A LA UNE

SOYEZ DANS LA JOIE ET L’ALLEGRESSE

Mgr Cottanceau            En Avril 2018 était publiée l’exhortation apostolique « La joie et l’allégresse » du Pape François. Ceux et celles qui liront ce document y trouveront un appel à la sainteté que nous adresse le Christ, nous invitant par ce biais à ne pas nous contenter d’une vie chrétienne médiocre, sans relief, banale et sans consistance. Mais dès le n°2 du texte, le Saint Père nous rassure : « Il ne faut pas s’attendre, ici, à un traité sur la sainteté, avec de nombreuses définitions… ou avec des analyses…concernant les moyens de sanctification ». Quel est alors le propos du Pape François dans ce document ? « Mon humble objectif, c’est de faire résonner une fois de plus l’appel à la sainteté, en essayant de l’insérer dans le contexte actuel, avec ses risques, ses défis et ses opportunités ».

            Dans le premier chapitre, le Pape lance un appel à la sainteté pour tous, car tous sommes appelés à la sainteté. Mais comprenons bien cet appel. Il ne s’agit pas d’imiter les saints mais d’inventer notre propre chemin. En effet, à côté des saints reconnus par l’Eglise existent de nombreux saints et saintes ayant cherché à vivre l’Evangile dans la discrétion et l’humilité…et qui ne figurent pas dans les calendriers, cette multitude que nous honorons à la fête de la Toussaint. « Nous sommes tous appelés à être des témoins, mais il y a de nombreuses formes…de témoignage » (n°11)

Le chapitre 2, peut-être le moins facile, fait état de deux ennemis de la sainteté : croire que la connaissance appuyée sur la raison et le sentiment suffisent à rendre compte du mystère de la foi. Par cette attitude, le risque est de limiter les données de la foi à ce que nous en comprenons. On ne fait confiance qu’à sa propre façon de comprendre, on considère que sa propre vision de la réalité est la perfection. On utilise la religion à son propre bénéfice, au service de nos raisonnements. On devient alors incapable de s’ouvrir au questionnement et à la remise en cause… Le deuxième ennemi se cache dans cette idée que seule compte la volonté humaine, comme si elle était quelque chose de pur, de parfait, de tout puissant ! C’est ignorer que tous ne peuvent pas tout. C’est refuser de reconnaître nos limites et nos faiblesses, ce qui a pour conséquence d’empêcher la grâce de Dieu d’agir en nous… C’est oublier que seule la grâce de Dieu nous sauve, et non pas nos actions, comme le pensaient les Pharisiens !

Dans le chapitre 3, le Pape rappelle que la sainteté passe par la charité dans l’esprit des béatitudes dont il fait un commentaire limpide (n° 67 à 94). Le critère de cette sainteté se trouve dans le texte de Matthieu 25 : « J’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif … »

Le 4° chapitre est l’occasion pour le Saint Père de nous redire la joie de l’Esprit Saint qui devrait habiter le cœur de chaque croyant.

Le chapitre 5 aborde la question du combat contre les forces du mal qu’il faut mener dans la vigilance et le discernement, avec une invitation concrète à l’examen de conscience quotidien.

Faisons notre la conclusion de ce document telle que le Saint Père la formule au dernier numéro (n°177) : « Demandons à l’Esprit Saint d’infuser en nous un intense désir d’être saint pour la plus grande gloire de Dieu et aidons-nous les uns les autres dans cet effort. Ainsi, nous partagerons un bonheur que le monde ne pourra nous enlever ! »

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda juillet 2018

eveche15w.jpg

Agenda du Père Denis Bertin
Père Denis sera absent à compter du 16 juillet au 17 août. Père Christophe assurera l’intérim de la chapelle saint-Louis.

Retraites avec le Père Jean Roch Hardy juin - juillet 2018

P jean rochFILLES DU BON PASTEUR (à la Mission) Thème Soyez dans la joie et l’allégresse ! (Appel à la Sainteté) 
Pour les jeunes / 20 atu 22 juillet / 2000 Fcp

FILLES DU BON PASTEUR (à la Mission) Thème: Bâtissons un monde de Paix 
Pour les oasis de paix / 27 au 29 juillet / 3000 Fcp

FILLES DU BON PASTEUR (à la Mission) Thème: Nous voudrions voir Jésus 
Pour tous /30juillet  au 02 août / 4500Fcp / Retraite en silence

Mission sur RAIATEA – TAHAA  
Du 03 au 16 Août 2018

Contacts
Rose Marie LEVIN 87 29 65 25
Heiata HOLOZET 87 77 78 02

Librairie Pure Ora Fermeture juillet

eveche15w.jpgA notre aimable clientèle, nous informons notre aimable clientèle de la fermeture de la librairie Pureora pour 1 semaine de vacances, du lundi 09 juillet au samedi 14 juillet 2018
La réouverture se fera le lundi 16 juillet à 08h00.

Radio Maria no te Hau du 16 au 20 juillet 2018

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 16 juillet : « Marie modèle de l'espérance » par Père Stéphane Marie ;
> Mardi 17 juillet : Direct depuis l’école du Haapiiraa Katekita ;
> Mercredi 18 juillet : « Une campagne victorieuse pour la vie » par Père Daniel Ange ;
> Jeudi 19 juillet : Direct depuis l’école du Haapiiraa katekita ;
> Vendredi 20 juillet : « Les contrefaçon de la miséricorde » par P.Etienne RICHER.

Centre Diocésain de Retraites Tiberiade juillet 2018

Tiberiade

Mois de Juillet
> 18-19-20 : Haapiiraa Katekita, Nota, Reo Tahiti
> 20-21-22 : Ecole de la foi « Nazareth »
> 25-26-27 : Ecoles de la foi Antioche et Emmaus
> du 27 au 02 août : Sykar

SYNODE DES JEUNES

Mgr Cottanceau           Synode : « Le mot synode est formé du grec odos (chemin) et sun (ensemble). Il signifie "faire route ensemble" mais également "franchir un même seuil", "habiter ensemble", donc se réunirIl réunit des représentants de l’épiscopat désignés par des conférences épiscopales ainsi que des cardinaux, des évêques, des religieux, des recteurs et des dirigeants de mouvements et d’associations nommés par le pape en qualité de pères synodaux et d’experts. On y réfléchit sur la situation et divers problèmes de l’Église ». (Article « qu’est-ce qu’un synode ? » sur le site La croix – Croire). Le prochain synode des évêques se tiendra à Rome, du 3 au 28 Octobre prochain sur le thème « Les jeunes, la Foi et le discernement vocationnel ».  Interpellant les jeunes du monde entier pour la préparation de ce synode, le Saint Père leur dit : « Chers jeunes, vous êtes une prophétie de paix et de réconciliation pour toute l’humanité. Je ne me lasserai jamais de le répéter : n’élevez pas de murs, construisez des ponts ! Unissez les rivages des océans qui vous séparent par l’enthousiasme, la détermination et l’amour dont vous êtes capables. Enseignez aux adultes, dont le cœur s’est souvent endurci, à choisir la voie du dialogue et de la concorde, pour transmettre à leurs enfants et à leurs petits-enfants un monde plus beau et plus digne de l’Homme… L’Eglise et le monde ont besoin de vous pour rajeunir ».

Dans la synthèse reprenant ce qu’exprimèrent plus de 15 000 jeunes croyants et non-croyants des 4 coins du monde - parmi lesquels les jeunes du diocèse de Papeete - figurent quelques points (parmi d’autres) qui méritent toute notre attention :

  • L’impact des scandales qui ont mis à mal la confiance dans l’institution Eglise et ses représentants. Cet impact doit nous interpeller sur la responsabilité de chaque baptisé et sur la façon dont nous mettons en accord nos paroles et nos actes. Il ne suffit pas de dire « Seigneur, Seigneur… », le Christ nous attend dans la fidélité de nos actions, de nos comportements aux valeurs de l’Evangile et dans le rejet de tout ce qui pourrait être cause de scandale dans nos communautés.
  • L’importance des témoins, témoins véritables qui vivent leur foi de façon authentique et qui, par leur relation au Christ donnent aux autres le désir de le rencontrer et de mieux le connaître
  • Le désir d’une Eglise accueillante, joyeuse, crédible, capable de transmettre un message de vie, capable d’ouvrir des chemins de réconciliation et de communiquer avec tous.
  • Le désir de combattre la violence, l’injustice sociale, le mépris des plus faibles et de promouvoir la solidarité, la liberté, l’amour et la confiance. Désir également de promouvoir la préservation de la création et de sauvegarder la nature et l’environnement.

Si nous voulons que les jeunes de nos îles Polynésiennes trouvent ou gardent leur place dans notre Eglise, nous ne pouvons rester sourds à leurs désirs et à leurs appels. Ce synode veut leur donner la parole pour qu’ils partagent leurs expériences et leurs espérances. Si nous voulons les accompagner et nous préparer à cet événement d’Eglise, tous, jeunes et adultes, prenons à notre compte cette prière proposée par le Pape François :

« Seigneur Jésus, ton Eglise qui chemine vers le synode tourne son regard vers tous les jeunes du monde. Nous te prions qu’avec courage, ils prennent en main leur vie, qu’ils aspirent aux choses les plus belles et les plus profondes et qu’ils conservent toujours un cœur libre.

      Aide-les à répondre, accompagnés par des guides sages et généreux, à l’appel que tu adresses à chacun d’entre eux, pour qu’ils réalisent leur projet de vie et parviennent au bonheur. Tiens leur cœur ouvert aux grands rêves et rends-les attentifs au bien des frères.

      Comme le disciple bien aimé, qu’ils soient eux aussi au pied de la croix pour accueillir ta Mère, la recevant de toi en don. Qu’ils soient les témoins de ta résurrection et qu’ils sachent te reconnaître, vivant à leurs côtés, annonçant avec joie que tu es le Seigneur – Amen »

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda juillet 2018

eveche15w.jpg

Ecoles de formation du mois de Juillet

Les écoles débuteront le lundi 09 juillet.
La messe d’investiture et de clôture des écoles aura lieu le jeudi 02 août en l’église Maria-no-te-Hau à 18h.

  • Haapiiraa Katekita, Nota, Reo Tahiti, Faaroo : à l’école de la Mission
  • Ecole Sykar : au Grand Séminaire à Punaauia
  • Ecole Emmaüs : à la paroisse Christ-Roi, Pamatai
  • Ecole Antioche : à l’école Sainte-Thérèse
  • Ecole Nazareth : à la paroisse du Sacré-Cœur, Arue.

 

Agenda de Mgr Jean Pierre Cottanceau
Monseigneur Jean Pierre se rendra à Taiohae (Marquises) du 08 au 12 juillet.

Agenda de Père Moana Tevaearai
Père Moana sera à Anaa du 05 au 12 juillet 2018.

Prêtres Jubilaires Remerciements

Pretres jubilaires 2018Les Pères Claude JOUNEAU, Norbert HOLOZET, Léon LEMOUZY remercient chaleureusement Mgr Jean Pierre, Mgr Hubert, les prêtres et diacres qui sont venus nombreux à cette messe d’Action de Grâce. Grâce à Radio M.N.T.H. c’est toute la Polynésie qui s’est unie dans la prière et la louange.

Un grand merci aux groupes des Servants d’Autel et aux jeunes du C.D.P.J. (comité diocésain de la Pastorale des Jeunes) qui ont fait vibrer l’ensemble des fidèles venu de diverses paroisses.

Merci aux maestros qui se ont relayé s pour que toute l’assemblée devienne un seul cœur et une seule âme.

Un merci spécial à la paroisse Maria No te Hau, à son clergé et tous ceux qui ont assuré l’accueil, le gardiennage et la préparation du cocktail. Que le Seigneur soit loué et béni.

Père Léon LEMOUZY, au nom des Jubilaires.

​Association Familiale Catholique « Culture de vie, culture de mort …

logo-afc.jpg« Culture de vie, culture de mort … Où en sommes-nous aujourd’hui ? »

afc culture de vie culture de mort3-afc-culture-de-vie-culture-de-mort.pdf

L’AFC propose aux futurs responsables du diocèse en formation (Ecole des Diacres, Séminaires, équipes de préparation au mariage, Ecole Sykar, Ecoles de la Foi…) et à tous ceux qui le voudraient, de mettre à jour leurs connaissances sur le (ou les) thème(s) suivants :
> La loi de bioéthique
> La théorie du « gender et ses conséquences »
> La pornographie
> Les risques liés à la légalisation du paka

Cette information sur le (ou les thèmes) choisi(s) par les responsables peut être donnée tout au long de l’année au rythme qui convient à chaque école, mouvement ou paroisse.

(Contacter : afcdepolynesie@gmail.com
Marie-France au 87 26 69 50
Georges au 87 71 86 89)

Comité Diocésain du Rosaire Vivant Tautira 2018

Rosaire 1Pèlerinage marial à Tautira
Le rendez-vous est donné ce samedi 07 juillet 2018 à Tautira.
A 7h30 : Rassemblement à la salle omnisport
8h : Mise en place de la procession
8h30 : Enseignement
10h : Messe présidée par Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU
11h30 : Repas
13h15 : Présentation du Bureau du CDRV et bilan
14h15 : Clôture par la prière du Rosaire et Salut du Saint Sacrement

2 pelerinage a tautira 7 juillet 20182-pelerinage-a-tautira-7-juillet-2018.pdf

Secours Catholique congés

Secours cathoL’antenne du Secours Catholique située à la Mission sera fermée à compter du lundi 09 juillet. La réouverture est prévue pour le 13 août.

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique retraite Août 2018

RenouveaucharismatiqueLe Comité Diocésain organise une retraite ouverte à tout le monde le weekend du 24 au 26 août 2018 au Centre de retraite de Tibériade qui a pour thème « Soyez dans la joie et l’allégresse. » Grande union et soutien de prières !                       
Diacre Juanito BURNS, Répondant du Renouveau Charismatique

Sœurs de Saint-Joseph de Cluny nomination

Sr clare stanleySœur Clare STANLEY, Nouvelle Supérieure Générale

Du 20 mai au 24 juin, la Congrégation des Sœurs de Saint Joseph de Cluny était réuni en Chapitre. Au total, 88 sœurs du monde entier, de 26 nationalités, se sont réunies à la Maison Mère à Paris pour un temps de relecture des six dernières années et pour envisager les six prochaines années.

Le 15 juin, après discernement et prière, les membres du chapitre, en présence du délégué de l’archevêque de Paris Mgr Michel AUPETIT, ont procédé aux votes de leur nouvelle Supérieure Générale. C’est sœur Clare Stanley, originaire de la Sierra Léone, qui conduira la congrégation durant les six prochaines années. Auprès d’elle, ont été élues huit sœurs pour constituer le conseil général de la congrégation.

Nous nous joignons à la Vice-Province de Polynésie pour présenter notre action de grâce pour Sœur Clare STANLEY…

AUTONOMIE

Mgr Cottanceau            Ce Vendredi 29 Juin sera célébré le 34ème anniversaire de l’Autonomie de la Polynésie Française. Dans son article « autonomie », Wikipedia la désigne comme « une situation dans laquelle l'administration locale dispose de nombreux pouvoirs, en matière de culture, d’éducation, de développement économique, mais où elle dépend d’un autre pour certaines compétences, généralement les affaires étrangères, la défense et la monnaie ». Cette situation politique ne fait pas l’unanimité, nous le savons, mais elle est celle qui prévaut actuellement. Chacun a droit au respect de ses opinions, et comme dans tous les pays qui se réclament de la démocratie et de l’état de droit, le débat, lorsqu’il respecte les personnes, et lorsqu’il recherche l’intérêt général de la société et le souci des plus démunis peut contribuer à une réflexion plus approfondie sur l’avenir de la société.

            Mais pour l’heure, cette célébration pourrait être une belle occasion de nous rassembler au-delà de nos différences, de nous mobiliser chacun à notre niveau, pour poursuivre le chantier de construction d’une Polynésie plus fraternelle, plus solidaire, d’une Polynésie qui croit à son avenir et ouvre à ses familles et à sa jeunesse des perspectives encore meilleures.

            En effet, notre Eglise ne saurait rester en dehors de cette occasion de fête. Comme le rappelle le texte du Concile Vatican II « L’Eglise dans le monde de ce temps » au n°76, §2 et 3 : « l’Eglise… ne se confond d’aucune manière avec la communauté politique et n’est liée à aucun système politique… La communauté politique et l’Eglise sont indépendantes l’une de l’autre et autonomes. Mais toutes deux, quoi qu’à des titres divers, sont au service de la vocation personnelle et sociale des mêmes hommes. Elles exerceront d’autant plus efficacement ce service pour le bien de tous qu’elles rechercheront davantage entre elles une saine coopération… » En tant que disciples de Jésus Christ qui a pris à bras le corps notre condition humaine, et qui a dit : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », nous ne pouvons déserter ce qui fait la vie de nos frères et sœurs, de notre société, à tous les niveaux de responsabilité et de décision. Que cette fête de l’autonomie soit pour chacun l’occasion de se demander ce qu’il fait, au nom de sa foi en Dieu et de sa foi en l’Homme pour le bien et l’avenir de notre Fenua.

