A LA UNE

JE SUIS LA LUMIERE DU MONDE

Mgr CottanceauL’évangile du quatrième dimanche de Carême raconte avec force détails la guérison d’un aveugle de naissance. En saint Jean, cet épisode de la vie de Jésus possède une portée symbolique forte : plus que la guérison d’un infirme, la puissance divine qui se manifeste en Jésus annonce la victoire définitive sur les puissances du mal.

  Du temps de Jésus, la maladie ou l’infirmité était expliquée traditionnellement par l’existence d’un péché grave commis antérieurement soit par le malade lui-même soit par ses ascendants. Au début de l’évangile, les apôtres interrogent d’ailleurs Jésus en ces termes : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? »

  La réponse de Jésus éclaire de manière nouvelle la compréhension de la maladie : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. » Par cela, Jésus met fin à la croyance selon laquelle la maladie équivaut à une sanction divine pour mauvaise conduite. Il y a là une nouveauté inouïe qui éclaire la nature même de Dieu sous un nouveau jour : Dieu est un Père aimant miséricordieux, et il a créé l’homme pour le bonheur !

  Les Évangiles rapportent l’attention de Jésus pour les malades et les infirmes. Des passages évoquent sa profonde compassion envers eux (cf. Mt 20,34). Il va jusqu’à s’identifier aux malades : « J’ai été malade, et vous m’avez visité » (Mt 25,36). Pour illustrer le commandement de l’amour du prochain, il donne l’exemple du Bon Samaritain qui prend soin du blessé découvert sur la route. Par sa puissance de guérison, sa compassion, Jésus est le signe éclatant que « Dieu a visité son peuple » et que Royaume de Dieu est présent à travers lui.

  En revenant à l’évangile dominical, la réponse de Jésus se poursuit de la manière suivante : « Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui. » Il convient de bien comprendre cette phrase : la maladie n’appartient pas au projet divin, elle ne figure pas parmi les moyens que Dieu aurait créés pour maintenir l’homme sous sa coupe !

  En réalité, dans les évangiles, la maladie est traitée sous un angle symbolique pour signifier l’état dans lequel se trouve l’homme pécheur. Spirituellement, le pécheur est aveugle, sourd, paralysé… Et la guérison qui survient à travers Jésus est dès lors une guérison spirituelle avant tout, autrement dit une guérison de la foi et de la confiance en Dieu.

  En somme, si Jésus est la lumière, c’est aussi parce qu’il vient nous éclairer sur le plus grand drame qui puisse arriver à l’homme : la rupture de sa relation à Dieu qui le conduit à se méfier de Lui et à penser qu’il puisse être un Dieu punisseur et vengeur. Voilà pourquoi cet évangile de la guérison de l’aveugle-né trouve toute sa place dans le cheminement du Carême. Puisse-t-il donc nous aider  passer du doute à la foi, des ombres de mort à la lumière du Christ !

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Congrégation des Sœurs de Saint Joseph de Cluny 25 mars 2017

S ur marie joseph de la sainte trinite voirinCongrégation des Sœurs de Saint Joseph de Cluny
Sœur Marie-Joseph IKAI et toutes les Sœurs de Saint Joseph de Cluny sont heureuses de vous annoncer que Sœur Marie-Joseph de la Sainte Trinité VOIRIN va s’engager dans la Congrégation par l’émission des vœux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté pour trois ans au cours de la messe qui sera célébrée par Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU en l’église Maria no te Hau (Papeete), le samedi 25 mars à 10h, en la fête de l’Annonciation. Merci d’accompagner notre Sœur par votre prière et si possible, votre présence.

Agenda avril 2017

eveche15w.jpgAgenda du Père Joel Aumeran
Père Joël, accompagné du diacre Alfred ANANIA, sont actuellement à Tubuai pour la fête de Pâques et se rendront à Rapa du 22 mars au 17 avril.
A Rapa, il y aura baptêmes, première communion, entrée en Eglise, Confirmation et investiture-paroisse de ministre de la Sainte Communion.

Ecoles de Formation de Juillet 2017

Mgr CottanceauMonseigneur Jean Pierre réunira les directeurs des Ecoles de formation (Katekita, Nota, Reo Tahiti, Antioche, Emmaüs, Catéchèse Français et Tahitien, Sychar) le mardi 28 mars à l’archevêché à 17h. La présence de tous est vivement souhaitée.

Paroisse Sacré-Cœur, Arue Conférences pour le temps du Carême

eglise-arue-3.jpgDurant cette période de Carême la paroisse du Sacré Cœur de Arue organise chaque dimanche à partir de 18h00, des conférences :

> Dimanche 26 mars : « Jésus face à la maladie »
Intervenant : RP Vetea BESSERT
> Dimanche 03 avril : « Jésus face à la mort »
Intervenant : Mgr. Jean-Pierre COTTANCEAU

Congrégation des Frères de l’Instruction Chrétienne Remerciements

Frère ClaudeLes Frères de l’Instruction Chrétienne en Polynésie et toute la famille mennaisienne remercient très chaleureusement toutes les personnes qui leur ont manifesté leur soutien et leur sympathie de multiples façons à l’occasion du décès de Frère Claude SIMON. Il est décédé le lundi 20 mars 2017 à l’âge de 91 ans dont 76 de vie religieuse. Il a été inhumé au cimetière de l’Uranie le lendemain dans le caveau des Frères de La Mennais.

« Nous voulons apprendre aux enfants la plus belle de toutes les sciences, celle des devoirs de l’homme et du chrétien. Mais nous voulons aussi donner à nos élèves une instruction solide et variée, qui les rende capables de remplir, dans le monde, avec distinction, les divers emplois auxquels ils se destinent »
Jean-Marie de La Mennais Fondateur des Frères de La Mennais

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique avril 2017

RenouveaucharismatiqueRéunion des bergerset membres des groupes de soutien
Samedi 1er avril la réunion aura lieu à Maria no te Hau (Papeete) -et non comme prévu initialement à St Joseph de Faa'a-.
L'accueil se fera de 13h à 13h30.
La réunion s'achèvera vers 16h30.

Récollection pour les pèlerins inscrits pour le Jubilé d'or à Rome
Une première récollection aura lieu samedi 1er avril de 8h à 11h30 à l'Oasis Notre-Dame de l'Agapée à Pirae. La présence de tous est impérative.

Fraternité Ephata retraite la guérison intérieure

fratephataLa Fraternité organise une retraite à Tibériade les 31 mars, 1er et 2 avril.
Thème : « La guérison intérieure »
Inscriptions auprès de Rosina au 87 26 12 00 ou Brigitte au 87 72 37 61 ou par courriel à : fraternitephata@yahoo.fr
La participation pour le week-end est de 3 500 frs/personne.

Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ) mars 2017

MejLe MEJ organise un bivouac de 3 jours à Tautira du lundi 27 au mercredi 29 mars.
Le bivouac concerne les enfants et les jeunes allant de la CE2 à la 1ère.
Cheminement spirituel vers Pâques avec beaucoup d’activités (veillées à thèmes, temps personnel, sorties, baignade, …) et des temps de prières et de partage.
La participation est de 7 000 frs, qui comprend le transport, les activités, les repas et la logistique.
Départ : Lundi 27 mars :
- Papeete à La Mennais à 7h30
- Taravao au parking du Sacré-Cœur à 9h30
Retour : Mercredi 29 mars :
- sur Papeete à La Mennais à 16h
- sur Taravao au Sacré-Cœur à 14h30.
Pour plus de renseignements, contacter Titaua au 87 73 82 62 ou au local MEJ au 40 43 47 40 ou par courriel à : mejpapeete@mail.pf
« Va, aime et deviens ! »

Radio Maria no te Hau du 27 au 31.03.2017

logo-rmnth.pngVoici la liste des enseignements diffusés sur les ondes de la radio à 10h.
> Lundi 27 mars : « La vérité vous rendra libre » par Père Nicolas BUTTET ;
> Mardi 28 mars : « Dieu habite mon cœur » par P. Jacques Philippe ;
> Mercredi 29 mars : « La faiblesse une chance ? » par Père Emidio-Marie ;
> Jeudi 30 mars : « Le combat au cœur » par Elizabeth Couturier ;
> Vendredi 31 mars : « L’efficacité de la prière » par Yves BOULVIN.

B/ Emission Enfantine 05.04.2017

Emissionenfantine 2016Le thème de l’émission diffusée le mercredi 05 avril à 13h30 sera sur le thème de « La Semaine Sainte ».

DÉCÈS DU FRÈRE CLAUDE SIMON, F.I.C

Frère ClaudeAvis de décès

Frère Claude SIMON nous a quitté ce matin, lundi 20 mars 2017, à la communauté Saint Hilaire de Faaa. Depuis deux semaines il était à la communauté de Saint Hilaire en soins palliatifs.
Né le 9 juin 1925 à Nantes. Il entra au noviciat des Frères de La Mennais le 24 août 1940. Frère Claude était diplômé d'une Licence d'Enseignement-es-Science et Ingénieur ECAM (1952).
Il arrive en 1970 à Tahiti. Il successivement professeur puis directeur du Collège Lycée La Mennais de 1970 à 1983 et Directeur de l'Enseignement Catholique de 1983 à 1986.
En 1986, à la demande de Mgr Michel, il prend la charge d'Économe diocésain et en plus, à partir de 1987, il assurera l'enseignement de l'Écriture Sainte au Grand Séminaire… et cela jusqu'à une retraite bien méritée en 2005.
À la communauté des Frères de La Mennais, la communauté paroissiale de la Cathédrale présente ses sincères condoléances. Que Dieu accueille ce frère qui à formé une grand partie de nos prêtres à la connaissance et à l'amour de la Parole de Dieu.

Son corps sera exposé dans l’après-midi du lundi 20 mars 2017 à la communauté de Saint Hilaire.
À partir de 18h il sera exposé dans la chapelle du Collège Lycée La Mennais où une veillée de prière sera organisée à 19h.
Après la veillée le corps sera ramené à la communauté de Saint Hilaire jusqu’à la messe d’enterrement qui aura lieu normalement à l’Eglise Maria No Te Hau mardi 21 mars à 14h. L’inhumation suivra au cimetière de l’Uranie.

LA PRIERE

Mgr CottanceauDepuis ce Mercredi des cendres, nous voici entrés en Carême, ce temps qui nous invite au jeûne, à l’aumône et à la prière. Après avoir évoqué le jeûne et l’aumône, arrêtons-nous aujourd’hui sur le dernier point qui caractérise de façon particulière notre attitude pendant le Carême : la prière.

La prière est toujours liée directement aux événements de la vie. On prie à partir de ce qui est arrivé, de ce qui arrive, ou pour qu’il arrive quelque chose, pour que le salut de Dieu soit donné à la terre.

C’est le livre des Psaumes qui nous livre les mots que Dieu aime entendre, la vraie dimension de la prière. Jésus lui-même fera sienne cette prière des psaumes, et tout ce que clame le psalmiste, Jésus le reprendra à son compte. Les évangiles, surtout celui de Luc, s’accordent à dire que Jésus priait, et que sa prière était pour lui une nécessité absolue. Il prie souvent sur la montagne, seul, à l’écart, la nuit, et même quand tout le monde le cherche. Jésus prie au moment de son baptême, pendant ses 40 jours dans le désert, avant le choix des Douze, lors de la Transfiguration, avant l’enseignement du « Notre Père », lors du dernier repas ; il prie pour ses disciples, pour que leur foi ne défaille pas.

Le « Notre Père » est bien le centre de l’enseignement de Jésus sur la prière. Ce qui passe avant tout est la préoccupation du dessein de Dieu : « Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite ». Viennent ensuite la demande du pain (qui est le pain du corps, celui de la Parole et enfin celui de l’Eucharistie), celle du pardon et enfin, celle de la grâce de ne pas succomber à la tentation : non celle de nos vies quotidiennes, mais la grande tentation de nous éloigner de Dieu en ne croyant pas qu’il nous aime et nous sauve.

            Jésus souligne également que la prière demande

  • une attitude de foi et de confiance : être sûr qu’elle sera exaucée : « S’il n’hésite pas dans son cœur, mais croit que ce qu’il dit va arriver, cela lui sera accordé » ; (Mc 11, 24) ; « demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira ».
  • Cette prière ne saurait être un flot de paroles que l’on rabâche, comme font les païens.
  • Elle ne doit pas être ostentatoire, mais dans le secret … « et ton Père qui voit dans le secret te le revaudra ».
  • Elle doit être persévérante et insistante.
  • Elle ne saurait nous isoler des autres, comme la prière du Pharisien au Temple : « Je ne suis pas comme… » (Lc 18, 11). Elle garde une dimension communautaire, même si je suis seul lorsque je prie.

Une des caractéristiques des premières communautés est que « tous étaient d’un même cœur, assidus à la prière » (Ac 1, 14). A tous les grands moments de sa vie, la communauté des disciples est en prière : pour le remplacement de Judas, l’institution des Sept, lorsque Pierre est en prison, pour les premiers baptisés de Samarie. Enfin, l’apôtre Paul nous le rappelle : c’est par l’Esprit que, comme Jésus, nous pouvons nous tourner vers Dieu en l’appelant « Abba, Père » : « Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père » (Ga 4, 6). C’est donc avec un cœur de Fils que nous adressons nos prières au Père, et c’est donc l’Esprit qui prie en nous et nous permet d’atteindre le Père en toute confiance, avec la certitude d’être entendus

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

PUBLICATION DE BANS

Antonio tahuhuteraniDimanche 19 mars 2017 à 9h, en l’église saint-Paul de Mahina, Monseigneur Jean Pierre ordonnera au diaconat permanent Antonio TAHUHUTERANI.

 

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique 25 mars 2017

RenouveaucharismatiqueExceptionnellement - pour permettre à certains membres de participer à la messe de 10h à Maria no te Hau - : la réunion des membres du Comité diocésain aura lieu : samedi 25 mars (de 8h15 à 9h40) à l’archevêché de Papeete (salle Mgr Verdier au 2ème étage). La présence de tous les membres (ou de leurs délégués) est nécessaire

AG Scouts et Guides de Polynésie 2017

Dscn0836 lightaLes Scouts et Guides de Polynésie ont eu notre assemblée générale des SGPF ce samedi 11 mars 2017 dans la cantine de l'école St Thérèse à Taunoa.
Plus d'une vingtaine de responsables des différents groupes de Tahiti avaient répondu présent.
Eienne Bartos président des SGPF et déglué départemental a été reconduit dans ses fonctions jusqu'en septembre 2017.
Nous avons eu la joie d'accueillir monseigneur Jean-Pierre qui nous a développé les orientations de l'église envers la jeunesse.

 voir les photos

Lycée Saint Joseph Pirae Journée Portes Ouvertes

LyceestjosephpiraeSamedi 18 mars 2017 de 7h30 à 12h30, le lycée Saint Joseph de Pirae (près du marché municipal de Pirae) ouvre ses portes au public.
Présentation de la formation post bac et des formations bac pro 3 ans. Pour plus de renseignement, contacter le 40 54 86 60.
Buvette et petite restauration sur place.

Radio Maria no te Hau du 20 au 24 mars 2017

logo-rmnth.pngVoici la liste des enseignements diffusés sur les ondes de la radio à 10h.
> Lundi 20 mars : « Joseph, époux et père présent » par diacre Médéric ;
> Mardi 21 mars : « La colère de l’amour » par P. Molinié ;
> Mercredi 22 mars : « Bannir toute crainte » par Sœur Monique ;
> Jeudi 23 mars : « Réconciliez-vous avec vous-mêmes » par Bernard DUBOIS ;
> Vendredi 24 mars : « Il n’est qu’Amour et miséricorde » par P. Joël PRATLONG.

World Water Day Tahiti 2017

Disney1Projection

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’eau, la « Brigade Verte » de Tahiti organise une projection gratuite sur écran géant du film d’animation « Zootopie », le samedi 25 mars à partir de 17h45 dans les jardins de Paofai.

Un moment de détente à partager en famille avec de nombreuses animations éco-citoyennes.

L’AUMÔNE

Mgr Cottanceau   Depuis ce Mercredi des cendres, nous voici entrés en Carême, ce temps qui nous invite au jeûne, à l’aumône et à la prière. Après avoir évoqué le jeûne la semaine dernière, arrêtons-nous aujourd’hui sur l’aumône.

   L’idée d’aumône est très ancienne et figure dans l’Ancien Testament. Dans toute la Bible, l’aumône est un geste de bonté de l’Homme pour son frère, et donc une imitation des gestes de Dieu qui, le premier, a fait preuve de bonté envers l’Homme. En effet, tout ce que possède l’Homme lui a été prêté par le créateur de l’Univers à qui appartient la terre et tout ce qu’elle contient. Par l’aumône, on assure simplement une répartition plus équitable des dons de Dieu à l’humanité. L’acte de charité non seulement vient en aide aux nécessiteux, mais apporte également un bienfait spirituel à celui qui donne : « Le mendiant fait plus pour le maître de maison que le maître de maison pour le mendiant » dit un texte Juif. Mais il ne faudrait pas croire que l’aumône s’inspire uniquement de motifs intéressés. Souvent la charité est estimée comme une vertu suprême : « La charité est égale à toutes les autres prescriptions réunies ». « Quiconque pratique la charité et la justice agit comme s’il remplissait le monde entier de bonté et d’amour ».

            L’aumône ne doit pas consister tout juste à donner un secours. Il faut prendre en considération la condition de celui qui le reçoit. Le devoir de charité ne se limite pas à donner, il faut aussi avoir de la considération pour celui à qui l’on donne : « Si quelqu’un donnait à son prochain toutes les bonnes choses du monde mais avec un air maussade, cela lui serait compté comme s’il n’avait rien donné du tout, mais celui qui reçoit aimablement son prochain, même s’il ne lui donnait rien, cela lui sera compté comme s’il lui avait donné toutes les bonnes choses du monde ». « Si tu n’as rien à donner au pauvre, réconforte le par tes paroles. Dis-lui : « mon âme vient à toi parce que je n’ai rien à te donner ».

            Jésus dans ses paroles sur l’aumône reprend en partie ce que disait déjà l’Ancien Testament : il la compte avec le jeûne et la prière comme l’un des trois piliers de la vie religieuse. Il en souligne le caractère désintéressé et discret, sans attente de récompense en retour, et sans mesure. Mais Jésus va plus loin dans le sens de cette démarche de partage et de solidarité. C’est qu’à travers nos frères dans le besoin, c’est Jésus lui-même à qui l’on vient en aide : «J’avais faim et vous m’avez donné à manger … Chaque fois que vous l’aurez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’aurez fait ! » (Mt 25, 31-46) Donner aux pauvres, c’est imiter le Christ lui-même qui, «de riche qu’il était, s’est fait pauvre pour vous, afin de vous enrichir de sa pauvreté » (2 Co 8, 9). Enfin, l’aumône ne peut être faite de façon Chrétienne que par référence à l’amour de Dieu manifesté dans la passion et la mort de Jésus Christ. Là est le fondement de la charité, c’est que tous, même et surtout les pauvres sont aimés du Christ qui a donné sa vie.

            Dans l’Eglise, l’aumône est une nécessité pour quiconque veut mettre en œuvre l’amour de Dieu : « Comment l’amour de Dieu demeurerait-il en celui qui ferme ses entrailles devant son frère nécessiteux ? » (1 Jn 3, 17) ; « Si un frère ou une sœur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise : « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il ? » (Jc 2, 15). Mais la pratique de l’aumône va encore plus loin que le partage avec celui que l’on croise et qui est dans le besoin. Paul évoque dans ses lettres  le devoir de partage entre les Eglises ; lorsque la communauté de Jérusalem se trouve dans le besoin, il organise une collecte et parle de « service ». Et il donne même aux Corinthiens l’esprit qui doit présider à ce partage : « Que chacun donne selon ce qu’il a décidé dans son cœur, non d’une manière chagrine ou contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie » (2 Co 9, 6). Puisse cet esprit de partage illuminer et guider notre chemin de Carême !

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU