A LA UNE

Catéchèse des dimanches
et fêtes  / A

Temps ordinaire  
du 05 juillet 2020
au 25 octobre 2020

Intention de prière du pape 
​pour le mois d'Août 2020

Le monde de la mer : Prions
pour les personnes qui travaillent
et vivent du monde de la mer,
parmi eux les marins, les pêcheurs et leur famille.

Decret7bis

DECRET N°7bis
Cliquer sur l'image pour la voir en grand 

Bouton catholicite150logo-rmnth.png

Ecouter RMNTH

Actualité

en images

Lire le PKO
26.07.2020
19.07.2020

Pirogue de la parole Foi aux marquises   Caddie de la solidarite Pretres cepc 2019 Semeurtahitien

Messe JDS Punaauia 

La foi aux Marquises

Le caddie de la solidarité 

Rencontre des prêtres de la Cepac  Lire la page FB du semeur 
 

Liste des pages du semeur 
07.2020
06.2020

 ET SI NOUS ETIONS PRIVES D’EUCHARISTIE ?

eveche15w.jpgLa propagation du coronavirus Covid-19 oblige les autorités civiles et religieuses à prendre des mesures de quarantaine à grande échelle : confinement, interdiction de circuler…

Ceci n’est pas sans rappeler d’autres épidémies plus dramatiques : la peste noire qui a décimé près de 30% de la population de l’Europe entre 1347 et 1352 ; la grippe espagnole à Tahiti faisant plus de 3 000 morts en 1918 ; la grippe H1N1 de 2009 ; la fièvre Ebola en 2014 …

L’Eglise catholique participe pleinement à la lutte contre ces épidémies puisqu’elle constitue le plus grand fournisseur non gouvernemental de services de santé au monde avec près de 26% des établissements de soins (Source : Conseil pontifical pour la pastorale de la santé / vatican.va). Les diocèses de Hong Kong, de Lombardie et de Vénétie (en Italie) ont suspendu toutes les messes et réunions pendant 15 j. Décision difficile à prendre car les fidèles soumis au confinement n’ont plus accès aux sacrements, particulièrement à l’Eucharistie.

Le curé d’Adda, petit village au Nord de l’Italie où l’épidémie a commencé, a adressé sur youtube un message de paix et d’espérance à ses paroissiens. En ce début de Carême, écoutons les conseils de Don Gabriele Bernardelli :

« Chers frères et sœurs, aucun d’entre nous n’aurait peut-être jamais pensé se retrouver dans la situation dans laquelle nous nous trouvons. (…) ce fait nous amène à considérer à quel point, dans le monde, nous sommes désormais une grande famille. Nous devons maintenant suivre les indications que les autorités ont établies, y compris la cessation de la célébration de la Sainte Messe.

Il est facile, dans cette situation, de se laisser aller spirituellement, devenant apathique envers la prière, considérée comme inutile. Je vous invite plutôt, chers frères et sœurs, à intensifier la prière, qui ouvre toujours les situations à Dieu. Nous nous rendons compte, dans des conjonctures comme celle du présent, de notre impuissance, alors crions à Dieu notre surprise, notre souffrance, notre peur. Hier, j’ai pensé au passage que nous lirons le mercredi des Cendres, tiré du prophète Joël (2,17) : ‘’Entre le portail et l’autel, les prêtres, serviteurs du Seigneur, iront pleurer et diront : Pitié, Seigneur, pour ton peuple’’. Je n’ai pas honte de vous dire qu’hier, devant le tabernacle et la statue de la Sainte Vierge, j’ai moi aussi pleuré. Et je vous demande d’élever avec moi vers le Seigneur le cri de notre prière. Prier, c’est déjà espérer. (…)

Lorsque vous entendrez sonner les cloches de la Messe, joignez-vous au prêtre qui offrira le Sacrifice du Seigneur pour tous. Demain matin [dimanche 23 février], après la messe que je célébrerai à 11H, je sortirai sur le parvis et je bénirai toute la paroisse et tout le village avec le Saint-Sacrement. Avant tout, souvenons-nous de ceux qui ont été infectés par le virus et de leurs familles, afin qu’ils ne se découragent pas, mais aussi de tout le personnel médical qui se dépense pour faire face à la contagion. Restons unis dans la prière. Votre curé, don Gabriele. »

[voir : youtube.com/watch?v=sJMEQmym66w].

Si nous sommes empêchés pour diverses raisons de célébrer l’Eucharistie [comme nos frères et sœurs des îles éloignées] restons toujours unis dans la communion des saints.

                                                                                              Dominique SOUPE

SI TU DONNES TON PAIN A L’AFFAME …

Mgr Cottanceau « SI TU DONNES TON PAIN A L’AFFAME … TA LUMIERE SE LEVERA DANS LES TENEBRES » (Is 58, 10)

Mercredi 26 Février débute le Carême. Ce temps liturgique est marqué par une insistance particulière sur la prière, le jeûne et l’aumône. En ouvrant le temps du carême par l’imposition des cendres, l’Eglise nous appelle à nous laisser regarder par le Christ en toute confiance. Oui, nous laisser regarder par le Christ, sans crainte, avec foi, et avec le désir de changer dans nos vies et avec son aide ce qui doit l’être, pour nous ouvrir à son royaume, à sa miséricorde… avec le désir d’aimer non seulement en intention mais aussi en actes. C’est ainsi que va une véritable conversion ! Faire le point sur notre relation à Dieu (la prière), sur notre relation à nous-mêmes et à notre corps (jeûne) et sur notre relation à ceux qui ont besoin d’aide (l’aumône). Il nous appartient de faire de ce temps de pénitence qui ouvre sur le mystère Pascal et sur la joie de la Résurrection de notre Seigneur Jésus Christ non pas un temps de tristesse pendant lequel nous devrions prendre un air abattu et un visage décomposé, mais un temps de grâce pendant lequel nous est offerte la possibilité d’une conversion qui nous rapproche de Dieu, de nous-mêmes et de notre prochain.

Pour cela, le Seigneur Jésus nous propose de devenir « sel de la terre et lumière du monde ». Comment ? Le prophète Isaïe nous trace un chemin pour y arriver, poser des gestes de partage : « Si tu donnes ton pain à l’affamé, si tu rassasies l’opprimé, ta lumière se lèvera dans les ténèbres… » (Is 58, 10). Puissions-nous ainsi laisser le Christ rayonner en nous.  Alors notre Eglise n’en sera que plus rayonnante dans notre monde.

            Comme chaque année, le Diocèse propose à tous la campagne de solidarité que je veux présenter ici.

Aide aux étudiants Irakiens :

Ce projet s’inscrit dans un partenariat entre l’Eglise de France, représentée par la Conférence des évêques de France, et l’Œuvre d’Orient. Il vise à mobiliser les catholiques par une action commune autour de la prière et la collecte de fonds. Pour Mgr Youssif Thomas Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk et Souleymanieh, que les jeunes restent en Irak se former est « la priorité et l’avenir de l’Irak ». Ces étudiants suivent des formations très diverses dans les treize universités de Mossoul réouvertes depuis 2019… ils veulent être médecins, pharmaciens, architectes ou ingénieurs. L’objectif est de leur fournir scolarité, logement, nourriture et transport. Aujourd’hui ils sont plus de 700. Depuis la campagne de Carême 2017, et pour répondre à l’invitation de la Conférence des évêques de France, le diocèse de Papeete a pris en charge les frais de scolarité et de pension pour 4 étudiants Irakiens.

Pour la campagne de Carême 2020, nous poursuivrons pour la 4° année consécutive notre soutien à cette cause, dans la continuité des années précédentes.

Soutien au futur centre d’accueil « Te Vai Ete » :

Après 25 ans d’existence, le moment est venu d’envisager l’avenir de ce centre d’accueil sur de nouvelles bases, et avec de nouveaux locaux. A cette occasion, il est bon pour nous de nous redire l’importance de la présence de l’Eglise dans ce combat contre la misère sous toutes ses formes. Avec le Secours Catholique, l’Ordre de Malte, « Emauta » et tous ceux et celles qui s’engagent au service des plus pauvres, « Te Vai Ete » doit poursuivre la mission d’Eglise qui lui a été confiée, et pour cela, doit s’équiper pour pouvoir répondre aux besoins d’aujourd’hui. Ce doit être le souci de tout notre diocèse que d’accompagner ce projet de mise en place d’un nouveau centre pour un meilleur service.

C’est pourquoi une partie du fruit de notre campagne de Carême 2020 sera destinée au financement du mobilier et des équipements du futur centre Te Vai Ete.

Puissions-nous ainsi être lumière pour éclairer, aux côtés de toutes les personnes de bonne volonté, les ténèbres de notre monde, et révéler ainsi la présence et l’amour de Dieu au milieu des Hommes !           

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Agenda février 2020

eveche15w.jpg

Agenda

Déplacement/mission
> Père Ferry TOBE en mission pour la congrégation depuis le 31 janvier jusqu’au 28 février,
> Père Denis BERTIN en métropole depuis le 03 février jusqu’au 24 février. 
> Diacre Patrice TEROOATEA à Katiu du 12 au 26 février

Paroisse de Pueu – St Thomas Apôtre
Modification de l’horaire de messe

A compter du dimanche 16 février, la messe dominicale aura lieu à 8h00.
Diacre Gilbert TEANAU

Paroisse de Pirae - Ste Trinite
Session de préparation au mariage

Une Session de Préparation au Mariage débutera le Mardi 25 Février 2020 à 18h00 à la Paroisse de Sainte Trinité de Pirae.
Les couples intéressés, même ceux qui n’ont pas encore de projet de mariage, seront les bienvenus. Pour plus de renseignement prendre contact auprès du Diacre Pierre ANCEAUX de la Paroisse de Sainte Trinité (87.328.896).

Chapelle Saint-Louis - Arue
Aumônerie militaire

Durant la période d’absence de Père Denis BERTIN, veuillez-vous rapprocher du Père Christophe BARLIER au 40 50 30 00 pour toute question relative à l’aumônerie militaire.

Service Diocésain des Vocations Samedi 29 février

sdv.jpgDans le cadre de la journée de l'UFC, qui aura lieu le samedi 29 février à la paroisse St François-Xavier (Paea), le SDV fera une petite intervention afin de présenter sa pastorale vocationnelle pour cette nouvelle année.
Nous tenons déjà à remercier sa présidente, Madeleine CADOUSTEAU, de donner un temps de parole au SDV.
Vaimataarii LO SAM KIEOU  Répondante du SDV

Renouveau Charismatique Catholique Retraite à Tibériade

AffrenespritsaintLe Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique organise une retraite ouverte à tout le monde le week-end du 13, 14 et 15 mars 2020 au Centre de retraite de Tibériade avec pour thème « L'Esprit Saint nous fait témoins de la vérité ».
Les inscriptions se font auprès des bergers(ères) des groupes de prière du Renouveau Charismatique des paroisses.
Grande union et soutien de prières !
Diacre Juanito BURNS

 MOTIFS D'ESPÉRANCE

Mgr Cottanceau            Parmi les événements qui constituent la vie de notre diocèse, nous sommes souvent enclins à ne retenir que ceux qui mettent en relief les échecs, les faiblesses, les motifs de plaintes etc…  Pour reprendre un passage de l’évangile, l’Eglise est une barque fragile, ballotée par la tempête, et ceux qui sont dans cette barque aujourd’hui pourraient crier à leur tour : « Au secours, nous périssons ! » Souvenons-nous alors que le Seigneur Jésus est avec nous, et qu’il nous soutient de son Esprit qui continue de souffler sur ceux qui lui font confiance. Deux événements vont avoir lieu ces jours-ci qui, espérons-le, pourront être pour ceux qui veulent faire avancer l’Eglise, signes d’espérance et signes de cette présence de l’Esprit Saint agissant dans notre diocèse, bien que ces événements risquent de passer inaperçus… comme ces petites semences jetées en terre !

            Le premier événement aura lieu ce samedi 15 Février, avec la première rencontre d’étudiants dans les locaux de l’ancien Grand Séminaire, appelé à devenir l’aumônerie des étudiants de l’Université de Polynésie, des étudiants de l’ISEPP (Institut Supérieur de l’Enseignement Privé de Polynésie Française) et des étudiants en BTS de l’Enseignement Catholique. C’est un fait que dans notre diocèse, l’Eglise est absente du milieu étudiant, et il est plus que temps de réparer cette absence. Le Concile Vatican II dans sa déclaration sur l’Education Chrétienne nous dit : « …Les pasteurs de l’Eglise ne doivent pas seulement  prendre soin sans réserve de la vie spirituelle des étudiants… mais ils se préoccuperont de fonder aussi auprès des universités non catholiques des foyers et des centres universitaires catholiques où des prêtres, des religieux et des laïcs… offrent à la jeunesse universitaire une assistance spirituelle et intellectuelle » (Déclaration sur l’éducation Chrétienne, § 10). Soutenue par cette invitation, une équipe a été mise en place pour se lancer à l’aventure, avec le désir d’avancer en lien avec le Comité Diocésain de la Pastorale des jeunes et le Service Diocésain des Vocations. Souhaitons-lui bonne chance !

            Le deuxième événement est la mise en place très prochaine du Centre Diocésain de Préparation au Mariage (CDPM). Au départ, une analyse de la situation des couples qui se sont mariés à l’église et un constat, l’échec trop fréquent de leur union par le divorce ou la déclaration de nullité du mariage… A cette situation préoccupante, s’ajoute la difficulté des conjoints qui, une fois mariés, se retrouvent seuls pour faire face aux conflits inévitables qui peuvent surgir dans le couple, pour faire face à l’éducation des enfants etc… Nul doute que ces situations ont très souvent des conséquences dramatiques sur l’avenir des enfants. Il n’y a pas de solution miracle, certes, mais grâce à la mise en place de ce CDPM, notre Diocèse entend se donner les moyens pour renforcer la qualité de la préparation au mariage dans nos différentes paroisses. Comment ?

+ Par une meilleure formation de ceux qui se dévouent à cette tâche de préparation au mariage (au niveau humain : psychologie, gestion des conflits, sexualité et affectivité etc… au niveau Biblique, au niveau de la doctrine de l’Eglise sur le mariage etc…)

+ Par une mutualisation des compétences pour venir en aide aux paroisses qui en feraient la demande

+ Par la mise en place d’un « service après-vente » pour les couples désireux d’être aidés dans des moments de crise, ou par la proposition de retraites pour couples…

Souhaitons-leur aussi bonne chance.

            Merci à ceux qui ont fait le choix de se battre pour construire, dans la discrétion et le dévouement et faire avancer l’Eglise, au lieu de salir et de dénigrer. On peut toujours les rejoindre et prier pour eux !!!             

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU

Formation à l’ISEPP 19.02.2020

sdc.jpgEn collaboration avec le "Te pû o te mata ora ", Le Service Diocésain de la Catéchèse informe tous les catéchistes en paroisses dans le diocèse de Papeete qu'une formation vous est proposée le mercredi 19 février 2020 à l'ISEPP à la mission de 08h00 à 11h30 et de 12h30 à 14h30.

Les intervenants seront : 
- le Père PACHOD, Professeur-chercheur à l'université de Strasbourg.
- Isabelle MEPPIEL, coopératrice de la pastorale du diocèse de Strasbourg. 

Le thème proposé :
TOUS, COLLABORATEURS DANS L'ANNONCE DE JÉSUS CHRIST...

Vous pouvez vous inscrire 
- à l'Archevêché de Papeete : 40 50 23 58 (archeveche@catholic.pf) 
- ou auprès du diacre Gérard PICARD-ROBSON : 89 20 99 81 
(gerardpicardrobson@yahoo.fr) 
La participation est gratuite.
Diacre Gérard PICARD-ROBSON Chancelier, Archevêché de Papeete

 28em JOURNÉE MONDIALE DU MALADE

Mgr Cottanceau            Le Mardi 11 Février, en la fête de Notre Dame de Lourdes aura lieu la 28° journée mondiale du malade. A cette occasion, le Pape François a voulu adresser un message à ceux qui doivent affronter la maladie, la leur ou celle de leurs proches. Il rappelle dans un premier temps l’attitude d’accueil et de miséricorde sans réserve du Christ Jésus envers ces malades qui croisaient sa route ou que l’on déposait devant lui pour qu’il les guérisse : « Jésus regarde l’humanité blessée. Lui, il a des yeux qui voient, qui s’aperçoivent, car ils regardent en profondeur. Il ne s’agit pas d’un regard rapide et indifférent, mais qui s’attarde et accueille tout l’homme, tout homme, dans sa condition de santé, sans écarter personne, mais en invitant chacun à entrer dans sa vie pour faire une expérience de tendresse ». Le Saint Père invite ensuite à considérer non seulement la maladie au niveau médical, mais plus profondément la souffrance qui l’accompagne : « Il existe diverses formes graves de souffrance : les maladies incurables et chroniques, les pathologies psychiques, celles qui nécessitent de la rééducation ou des soins palliatifs, les divers handicaps, les maladies de l’enfance et de la vieillesse… Dans ces circonstances, on ressent parfois un manque d’humanité et il apparaît alors nécessaire de personnaliser l’approche à l’égard du malade, non plus seulement en soignant mais aussi en prenant soin, pour une guérison humaine intégrale. Lorsqu’elle est malade, la personne… attend donc, en plus des thérapies, un soutien, une sollicitude, une attention… en somme, de l’amour. En outre, aux côtés du malade, il y a une famille qui souffre et qui demande, elle aussi, réconfort et proximité. » Ce défi de soulagement, de réconfort et de guérison, souligne le Saint Père, est porté par tous ceux et celles qui œuvrent de près ou de loin dans le monde de la santé et du corps médical auprès des malades : « C’est dans cette œuvre de réconfort envers les frères malades que se situe le service du personnel de santé, médecins, infirmiers, agents sanitaires et administratifs, aides-soignants et volontaires » Et il leur adresse un vibrant appel, une invitation : « Chers agents du monde de la santé, toute intervention diagnostique, préventive, thérapeutique, de recherche, de soin et de rééducation, s’adresse à la personne malade, où le substantif “ personne ” prime toujours sur l’adjectif “ malade ”. Par conséquent, votre action doit tendre constamment à la dignité et à la vie de la personne, sans jamais céder à des actes de nature euthanasiste, de suicide assisté ou de suppression de la vie, pas même quand le stade de la maladie est irréversible… La vie doit être accueillie, protégée, respectée et servie, de la naissance à la mort : c’est à la fois une exigence tant de la raison que de la foi en Dieu auteur de la vie. Dans certains cas, l’objection de conscience est pour vous le choix nécessaire pour rester cohérents au “ oui ” à la vie et à la personne. ».

            A ce même propos, le Dimanche 2 Février avait lieu à la paroisse de Pirae une rencontre des membres de l’équipe d’aumônerie du centre hospitalier du Taaone, en présence de Mgr Jean Pierre et du curé de Ste Trinité qui assure la messe à la chapelle de l’hôpital une fois par mois. Plus d’une vingtaine de volontaires, sous la responsabilité du diacre Tom Mervin, se sont engagés à assurer auprès des malades et de leurs familles la présence réconfortante du Christ au moyen de la prière et des sacrements de l’Eglise. Ils assurent également si besoin est, l’accompagnement des défunts et de leurs familles, surtout quand ils sont originaires des îles.  D’autres fidèles assurent de façon régulière ou à la demande ce même service pour les malades des cliniques Cardella et Paofai. Qu’ils et elles soient ici remerciés pour leur disponibilité et leur service. Alors, ce 11 Février, dans notre prière pour les malades et ceux qui souffrent, n’oublions pas ceux et celles qui, comme le bon Samaritain, savent s’approcher d’eux pour leur apporter par leur simple présence, ne serait-ce qu’un rien de réconfort !           

 + Mgr Jean Pierre COTTANCEAU