Ecouter RMNTH

logo-rmnth.png

En marge de l'actualité

Actualité religieuse

Lire le PKO
03.03.2019
10.03.2019

Mgr Cottanceau Mgr Cottanceau   Pape francois logo-cef.jpg Semeurtahitien
Le prêtre Temps de carême

Les trois chemins
de tentation

Abus sexuels,
de pouvoir et de conscience
Lire la page FB du semeur 
 

Liste des pages du semeur 
27.01.2019
24.02.2019

 

LE PRETRE

Mgr CottanceauDu Lundi 11 au Vendredi 15 Mars, les prêtres de notre diocèse et leur évêque vont vivre leur retraite annuelle à Tibériade. Se joindront à eux Mgr Pascal CHANG SOI et les deux prêtres en service du diocèse de Taiohae. Cette retraite, prêchée par le P. Roch APIKAOUA - curé de la Cathédrale de Nouméa - tombe à point nommé pour nous aider à réfléchir sur le rôle du prêtre.

Rappelons que le prêtre signifie par sa présence que l’Eglise a son centre hors d’elle-même, que sans le Christ et l’Esprit, elle ne saurait ni ne pourrait rien pour reconnaître l’amour du Père et s’y livrer. La place que tient le prêtre ne doit rien à sa valeur personnelle, ni à son savoir-faire ni même aux dons spirituels qui donnent force à leurs interventions, mais elle le doit au titre du sacrement de l’ordre et de la mission qui lui a été confiée par l’évêque. C’est une façon de signifier que personne ne peut s’approprier les dons de Dieu, et encore moins ceux qui en sont les instruments, les prêtres. Finalement, ce qu’on attend de leur ministère, et en particulier dans les sacrements, on ne l’attend pas d’eux, mais du Christ qui agit par eux, en tant qu’il est la tête de l’Eglise.

            Aimer ses prêtres, c’est bien, mais c’est mieux encore d’aimer le sacerdoce… Le prêtre ne travaille pas pour son compte, pour sa gloire ou son prestige, ou pour entretenir une cour d’admirateurs inconditionnels ! Il ne conduit pas les fidèles à lui, à sa personne, mais au Christ. Il ne cherche pas à remplir son église mais à aider les fidèles à rencontrer le Christ dont il est le serviteur. Ne tombons pas dans le piège de nous attacher « sentimentalement » à nos prêtres, au risque d’oublier que c’est au Christ que nous devons nous attacher, lui que nous devons suivre avec l’aide et le soutien de nos prêtres. Rappelons ici un extrait de ce beau texte de sœur Véronique MAGRON, présidente de la conférence des religieux et religieuses de France, texte déjà cité dans le communiqué du 12 Novembre 2018

« Je ne suis pas catholique à cause des prêtres, y compris les meilleurs. Et ils sont nombreux…

Je suis catholique à cause de l’amour de Dieu pour les plus vulnérables.

Je suis catholique à cause de Jésus, vrai homme, mortel, comme chacun.

Je suis catholique à cause de Jésus, le Christ, homme totalement vrai, accomplissant ce qu’il dit, donnant toute la vie pour ceux qu’il aime

Je suis catholique à cause de l'Eucharistie, où nous devenons le corps que nous recevons. Où nous sommes convoqués à vivre de la vie du Christ, du creux de nos simples existences ordinaires. Sans banderole et sans publicité.

Je suis catholique parce que je crois la parole de Dieu, celle qui me raconte que mon Dieu a pris la décision de faire alliance avec l’humanité, de la sauver de l’esclavage et du désespoir.

Dans son décret sur les prêtres, le Concile multiplie les allusions à leur comportement dans ce monde et au milieu des hommes. Il s’agit de bien montrer combien l’existence des prêtres en tous domaines doit être accordée à leur ministère. Il ne s’agit pourtant pas d’un simple souci de cohérence (« ce que j’annonce, je dois le vivre ») mais il s’agit de contribuer à témoigner de la croissance spirituelle du corps du Christ. Le dévouement des prêtres, leur comportement dans les multiples relations ecclésiales avec leurs frères prêtres et les fidèles, avec les croyants et les incroyants, des qualités comme la bonté, la sincérité, la force morale, la persévérance, la passion pour la justice, la délicatesse, la tempérance sont explicitement mis en rapport avec la manifestation du retour du Christ. Plus que quiconque, de par son ministère, le prêtre par son comportement, témoigne de la présence de ce Dieu venu en notre chair en Jésus Christ désormais glorifié. En voyant vivre le prêtre, on doit pouvoir dire que le Christ revient !

Prions pour nos prêtres !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda mars 2019

eveche15w.jpg

Agenda de Mgr Jean Pierre
Choisi comme Co-consécrateur auprès de Monseigneur Michel Marie CALVET, Monseigneur Jean Pierre se rendra du 18 au 26 mars à Wallis et Futuna pour l’ordination du nouvel évêque, Monseigneur Susitino SIONEPOE, prévu pour le dimanche 24 mars à la Cathédrale de Mata’utu.

Agenda de Père Joel
… qui est à Rimatara, Rurutu et Tubuai jusqu’au 15 mars.

Agenda de Père David CHANZY 
 qui était à Manihi du 8 au 12 mars et à Ahe du 12 au 22 mars.

Agenda des Diacres Gaspar Mahaga, Juanito Burns et Valselin Tavita
… qui se rendront à Raiatea du 15 au 18 mars.

Messe dans la « Forme Extraordinaire »
Prochaine messe selon la forme extraordinaire du rite romain :
- dimanche 07 avril à 8h à la chapelle militaire Saint-Louis à Arue ;
- dimanche 21 avril à 8h, exceptionnellement à la chapelle de l’archevêché.

Paroisse de la Sainte-Trinité, Pirae conférences de carême

eglise-pirae-ste-trin-2.jpgParoisse de la Sainte-Trinité, Pirae
Conférences de Carême
« En familles, marchons vers Pâques ! »

Le Carême est un temps de préparation spirituel pour célébrer et vivre la joie de Pâques. La Paroisse de Sainte Trinité de Pirae vous propose des soirées à thème pour vous préparer tout au long de ce Carême. Toutes les soirées débuteront à partir de 18h00 par un enseignement, suivi de la Messe.

  • Samedi 16 mars par Monseigneur Hubert COPPENRATH

Thème : « La Famille selon le cœur de Dieu »

  • Samedi 23 mars par le Diacre William TSING

Thème : « La Famille d’aujourd’hui »

  • Samedi 30 mars par Père Bruno MAI avec Prière de guérison

Thème : « La Famille, lieu d’apprentissage de l’Amour et du Pardon »

  • Samedi 06 avril par le Diacre Gaspar MAHAGA

Thème : « La Famille, lieu de la Bonne Nouvelle »

Paroisse du Sacré-Cœur, Arue Conférences de Carême 2019

eglise-arue-1.jpgParoisse du Sacré-Cœur, Arue
Conférences de Carême
« L’Eglise missionnaire »

La paroisse met en place un temps de ressourcement et de préparation à Pâques, à travers différentes conférences, qui seront données :

  • Dimanche 17 mars par Père Vetea BESSERT

Thème : « Comment susciter aux jeunes, le désir de participer à la mission »

  • Dimanche 24 mars par Père Olivier MONDON

Thème : « La mission du chrétien »

  • Dimanche 31 mars par Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Thème : « A quoi Dieu nous appelle »

  • Dimanche 07 avril par le Diacre Gaspar MAHAGA

Thème : « La famille missionnaire »

Les horaires sont présentés comme suit :

De 17h à 17h45 : Conférence

De 17h45 à 18h : Adoration du St Sacrement

Soyez les bienvenus.

Comité Diocésain du Rosaire Vivant retraite avril 2019

Rosaire 1Le Comité Diocésain organise une retraite ouverte à tous les 26, 27 et 28 avril 2019 à Tibériade.
Thème : « Le Seigneur fit pour moi des merveilles »Pr
édicateurs :
Père Gilbert NOHOTEMOREA et les diacres Juanito, Gaspar et Joseph.
Tarif : 3 800 frs/retraitant
Inscriptions auprès des responsables du Rosaire de chaque paroisse jusqu’au mercredi 24 avril (avant 11h) dernier délai.

Renouveau Charismatique Catholique retraite fin mars 2019

RenouveaucharismatiqueLe Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique organise une retraite ouverte à tout le monde le week-end du 29 au 31 mars 2019 au Centre de retraite de Tibériade avec pour thème « Désirer l'Esprit Saint, ses dons, ses charismes et ses fruits ».
Les inscriptions se font auprès des bergers(ères) des groupes de prière du Renouveau charismatique des paroisses.
Grande union et soutien de prières !
Abondantes bénédictions !
Diacre Juanito BURNS, Répondant diocésain

Radio Maria no te Hau du 18 au 22 mars 2019

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 18 mars : «Un amour vrai pour le prochain  » par P. Geoffroy MARIE;
> Mardi 19 mars : «Paternité à l'image de Saint Joseph  » par P. André DOZE;
> Mercredi 20 mars : «Le vainqueur c'est Dieu, mais, il faut collaborer  » par Bernard DUBOIS;
> Jeudi 21 mars : «Vaincre nos forteresse de peur  » par Denise Bergeron;
> Vendredi 22 mars : «Guérir de l'indécision  » par Yves Boulvin.
NB : Thèmes d’enseignement susceptibles d’être modifiés

Tibériade calendrier des retraites pour le mois de Mars 2019

Tiberiade> 15-16-17 mars : Communauté du Christ
> 22-23-24 mars : Retraite du Te Vai Ora pour les Femmes en Français
> 28-29-30 mars : Retraite du Renouveau Charismatique sur le thème « Désirer l’Esprit Saint, ses dons, ses charismes et ses fruits. »

TEMPS DE CAREME

Mgr Cottanceau            Ce Mercredi a débuté le temps du Carême avec la célébration des cendres. Il faut bien avouer que souvent, ce temps de Carême est associé à la notion de sacrifice, de privations : « il faut jeûner, il faut faire l’aumône, il faut prier … ». Oui, ce temps de Carême vient bousculer nos habitudes, nos tranquillités, notre routine quotidienne, notre confort spirituel. N’en soyons pas étonnés, la nature humaine est ainsi faite… Il serait cependant dommage de vivre comme une épreuve incontournable ce temps qui nous conduit à la joie de Pâques. Saurons-nous nous réjouir de ce temps de Carême qui nous invite à la conversion, afin de laisser le Seigneur faire irruption de façon nouvelle dans nos vies, dans nos cœurs ? Il nous est donné pendant ces 40 jours de faire le point sur la qualité de nos relations avec Dieu (la prière), avec nos frères (l’aumône) et avec nous-mêmes (le jeûne).

            Notre relation à Dieu est-elle une relation d’intérêt ou de confiance et d’abandon ? L’expérience des Hébreux au désert avec Moïse vient illustrer cette question : « Dieu nous a t’il conduit au désert pour nous faire mourir de faim ? » … Inquiétude légitime qui parfois nous assaille. Nous nous inquiétons de tout : la situation du monde, les conflits sociaux, la famille, les enfants à élever, la santé, l’avenir des siens… Peut-être devrions-nous donner plus de place à la confiance en Dieu et à la prière, non pas que cela va régler nos problèmes comme par magie, mais le Seigneur peut si nous lui demandons, nous donner courage, force et confiance pour les résoudre. D’où l’importance de se donner ces temps d’intimité avec lui pour accueillir son aide, son Esprit, sa confiance. Prière aussi pour accueillir sa miséricorde lorsque nous faisons l’expérience de notre faiblesse, de nos échecs, de nos infidélités. N’oublions pas que la victoire du Satan, c’est de nous faire douter de la miséricorde de Dieu ! Prière enfin pour nos frères et sœurs en souffrance, prière qui nous rapproche d’eux et fait grandir entre nous cette fraternité que Jésus nous demande.

            Notre relation aux autres, est-elle une fois encore une relation d’intérêt ou une relation de don et de partage ? Aimer l’autre pour lui-même… Le mot « aumône » désigne dans l’Ancien Testament la miséricorde de Dieu pour l’Homme ou bien encore la miséricorde de l’Homme pour son semblable. Cette miséricorde n’est authentique que si elle se traduit en actes parmi lesquels figure en bonne place le soutien matériel à ceux qui sont dans le besoin. Pratiquer l’aumône, c’est imiter le geste de Dieu qui, le premier, a fait preuve de bonté envers l’homme. A travers le frère malheureux, c’est Jésus lui-même que nous atteignons : « Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait ! » (Mt 25, 31 – 46)

            Notre relation à nous-mêmes : par la pratique du jeûne, l’homme associe le corps à la démarche spirituelle. Le jeûne accompagné de la prière, sert à traduire l’humilité devant Dieu. Quand, dans l’Ancien Testament, un homme s’abstient de manger, alors qu’il tient la nourriture pour un don de Dieu, cette privation est un geste religieux : se tourner vers le Seigneur dans une attitude de dépendance et d’abandon. Ainsi devient-il possible d’accueillir l’action de Dieu et se mettre en sa présence. Finalement, c’est pour l’amour de Dieu que nous sommes appelés à pratiquer un jeûne qui soit expression de notre espérance en lui, un jeûne qui ouvre le cœur à l’action de Dieu qui voit et agit dans le secret !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Nomination du Père Claude JOUNEAU

jounneau-claude.jpgSur décision de Monseigneur Jean Pierre,
le Père Claude JOUNEAU, de la Compagnie de Saint Sulpice,
est nommé,
Administrateur Paroissial par interim de la paroisse Sainte Thérèse de Papeete, incluant la chapelle Saint Jean Bosco,
pour pallier l’empêchement temporaire du Père Sergio TEFAU.
Nomination effective depuis le 28 février 2019.

Séminaire de l’Enseignement Catholique 09.03.2019

ddec.gifSamedi 09 mars 2019
Séminaire de l’Enseignement Catholique

à l’ISEPP

« La responsabilité en partage »

« Dieu a créé le monde comme la mer crée le rivage : en se retirant » Hölderlin. La citation de l’auteur évoque la situation où, une fois le monde créé, Dieu donne la liberté et la responsabilité aux hommes de poursuivre son œuvre. Cette responsabilité en partage depuis l’annonce du Christ « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19), nous invite à la définir dans notre contexte de communauté éducative, la décliner en axes de réflexion, la traduire en actes, et porter du fruit.

A ce titre, la Direction de l’Enseignement Catholique organise son séminaire annuel autour du thème « La responsabilité en partage » afin que chacun puisse y apporter son analyse, son expérience, sa projection… sa pierre à l’édifice. D’avance, nous sommes reconnaissants du temps que vous consacrez à participer au séminaire où la participation de jeunes étudiants de l’ISEPP nous apportera un regard croisé sur le thème.

Inscription auprès des établissements scolaires et de la Direction de l’Enseignement Catholique.

Radio Maria no te Hau du 11 au 15 mars 2019

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 11 mars : « Dieu agit dans nos vies » par Alberto MAALOUF ;
> Mardi 12 mars : « L’homme sauvé par Dieu » par P. Nicolas BUTTET ;
> Mercredi 13 mars : « Tentation et compulsion » par Bernard Dubois ;
udi 14 mars : « Familles dans l’épreuve » par Michel MARTIN PREVEL ;
> Vendredi 15 mars : « La paix avec soi-même » par P. Jacques PHILIPPE.
NB : Thèmes d’enseignement susceptibles d’être modifiés

Tibériade calendrier des retraites pour le mois de Mars 2019

Tiberiade> 08-09-10 mars : Retraite pour les pèlerins de la Fraternité ND de l’Agapé  ;
> du lundi 11 (matin) au vendredi 15 (midi) février : Retraite des Prêtres ;
> 15-16-17 mars : Communauté du Christ
> 22-23-24 mars : Retraite du Te Vai Ora pour les Femmes en Français
> 28-29-30 mars : Retraite du Renouveau Charismatique sur le thème « Désirer l’Esprit Saint, ses dons, ses charismes et ses fruits. »

Les hommes sont fait d’argiles 

Pere vetea docteur en droit 1Ce dimanche, saint Paul dans la deuxième lecture tirée de sa lettre aux Corinthiens livre une belle réflexion sur la condition humaine. En comparant Adam « le premier homme » avec le Christ « l’être spirituel », Paul relève à la fois la distance qui les sépare autant que leur proximité : « Pétri d’argile, le premier homme vient de la terre, le deuxième homme, lui, vient du ciel ».

L’image de l’argile évoque bien la fragilité de la condition humaine qui ne cesse d’apparaître depuis que l’humanité existe. Dans la première lecture, David, qui n’est pas encore roi, affronte Saül qui est roi. La jalousie de ce dernier est telle qu’il cherche à tout prix à faire disparaître son rival. Dans l’évangile, Jésus dénonce les fausses fraternités qui consistent à ne faire du bien qu’à ceux qui nous en font.

Ce que Jésus demande paraît pourtant bien au-dessus de nos forces. Comment donc aimer ses ennemis ? Comment faire du bien à ceux qui nous détestent ? Comment tendre l’autre joue à celui qui nous a déjà frappé ? Comment donner son manteau à celui qui nous a déjà pris la tunique ? En somme, comment être miséricordieux comme le Père est miséricordieux ? Oui, « les hommes sont faits d’argile » dit saint Paul, que pouvons-nous donc espérer de l’homme ?

Un Père de l’Eglise nommé Tertullien, qui a vécu vers la fin du 2e siècle, a eu cette belle réflexion, toujours à propos de la condition humaine. Selon lui, l’homme a été créé à la ressemblance de celui qui devait s’incarner dans la même chair : « Représente-toi Dieu tout entier occupé à donner figure à l’œuvre de sa main : il y a appliqué son intelligence, son action, son conseil, sa sagesse et sa providence, et avant tout son affection. Car tout ce qui était imprimé dans ce limon, c’était la pensée du Christ, l’homme à venir ».

De là provient donc la proximité inattendue entre Adam et le Christ : le projet divin qui présida à la création de l’humanité, quand Dieu créait l’homme, Il pensait au Christ. Oui, même si nous sommes faits d’argiles, il y a bien quelque chose à espérer de nous. Le Fils, le Verbe de Dieu fut lui-même pétri d’argile. Mais lui vient du ciel, et s’il y a une espérance, c’est bien grâce à lui. 

B.V

Agenda février 2019

eveche15w.jpg

Agenda …

 

… du Père Joel Aumeran
… qui se rendra sur Huahine pour le Te Vai Ora du 17 au 24 février. Père Joël sera accompagné des diacres Gaspar et Juanito.

… du Père Denis Bertin
… qui est en France jusqu’au 22 février.

Chapelle Saint-Louis (Aumônerie Militaire)
Messe dans la « Forme Extraordinaire »

Prochaine messe selon la forme extraordinaire du rite romain : dimanche 24 février.

FIFO 2019 ET CRISE HUMANITAIRE

Pere vetea docteur en droit 1Le Fifo 2019 vient de s’achever. Le palmarès final récompense cinq documentaires sur les migrants placés en détention sur l’île Christmas, un artiste chanteur aborigène du nom de Gurrumul, l’hommage rendu à son père par le fils de Jean-Marie Tjibaou, l’histoire du tatouage aux Marquises (prix du public), le combat de la population des îles Kiribati et de leurs dirigeants face à la montée des eaux due au réchauffement climatique (grand prix).

Chacun de ces documentaires met en lumière des sujets forts de la vie en Océanie : l’histoire si dramatique du peuple aborigène incarnée par un artiste aveugle-né qui a gagné une célébrité par sa sincérité et sa persévérance, celle non moins dramatique de la population Kanak et de son combat pour la dignité, le ré-enracinement du peuple marquisien dans ses coutumes et ses traditions.

La condition des migrants provenant du Moyen-Orient sur l’île Christmas et le combat de la population kiribatienne attirent notre attention dans la mesure où les deux documentaires en question dévoilent sous nous yeux ni plus ni moins une crise humanitaire en cours. Au moment de la remise du prix, le président du jury a eu ces mots forts : « J’espère que cela permettra une prise de conscience de l’urgence d’agir. Personne ne doit pouvoir dire demain : "je ne savais pas" ».

Tout ceci interpelle inévitablement la foi chrétienne. Pensons simplement à l’évangile de dimanche prochain où Jésus annonce le malheur de ceux et celles qui traversent la vie sans se préoccuper des drames qui les entourent (Luc 6,17.20-26). Ainsi en est-il de nous tous si nous gardons les yeux fermés, préoccupés seulement par nos petites affaires.

Le pape François lance régulièrement des appels pour défendre les migrants et les victimes du réchauffement climatique. Dans son encyclique sur la sauvegarde de la planète, il rappelait notamment ceci : « Malheureusement, il y a une indifférence générale face à ces tragédies qui se produisent en ce moment dans diverses parties du monde. Le manque de réaction face à ces drames de nos frères et sœurs est un signe de la perte de ce sens de responsabilité à l’égard de nos semblables ».

Ces deux crises humanitaires sont donc intimement liées : migrants de la guerre et migrants du réchauffement climatique sont les victimes d’un égoïsme généralisé à l’échelle planétaire. Comme chrétiens, notre foi nous place immédiatement en faveur des victimes. Le Fifo a récompensé en Gurrumul un artiste porte-parole des valeurs de respect issues de sa tradition aborigène, il était né aveugle, il avait pourtant les yeux bien ouverts sur le monde.

B.V.

AFEP de Polynésie Catéchèse : Session de formation 2019

AndrepachodAFEP de Polynésie Catéchèse : Session de formation avec Père André PACHOD
Suite à un nombre très important d’inscrits à la formation qui aura lieu du 18 au 19 février 2019 dans l’amphithéâtre de l’ISEPP et compte tenu du nombre de places limités sur le site, il est demandé aux participants inscrits, d’organiser des covoiturages. Il est possible de garer vos véhicules à l’église Maria no te Hau.
Rappel du dispositif de la formation :
Horaires de la formation : de 8h à 11h30 et de 13h à 15h30 – Accueil à partir de 7h30
Les inscriptions sont closes.
D’avance, merci de votre compréhension

UN MOMENT HISTORIQUE

Pere vetea docteur en droit 1Ce mardi 05 février, le Pape a célébré la messe avec 135 000 fidèles. La particularité de cette eucharistie est le lieu de sa célébration : Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, à seulement 300 km de l’Arabie Saoudite, près du Qatar et de l’Iran. Il s’agit bien d’un événement historique, une étape cruciale dans le dialogue interreligieux entre catholiques et musulmans, le signe fort d’un changement au sein du monde musulman lui-même.

Le Pape François est le premier pape à fouler le sol d’un pays de la péninsule arabique. Il y a peu encore, très peu de personnes auraient pensé cela possible compte tenu notamment des relations tendues entre l’Occident et l’Orient qui déteignent forcément sur l’entente entre les religions, la liberté religieuse réduite au minimum pour les non-musulmans et, non loin, les persécutions contre les chrétiens.

Les Émirats ont décrété en 2019 une Année de la tolérance. De fait, le pays se démarque des autres régions par un islam modéré. Bien que les activités prosélytes soient interdites comme le fait de mener des activités associatives, les chrétiens qui vivent là peuvent célébrer leurs sacrements en toute liberté et ne font pas l’objet de discrimination manifeste.

Si l’actualité du Moyen-Orient impose une vision délétère des relations interreligieuses. Dans les faits, le dialogue a toujours été maintenu. À vrai dire, la tradition est très ancienne. Il y a 800 ans, François d’Assise était reçu par le sultan al-Malik al-Kāmil. Plus proche de nous, le pape Jean-Paul II a fondé le mouvement des rencontres d’Assise pour réunir toutes les religions autour du thème de la paix, la cohabitation et la fraternité. Benoît XVI a fait de même.

Parmi les nombreux points d’orgue de cette visite, la signature d’une déclaration commune par le pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayeb est historique. L’intitulé du document est en soi significatif : « Document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune ». Le texte formule une condamnation sans appel du terrorisme et de la violence, promeut la paix en toute circonstance, la liberté religieuse et le droit des femmes.

Nous pouvons au moins entendre l’affirmation suivante : « nous demandons à nous-mêmes, et aux dirigeants du monde, aux artisans de la politique internationale et de l’économie mondiale, de s’engager sérieusement à répandre la culture de la tolérance, de la cohabitation et de la paix ; d’intervenir le plus rapidement possible pour arrêter l’effusion de sang innocent et mettre fin aux guerres, aux conflits, à la dégradation de l’environnement et au déclin culturel et moral que vit actuellement le monde ».

Une manière de signifier que la violence n’a pas d’origine religieuse ou ethnique, qu’elle provient du cœur de l’homme, et que contre elle, nous avons bien besoin que des hommes comme le Pape ou le Grand Imam nous ouvrent le chemin de la paix et de la concorde.

B.V.

JMJ PANAMA

Mgr Cottanceau                  Lors du chemin de croix vécu avec les jeunes rassemblés aux JMJ de Panama la semaine dernière, le Pape François a évoqué les multiples souffrances qui prolongent de nos jours dans le monde la Passion du Christ. Certaines de ces souffrances naissent de situations qui ne nous sont pas étrangères, ici en Polynésie. Voici ce que dit le Saint Père :

« Père, aujourd’hui le chemin de croix de ton Fils se prolonge :

  • dans le cri étouffé des enfants que l’on empêche de naître, de tant d’autres qui se voient refuser le droit d’avoir une enfance, une famille, une éducation ; de ceux qui ne peuvent pas jouer, chanter, rêver…
  • dans les femmes maltraitées, exploitées et abandonnées, dépossédées et niées dans leur dignité ;
  • dans les yeux tristes des jeunes qui voient leurs espérances d’avenir confisquées par le manque d’éducation et de travail digne ;
  • dans la détresse des visages de jeunes, nos amis qui tombent dans les réseaux de personnes sans scrupules – et parmi elles se trouvent également des personnes qui disent te servir, Seigneur – réseaux d’exploitation, de criminalité et d’abus, qui se nourrissent de leurs vies.

 

Le chemin de croix de ton Fils se prolonge dans de nombreux jeunes et de nombreuses familles qui, engloutis par une spirale de mort à cause de la drogue, de l’alcool, de la prostitution et du trafic, sont privés non seulement d’avenir mais aussi de présent. Et, comme ont été partagés tes vêtements, Seigneur, leur dignité s’est retrouvée éparpillée et maltraitée.

Le chemin de croix de ton Fils se prolonge dans les jeunes aux visages renfrognés qui ont perdu la capacité de rêver, de créer et d’inventer les lendemains et qui « prennent leur retraite » avec l’ennui de la résignation et le conformisme, une des drogues les plus consommées de notre temps. Il se prolonge dans la souffrance cachée et révoltante de ceux qui, au lieu de la solidarité de la part d’une société d’abondance, trouvent le rejet, la douleur et la misère, et en plus sont identifiés et traités comme les porteurs et les responsables de tout le mal social.

Il se prolonge dans la solitude résignée des personnes âgées, abandonnées et rejetées.

Il se prolonge dans les peuples autochtones, que l’on prive de leurs terres, de leurs racines et de leur culture, en réduisant au silence et en éteignant toute la sagesse qu’ils pourraient apporter.

Le chemin de croix de ton Fils se prolonge dans le cri de notre mère la terre, qui est blessée dans ses entrailles par la pollution de son ciel, par la stérilité de ses champs, par la saleté de ses eaux, et qui se voit bafouée par l’indifférence et la consommation effrénée qui dépasse toute raison.

Il se prolonge dans une société qui a perdu la capacité de pleurer et de s’émouvoir face à la souffrance.

Oui, Père, Jésus continue à marcher, portant tous ces visages et souffrant en eux, tandis que le monde, indifférent, consomme le drame de sa propre frivolité.

Et nous, Seigneur, que faisons-nous ? »

                  Puissent les paroles du Saint Père ouvrir nos yeux, réveiller notre conscience et nous aider à nous lever pour répondre à la question du Pape : « Et nous, Seigneur, que faisons-nous ? »

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Journée de la Vie Consacrée Samedi 02 février 2019,

eveche15w.jpgSamedi 02 février 2019, Fête de la Présentation de Jésus au Temple
Les Frères et Sœurs des Congrégations religieuses sont invités à venir célébrer la fête de la Présentation de Jésus au Temple, le samedi 02 février au monastère Sainte Claire à Punaauia.
9h30 :
Accueil et mise en place de la célébration de la Lumière.
(Les Sœurs Clarisses mettront à disposition les cierges pour chacuns(es))
10h : Procession d’Entrée avec les cierges allumés et messe. Après la communion, les religieux(ses) renouvelleront les vœux.
Un temps de partage et de rencontre suivra, après la messe.