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

FETE DES PERES

 Mgr Cottanceau           Dimanche dernier, les papas étaient à l’honneur à l’occasion de la fête des pères. « Petit Papa, c’est aujourd’hui ta fête… » nous dit la chanson reprise autrefois par les enfants. Mais une fois passé ce jour, il faut bien admettre que l’image du père dans la vie quotidienne se trouve souvent malmenée par des difficultés. Dans la réalité, l’image du père est menacée sur plusieurs aspects :

  • Constat de la défaillance de la fonction paternelle, liée à l’affaiblissement de la structure familiale. Aujourd’hui, de plus en plus d’enfants grandissent sans père.

-          Constat de la contestation de l’autorité paternelle.

  • Constat d’une dégradation de l’image du père lorsque celui-ci se révèle indigne dans son comportement vis-à-vis de ses enfants (violence, alcool, inceste…).
  • Apparition de modes de filiation grâce à la science et aux manipulations génétiques où l’image du père « géniteur » est mise à mal

 

Lorsque nous évoquons « Dieu notre Père », il convient d’être conscient des problèmes de compréhension que cela peut engendrer :

-Nommer Dieu « père tout puissant » peut laisser penser qu’il s’agit d’un dictateur aux décisions arbitraires et sans appel, d’un gendarme prêt à punir ceux qui ne lui obéissent pas !

-Nommer Dieu « créateur » fait surgir tout le problème de la création telle que la science peut nous le présenter aujourd’hui et provoquer ainsi un conflit entre foi et science.

-Nommer Dieu « père » enferme celui-ci dans une masculinité que certains jugent préjudiciable à la dignité qu’il convient d’accorder à l’Homme et à la Femme. Dieu n’est-il pas Père et Mère ?

Rappelons quelques éléments permettant de préciser ce qui fait d’un homme un père : un père n’existe que parce qu’il a un enfant. Et c’est le jour où l’enfant l’appelle « papa » que cet homme devient véritablement père ! Il est celui qui, avec la mère, transmet la vie. Mais il transmet plus que la vie, il transmet l’amour ! Il ne suffit pas de donner sa semence pour être père. Il faut être prêt à tout donner à son enfant : la vie, l’amour, le nom, la confiance, l’éducation aux valeurs humaines et spirituelles, la croissance, la protection, en un mot, tout ce dont un enfant a besoin pour grandir. Il transmet sa Foi lorsqu’il est croyant. Le père est le modèle que l’enfant a sous les yeux, il est celui qui sauve son enfant lorsque celui-ci est menacé et n’a pas la force de faire face tout seul ! Le père est celui qui relève son enfant lorsqu’il est tombé, qui l’aide et l’accompagne pour lui apprendre à voler un jour de ses propres ailes et à vivre sa vie d’adulte…

Voilà un carnet de route bien exigeant pour celui qui veut être père, mais l’amour est exigeant lorsqu’il est don. Alors, que notre Père du ciel donne à tous les pères de la terre d’être ou devenir des pères selon son cœur !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Jubilé Sacerdotal

eveche15w.jpgEn cette année 2018, et en ce mois de juin, Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU, invite tous les fidèles, à porter en prière, plusieurs de nos prêtres qui fêtent leur jubilé sacerdotal :

> Monseigneur Hubert COPPENRATH : 61 ans de prêtrise (ordonné le 27 juin 1957 à POITIERS)

> Père Pascal ROQUET : 25 ans de prêtrise (ordonné le 20 juin 1993 à DENAIN)

> Père Léon LEMOUZY : 50 ans de prêtrise (ordonné le 30 juin 1968 à Châteaudun)

> Père Claude JOUNEAU : 50 ans de prêtrise >

Père Norbert HOLOZET : 50 ans de prêtrise (ordonné le 21 décembre 1968 à ND)

Paroisse Saint Jean-Baptiste, Mataiea, 160 ans

Eglise mataiea1La paroisse fête cette année 2018, les 160 ans de la bénédiction de leur église (10 novembre 1858) en la solennité de la nativité de leur Saint Patron : Jean-Baptiste.

  • Ce mercredi 20 juin à 18h30 à Tehoro au fare va’a, célébration eucharistique.
  • Vendredi 22 juin à 18h30 à la salle omnisport de Nutafaratea, célébration eucharistique.
  • Dimanche 24 juin à 9h30, solennité de saint Jean-Baptiste, avec la célébration eucharistique, présidée par Monseigneur Hubert COPPENRATH. A la suite de la messe, un repas communautaire est offert à tous.

(En pièce jointe, le programme détaillé)
Vous êtes cordialement invités à ces festivités.
Père Tahiri TIAOAO, Curé de la paroisse

paroisse de Mataiea juin 20182-n.25-paroisse-de-mataiea.pdf

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Remerciements

RenouveaucharismatiquePaix et joie frères et sœurs,
au nom du Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique, nous remercions tous les bergers(ères), adjoints(es), membres soutiens, nos frères et sœurs qui se sont joints à nous, le curé de la paroisse Saint-Paul, Père Joël AUMERAN, les diacres Tom MERVIN et Antonio TAHUHUTERANI, le groupe du renouveau charismatique Bethléem et son berger Dominique SOUPE, les paroissiens de Saint-Paul, les jeunes et enfants, Espérance, et les différents intervenants pour votre participation active et très nombreuses à notre rassemblement. En effet, nous étions prêt de 500 personnes pour cette première matinée. Cela démontre votre amour, attachement et intérêt au courant de grâce qu'est le renouveau charismatique.
Gloire au Dieu Trinitaire pour les échanges, partages, les louanges, les libérations et guérisons.Que
vous bénisse abondamment !
Diacre Juanito BURNS,Répondant du Renouveau Charismatique

ESOPE

Mgr CottanceauEsope, vous connaissez ? C’est un esclave qui vivait en Grèce plus de 500 ans avant Jésus Christ. C’était aussi un sage. Un jour, son maître lui demanda de préparer à manger la meilleure chose qui soit, et Esope lui cuisina de la langue… Le lendemain, son maître lui demanda de préparer la pire chose qui soit, et Esope cuisina de nouveau de la langue ! La langue, capable de produire dans les relations humaines le meilleur comme le pire… Dans la Bible, le livre du Siracide parlant du bavardage causé par la langue met en garde : « Celui qui maitrise sa langue vivra sans conflit… Ne répète jamais les on-dit… Ne colporte de racontars ni devant ton ami ni devant ton ennemi… Qui parle trop se rend insupportable, qui se croit tout permis devient odieux… » (Sir, chapitre 19 et 20) Plusieurs siècles après Esope et le livre du Siracide, ne faut-il pas reprendre leur enseignement pour l’appliquer à ce qu’on pourrait appeler une extension de la langue, les « réseaux sociaux » ? Ils sont ce que nous en faisons : un instrument qui rapproche les personnes, qui entretient les relations, qui informe, qui donne de partager les expériences, qui rejoint ceux et celles qui sont seuls ou isolés, malades… un instrument qui permet de faire part de projets, de rêves… Ce peut être le lieu de débats d’idées enrichissants etc… Mais il arrive aussi que cet instrument soit utilisé pour déverser la méchanceté, la rancune, pour régler ses comptes, pour salir autrui, laisser libre cours à ce qu’il y a de pire en l’être humain, clouer au pilori,  non par souci de vérité mais pour anéantir… Entendons-nous bien. Il est inévitable qu’il y ait des conflits, des désaccords, des litiges… entre personnes. Les conflits et les oppositions peuvent donner lieu à des débats d’idées, dans le respect des personnes, mais souvent, ils donnent lieu à des « lynchages » par réseau social interposé, sans aucun respect de son opposant. Faut-il que nous ayons si peu confiance en l’autre pour tout de suite porter l’affaire sur la place publique, au risque d’envenimer les choses, au lieu de chercher des voies de réconciliation ou tout au moins de dialogue, sans pour cela ameuter le ban et l’arrière ban ? Qui est le plus courageux ? Celui qui se cache derrière une opinion publique qu’il cherche à mettre de son côté en se présentant comme victime ou celui qui ose rencontrer son opposant pour essayer de trouver une issue ? Si nous voulons être de vrais disciples de Jésus Christ, rappelons-nous le commandement de l’amour et de la charité, il n’est pas à option. Allons plus loin : qui aujourd’hui se confesse d’avoir utilisé tel réseau social pour avoir médit ou calomnié son prochain ? Cela vaut pour tous les baptisés, quelle que soit leur place et leur responsabilité dans l’Eglise. Il est temps de réveiller notre conscience et de bien réfléchir à l’usage que nous faisons de ces réseaux sociaux, et de notre langue ! Il n’est jamais trop tard. Ces réseaux peuvent être de magnifiques moyens de témoigner de l’Amour que nous devons porter à notre prochain. N’en faisons pas des instruments de division et de démolition. Nous courrons alors le risque de donner parfois une bien piètre image de l’amour et de la charité fraternelle qui doivent régner dans nos communautés Chrétiennes !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU