A LA UNE

Catéchèse des dimanches
et fêtes  / B

Temps ordinaire   

Du 20 mai 2018
au 18 novembre 2018 

VIDEO

Pour faire la joie 1pour-faire-la-joie-1.pps

Pourfairelajoie

En marge de l'actualité

Actualité religieuse

Mgr Cottanceau Mgr Cottanceau   Papefrancois1 Mgr ivan jurkovic denier200.jpg

ESOPE 

SACRE COEUR   

 APRES LA CONFIRMATION

ONU : fondement de la famille ...

FAIRE UN DON

Ecole de la foi : fiche d'inscription

N 20 2018 formulaire d 27inscription ecole de la foin.20-2018-formulaire-d-27inscription-ecole-de-la-foi.pdf

 

ESOPE

Mgr CottanceauEsope, vous connaissez ? C’est un esclave qui vivait en Grèce plus de 500 ans avant Jésus Christ. C’était aussi un sage. Un jour, son maître lui demanda de préparer à manger la meilleure chose qui soit, et Esope lui cuisina de la langue… Le lendemain, son maître lui demanda de préparer la pire chose qui soit, et Esope cuisina de nouveau de la langue ! La langue, capable de produire dans les relations humaines le meilleur comme le pire… Dans la Bible, le livre du Siracide parlant du bavardage causé par la langue met en garde : « Celui qui maitrise sa langue vivra sans conflit… Ne répète jamais les on-dit… Ne colporte de racontars ni devant ton ami ni devant ton ennemi… Qui parle trop se rend insupportable, qui se croit tout permis devient odieux… » (Sir, chapitre 19 et 20) Plusieurs siècles après Esope et le livre du Siracide, ne faut-il pas reprendre leur enseignement pour l’appliquer à ce qu’on pourrait appeler une extension de la langue, les « réseaux sociaux » ? Ils sont ce que nous en faisons : un instrument qui rapproche les personnes, qui entretient les relations, qui informe, qui donne de partager les expériences, qui rejoint ceux et celles qui sont seuls ou isolés, malades… un instrument qui permet de faire part de projets, de rêves… Ce peut être le lieu de débats d’idées enrichissants etc… Mais il arrive aussi que cet instrument soit utilisé pour déverser la méchanceté, la rancune, pour régler ses comptes, pour salir autrui, laisser libre cours à ce qu’il y a de pire en l’être humain, clouer au pilori,  non par souci de vérité mais pour anéantir… Entendons-nous bien. Il est inévitable qu’il y ait des conflits, des désaccords, des litiges… entre personnes. Les conflits et les oppositions peuvent donner lieu à des débats d’idées, dans le respect des personnes, mais souvent, ils donnent lieu à des « lynchages » par réseau social interposé, sans aucun respect de son opposant. Faut-il que nous ayons si peu confiance en l’autre pour tout de suite porter l’affaire sur la place publique, au risque d’envenimer les choses, au lieu de chercher des voies de réconciliation ou tout au moins de dialogue, sans pour cela ameuter le ban et l’arrière ban ? Qui est le plus courageux ? Celui qui se cache derrière une opinion publique qu’il cherche à mettre de son côté en se présentant comme victime ou celui qui ose rencontrer son opposant pour essayer de trouver une issue ? Si nous voulons être de vrais disciples de Jésus Christ, rappelons-nous le commandement de l’amour et de la charité, il n’est pas à option. Allons plus loin : qui aujourd’hui se confesse d’avoir utilisé tel réseau social pour avoir médit ou calomnié son prochain ? Cela vaut pour tous les baptisés, quelle que soit leur place et leur responsabilité dans l’Eglise. Il est temps de réveiller notre conscience et de bien réfléchir à l’usage que nous faisons de ces réseaux sociaux, et de notre langue ! Il n’est jamais trop tard. Ces réseaux peuvent être de magnifiques moyens de témoigner de l’Amour que nous devons porter à notre prochain. N’en faisons pas des instruments de division et de démolition. Nous courrons alors le risque de donner parfois une bien piètre image de l’amour et de la charité fraternelle qui doivent régner dans nos communautés Chrétiennes !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda juin 2018

eveche15w.jpg

Ecoles de formation du mois de Juillet
Les écoles débuteront le lundi 09 juillet.
La messe d’investiture aura lieu le jeudi 02 août en l’église Maria-no-te-Hau à 18h.

Les personnes désirant s’inscrire à l’une ou l’autre de ces écoles : Katekita, Nota, Reo Tahiti, Sykar, Emmaüs, Antioche, Nazareth, Faaroo (tahitien) devront se rapprocher de leur curé, diacre de leur paroisse.

Agenda du Père Denis Bertin
Père Denis sera en mission en mer du 15 juin au 05 juillet. L’intérim à la chapelle saint-Louis sera assuré par Père Christophe (40 50 30 00).

ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Nomination

ddec.gifAvec l’accord de Mgr Pascal CHANG SOI, évêque de Taiohae, Mgr Jean Pierre COTTANCEAU, archevêque de Papeete a nommé Mr Emmanuel ANESTIDES à la fonction d’adjoint à la directrice diocésaine de l’Enseignement Catholique des diocèses de Taiohae et Papeete, Mme Moea CHAUMEIL, et ce à partir du 1er Août 2018. Mr Emmanuel ANESTIDES sera nommé directeur de la DEC à partir du 1er Novembre 2018.

Retraites avec le Père Jean Roch Hardy juin - juillet 2018

P jean rochÀ TE AROHA  Thème: Seigneur apprends-nous à prier. 
Pour tous / 22 - 23 juin / 3000 Fcp 

À CANA Thème ; Marie mère de Dieu, mère de l’Eglise
Pour tous / 29 juin au 1 juillet  / 3500 fcp

FILLES DU BON PASEUR (à la Mission) Thème Soyez dans la joie et l’allégresse ! (Appel à la Sainteté) 
Pour les jeunes / 20 au 22 juillet / 2000 Fcp

FILLES DU BON PASEUR (à la Mission) Thème: Bâtissons un monde de Paix 
Pour les oasis de paix / 27 au 29 juillet / 3000 Fcp

FILLES DU BON PASEUR (à la Mission) Thème: Nous voudrions voir Jésus 
Pour tous /30juillet  au 02 août / 4500Fcp / Retraite en silence

Mission sur RAIATEA – TAHAA  
Du 03 au 16 Août 2018

Contacts
Rose Marie LEVIN 87 29 65 25
Heiata HOLOZET 87 77 78 02

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique juin et août 2018

RenouveaucharismatiqueLe Comité Diocésain organise :
1) Un rassemblement du Renouveau Charismatique Catholique le samedi 16 juin 2018 en la Paroisse Saint-Paul de Mahina de 7h à 13h ouvert à tous les groupes du Renouveau Charismatique (bergers(ères), adjoints(es), membres soutiens, musiciens) et à tous ceux et celles qui souhaitent y participer.

Vous trouverez ci dessous  l'affiche et le programme du rassemblement à annoncer et à afficher dans vos paroisses, communautés et fraternités.
N 23 2 affiche rassemblement renouveau charismatique samedi 16 06 18n.23-2-affiche-rassemblement-renouveau-charismatique-samedi-16-06-18.pdf
N 23 3 programme rassemblement rc samedi 16 juin 2018n.23-3-programme-rassemblement-rc-samedi-16-juin-2018.pdf
N 23 2 affiche rassemblement renouveau charismatique samedi 16 06 18n.23-2-affiche-rassemblement-renouveau-charismatique-samedi-16-06-18.pdf

2) Une retraite ouverte à tout le monde le weekend du 24 au 26 août 2018 au Centre de retraite de Tibériade qui a pour thème "SOYEZ DANS LA JOIE ET L’ALLÉGRESSE". Vous trouverez en annexe l'affiche de la retraite à annoncer et à afficher dans vos paroisses, communautés et fraternités.
Grande union et soutien de prières !
Diacre Juanito BURNS, Répondant du Renouveau Charismatique

Radio Maria no te Hau du 18 au 22 juin

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 18 juin : « Mettre à profit son héritage » par Stéphane Frappier ;
> Mardi 19 juin : « Dieu habite mon cœur » par Père Jacques Philippe ;
> Mercredi 20 juin : ITV avec les paroissiens sur les 160 ans de la paroisse saint Jean-Baptiste de Mataiea par Vahina et Tuhiata ;
> Jeudi 21 juin : ITV du Père Tahiri, 24 ans de prêtrise, par Tuhiata ;
> Vendredi 22 juin : « Adorons, diffusons la paix de Dieu » par Sœur Emmanuel Maillard.

Centre Diocésain de Retraites Tiberiade juin 2018

TiberiadeMois de Juin
> 15-16-17 juin : Retraite des confirmands de la paroisse du Sacré-Cœur Arue ;
> 22-23-24 juin : Retraite du Te Vai Ora pour Hommes en Tahitien.

SACRE COEUR

Mgr CottanceauCe vendredi est célébrée dans l’Eglise la fête du Sacré Cœur de Jésus. Cette célébration devrait revêtir dans notre diocèse de Papeete et dans celui de Taiohae une importance particulière si l’on se souvient que ce sont des religieux des Sacrés Cœurs qui ont apporté la foi catholique dans nos îles, dans une de ses plus belles expressions, la dévotion au cœur Sacré de Jésus et au cœur immaculé de Marie. Les paroisses Sacré Cœur de Hitiaa, de Arue, de Napuka, l’ancienne église du Sacré Cœur d’Otepipi (Anaa), l’école maternelle et primaire, le collège et le lycée du Sacré Cœur de Taravao, et aux Marquises, la paroisse des Sacrés Cœurs de Hatiheu, les paroisses du Sacré Cœur de Haakuti, de Puamau et la paroisse Notre Dame du Sacré Cœur de Taaoa témoignent de la place que prenait la dévotion au cœur de Jésus dans le cœur de ces premiers missionnaires.

                  Que nous révèle donc le cœur du Christ ? Que si Jésus est Dieu, il est aussi homme, un homme qui a aimé et continue d’aimer comme Dieu nous aime, car l’amour du Christ est amour de Dieu. Les Ecritures nous révèlent ce que Jésus éprouvait dans son cœur : amour, pitié, compassion. Jésus pleura devant la tombe de son ami Lazare, et les Juifs dirent : « voyez comme il l’aimait » ; il fut saisi de compassion devant les foules harassées, comme des brebis sans berger ; il tressaillit de joie sous l'action de l'Esprit Saint en écoutant les apôtres à leur retour de mission ; il fut en colère, navré de l’endurcissement du cœur des Pharisiens lorsqu’il guérit l’homme à la main desséchée, et à Gethsémani, il dit à ses disciples que son âme était triste à en mourir. Même une fois mort, Jésus, de son côté transpercé laissa s’ouvrir son cœur d’où jaillirent le sang et l’eau, source de vie et d’Esprit, réalisant ainsi ce qu’il avait proclamé à haute voix quelques jours plus tôt : « si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive… celui qui croit en moi ! » selon le mot de l'Écriture : « De son sein couleront des fleuves d'eau vive ».

                  Parler du cœur du Christ, c’est donc nous tourner vers ce qu’il y a de plus profond, de plus intime en lui, et c’est reconnaître que ce cœur est rempli du mystère d’amour de Dieu, que ce cœur de Jésus est le cœur de Dieu lui-même. Ce cœur transpercé continue de déborder d’amour pour nous, malgré l’obscurité de notre manque d’espérance, de nos infidélités et de nos aveuglements. Lorsque nous cherchons à savoir qui est Dieu, qu’il nous suffise de contempler le cœur transpercé du Christ pour y découvrir l’amour don, car Dieu se fait connaître grâce à son amour manifesté en son Fils Jésus Christ. Toute l’histoire du salut, tout l’évangile nous parle de cet amour. St Paul ne dit pas autre chose lorsqu’il écrit aux Galates : « Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi ».

                  Contempler le cœur du Christ, c’est entrer plus profondément dans le mystère du Christ, dans tout son être, sa personne en ce qu’elle a de plus intime et de plus essentiel : fils de Dieu, sagesse éternelle, principe de salut et de sanctification pour tous. Le cœur de Jésus est le siège de la miséricorde du Père qui a ouvert les trésors infinis de son amour et de son indulgence vis-à-vis des hommes, alors qu’ils étaient encore pécheurs !

            Célébrer le cœur de Jésus nous invite donc à accepter l’invitation à le suivre et à aimer comme lui, à faire nôtres, les attitudes, les choix, et les œuvres qui l’ont conduit jusqu’à l’extrême, avoir son cœur transpercé sur la croix. Quelle attitude aurai-je face aux difficultés et aux blessures qui me font souffrir en contemplant le cœur de Jésus transpercé par la lance du soldat ? De quel amour puis-je aimer les autres, quand je réalise que l’amour de Dieu s’incarne et prend au sérieux la réalité souffrante des personnes ? Jusqu’où ira le don de ma vie et ma générosité, lorsque je vois mes semblables rejetés, méprisés ? Quel réconfort et quelle consolation apporterai-je aux affligés en voyant la blessure du côté du Christ ? A quelles tâches de réconciliation et de justice m’entrainera cette croix plantée dans le cœur de Jésus ?  

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda juin 2018

eveche15w.jpgEcoles de formation du mois de Juillet
Les écoles débuteront le lundi 09 juillet.
La messe d’investiture aura lieu le jeudi 02 août en l’église Maria-no-te-Hau à 18h.
Les personnes désirant s’inscrire à l’une ou l’autre de ces écoles : Katekita, Nota, Reo Tahiti, Sykar, Emmaüs, Antioche, Nazareth, Faaroo (tahitien) devront se rapprocher de leur curé, diacre de leur paroisse.
Des informations complémentaires pour chaque école vous seront transmis dans un communiqué complémentaire.

Agenda du Père Bruno MAI
Père Bruno est à Arutua, Apataki, Kaukura jusqu’au 08 juin.

Agenda du Père Joel Aumeran
Père Joël se rendra à Tubuai du 08 au 13 juin.

Te Vai Ora inscriptions juin 2018

eveche15w.jpgLa date des inscriptions pour les TVO d’Août à Octobre, initialement prévue le samedi 02 juin, aura lieu le samedi 09 juin à 8h à Maria-No-Te-Hau.
Merci de votre compréhension.
Contact : 40 42 02 23

Radio Maria no te Hau du 11 au 15 juin 2018

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
> Lundi 11 juin : « Je suis l’enfant aimé du Père » par Père Joel Pralong ;
> Mardi 12 juin : « Jésus guérit et convertit » par Fr Jean Dominique DUBOIS ;
> Mercredi 13 juin : « Le mouvement intérieur et le retour à Dieu dans la Bible » par Frère Moïse BALLARD ;
> Jeudi 14 juin : « La voie de la confiance et de l’amour » par Père Jacques PHILIPPE ;
> Vendredi 15 juin : « Recevoir et vivre l’amour du Père » par P Joel Pralong.

FETE DIEU

Mgr CottanceauCe Dimanche, l’Eglise nous invite à célébrer la « solennité du corps et du sang du Christ », fête plus connue sous les noms de « Fête Dieu » ou « Fête du Saint Sacrement ». Il s’agit pour nous de reconnaître et d’honorer plus particulièrement lors de cette fête la présence réelle de Jésus Christ dans le sacrement de l’Eucharistie, de raviver en nous cet acte de foi qui nous fait proclamer la présence divine sous les apparences sensibles du pain et du vin consacrés au cours de la Messe. Cette fête est très ancienne puisqu’elle figure dans le calendrier liturgique de l’Eglise Catholique depuis l’année 1264. Pour les passionnés d’histoire, c’est le Pape Urbain IV qui institua cette fête, en un temps où quelques théologiens remettaient en cause la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.

            Si pour nous, cette présence réelle est une évidence de foi, peut-on dire que nous en comprenons bien le sens ? Deux fausses compréhensions peuvent nous égarer. La première : ne voir dans l’hostie consacrée qu’un signe, un rappel sans plus, de la présence du Christ. La seconde : voir dans l’hostie consacrée un morceau de la chair de ce Jésus issu des entrailles de Marie sa mère. Alors ? Tenons ferme que c’est bien le Christ Jésus lui-même qui se donne dans l’Eucharistie et qui est présent dans l’hostie consacrée. Mais il y a plusieurs façons d’être présent :

  • Il y a la présence physique de quelqu’un qui est assis à côté de moi, dans un bus ou une salle d’attente. Je peux le voir, le toucher.
  • Il y a la présence d’un collègue de travail, de quelqu’un qui œuvre avec moi pour un même but, avec qui je collabore.
  • Il y a la présence de ceux ou celles qui comptent dans ma vie, en couple, en famille, avec des amis, une présence qui unit les cœurs et éclaire ma vie
  • Il y a la présence de ceux que j’aime et qui sont absents, que je ne peux plus toucher parce qu’ils sont loin, ou ont déjà quitté ce monde… Leur présence est spirituelle, pourrait-on dire, et peut avoir pour moi une grande importance. Leur absence apparente ne m’empêche pas de me sentir uni à eux et de sentir leur présence.

Cette présence du Christ dans l’Eucharistie n’est pas la simple prolongation de la présence physique qu’avait autrefois Jésus auprès de ses disciples. Dans l’Eucharistie, Jésus est présent d’une façon nouvelle, depuis sa résurrection. Il a dit lors du dernier repas : « Prenez et mangez, ceci est mon corps, prenez et buvez, ceci est mon sang » … Par le pain et le vin consacrés, Jésus se rend présent et se donne en nourriture, une nourriture qui donne la vie éternelle. Dans la messe, les membres de l'assemblée, fidèles et ministres, écoutant les lectures de la Bible, reçoivent la Parole qui est "Pain de vie", nourriture pour leur foi. Ils célèbrent ensuite l'action de grâces, l'eucharistie, et sont reçus dans le corps du Christ en communiant au "pain de la vie" et à la "coupe du salut".

Alors, prenons garde de ne jamais tomber dans la routine lorsque nous recevons le corps du Christ, nous risquerions de louper sa présence… une présence réelle !

 

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

CONFIRMATION

Mgr CottanceauEn cette période de l’année où beaucoup de communautés paroissiales célèbrent la Confirmation, les jeunes et les adultes concernés sont invités à écrire une lettre à l’évêque pour se présenter et exprimer leur désir de recevoir ce sacrement. La lecture de ces lettres écrites par les jeunes révèle ainsi une partie de leur vie, de leurs désirs, de leurs difficultés, de ce qui est important à leurs yeux. Revient en tête de ce qui compte pour eux : la famille. Elle est le lieu où ils disent se sentir aimés, soutenus, même si parfois, sont évoquées les difficultés de relation avec les parents... Certains vivant dans des familles « recomposées » mentionnent avec pudeur les séparations et l’éloignement de leur père ou de leur mère. Ils expriment souvent ce désir de ne pas décevoir leurs parents et de faire en sorte que leurs parents soient fiers d’eux, et pour cela, ils disent vouloir réussir leur vie, leurs études. Souvent revient également chez eux cette aspiration à aimer et à faire le bien autour d’eux, à rendre les autres heureux, faire du bien à ceux qui souffrent. Plus profondément encore, certains font état de leur désir de voir plus clair dans leur vie, de faire mûrir leur foi et ils attendent que l’Esprit Saint les aide à être plus proches de Jésus et de Dieu ; l’un d’eux écrit : « J’aimerais être ce que le Seigneur veut que je sois ! ».

 Ces jeunes font souvent preuve d’une grande honnêteté vis-à-vis d’eux-mêmes. Ils ne sont pas naïfs ! Ecoutons-les : « Pas facile de mener une vie Chrétienne » ; « J’ai peur de prier en public » ; « Parfois, j’ai la haine ! » ; « Parfois, je doute, je perds la foi » ; « Je ne pense pas à Jésus » ; « Les non-croyants essaient de me faire arrêter de croire » ; la question de la mort vient parfois les tourmenter lorsqu’ils sont confrontés au départ de ceux qu’ils aiment : « Je me demande si un jour, je reverrai (tel membre de ma famille) qui est décédé ! »

Certains concluent leur lettre par une prière qui nous livre le trésor qui se cache au meilleur d’eux-mêmes : « Esprit Saint, aide-moi à pardonner et à aimer, à obéir et à offrir » ; « Jésus, sache que je t’aime du plus profond de mon cœur » ; « Mon Dieu, guidez-moi et faites que je puisse ouvrir mon cœur » ; « J’aime l’Eglise ».

Cet « instantané » dévoilant une petite partie de ce que vivent ceux qui ont écrit ces lettres doit nous interpeler sur le regard que nous portons sur « les jeunes ». Regardons d’abord ceux qui nous sont proches, et demandons-nous comment nous pouvons les écouter, les accueillir tels qu’ils sont, apprenons à les connaître mieux. Peut-être serons-nous surpris de découvrir patiemment et dans le respect de leur intimité les trésors que le Seigneur a déposés dans leur cœur. Il serait dommage que l’évêque soit seul à partager ce trésor !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Sœurs de Saint-Joseph de Cluny (SJC)

SsjcLe 20 mai 2018, jour de la fête de Pentecôte, les Sœurs de Saint-Joseph de Cluny sont entrées en Chapitre Général.
« Disciples missionnaires pour un monde nouveau »
Venues des cinq continents, les 89 Capitulantes se mettront à l’écoute de l’Esprit-Saint pour discerner « La Sainte Volonté de Dieu » dans l’aujourd’hui de leur mission.
Elles comptent sur votre soutien dans la prière afin que le Chapitre porte des fruits durables pour l’Eglise et pour le monde de notre temps.

