Contemplons Marie

Mgr Cottanceau          Alors que nous célébrons ce 08 Décembre la Bienheureuse Vierge Marie en son Immaculée conception, qu’il nous soit donné de la contempler à travers le regard aimant de son Fils Jésus. Contemplons Marie dans sa simplicité. L’Evangile ne nous dit rien de l’enfance de Marie. Il semble que Dieu ait voulu jalousement cacher Marie pour la préserver, et toute sa vie, elle gardera l’amour de l’ombre, de l’effacement, de la vie cachée, de la simplicité. Nous l’imaginons à Nazareth, femme d’un charpentier, faisant le ménage, allant à la fontaine, elle, la reine du ciel ! Plus tard, la voici comme perdue au milieu des saintes femmes, sans que rien ne la distingue… Elle n’est pas Marie sœur de Lazare qui assise aux pieds de Jésus, écoute sa parole… Elle n’est pas Marie Madeleine au tombeau, à la recherche du crucifié…Mais elle est debout, en silence au pied de la croix dans une douleur immense et une paix divine… Confiée par son fils à Jean qui la prendra chez lui, elle mènera jusqu’à son Assomption cette même vie discrète qu’elle avait mené à Nazareth ! Imaginons Marie pendant le discours de St Pierre à Jérusalem au matin de la Pentecôte : personne dans la foule des auditeurs, ne pouvait se douter que la mère de ce Jésus ressuscité, que la mère de Dieu se trouvait là, silencieuse, au milieu d’eux.

            Contemplons Marie dans son abandon total, sa foi vivante et sans limite. L’ange Gabriel lui annonce cette chose inouïe : elle sera la mère du Messie, le Fils de Dieu sera son fils. Troublée par cette salutation de l’ange et par l’annonce de sa maternité, elle demande comment cela arrivera, et l’ange la rassure : « L’Esprit Saint te couvrira de son ombre ». La réponse de Marie ne se fait pas attendre : « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon sa Parole ». Ce « Fiat », Marie le prononce pour l’humanité entière, car sans lui, nous n’aurions pas Jésus notre Sauveur.

            Contemplons Marie dans sa présence courageuse au pied de la croix. Dès la présentation de Jésus au Temple, le vieillard Siméon avait dit à Marie : « Un glaive de douleur transpercera ton âme » (Lc 2, 35). Ce glaive de douleur, Marie dut le pressentir lorsqu’avec Joseph, ils cherchèrent l’enfant Jésus pendant trois jours à Jérusalem avant de le retrouver dans le Temple. Elle dut le pressentir à Cana, lorsque Jésus s’adressa à elle non plus en tant que mère, mais en tant que femme croyante : « Femme, mon heure n’est pas encore venue » (Jn 2, 4). Mais c’est au pied de la croix que ce glaive de douleur la frappa au plus intime de son cœur de mère et de croyante. Le coup de lance par lequel le soldat transperça le côté de Jésus n’atteignit pas l’âme de Jésus puisqu’il était mort, mais il atteignit au plus profond l’âme de Marie.

            Contemplons Marie reine des apôtres, le modèle et la première des croyants, « la première en chemin… ». Elle fut apôtre à sa façon car elle portait en elle à part égale l’amour de Jésus son fils et l’amour des hommes… ces hommes dont Jésus sur la croix fait ses fils : « Femme, voici ton fils, fils, voici ta mère » (Jn 19, 26). C’est dans son amour pour Jésus qu’elle puise cet amour plus fort que la mort pour les hommes. Tout en Marie vise à sauver les pauvres pécheurs que nous sommes : « Priez pour nous, pauvres pécheurs !». Cet amour qui brûle dans le cœur de Marie explique le Fiat de Nazareth qui la fit mère de Dieu, le Fiat du calvaire qui la fit notre mère. Et de même que Jésus est venu à nous par Marie, il aime que nous aussi allions à lui par Marie. C’est le plus sûr chemin, le chemin le plus direct, le chemin le plus doux aussi.

            Alors, frères et sœurs, n’hésitons pas à contempler Marie qui nous donne son Fils, qui nous conduit à son Fils, l’unique sauveur. Son regard nous conduit à Jésus. Elle nous dit : ne me regardez pas moi, regardez-le, lui… et faites tout ce qu’il vous dira. Marie ne garde rien pour elle, elle offre tout à son fils : sa vie, sa prière et notre prière. Personne n’a connu Jésus comme Marie l’a connu. Personne n’est meilleur maitre et meilleur guide pour nous le faire connaître et nous apprendre à l’accueillir !

    +Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU