A LA UNE

RENTRÉE SCOLAIRE

Mgr Cottanceau            A l’heure où vient de sonner la « rentrée des classes » pour les petits et les grands, mesurons d’abord la chance que nous avons de pouvoir envoyer nos enfants à l’école. Certes, tout n’est pas parfait, mais confrontés à ces imperfections, pensons d’abord à ces pays où beaucoup d’enfants n’ont pas la chance d’être scolarisés pour raison de guerre, de pauvreté, d’immigration, à ces pays où les enfants doivent faire parfois le ventre vide plusieurs kilomètres à pied pour rejoindre une école où le matériel pédagogique, les tables et les bancs font cruellement défaut…

L’école est d’une importance capitale pour l’éducation des enfants. Elle permet le développement ordonné des facultés intellectuelles, elle introduit à l’histoire et au patrimoine culturel hérité des générations précédentes, elle prépare à la vie professionnelle. L’école veut donner aux enfants et aux jeunes les moyens de s’approprier les connaissances qui leur permettront de mieux comprendre le monde, son histoire, ses lois, la société et son fonctionnement, elle prépare à la vie professionnelle. Ils pourront ainsi acquérir les moyens de devenir participants de l’œuvre créatrice commencée par Dieu au commencement du monde. Ils pourront se préparer à prendre leur place dans l’édification de notre société, de notre Fenua pour qu’il soit sans cesse plus fraternel, plus juste et plus équitable.

L’école ouvre les enfants au sens des valeurs indispensables à la vie en société, Lieu de rencontre entre élèves d’origine sociale et de caractère différents, elle doit faire naître un esprit de camaraderie qui forme à la compréhension mutuelle et à l’acceptation de la différence. Selon les mots du Concile Vatican II en sa déclaration sur l’Education Chrétienne (n°5), l’école « constitue comme un centre où se rencontrent pour partager les responsabilités de son fonctionnement et de son progrès, familles, maîtres, groupements de tous genres créés pour le développement de la vie culturelle, civique et religieuse, la société civile et enfin toute la communauté humaine. ». Il revient donc à l’école d’apprendre aux enfants et aux jeunes à se respecter dans leurs différences, leur apprendre à voir en ces différences non une menace mais une richesse, une complémentarité qui enrichit.

 « Une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine… », dit le proverbe.  Pour cela, il importe de permettre aux enfants et aux jeunes de trouver le sens et la cohérence de tout ce qu’ils apprennent. Pas simplement « réussir dans la vie », mais surtout « réussir sa vie ». Pour les disciples de Jésus que nous voulons être, seul lui peut donner ce sens et cette cohérence. C’est pourquoi la découverte du Christ et de son message fait partie des priorités de nos établissements de l’Enseignement Catholique, et ce dans le respect de la diversité des croyances qui peuvent exister parmi ces enfants. Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de convertir, il s’agit de proposer, de faire découvrir la beauté du message de l’Evangile, la richesse de l’amour du Christ pour tous, qu’ils soient catholiques ou non. Il s’agit de faire surgir une source de vie, une source jaillissante au cœur de ceux et celles qui nous sont confiés. Libre à eux, ensuite, d’en faire ce qu’ils jugent bon.

            Enfin, l’école ne saurait assurer sa fonction d’éducation sans le soutien et la collaboration des parents, premiers responsables de l’éducation de leurs enfants. La cellule familiale est le lieu initial de l'apprentissage de la vie commune. L'école seule ne peut inculquer des valeurs et en attendre une efficacité sans le concours des parents qui font de leur maison un lieu où se vivent déjà de façon habituelle les grands principes du vivre ensemble : l'entente, l'harmonie, l'amour, l'esprit de solidarité, le sens des responsabilités, la conscience du bien et du mal. En outre, l'amélioration des conditions de vie et d'enseignement pour faire de nos écoles des lieux de convivialité repose en bonne partie sur le dynamisme de nos associations de parents d'élèves à travers nombres d'activités (organisation de sorties d'écoles, de kermesses, etc.).

            Alors, bonne rentrée à tous !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda août 2019

eveche15w.jpg

Agendas

 

Rappel
En Août aura lieu à Tibériade la session de formation pour les prêtres de la CEPAC francophone ordonnés depuis 12 ans. Cette session débutera le Dimanche 25 Août en soirée par une retraite prêchée par Mgr François FONLUPT, évêque de RODEZ, retraite à laquelle participeront Mgr Calvet, archevêque de Nouméa, Mgr Baremes, évêque de Port Vila, Mgr Sionepoe, évêque de Wallis et Futuna, Mgr Chang Soi, évêque de Taiohae et moi-même, ainsi que les prêtres de ces diocèses participant à la session. Mais cette retraite est ouverte à tous les prêtres qui le souhaitent. Elle s’achèvera le Vendredi 30 Août en fin d’après-midi. Donc, si vous souhaitez participer à cette retraite, il est encore temps de vous inscrire auprès du secrétariat de l’évêché. Merci.

+Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

En déplacement / mission …

> P. Moana à Katiu jusqu’ au 19 août,
> P. Abraham à Kauehi et Raraka du 14 au 21 août,
> P. Ferry à Hikueru et Marokau du 15 au 22 août,
> P. Joël hors territoire du 19 août au 10 septembre,
> D. Patrice à Katiu jusqu’ au 21 août,
> D. Joseph à Makemo jusqu’au 18 août,
> D. Maurice à Hikueru et Marokau du 15 au 22 septembre.

Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie
Départ de Père David

Après une année de formation à Tahiti et à l’appel de la congrégation, avec l’accord de son supérieur religieux des paroisses Sainte-Trinité de Pirae et Sacré-Cœur de Arue ainsi que de l’Archevêque de Papeete, Père David LEOU THAM est envoyé en France pour poursuivre sa formation en vue de son intégration dans la communauté des Pères des Sacrés Cœurs à Paris. Son départ est fixé au 29 août 2019. Nous lui souhaitons une bonne continuation et l’assurons de notre prière.

Profession religieuse de Chadwick Bruneau
Le Père Christian Flottes, Supérieur provincial, les frères de la Province de France-Polynésie de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, vous invitent à la célébration de la première Profession religieuse de : Chadwick Bruneau qui aura lieu au cours de l’Eucharistie le dimanche 15 septembre 2019 à 16h00 dans la Chapelle de Picpus (35 rue de Picpus - 75012 Paris).

Départ des Séminaristes
Timi PAIEA, Tareva TAITI, Marcel TEAI et Ravaki WARREN s’envoleront pour la métropole le 29 août 2019 à 7h00, vol BF 711.

Chapelle Saint-Louis (Aumônerie Militaire)
Messe dans la « Forme Extraordinaire »

Prochaines messes selon la forme extraordinaire du rite romain : dimanche 18 août et 22 septembre – 8h00 à la chapelle Saint-Louis à Arue.

Service Diocésain de la Catéchèse Rassemblement d’ouverture

sdc.jpgLe service diocésain de la Catéchèse informe tous les catéchètes du diocèse de Papeete que le rassemblement d'ouverture de l'année de catéchèse se fera le samedi 17 août 2019 à partir de 8h00 à la paroisse de St. Thomas, Apôtre de Pueu.
La messe d'envoi des catéchistes sera présidée par notre Archevêque Mgr. Jean-Pierre COTTANCEAU.
Diacre Gérard PICARD-ROBSON
Directeur du Service Diocésain de la Catéchèse

Fraternite Ephata 40 Ans de la fraternité fêtée à Christ Roi

EphatalogoFraternite Ephata  40 Ans de la fraternité fêtée à Christ Roi
"La Fraternité Ephata fêtera bientôt ses 40 ans.
Pour ce bel anniversaire, la Fraternité invite tous les amis, à venir à la Paroisse Christ Roi, le 17 août prochain, à 18 heures, pour une messe d'action de grâce animée par Monseigneur COTTANCEAU, afin de remercier le Seigneur de nous avoir accordé son Esprit Saint tout au long de ces années, d’avoir éclairé notre chemin.
Avec vous, nous voulons exprimer toute notre reconnaissance au Seigneur.
Venez chanter, louer, toutes ses merveilles avec nous !"

Radio Maria no te Hau du 19 au 23 aout

logo-rmnth.pngEnseignements diffusés à  01h00 – 10h00 – 16h00 – 21h00
Radio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 19 août : « Les gloires de Marie » par Daniel Lacouture ;
> Mardi 20 août : « Famille, un trésor à cultiver » par P. Daniel Ange ;
> Mercredi 21 août : « L'Évangile, une joie qui libère » par Sr Élisabeth de Jésus Sentfer ;
> Jeudi 22 août : ; « L'amour fidèle de Dieu » par Doudou Callens ;
> Vendredi 23 août : « Recevoir et vivre l'amour» par P. Joël Pralong. 

Librairie Pureora Ouverture

Pureora 1

La librairie Pureora fermée depuis le lundi 12 août rouvrira le lundi 19 août 2019 à partir de 8h00.

 

Centre de Tibériade août 2019

TiberiadeMois d’Août 2019
> 16-17-18 août : Retraite de la communauté F.N.D.A
>     23 au 30 août : Retraite pour les Prêtres ainsi que les Evêques francophones de la CEPAC

LE PAPE AUX PRETRES

Mgr Cottanceau            Le saint curé d’Ars, vous connaissez ? Jean Marie Vianney, de son nom, a été fait par le Pape Pie XI patron de tous les curés du monde, et bientôt, nous célèbrerons les 160 ans de son retour à Dieu. A cette occasion, le Pape François a tenu à écrire une lettre à tous ses frères prêtres pour les remercier et les encourager en ces temps difficiles que traverse l’Eglise. A l’heure où l’image du prêtre est écornée, voire flétrie par ceux qui généralisent outrancièrement le comportement condamnable de quelques-uns à tous les ecclésiastiques, (prêtre = pédophile !!!), les paroles du Saint Père nous invitent à ne pas nous fixer sur « l’arbre qui cache la forêt ».

Dans sa lettre, il rend grâces pour ceux qui assument courageusement leur mission, qui jour après jour donnent le meilleur d’eux-mêmes pour servir leur communauté et témoigner du Christ. Il se réjouit pour toutes les fois où, leur dit-il, « en vous laissant émouvoir jusqu’aux entrailles, vous avez accueilli les personnes tombées, soigné leurs blessures en donnant de la chaleur à leurs cœurs ». Il estime qu’il serait « injuste de ne pas être reconnaissant pour tant de prêtres qui, de manière constante et honnête, donnent tout ce qu’ils sont et ce qu’ils possèdent pour le bien des autres ». Le Saint Père met en avant le témoignage donné par beaucoup d’entre eux, témoignage de persévérance et d’endurance dans leur service pastoral. Il souligne le rôle essentiel qu’ils assument en célébrant l’Eucharistie et la réconciliation, « sans rigorisme, ni laxisme, en prenant en charge les personnes et en les accompagnant sur le chemin de conversion vers la vie nouvelle que le Seigneur offre à tous ». Evoquant ensuite ce que devrait être le cœur du pasteur, il le définit comme celui qui a appris « la saveur spirituelle de se sentir un avec son peuple » qu’il ne saurait servir qu’en adoptant un style de vie austère et simple, sans accepter des privilèges qui n’ont pas la saveur de l’Évangile.

Dans cette lettre, le Pape veut aussi encourager les prêtres car la mission à laquelle ils ont été appelés, ne les immunise pas contre la souffrance ou l’incompréhension. Il insiste sur l’importance de faire croître et nourrir leur lien avec la communauté dont ils ont la charge, en prenant garde de ne pas s’isoler ou de s’enfermer dans des groupes élitistes. Le prêtre est devant pour guider son troupeau, à ses côtés pour le comprendre et derrière pour prendre soin des retardataires et éviter la dispersion !

Le Pape insiste également sur la force de la prière. Il n’est pas facile de demeurer devant le Seigneur reconnaît le Pape François, mais c’est à ce moment-là que l’on fait l’expérience « de notre bienheureuse pauvreté qui nous rappelle que nous sommes des disciples nécessiteux de l’aide du Seigneur et qui nous libère de cette tendance à n’avoir confiance qu’en nos propres forces ».

Dans notre diocèse qui compte 19 prêtres diocésains et 6 prêtres religieux ou venant d’autres diocèses, la lettre du Saint Père nous invite à réfléchir sur le regard que nous portons sur eux. Comme chacun de nous, ils ont leurs limites, leurs faiblesses… Comment pourrons-nous les aider si nous ne savons porter sur eux qu’un regard accusateur ? Comment pourrons-nous les soutenir si nous ne les aimons pas de cet amour que porta le Christ sur Judas qui allait le trahir, sur Pierre qui allait le renier, sur Jacques et Jean qui voulaient les premières places ? .... Tous avons besoin de conversion, tous devons faire preuve de miséricorde, non pour accepter des comportements inacceptables au regard de l’Evangile, mais pour nous soutenir et, à la suite du Pape François, prier pour nos prêtres afin qu’ils soient toujours davantage des prêtres selon le cœur de Dieu !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda août 2019

eveche15w.jpg

Agendas

RAPPEL
En Août aura lieu à Tibériade la session de formation pour les prêtres de la CEPAC francophone ordonnés depuis 12 ans. Cette session débutera le Dimanche 25 Août en soirée par une retraite prêchée par Mgr François FONLUPT, évêque de RODEZ, retraite à laquelle participeront Mgr Calvet, archevêque de Nouméa, Mgr Baremes, évêque de Port Vila, Mgr Sionepoe, évêque de Wallis et Futuna, Mgr Chang Soi, évêque de Taiohae et moi-même, ainsi que les prêtres de ces diocèses participant à la session. Mais cette retraite est ouverte à tous les prêtres qui le souhaitent. Elle s’achèvera le Vendredi 30 Août en fin d’après-midi. Donc, si vous souhaitez participer à cette retraite, il est encore temps de vous inscrire auprès du secrétariat de l’évêché. Merci.
+Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

En mission …
> P. Moana à Katiu du 10 au 19 août,
> P. Abraham à Kauehi et Raraka du 14 au 21 août,
> D. Patrice à Katiu du 07 au 21 août,
> D. Joseph à Makemo du 11 au 18 août.

Enseignement Catholique Messe d’envoi en mission

eveche15w.jpgLa messe d’envoi en mission de l’enseignement catholique aura lieu le lundi 12 août 2019 à 16h00 en l’église Maria no te Hau et sera présidée par notre Archevêque Mgr. Jean-Pierre.

Service Diocésain de la Catéchèse Rassemblement d’ouverture

sdc.jpgLe service diocésain de la Catéchèse informe tous les catéchètes du diocèse de Papeete que le rassemblement d'ouverture de l'année de catéchèse se fera le samedi 17 août 2019 à partir de 8h00 à la paroisse de St. Thomas, Apôtre de Pueu.
La messe d'envoi des catéchistes sera présidée par notre Archevêque Mgr. Jean-Pierre COTTANCEAU.
Diacre Gérard PICARD-ROBSON
Directeur du Service Diocésain de la Catéchèse

AFC : PMA ET BIOÉTHIQUE ....

logo-afc.jpgPMA ET BIOÉTHIQUE : LA DEPUTÉE MAINA SAGE ENTEND L’AFC

À la demande de l’AFC, la députée Maina Sage a rencontré jeudi 25 juillet dans sa permanence de Papeete des membres du Bureau qui souhaitaient s’entretenir avec elle des graves questions soulevées par la loi sur la bioéthique et la PMA (procréation médicalement assistée applicable à toutes les femmes en désir d’enfants) qui, présentée le 24 juillet en conseil des ministres à Paris, devrait être soumise à l’examen du Parlement national en septembre 2019..........

Lire la suite

Ecole Antioche Remerciements

eveche15w.jpgPour le bon déroulement des cours et autres durant le mois de juillet, l'école de la foi d'Antioche remercie chaleureusement la direction de l'école primaire Sainte-Thérèse pour l'accueil et l'octroi de ses locaux en la personne de Madame Tina MARA.
Nos remerciements vont également à Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU et au Père Bruno MAI pour les célébrations eucharistiques et les cours communs dispensés ;
* à Sœur Mary LEMBO de la Congrégation des Sœurs de Sainte Catherine d'Alexandrie, membre du Centre de protection de l'enfance de l'Université Pontificale Grégorienne de Rome pour sa conférence sur la prévention des abus sexuels des enfants, adolescents, jeunes et personnes vulnérables ;
* au Père Auguste UEBE-CARLSON pour les explications apportées sur une possibilité de revoir ou non, d'une liturgie adaptée pour diriger une Assemblée Dominicale (et hebdomadaire) en l'Absence d'un Prêtre ;
* à Mr Chris KAIMUKO, président de l'Association 'Don pour la vie' pour les informations et explications sur le don d’organes ;
* au personnel du Centre de retraite de Tibériade-Mitirapa ;
* et enfin aux élèves qui avez bravé la fraîcheur tous les matins sous le préau de l'école.
Soyez abondamment bénis ainsi que vos familles !
Diacre Joseph PAHIO

Ecole diaconale Inscriptions

logo-diacre.jpgAux curés de paroisse qui souhaiteraient inscrire des personnes à l'école diaconale pour la rentrée 2019-2020, ils sont priés d'appeler le Père Landry BOYER au 87 72 33 16, afin de prendre rendez-vous pour que ces personnes puissent venir récupérer le dossier d'inscription à la paroisse Saint-Etienne à Punaauia, à partir du vendredi 10 juillet.
Un premier entretien permettra de répondre aux différentes questions susceptibles d'éclairer une telle démarche. La clôture des inscriptions est fixée au vendredi 21 août.

Radio Maria no te Hau du 12 au 16 août 2019

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 12 août : « Au pied de la croix se tenait Marie » par Sœur Jeanne d'Arc ;
> Mardi 13 août : « Interview avec Thierry PICHON "le voilier Exultet" » par Taitua ;
> Mercredi 14 août : « L'assomption ou la miséricorde de Dieu pour Marie » par Etienne RICHER ;
> Jeudi 15 août : ; « L'épopée mariale de notre temps » par Père Caillons ;
> Vendredi 16 août : « Familles soyez vous-mêmes » par Monseigneur Jean Lafitte.

Secours catholique ouverture

Secours cathoL’antenne du Secours Catholique située à la Mission fermée depuis le 1er juillet réouvrira ce vendredi 09 août.

LE PAPE AUX PRETRES

Mgr Cottanceau            Le saint curé d’Ars, vous connaissez ? Jean Marie Vianney, de son nom, a été fait par le Pape Pie XI patron de tous les curés du monde, et bientôt, nous célèbrerons les 160 ans de son retour à Dieu. A cette occasion, le Pape François a tenu à écrire une lettre à tous ses frères prêtres pour les remercier et les encourager en ces temps difficiles que traverse l’Eglise. A l’heure où l’image du prêtre est écornée, voire flétrie par ceux qui généralisent outrancièrement le comportement condamnable de quelques-uns à tous les ecclésiastiques, (prêtre = pédophile !!!), les paroles du Saint Père nous invitent à ne pas nous fixer sur « l’arbre qui cache la forêt ».

Dans sa lettre, il rend grâces pour ceux qui assument courageusement leur mission, qui jour après jour donnent le meilleur d’eux-mêmes pour servir leur communauté et témoigner du Christ. Il se réjouit pour toutes les fois où, leur dit-il, « en vous laissant émouvoir jusqu’aux entrailles, vous avez accueilli les personnes tombées, soigné leurs blessures en donnant de la chaleur à leurs cœurs ». Il estime qu’il serait « injuste de ne pas être reconnaissant pour tant de prêtres qui, de manière constante et honnête, donnent tout ce qu’ils sont et ce qu’ils possèdent pour le bien des autres ». Le Saint Père met en avant le témoignage donné par beaucoup d’entre eux, témoignage de persévérance et d’endurance dans leur service pastoral. Il souligne le rôle essentiel qu’ils assument en célébrant l’Eucharistie et la réconciliation, « sans rigorisme, ni laxisme, en prenant en charge les personnes et en les accompagnant sur le chemin de conversion vers la vie nouvelle que le Seigneur offre à tous ». Evoquant ensuite ce que devrait être le cœur du pasteur, il le définit comme celui qui a appris « la saveur spirituelle de se sentir un avec son peuple » qu’il ne saurait servir qu’en adoptant un style de vie austère et simple, sans accepter des privilèges qui n’ont pas la saveur de l’Évangile.

Dans cette lettre, le Pape veut aussi encourager les prêtres car la mission à laquelle ils ont été appelés, ne les immunise pas contre la souffrance ou l’incompréhension. Il insiste sur l’importance de faire croître et nourrir leur lien avec la communauté dont ils ont la charge, en prenant garde de ne pas s’isoler ou de s’enfermer dans des groupes élitistes. Le prêtre est devant pour guider son troupeau, à ses côtés pour le comprendre et derrière pour prendre soin des retardataires et éviter la dispersion !

Le Pape insiste également sur la force de la prière. Il n’est pas facile de demeurer devant le Seigneur reconnaît le Pape François, mais c’est à ce moment-là que l’on fait l’expérience « de notre bienheureuse pauvreté qui nous rappelle que nous sommes des disciples nécessiteux de l’aide du Seigneur et qui nous libère de cette tendance à n’avoir confiance qu’en nos propres forces ».

Dans notre diocèse qui compte 19 prêtres diocésains et 6 prêtres religieux ou venant d’autres diocèses, la lettre du Saint Père nous invite à réfléchir sur le regard que nous portons sur eux. Comme chacun de nous, ils ont leurs limites, leurs faiblesses… Comment pourrons-nous les aider si nous ne savons porter sur eux qu’un regard accusateur ? Comment pourrons-nous les soutenir si nous ne les aimons pas de cet amour que porta le Christ sur Judas qui allait le trahir, sur Pierre qui allait le renier, sur Jacques et Jean qui voulaient les premières places ? .... Tous avons besoin de conversion, tous devons faire preuve de miséricorde, non pour accepter des comportements inacceptables au regard de l’Evangile, mais pour nous soutenir et, à la suite du Pape François, prier pour nos prêtres afin qu’ils soient toujours davantage des prêtres selon le cœur de Dieu !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE

Mgr Cottanceau            Fin Septembre doit avoir lieu à l’Assemblée Nationale l’examen du projet de loi de bioéthique qui doit intégrer l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. La PMA pour les femmes célibataires et pour les couples de femmes aura des conséquences graves pour les enfants issus de cette procréation et pour la société. Dans son introduction au livret « Bioéthique – Comprendre les enjeux de la révision des lois de bioéthique - paris.catholique.fr/bioethique » publié par le diocèse de Paris, Mgr Aupetit, médecin avant de devenir archevêque de Paris alerte : « Il semble qu’une partie de nos concitoyens, y compris des catholiques, ne prennent pas la mesure des changements de société qui peuvent nous impacter … ».

            Pour les enfants, la PMA va à l’encontre de leur intérêt supérieur. « La privation de père serait institutionnalisée, condamnant les enfants à une double peine : les priver d’une partie de leur origine biologique et les priver de toute relation paternelle constitutive de leur identité. La Convention internationale des droits de l’enfant pose pourtant le droit, pour chaque enfant, « de connaître ses parents et d’être élevé par eux » (art.7) » (Livret « Bioéthique », p.37). En supprimant juridiquement la généalogie paternelle, on porte atteinte au bien de l’enfant qui sera privé de sa référence à une double filiation. Le bien de l’enfant devrait prévaloir sur celui des adultes en désir d’enfant. L’enfant ne saurait devenir le fruit d’un désir produit par la technique. Saurions nous accepter collectivement que l’être humain soit considéré comme un simple fournisseur de matériaux génétiques et que la procréation humaine s’apparente ainsi à une fabrication matérielle ?  « L’enfant n’aurait, dans son histoire, aucune image de père, connu ou inconnu, mais seulement celle d’un donneur. D’un point de vue psychique, le respect dû à l’enfant et à la construction de sa personnalité est gravement blessé. Du point de vue de la société où le rôle des parents est déjà bouleversé de multiples manières et où l’autorité est remise en question, cette absence planifiée de père est problématique. Un avis minoritaire du Conseil Consultatif National d’Ethique (avis n°126 du 15 Juin 2017 p. 42) précise que « le rôle d’un père, en interaction et coopération avec celui de la mère, est essentiel dans la construction de la personnalité de l’enfant et de son rapport à la diversité de la société, dont l’altérité masculin-féminin ». (Livret « Bioéthique » p. 38)

            « La PMA élargie aux femmes seules et aux couples de femmes achève de disjoindre la fécondation biologique et la parenté sociale. Or, si l’être humain est un animal social, c’est aussi un corps vivant. Le scinder en deux, en séparant la relation de filiation de son ancrage biologique, est un acte de violence contre l’unité de la personne humaine. Celle-ci est une « totalité unifiée », tout à la fois biologique, psychique, spirituelle et sociale. Son développement intégral harmonieux suppose que ces divers aspects soient pris en compte ensemble et non pas séparés voire opposés. La filiation doit demeurer un processus à la fois biologique, résultant de l’union des corps, psychique, résultant d’une différence de génération et d’une différence sexuelle, et social, reconnu par les institutions de la cité » (Livret « Bioéthique » p. 40) Pour la société, ce serait l’explosion du droit de la filiation et la désagrégation du lien familial. Jusqu’à présent, la filiation est directement liée à la vraisemblance biologique : être fils ou fille de, descendre de tel père et de telle mère. En déconnectant la filiation de toute réalité biologique, les mentions « père » et « mère » seraient supprimés dans les actes d’état civil et les documents administratifs, et remplacés par « parent n°1 » et « parent n°2 », au nom de la non-discrimination.

Dans certains villages reculés de la campagne, lorsque les anciens voulaient demander à tel enfant venu en vacances chez ses grands-parents et jouant dans la rue qui il était, ils ne lui demandaient pas son nom, ils lui disaient : « de qui es-tu ? » L’enfant donnait le nom de son père et de sa mère, les anciens savaient alors qui il était !...

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Remerciements Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Mgr CottanceauJe voudrais remercier ici très sincèrement les responsables des paroisses, prêtres, diacres et laïcs ainsi que les groupes de jeunes et leurs responsables pour l’accueil qu’ils ont réservé aux jeunes venus des îles de nos différents archipels pour les Journées Diocésaines de la Jeunesse. Merci également aux cuisiniers et à tous les bienfaiteurs qui, par votre savoir-faire, votre disponibilité et votre générosité, avez contribué à fournir de quoi nourrir ces jeunes.
Merci à la Fédération Sportive et culturelle de France et à son président pour la part importante qu’elle a accepté de prendre dans l’organisation de ces Journées Diocésaines de la Jeunesse.
Merci aux représentants des pouvoirs publics du territoire et des communes, pour l’aide précieuse et le soutien logistique qu’ils ont apporté pour le bon déroulement de ces Journées… Merci aux pompiers, secouristes, personnel de sécurité pour leur présence efficace.
Merci au directeur du centre diocésain de retraite « Tibériade » pour la mise à disposition des locaux et pour l’accueil réservé à tous les participants des JDJ.
Puisse l’Esprit Saint faire germer et fructifier dans le cœur de tous ce qui y a été semé pendant ces journées.    
  Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

REGARD SUR JUILLET 2019

Mgr Cottanceau Ce mois de Juillet qui s’achève bientôt fut un mois fertile en évènements dans la vie de notre diocèse. En effet, plusieurs temps forts ont été ou seront vécus, manifestant une vitalité certaine de notre Eglise.

Ce sont d’abord les écoles de la Foi qui rassemblent cette année près de 700 personnes venues de tout le diocèse pour approfondir leur foi, améliorer leurs connaissances, se former aux diverses responsabilités qu’ils seront amenés à prendre dans leur paroisse une fois leur formation terminée. Le fait que beaucoup ont pris leur mois de vacances pour cela témoigne du sérieux qu’ils accordent à cette expérience communautaire de formation et témoigne également de cette foi qui les anime et qu’ils veulent mettre au service de l’Eglise là où ils vivent.

Ce fut ensuite les Journées Diocésaines des Jeunes, du 14 au 21 Juillet d’abord dans les paroisses d’accueil, ensuite à Tibériade à partir du 18 Juillet. Près de 1 000 jeunes venus de tous les archipels du diocèse et leurs accompagnateurs s’étaient donné rendez-vous. Ce temps passé à Tibériade fut l’occasion de temps de prière et d’adoration, de réflexion, de témoignages : c’est ainsi qu’ils purent bénéficier d’une intervention de Mme la Ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports, et de Sœur Mary venue de Rome pour évoquer devant eux et pour eux les problèmes de pédophilie qui secouent l’Eglise, leur donnant ainsi l’occasion de s’exprimer sur ce sujet. Une Sœur qui parle de sexualité à des jeunes, voilà qui pouvait surprendre ! Ils purent également accueillir le témoignage d’un petit groupe de jeunes métropolitains qui, ayant traversé l’Atlantique sur un voilier pour participer aux JMJ de Panama, poursuivaient leur navigation vers les Marquises et Tahiti pour partager leur expérience. Ce fut également l’occasion d’une marche entre Tibériade et Toahotu avec comme thème le regard de Dieu sur la création, dans l’esprit du texte du Pape François « Laudato si ». Le tout fut animé et ponctué de moments de fête, de chants, donnant à tous de vivre un moment peu ordinaire devant les renforcer dans leur foi et leur permettre, une fois rentrés chez eux de prendre davantage leur place dans la vie de leurs communautés.

Ce fut également la visite de Sœur Mary LEMBO de la Commission Pontificale pour la protection des mineurs, venue nous aider à aborder cette douloureuse question de la pédophilie dans l’Eglise. Comme elle le disait elle-même, elle ne venait pas pour enseigner mais pour libérer la Parole et apporter quelques éléments pour nourrir la réflexion des auditeurs. Elle eut l’occasion de passer dans toutes les « écoles de Juillet », touchant ainsi nombre de futurs responsables d’Eglise sur Tahiti et dans les îles. Elle fut également invitée à intervenir devant près de 240 personnes travaillant dans l’action sociale : travailleurs sociaux, responsables de foyers d’accueil, croix rouge, associations d’aide à l’enfance, services de protection de l’enfance, villages d’enfants, et représentants des confessions religieuses, et ce, en présence de Mr Fritch, président de Polynésie Française, de Mme Sachet, ministre de la famille et des solidarités.

Autre temps fort, ce Samedi 27 Juillet, à Maria No Te Hau, l’invitation faite aux Katekita, Tauturu Katekita, diacres permanents de se retrouver pour faire le point sur les avancées des commissions lancées à la suite des Etats Généraux des Katekita de Juillet 2018. Deux thèmes essentiels au menu : la formation et la place des Katekita dans la liturgie de l’Eglise diocésaine. Nous sommes en effet à mi-parcours de ce travail de rénovation du ministère du Katekita entrepris lors des Etats Généraux de l’an dernier. Rappelons que les orientations et les décisions qui émaneront de cette réflexion devraient être promulguées en Juillet 2020, lors de la célébration des 50 ans de l’institution des Katekita dans notre diocèse.

Tout cela nous invite à rendre grâces à Dieu pour la présence de son Esprit Saint qui anime et vivifie le cœur des croyants, et le cœur de l’Eglise. Tout n’est pas parfait, certes, et beaucoup reste à faire. Des conversions restent à vivre. Mais comme dit le proverbe, « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ! ».

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU