COVID 19

  • Par
  • Le 14/08/2020

Mgr CottanceauEn ces jours où notre Fenua se trouve confronté à une recrudescence du nombre de personnes touchées par le Covid 19, les autorités du pays et de l’Etat ont été amenées à durcir certaines mesures de précaution pour la sauvegarde de la santé de tous et pour que ne soit pas stoppée la timide relance de l’économie locale par un retour au confinement qui pourrait s’imposer en cas d’aggravation sérieuse de la situation. Vous le devinez, un relâchement dans nos comportements par rapport au Covid 19 pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur la propagation du virus, mettant ainsi en péril la santé de chacun, notamment celle des plus fragiles. Une aggravation de la situation sanitaire pourrait également avoir des répercussions sur la santé de notre économie, et par conséquent sur la situation financière de beaucoup de familles déjà durement touchées. Il s’agit donc de continuer à prendre très au sérieux la responsabilité de chacun mais également la responsabilité collective de nos communautés paroissiales. Il ne serait pas inutile de revenir sur le sens du mot « solidarité », en ce temps où, au nom de la liberté individuelle, nous guette la tentation du « moi, je… », une attitude qui fait fi de tout lien social et de toute préoccupation concernant le vivre ensemble. On dit souvent que le monde est désormais un village, et le succès de ce qu’on appelle les « réseaux sociaux » témoigne que personne ne peut vivre comme s’il était seul, isolé, solitaire. Aujourd’hui, beaucoup se mobilisent pour la protection et la sauvegarde de la nature et de l’environnement, et n’hésitent pas à sensibiliser leur entourage sur cette question. Face à une humanité blessée par le repli sur soi et le manque de solidarité, le Christ nous invite à ouvrir nos yeux et nos cœurs à ceux que nous rencontrons et qui croisent nos routes. « Ce que vous aurez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’aurez fait ! » nous dit Jésus. C’est un devoir de charité que de se protéger et de protéger les autres, un devoir de responsabilité qui fait de chacun de nous un acteur, une actrice dans la lutte contre le Covid.

Et dans ce combat, n’oublions pas cependant que tous les décrets et toutes les mesures ne sauraient remplacer la prière, en première place pour nous ouvrir à la confiance et à l’espérance que seul le Seigneur peut faire naitre en nous. Lui seul saura nous accompagner dans cette épreuve. Sa fidélité n’est-elle pas pour nous une armure, un bouclier ? (Ps 90, 4)

                                                                                 + Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU