A LA UNE

Catéchèse des dimanches
et fêtes  / A

Temps ordinaire  
du 05 juillet 2020
au 25 octobre 2020

Intention de prière du pape 
​pour le mois de septembre 2020

Respect des ressources de la planète : 
Prions pour que les ressources
de la planète ne soient pas pillées,
mais soient partagées
de manière équitable et respectueuse..

Avenant au decret 8

AVENANT DECRET N°8
 

Bouton catholicite150logo-rmnth.png

Ecouter RMNTH

Actualité

en images

Lire le PKO
06.09.2020
31.08.2020

Pirogue de la parole Foi aux marquises   Caddie de la solidarite Pretres cepc 2019 Semeurtahitien

Messe JDS Punaauia 

La foi aux Marquises

Le caddie de la solidarité 

Rencontre des prêtres de la Cepac  Lire la page FB du semeur 
 

Liste des pages du semeur 
07.2020
06.2020

CONFINEMENT 

Mgr CottanceauFrançois CASSINGENA-TREVEDY est moine de l’abbaye de Ligugé, en métropole, spécialiste de liturgie, grand connaisseur des Pères de l’Église, mais aussi artiste et poète. Voici quelques éléments de sa réflexion sur la situation de confinement. Ils peuvent être pour nous occasion d’enrichissement et une aide pour y voir plus clair et pouvoir ainsi affronter ce confinement qui nous concerne depuis quelques jours.

A la question : « Comment pouvons-nous consentir à ce confinement « subi », voici ce qu’il répond :

« Nous n’avons pas le choix ! Il s’agit d’une nécessité absolue, d’un strict devoir civique et humanitaire, afin de ne pas augmenter les risques de manière inconsidérée. Mais nous ne sommes pas tous à égalité devant cette situation, car, pour certains, le confinement peut revêtir un aspect beaucoup plus pénible : je pense particulièrement à tous ceux qui vivent à plusieurs, en ville, dans des surfaces réduites ». Il poursuit en citant le philosophe Blaise PASCAL : « Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être dans un plein repos, sans passions, sans affaire, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide. Incontinent, il sortira du fond de son âme l’ennui, la noirceur, la tristesse, le chagrin, le dépit, le désespoir… Quand je m’y suis mis, quelquefois, à considérer les diverses agitations des hommes, et les périls et les peines où ils s’exposent (…), j’ai découvert que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre », (Les Pensées 201, 205 - La Pléiade, 1936).

Pourtant, François Cassingena-Trévedy ne se laisse pas aller au pessimisme. Il ouvre des perspectives que nous pouvons tous prendre à notre compte : « Dans des circonstances exceptionnelles, l’homme est capable, un peu comme un animal ou une plante, de développer des capacités d’adaptation qu’il ne se connaissait pas. C’est ainsi que certains vont se découvrir une endurance qu’ils ne soupçonnaient pas, une vie intérieure, une appétence culturelle, redécouvrir des régions inédites des autres et d’eux-mêmes. Les contraintes actuelles ne sont pas une fatalité, mais une invitation à devenir inventifs, un matériau à travailler… À l’intérieur de ces règles quasi carcérales, nous pouvons développer un espace de liberté intérieure, de poésie, d’émerveillement… « Le ciel est, par-dessus le toit / Si bleu, si calme ! », écrit Verlaine depuis sa prison. Il va nous falloir trouver le ciel par-dessus les toits, en nous, en autrui, entre nous. Hors de question de céder au catastrophisme, à la magie, de se leurrer avec des recettes miracles… : les ressources viendront de notre propre fond. Aux heures dramatiques de l’histoire, l’homme révèle, à côté de ses misères, ce qu’il a de plus beau, de plus inattendu. Nous sommes renvoyés à notre dignité humaine, à notre seule hauteur d’hommes. Pas facile… Le fait de pouvoir nous regarder, nous parler, nous sourire avec indulgence et humour, reste le meilleur remède. Dans des familles où le dialogue n’existait pas d’habitude, une occasion est donnée de retrouver cette évidence que la parole guérit ».

Reste que si la parole guérit, elle peut aussi parfois blesser ou tuer, surtout en huis-clos ! Voici sa réponse :

« En huis-clos, peut apparaître le risque du vide, du désespoir, de la solitude, de la nervosité exacerbée. Il est indispensable que nous puissions verbaliser, nous avouer les uns aux autres notre angoisse, que nous remplacions les paroles creuses par des paroles vitales, que nous retrouvions entre nous le goût d’une affection pleine de gravité. Il est urgent que nous trouvions, au-dedans ou au dehors, des lieux, des liens de parole tonique et profonde : le téléphone et le mail peuvent être d’excellents instruments pour ce grand emploi du temps de réconfort mutuel qui s’ouvre devant nous. Nous faire mutuellement signe de vie et de tendresse : voilà un beau métier en ces temps de retrait forcé ! Rien n’atteste mieux notre dignité humaine que le souci que nous avons les uns des autres : le confinement peut et doit décupler et affiner notre capacité relationnelle, car c’est la relation même qui nous fait hommes »

Enfin, évoquant les conséquences individuelles et collectives à venir de cette expérience de confinement général, voici sa réflexion :

« Elles (les conséquences) seront énormes. Nous vivons un basculement de civilisation. Nous allons devoir réviser nos priorités, dans le domaine de la santé, de l’écologie, de l’économie, de la culture, du religieux même… Ce qui nous arrive n’est pas un châtiment divin, mais un avertissement historique. Économiquement et humainement, cette crise sanitaire est un révélateur et un accélérateur. En l’espace de 15 jours, le paysage mondial s’est modifié de manière impressionnante. Nous espérons ressortir de tout cela plus humains, car nous sommes bel et bien dans l’urgence de retrouver l’essentiel. Envahis par la peur de la mort, nous prenons conscience de notre immense fragilité, alors que nous nous pensions surhumains, peut-être même déjà transhumains… »

                                                                                              + Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda mars 2020

eveche15w.jpg

Agenda

Messe Télevisée

TNTV - dimanche 29 mars - 7h00

Une messe célébrée par Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU sera diffusée sur les ondes de TNTV, ce dimanche 29 mars à 07h00.

Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique 28.03.2020

RenouveaucharismatiqueRencontre samedi 28 mars Taravao - annulée
Paix et joie frères et sœurs du Renouveau Charismatique,
La rencontre de tous les bergers(ères) et membres soutiens de tous les groupes du renouveau charismatique programmée le samedi 28 mars 2020 à 13h en la Paroisse Coeur Immaculée de Marie, Taravao est annulée.
J'invite tous les groupes du Renouveau Charismatique à l'unité et au soutien de prière par une chaine de prière pour lutter contre le Covid 19 notamment en méditant et récitant la prière du Pape François à la Vierge Marie joint au présent communiqué.
Merci
Grande unité et soutien de prières
Bénédictions
Diacre Juanito Burns  Répondant diocésain

Centre de Tibériade Mars Avril 2020

TiberiadeMois de mars 2020
> 27.28.29 : Retraite des familles par la Fraternité FNDA  ANNULE
> 30.31.1er avril : Retraite des confirmands de Mataiea/Papeari ANNULE

Mois d’avril 2020
> 03.04.05 : Rameaux - Retraite pour "tous" par la Fraternité Ephata - Thème : « L'Eucharistie, Don d'Amour de Dieu ».ANNULE
> 06 au 11 : Stand-Up de jeunes adolescents par Tahiti Boot Camp de Hiti Mennesson.ANNULE

Bénédiction Urbi et Orbi mars 2020

Pape en priere2Le texte intégral de la méditation du Pape lors de sa bénédiction Urbi et Orbi historique
27 mars 2020 – Aleteia
Au milieu de la « tempête » que peut représenter l’épidémie de covid-19, le Seigneur souhaite « réveiller et raviver notre foi pascale », a souligné le pape François vendredi 27 mars lors d’une méditation centrée sur le miracle de la tempête apaisée prononcée sur place Saint-Pierre lors d’une veillée de prière exceptionnelle et avant une bénédiction Urbi et Orbi historique

Lire la suite 

Covid-19 - Décret épiscopal

Mgr CottanceauDÉCRET ÉPISCOPAL

Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU, Archevêque de PAPEETE
à tous les prêtres, diacres, Katekita, Tavini et fidèles de l’Archidiocèse de PAPEETE

Papeete le 18 Mars 2020

Chers Frères et Sœurs en Christ,
La menace du coronavirus qui pèse sur chaque habitant de notre territoire se transforme peu à peu en réalité. Les mesures prises par les pouvoirs publics sont le signe qu’un combat est engagé, un combat que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre ! Pour pouvoir ralentir et stopper cette progression, tous les partenaires de la vie sociale doivent avancer ensemble et unir leurs efforts. Notre Eglise ne saurait rester en dehors de ce combat et continuer à fonctionner comme si de rien n’était ! Le pays a besoin de nous comme il a besoin de tous les partenaires de la vie sociale. Il a besoin de notre vigilance, de notre compréhension, de notre civisme et de notre espérance. Nous devons bien comprendre que l’enjeu n’est pas simplement que chacun se protège pour ne pas contracter le virus, mais qu’il protège également ceux qu’il rencontre, ses proches, et surtout les plus âgés, les plus faibles, en respectant les règles de prudence sanitaire.
Suite à ma lettre du 12 Mars 2020, j’ai voulu inviter notre Eglise à s’associer à cet effort collectif pour rester solidaires avec tous ceux et celles qui sont engagés dans ce combat, et pour ne pas fuir notre responsabilité citoyenne. Aussi, suite à la rencontre des confessions religieuses avec le Haut-Commissaire ce Mardi 17 Mars matin, a eu lieu ce même jour après-midi une réunion à l’Evêché. Etaient présents le Conseil Presbytéral, le coordinateur du Conseil des Diacres et son adjoint, le Chancelier de l’Archidiocèse, le responsable diocésain du Rosaire Vivant, et Mgr Hubert COPPENRATH.
Au terme de cette réunion, j’ai pris les mesures suivantes. Merci de les accepter avec confiance et espérance. Merci de les respecter, et merci de nous soutenir les uns les autres pour y parvenir.

DECRET

* 1 – La participation physique de tous les fidèles aux offices de semaine, du Dimanche et de la Semaine Sainte est suspendue dans toutes les églises et chapelles du diocèse et jusqu’à nouvel ordre, et ce à compter du Mercredi 18 Mars 2020.
Le canon 1248 du droit de l’Eglise précise : « Si, faute de ministre sacré ou pour toute autre cause grave, la participation à la célébration eucharistique est impossible, il est vivement recommandé que les fidèles participent à la liturgie de la Parole… ou s’adonnent à la prière pendant un temps convenable, seul ou en famille ».
* 2 – Les églises resteront ouvertes pour ceux qui voudront prier à titre personnel.
* 3 – Les célébrations des baptêmes, mariages, Première Communion et confirmation sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.
* 4 – Les veillées mortuaires ne sont plus autorisées dans les paroisses. La célébration des obsèques pourra se faire à l’église selon les conditions de prudence sanitaire et dans la limite du nombre imposé par l’autorité publique, à savoir à ce jour 100 personnes maximum.
* 5 – La distribution de la communion aux malades est suspendue jusqu’à nouvel ordre.
* 6 – L’onction des malades sera réservée aux personnes en péril de mort.
* 7 – La catéchèse en paroisse pour les enfants est suspendue jusqu’à nouvel ordre.
* 8 – Tout rassemblement, retraite est suspendu jusqu’à nouvel ordre.

Ces mesures sont applicables sur tout le territoire de l’Archidiocèse à compter de ce Mercredi 18 Mars 2020.

Papeete le 18 Mars 2020
+Mgr Jean Pierre COTTANCEAU, Archevêque de Papeete

*****************
… ET LA SUITE ?

Pour nous aider à vivre cette épreuve, ce temps de désert, et pour garder vivante notre foi et notre lien avec la communauté chrétienne dont nous faisons partie, voici quelques suggestions qui pourront nous aider en famille, chez soi :
- Les paroisses de Pirae et Arue se proposent de télécharger chaque semaine le déroulement d’une célébration en attente de prêtre (ADAP). Aux familles disposant d’un ordinateur de recueillir ce document et de s’en servir.
- Possibilité d’utiliser le « Raanu » avec le Pure Fetii
- Possibilité de se servir du livret de Nlle Calédonie qui contient les textes et oraisons des offices du dimanche (disponible à Pureora)
- Possibilité de suivre la messe dominicale sur Antenne 2 à 11h le Dimanche
- Possibilité de suivre la messe diffusée chaque jour sur Radio Maria No Te Hau à 05h 30 et ce dès ce Jeudi 19 en la fête de Saint Joseph.
- Possibilité de se servir du coutumier du Rosaire Vivant pour organiser sa prière.
- Organiser des adorations-relais où de petits nombres de priants (5 à 10) se relayent devant le Saint Sacrement.

Chaque paroisse peut également faire preuve d’imagination pour susciter et faire vivre cette communion de pensée et de prière qui, tout en respectant les consignes de prudence sanitaire et en diminuant au maximum les occasions de contacts physiques, nous aideront à ne pas nous replier sur nous-mêmes et à nous refermer. Si le coronavirus est dangereux, le virus du repli sur soi l’est autant pour la qualité de nos relations humaines et de notre prière !

À l'issue de l'Angélus du 15 Mars, le St Père adressait ces paroles aux fidèles par les moyens audio-visuels :
« Chers frères et sœurs, ces derniers jours la place Saint-Pierre est fermée, c'est pourquoi mon salut s'adresse directement à vous qui êtes en liaison à travers les moyens de communication.
Dans cette situation de pandémie, dans laquelle nous vivons plus ou moins isolés, nous sommes appelés à redécouvrir et à approfondir la valeur de la communion qui unit tous les membres de l'Eglise. Unis au Christ nous ne sommes jamais seuls, mais nous formons un unique Corps, dont Il est le Chef. C'est une union qui se nourrit de la prière, et aussi de la communion spirituelle à l'Eucharistie, une pratique très recommandée quand il n'est pas possible de recevoir le sacrement. Je dis cela pour tout le monde, en particulier pour les personnes qui vivent seules…
Merci beaucoup pour tous les efforts que chacun de vous accomplit pour apporter son aide dans ce moment si dur. Que le Seigneur vous bénisse, que la Vierge vous protège ; et s'il vous plaît n'oubliez pas de prier pour moi. Bon dimanche ! Merci ».

Que le Seigneur nous accompagne, que Marie nous aide à tenir debout comme elle au pied de la croix dans l’épreuve. Prions les uns pour les autres afin de tenir bon dans l’espérance !

© Archidiocèse de Papeete - 2020

Arue Thème des conférences de Carême 2020

eglise-arue-1.jpgParoisse du Sacré-Cœur de Arue
Thème des conférences de Carême
« Héritiers et témoins d’aujourd’hui »

Dimanche 22 mars 2020 par Mgr. Hubert COPPENRATH - Le nouveau testament – Jésus, Dieu et Sauveur du monde.ANNULE
Problématique : Le sens du chemin de croix.
 « Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. » (Jean 18 ;37)

Dimanche 29 mars 2020 par RP. Auguste CARLSON - Saint Paul Apôtre -ANNULE
… mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé.
Problématique : Revêtir le Christ aujourd’hui.
 « Et ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi. » (Ga 2 :20)

LUTTE CONTRE LE COVID 19

Mgr CottanceauAfin de contribuer à la lutte contre l’épidémie de Coronavirus qui touche la Polynésie Française depuis hier 11 Mars, je, demande à l'ensemble des prêtres, des diacres, des katekita, tavini et des fidèles des paroisses du diocèse, tant à Tahiti que dans toutes les îles du diocèse de respecter les mesures suivantes au cours des messes, offices dans leur église et réunions dans les salles paroissiales :

  • • Éviter de se serrer la main et de s’embrasser, ce qui conduit, dans la liturgie, à s’abstenir de tout contact physique lors du geste de paix.
  • • Ne pas se donner la main au « Notre Père » ni signer sur le front ceux qui ne reçoivent pas la communion.
  • • Pour le rite du lavabo, ne pas hésiter à utiliser un récipient d’eau et de l’eau savonneuse.
  • • S’il y a concélébration, les prêtres et autres ministres ne communient que sous le geste de l’intinction.
  • • La communion eucharistique ne peut être donnée que dans les mains.
  • • Recommander aux prêtres, diacres et ministres de la Sainte Communion de se laver les mains après avoir donné la communion, même dans la main.
  • • Vider les bénitiers présents dans l'église

 

Je demande à chaque responsable de paroisse d’organiser une réunion d’information avec tous les tavinis afin d’expliquer ces mesures, et de communiquer l’information aux îles dont ils ont la charge.
Je demande que cette lettre soit affichée dans les paroisses, communautés religieuses, et autres lieux de rassemblement (Tibériade, Cana etc…)
Je demande au directeur de l’Enseignement Catholique d’assurer l’ampliation de cette lettre pour tous les établissements scolaires et foyers d’hébergement relevant de sa responsabilité.
Je remercie chacun et chacune pour le respect de ces consignes et invite les catholiques à prier pour les malades et les soignants.

+Mgr Jean Pierre COTTANCEAU Archevêque de Papeete

HOMME ET FEMME IL LES CREA

Mgr CottanceauLe 29 Février avait lieu à PAEA le rassemblement annuel de l’Union des Femmes Catholiques sur le thème « Le couple dans le plan de Dieu ». Et le 08 Mars avait lieu la « Journée Internationale de la Femme ». Le poète Aragon nous dit que « La Femme est l’avenir de l’Homme » ! En voyant fonctionner la société de notre Fenua, nous pourrions nous demander en effet ce que deviendrait cette société dans les domaines politique, économique, culturel et social, si les femmes en étaient absentes, réduites à rester à la maison ! Pour être parfaitement honnêtes, nous pourrions dire la même chose de notre Eglise : que deviendrait-elle si les femmes venaient à disparaître ? Que deviendraient la vie de nos paroisses, la transmission de la catéchèse, la qualité de nos liturgies, la décoration de nos églises sans les femmes !

            Si aujourd’hui, chez nous en Polynésie, il n’est plus surprenant de voir une femme à un poste de haute responsabilité ou occuper un emploi autrefois réservé à des hommes, il serait particulièrement injuste et injurieux de considérer les femmes comme une simple force d’appoint dans le fonctionnement de notre société, ou de supporter leur présence parce qu’on ne peut pas faire autrement. Trop souvent encore, hélas, le « machisme » n’est pas loin, et la violence du fort se fait encore trop souvent sentir dans les rapports homme femme, surtout dans la relation de couple et dans la cellule familiale, sans parler de la place des femmes sur les listes électorales !

            Le texte de la genèse nous rappelle que l’Humanité fut créé mâle et femelle. La femme, prise du plus intime d’Adam se voit ainsi revêtue de la même dignité que l’homme. Sur le plan de la création, la femme accomplit l’homme en le faisant devenir son époux. Cette relation aurait dû demeurer parfaitement égale dans la différence si le péché n’avait pas dénaturé la relation entre Homme et Femme… ! Plus encore, la femme est la mère des vivants, Eve, la vivante, celle qui transmet la vie. Et dans les Ecritures, certains hommes, écrivains anonymes, nous disent encore : « trouver une femme, c’est trouver le bonheur » ; c’est avoir une aide semblable à soi. Quelle belle reconnaissance !

            Dans la société de son temps, société dominée par les hommes, Jésus fait preuve d’une audace que seul le Fils de Dieu pouvait se permettre en donnant à la femme toute sa dignité et toute sa place dans la proclamation de la Bonne Nouvelle. Jésus nait d’une femme, Marie, donnant ainsi à la maternité une dignité incomparable dans le plan de vie et de salut de Dieu pour toute l’humanité. Alors qu’il était impensable pour l’époque, qu’une femme devienne disciple d’un rabbi, l’Evangile fait de l’autre Marie, la sœur de Marthe et de Lazare, la première femme disciple, assise au pied du maître pour accueillir sa parole. A l’encontre des pratiques qui considéraient comme inconvenant pour une femme de s’adresser à un homme et pour un Juif d’adresser la parole à un Samaritain, Jésus réserve à une femme samaritaine l’une des plus belles pages de la révélation : « si tu savais le don de Dieu ? » Plus encore, alors que scribes et Pharisiens viennent questionner Jésus sur la répudiation de la femme par son mari (aucun mot sur la répudiation du mari par sa femme), celui-ci les renvoie à cette parole de la Genèse : « l’Homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un ! », signifiant par-là que l’épouse ne saurait être considérée comme un bien appartenant à son mari, un bien dont il pourrait se débarrasser quand l’envie lui en prendrait ! Rappelons enfin que ce sont des femmes qui se tiennent debout, au pied de la croix, avec Marie et le disciple bien aimé, et que ce sont aussi des femmes qui se rendent au tombeau du Christ. Elles seront les premières à recevoir l’annonce de sa résurrection et seront également les premières envoyées auprès des disciples pour leur annoncer cette Bonne Nouvelle de la résurrection du Seigneur, devenant ainsi les premières évangélisatrices. Puissions-nous tous en prendre acte !

   + Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Agenda mars 2020

eveche15w.jpg

Agenda

 

Mission/Déplacement
* P. Joël AUMERAN à Rurutu puis Tubuai du 15 au 25 mars.
* P. Bruno MAI à Arutua-Apataki et Kaukura jusqu’au 14 mars.
* P. Abraham MEITAI hors territoire jusqu’ au 16 mars.

Calendrier Liturgique
Modification de la date de la Messe Chrismale

Pour des raisons d’agenda de Monseigneur, la Messe Chrismale initialement prévue le jeudi 26 mars a été repoussée au jeudi 02 avril 2020.

 

Radio Maria no te Hau diffusera du 16 au 20 mars 2020

logo-rmnth.pngRadio Maria no te Hau diffusera sur ses ondes les enseignements suivants :
Lundi 16 mars : « Elle est belle » par Père Thierry ROUCY ;
Mardi 17 mars : « Délivre nous de tout mal » par Louis MATOS ;
Mercredi 18 mars : « Que faire pour que mon enfant ait la Foi » par Bernard LETHU ;
Jeudi 19 mars : « Vaincre l'épreuve à l'école de saint Joseph » par Sœur Emmanuelle ;
Vendredi 20 mars : « Je donnerai du bonheur aux familles » par Père Nicolas BUTTET.

 ELECTIONS

Mgr CottanceauAlors que s’approchent les échéances électorales, les débats, les prises de position, les programmes politiques, économiques et sociaux des différents partis en lice nous invitent à prendre position sur l’avenir que nous voulons pour notre fenua. Nous devons nous réjouir que tant d’hommes et de femmes se sentent concernés par cet avenir au point de s’engager dans la vie politique. Ils acceptent de partager leurs compétences et de prendre de leur temps et de leur énergie pour trouver des pistes, des orientations permettant à notre société de progresser.

Mais dans le même temps se manifeste parallèlement une méfiance grandissante envers le monde politique, un discrédit qui touche les acteurs de la politique. Ce désintérêt pourrait trouver une explication dans le manque de confiance de nombre de citoyens envers ceux qui sont chargés de veiller au bien commun et à l’intérêt général. Pourraient être invoqués comme raisons de ce désintérêt et de ce discrédit les manœuvres et calculs purement électoraux qui font fi des besoins des citoyens, les ambitions personnelles, les paroles et promesses non tenues, les responsables coupés des réalités de la vie des gens, ou qui ne font pas ce qu’ils ont promis, l’absence de vision à long terme, la démagogie… Dieu merci, ces raisons ne doivent pas occulter le sérieux et la bonne volonté de tous ceux qui vivent leur engagement au service de la politique comme une recherche du bien commun, de l’intérêt général, un vrai service de leur pays et de leurs concitoyens. Ils méritent notre respect, même si nous ne partageons pas leurs idées !

Dernière réflexion empruntée au texte « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique » émanant du Conseil permanent de la conférence des évêques de France publié en 2016 : une vision de l’avenir qui ne se baserait que sur l’économique, la rentabilité, sur les chiffres de production en ignorant les valeurs capables de donner à chacun sens et raisons de vivre comme la solidarité qui permet aux « laissés pour compte », aux marginaux, de retrouver leur dignité, une telle vision ne pourrait qu’aggraver le malaise qui sournoisement gangrène la société : « … Quelle société voulons-nous construire ? A quel projet de société pouvons-nous aspirer ? Nous croyons en une société où l’être humain est plus qu’un élément du processus économique ou technologique. La dignité de notre société se reconnait au respect des plus faibles de ses membres depuis le début de leur vie jusqu’à leur fin naturelle Un idéal de consommation, de gain, de productivité… ne peut satisfaire les aspirations les plus profondes de l’être humain qui sont de se réaliser comme personne au sein d’une communauté solidaire… »

C’est bien pour cela qu’en tant que croyants, disciples de Jésus Christ, nous ne pouvons rester « hors course » de la vie politique. Nous avons à prendre notre place, nous avons notre mot à dire pour que dans tout projet de société, l’Homme ne perde jamais de vue qu’il est appelé à grandir à l’image et ressemblance de Dieu dans un monde plus juste et plus fraternel, selon l’invitation qui nous a été faite par le Christ dans son Evangile.

                                                                                              + Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU

Scouts et Guides de Polynésie française Appel au bénévolat

ScoutslogoAGIR AVEC
L’ASSOCIATION DES SCOUTS ET GUIDES DE POLYNESIE FRANCAISE
POUR CONSTRUIRE UN MONDE MEILLEUR NOUS AVONS BESOIN DE VOUS
LES SCOUTS ET GUIDES DE POLYNESIE RECRUTENT

ENVIE DE FAIRE DU BENEVOLAT ? VENEZ DECOUVRIR LES MISSIONS DU MOUVEMENT

La principale richesse des Scouts et Scouts et Guides de Polynésie Française c’est le BENEVOLAT. C’est un immense engagement des adultes qui permet au scoutisme de vivre et de se développer.
L’ouverture à de nouveaux public, le développement de projets éducatifs innovants, l’association s’appuie sur une richesse essentielle : SES BENEVOLES ;
En plus des chefs et cheftaines qui animent et encadrent des groupes de jeunes pour leur permettre de vivre leurs projets, de nombreux adultes sont impliqués dans la vie des groupes locaux.
Animer l’équipe d’adultes, gérer la trésorerie ou le matériel, assurer la communication ou l’organisation d’événements sont autant de missions utiles à la vie du groupe et pour lesquelles tout adulte peut s’engager et se former. 
Être bénévole chez les Scouts et Guides de Polynésie Française, c’est aussi développer des compétences qui pourront être valorisées dans un parcours professionnel.
Nous avons besoins de vous pour préparer l’avenir de nos jeunes.

POUR EN SAVOIR PLUS
Le mouvement a pour but de former des citoyens heureux, utiles, actifs et artisans de paix.

• Nous aidons les jeunes à développer leur personnalité
• Nous prenons en compte les spécificités de chacun
•Nous contribuons au vivre ensemble
• Nous nous engageons pour un monde plus fraternel et plus respectueux de l’environnement.

Les Scouts et Guides de Polynésie Française  sont un mouvement catholique de jeunesse. L'association est ouverte à  toutes et tous, sans distinction de nationalité, de culture, d'origine sociale ou de croyance.

> Et s’il n’y pas de groupe près de chez vous, nous pouvons vous aider à en ouvrir un !
N’hésitez pas à en parler autour de vous et à consulter

CONTACTS :
François Quiquet : Responsable du pôle de développement 
Courriel  fr.quiquet@gmail.com
Manea Fariua : Responsable de groupe Taumata-Faaa –
Courriel   manea.fariua@gmail.com
Marcelle Garbutt : Responsable de groupe Nahoata-Pirae
Courriel marcelle_garbutt@yahoo.fr
Diana Sine : secrétaire de l’équipe territoriale –Tel  87796107
Courriel : dianalifensine@gmail.com

Association des Scouts et Guides de Polynésie
Membre affilié des Scouts et Guides de France
BP 3525     -    98713  PAPEETE
Courriel : assoc.sgpf @gmail.com
N°Tahiti 178376

 ET SI NOUS ETIONS PRIVES D’EUCHARISTIE ?

eveche15w.jpgLa propagation du coronavirus Covid-19 oblige les autorités civiles et religieuses à prendre des mesures de quarantaine à grande échelle : confinement, interdiction de circuler…

Ceci n’est pas sans rappeler d’autres épidémies plus dramatiques : la peste noire qui a décimé près de 30% de la population de l’Europe entre 1347 et 1352 ; la grippe espagnole à Tahiti faisant plus de 3 000 morts en 1918 ; la grippe H1N1 de 2009 ; la fièvre Ebola en 2014 …

L’Eglise catholique participe pleinement à la lutte contre ces épidémies puisqu’elle constitue le plus grand fournisseur non gouvernemental de services de santé au monde avec près de 26% des établissements de soins (Source : Conseil pontifical pour la pastorale de la santé / vatican.va). Les diocèses de Hong Kong, de Lombardie et de Vénétie (en Italie) ont suspendu toutes les messes et réunions pendant 15 j. Décision difficile à prendre car les fidèles soumis au confinement n’ont plus accès aux sacrements, particulièrement à l’Eucharistie.

Le curé d’Adda, petit village au Nord de l’Italie où l’épidémie a commencé, a adressé sur youtube un message de paix et d’espérance à ses paroissiens. En ce début de Carême, écoutons les conseils de Don Gabriele Bernardelli :

« Chers frères et sœurs, aucun d’entre nous n’aurait peut-être jamais pensé se retrouver dans la situation dans laquelle nous nous trouvons. (…) ce fait nous amène à considérer à quel point, dans le monde, nous sommes désormais une grande famille. Nous devons maintenant suivre les indications que les autorités ont établies, y compris la cessation de la célébration de la Sainte Messe.

Il est facile, dans cette situation, de se laisser aller spirituellement, devenant apathique envers la prière, considérée comme inutile. Je vous invite plutôt, chers frères et sœurs, à intensifier la prière, qui ouvre toujours les situations à Dieu. Nous nous rendons compte, dans des conjonctures comme celle du présent, de notre impuissance, alors crions à Dieu notre surprise, notre souffrance, notre peur. Hier, j’ai pensé au passage que nous lirons le mercredi des Cendres, tiré du prophète Joël (2,17) : ‘’Entre le portail et l’autel, les prêtres, serviteurs du Seigneur, iront pleurer et diront : Pitié, Seigneur, pour ton peuple’’. Je n’ai pas honte de vous dire qu’hier, devant le tabernacle et la statue de la Sainte Vierge, j’ai moi aussi pleuré. Et je vous demande d’élever avec moi vers le Seigneur le cri de notre prière. Prier, c’est déjà espérer. (…)

Lorsque vous entendrez sonner les cloches de la Messe, joignez-vous au prêtre qui offrira le Sacrifice du Seigneur pour tous. Demain matin [dimanche 23 février], après la messe que je célébrerai à 11H, je sortirai sur le parvis et je bénirai toute la paroisse et tout le village avec le Saint-Sacrement. Avant tout, souvenons-nous de ceux qui ont été infectés par le virus et de leurs familles, afin qu’ils ne se découragent pas, mais aussi de tout le personnel médical qui se dépense pour faire face à la contagion. Restons unis dans la prière. Votre curé, don Gabriele. »

[voir : youtube.com/watch?v=sJMEQmym66w].

Si nous sommes empêchés pour diverses raisons de célébrer l’Eucharistie [comme nos frères et sœurs des îles éloignées] restons toujours unis dans la communion des saints.

                                                                                              Dominique SOUPE