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Remerciements

RenouveaucharismatiqueLe Comité Diocésain remercie chaleureusement tous les fidèles pour leur participation aux différents rassemblements de la Pentecôte organisés par le Diocèse de Papeete. Remerciement chaleureux à notre Évêque, Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU, notre Évêque émérite Monseigneur Hubert COPPENRATH, Père Bruno MAI, à tous les prédicateurs, les groupes d'animations, les paroisses, les curés, les diacres, les bergers(ères), les soutiens des groupes du renouveau charismatique, les bénévoles, la sécurité, les jeunes pour le forum, les groupes du renouveau charismatique qui ont tenus des stand, pour votre dévouement et service !
Que Dieu vous bénisse abondamment !
Diacre Juanito BURNS,
Répondant du Renouveau Charismatique

MARIE, MERE DE L’EGLISE

Mgr CottanceauA partir de ce Lundi 21 Mai 2018, l’Eglise est invitée, chaque Lundi de Pentecôte, à célébrer Marie sous le vocable de « Mère de l’Eglise ». Le Cardinal Sara, préfet pour la Congrégation du Culte divin nous éclaire sur cette décision du Pape François : « Le bienheureux pape Paul VI, en concluant, le 21 novembre 1964, la troisième session du Concile Vatican II, a déclaré la bienheureuse Vierge Marie “Mère de l’Eglise, c’est-à-dire Mère de tout le peuple chrétien, aussi bien des fidèles que des Pasteurs, qui l’appellent Mère très aimable”, et a établi que “le peuple chrétien tout entier honore toujours et de plus en plus la Mère de Dieu par ce nom très doux”. Le Siège apostolique a ainsi proposé, à l’occasion de l’Année Sainte de la Réconciliation (1975), une messe votive en l’honneur de la bienheureuse Marie Mère de l’Eglise, insérée par la suite dans le Missel Romain.

Le Souverain Pontife François, considérant avec attention comment la promotion de cette dévotion peut favoriser, chez les Pasteurs, les religieux et les fidèles, la croissance du sens maternel de l’Eglise et de la vraie piété mariale, a décidé que la mémoire de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise, soit inscrite dans le Calendrier Romain le lundi de la Pentecôte, et célébrée chaque année.  Cette célébration nous aidera à nous rappeler que la vie chrétienne, pour croître, doit être ancrée au mystère de la Croix, à l’oblation du Christ dans le banquet eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette « nouveauté liturgique » qui nous rappelle que Marie est en même temps mère du Christ, Fils de Dieu, et mère des membres de son Corps mystique, c’est-à-dire de l’Eglise. La maternité de Marie et de son intime union à l’œuvre du Rédempteur a culminé à l’heure de la croix quand la Mère du Seigneur, qui était près de la croix (Jn 19, 25), accepta le testament d’amour de son Fils et accueillit tous les hommes, personnifiés par le disciple bien aimé, comme ses enfants appelés à renaître à la vie divine. Marie devenait ainsi la tendre mère de l’Eglise que le Christ a générée sur la croix, quand il rendait l’Esprit. A son tour, dans le disciple bien-aimé, le Christ choisit tous les disciples comme bénéficiaires de son amour envers sa Mère, la leur confiant afin qu’ils l’accueillent avec affection filiale. Guide prévoyante de l’Eglise naissante, Marie a donc commencé sa propre mission maternelle déjà au cénacle, priant avec les Apôtres dans l’attente de la venue de l’Esprit Saint (cf. Ac 1,14).

En ce Lundi où traditionnellement, notre diocèse fait écho à la fête de Pentecôte en manifestant le don de l’Esprit reçu à la Confirmation, que cette fête de Marie Mère de l’Eglise nous donne d’accueillir cet Esprit comme Marie l’a accueilli. N’était-elle pas présente en prière avec les Douze, personnifiant ainsi le peuple de Dieu, la nouvelle Eve totalement ouverte au don que Dieu ne cesse d’accorder à son Eglise ?

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

JESUS PASSE DE CE MONDE A SON PERE

Pere vetea docteur en droit 1À la veille de l’Ascension du Seigneur au Ciel, la communauté des disciples est réunie autour de lui et accueille ses ultimes paroles. Nous nous souvenons du parcours effectué depuis le début du cycle liturgique de Pâques.

Carême a jeté une lumière sur la réalité de la vie humaine, sa pesanteur et sa fragilité. L’espérance qui fait tenir provient de notre capacité à aimer Dieu (le jeûne), son prochain (l’aumône), à nous présenter sans cesse comme Jésus devant le Père (la prière). Puis vient le moment du déferlement de la violence, quand le mal entre en action pour détruire le Juste.

Saint Jean possède une belle expression quand il raconte la dernière nuit de Jésus avec ses disciples et annonce son mort sur la Croix. L’heure était venue pour Jésus de « passer de ce monde à son Père ». Jésus, le Fils de Dieu, a vécu sur terre parmi les hommes. En un tout autre lieu, à une tout autre époque, mais c’est bien notre monde. Celui-ci a-t-il fondamentalement changé ? Nous avons bien des voitures, des avions… mais avons-nous beaucoup progressé en matière de justice et de paix ?

La résurrection du Christ a fait basculer notre monde dans le cycle de la vie éternelle. Ce n’est pas encore bien visible, le Royaume déjà-là est encore à venir mais le mouvement est bien enclenché. Le mal est tombé dans le piège tendu par le Père : croyant triompher du Juste par les fausses accusations et la mort, le mal a trahi sa logique d’action aux yeux de tous. Qu’elle est grande notre espérance de savoir que Jésus, passant de ce monde à son Père, nous prend avec lui et nous élève.

S’ouvre alors le temps de vivre avec le Christ ressuscité. Luc dit « pendant quarante jours », durée symbolique qui, dans la bible, signifie une période complète vécue avec Dieu. Jésus ressuscité instruit ses disciples au sujet du Règne de Dieu puis : « sous leurs yeux, il s’éleva ».

Que faire maintenant ? Comment demeurer unis en Jésus Christ tandis que s’ouvre le temps de son absence ? Rester là « regarder le Ciel » comme disent les anges aux disciples alors qu’« une nuée vint le soustraire à leurs yeux » ?

Saint Luc précise que la dernière réunion du Christ ressuscité avec ses disciples s’est déroulée « au cours d’un repas ». La mention est hautement symbolique. Elle présente l’eucharistie comme le sacrement de la communication de la présence du Christ et de la vie divine par l’action de l’Esprit (Actes 1,4). Maintenant, des témoins remplis de l’Esprit sont attendus, qui font comme Jésus passer ce monde à celui du Père.

B.V.

PROTÉGEONS NOTRE MAISON COMMUNE

Mgr CottanceauDu 11 au 17 Avril avait lieu à Port Moresby (Papouasie - Nlle Guinée) l’Assemblée de tous les évêques d’Océanie, à savoir ceux d’Australie, de Nlle Zélande, de Papouasie Nlle Guinée, des îles Salomon et de la CEPAC qui regroupe toutes les autres îles d’Océanie (Guam, Carolines, Saipan, Tuvalu, Marshall, Suva, Samoa Apia et Pago Pago, Tonga, Nlle Calédonie, Wallis et Futuna, Vanuatu, Rarotonga, Kiribati) et dont font partie les diocèses des îles Marquises et de Papeete… soit près de 80 évêques. Etaient également présents à ce temps fort de l’Eglise en Océanie les trois Nonces en fonction dans cette vaste partie du monde ainsi que le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’état du Vatican, bras droit du Saint Père et à ce titre, n°2 de l’Eglise Catholique. Le thème principal choisi pour cette rencontre était (traduit en Français) : “Protégeons notre maison commune d’Océanie – Un océan de possibilités”. Un certain nombre d’experts avaient été invités pour alerter sur les menaces qui planent sur les populations, surtout en Océanie et qui portent gravement atteinte à l’équilibre écologique si fragile mais si important pour ces îles du Pacifique : changement climatique avec montée du niveau de l’océan, fréquence grandissante des cyclones… engendrant de redoutables conséquences pour les communautés humaines parfois obligées de quitter leur sol natal. Derrière ces phénomènes, furent pointées du doigt une industrialisation s’accompagnant d’émission de carbone désastreuse pour la nature et le climat, et des projets d’exploitation minière des fonds sous-marins, qui risquent fort de porter atteinte aux richesses que renferme l’océan, richesses qui doivent profiter en premier lieu aux populations locales.

            Plus encore fut rappelée l’importance d’une prise de conscience de la part de tous, particulièrement des décideurs en matière économique, et d’une solidarité grandissante entre nations industrialisées et aires géographiques impactées par les décisions prises par ces pays industriels. Car il n’est plus possible d’oublier que la terre et l’océan sont un patrimoine qui revient à tous et que tous devons en prendre soin. Les dérèglements de la nature et du climat se moquent des frontières ! Dans cette prise de conscience, l’Eglise doit avoir son mot à dire.

            Dans sa lettre encyclique « Laudato si », le Pape François nous rappelle que tous les humains sont liés par leur appartenance à une « maison commune », la terre. Il nous invite à partager le regard que Jésus portait sur la création. Jésus nous dit que Dieu prend soin de toute créature : « Regardez les oiseaux du ciel… Votre Père céleste les nourrit » (Mt 6, 26) « Ne vend-on pas cinq moineaux pour deux sous ? Or pas un seul n’est oublié au regard de Dieu » (Lc 12, 6) Il admire la création et dans ses paraboles, il se réfère à la semence jetée en terre ou dans les épines, au grain de sénevé qui devient un arbre, au ciel qui rougeoit le soir, au vent dont on ne sait ni d’où il vient ni où il va, à la perle découverte par le négociant, à la vigne qui porte du fruit, aux lys des champs plus magnifiquement parés que le roi Salomon … Plus encore, la mer et les vents lui obéissent ! Enfin, nous rappelle le Pape François, « le destin de toute création passe par le mystère du Christ qui est présent depuis l’origine de toute chose : « Tout est créé par lui et pour lui » (Col 1, 16)… Il revient à chacun de se sentir responsable à son niveau et de prendre conscience des enjeux. Voilà une belle façon d’être disciple du Christ !

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

ELECTIONS

Mgr CottanceauEn cette période électorale que nous vivons, les débats, les prises de position, les programmes politiques, économiques et sociaux des différents partis en lice nous invitent à réfléchir sur l’avenir que nous voulons pour notre fenua. Nous devons nous réjouir que tant d’hommes et de femmes se sentent concernés par cet avenir au point de s’engager dans la vie politique, au point de partager leurs compétences et de prendre de leur temps et de leur énergie pour trouver des pistes, des orientations permettant à notre société de progresser. Par contre, il semble inquiétant qu’une proportion de plus en plus importante de citoyens déclinent leur droit de vote et fassent grandir ainsi le nombre d’abstentions depuis une dizaine d’années. Qu’il nous suffise, pour mesurer l’importance du droit de vote, de penser à ces pays où ce droit est bafoué, voire inexistant, où des hommes et des femmes se battent pour que ce droit leur soit reconnu et qui, pour cette raison, risquent la prison ou même la mort !

Ce désintérêt pourrait trouver une explication dans le discrédit et le manque de confiance de nombre de citoyens envers ceux qui sont chargés de veiller au bien commun et à l’intérêt général. Pourraient être invoqués comme raisons de ce désintérêt manœuvres et calculs purement électoraux, ambitions personnelles, paroles et promesses non tenues, responsables coupés des réalités de la vie des gens, absence de vision à long terme, individualisme, démagogie… Dieu merci, ces raisons ne doivent pas occulter le sérieux et la bonne volonté de tous ceux qui vivent leur engagement au service de la politique comme une recherche du bien commun, de l’intérêt général, un vrai service de leur pays. Ils méritent notre respect, même si nous ne partageons pas leurs idées !

Dernière réflexion empruntée au texte « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique » émanant du Conseil permanent de la conférence des évêques de France publié en 2016 : une vision de l’avenir qui ne se baserait que sur l’économique, la rentabilité, sur les chiffres de production en ignorant les valeurs pouvant donner à chacun sens et raisons de vivre, la solidarité qui permet aux « laissés pour compte », aux marginaux, de retrouver leur dignité ne pourrait qu’aggraver le malaise qui sournoisement gangrène la société : « Un idéal de consommation, de gain, de productivité… ne peut satisfaire les aspirations les plus profondes de l’être humain qui sont de se réaliser comme personne au sein d’une communauté solidaire ». C’est bien pour cela qu’en tant que croyants, disciples de Jésus Christ, nous ne pouvons rester « hors course » de la vie politique. Nous avons à prendre notre place, nous avons notre mot à dire pour que dans tout projet de société, l’Homme ne perde jamais de vue qu’il est appelé à grandir à l’image et ressemblance de Dieu dans un monde plus juste et plus fraternel, selon l’invitation qui nous a été faite par le Christ dans son Evangile.

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU

Révision des lois de bioéthique Don des gamètes

logo-afc.jpgRévision des lois de bioéthique
Voici le troisième dossier consacré au Don de gamètes (terme désignant un sperme ou un ovocyte), après celui de la procréation médicale assistée et celui du Dépistage prénatal (voir dans les deux Semeur précédents)....

Lire la suite