DIACRES, SERVITEURS

Mgr CottanceauCe samedi 12 Août aura lieu à Moorea la rencontre annuelle des diacres permanents du Diocèse de Papeete, pour célébrer la fête de St Laurent, Patron des diacres, qui tombe le 10 de ce mois. C’est l’occasion de rappeler la place importante des diacres dans la vie de notre Eglise locale puisqu’ils sont au nombre de 45. Le Concile Vatican II en sa constitution dogmatique “Lumen Gentium (LG)” au n°25 nous dit : “Le ministère ecclésial divinement institué est exercé à différents degrés par ceux qui, depuis les temps anciens, ont été appelés évêques, prêtres et diacres”. La doctrine Catholique, exprimée dans la liturgie, le Magistère et la pratique constante de l’Eglise reconnaissent qu’il y a deux degrés dans la participation ministérielle au sacerdoce du Christ, l’épiscopat et le presbytérat.

Le diaconat a été voulu pour les aider et les servir. Pour cette raison, le terme “Sacerdoce” dans son usage courant s’applique aux évêques et aux prêtres, mais non aux diacres. Cependant, la doctrine catholique enseigne que les degrés de participation au sacerdoce (épiscopat et presbtérat) et le degré de service (diaconat) sont tous les trois conférés par un acte sacramentel appelé “ordination”. “Que chacun honore les diacres comme Jésus Christ, les évêques comme une image du Père, et les prêtres comme le sénat de Dieu et comme l’assemblée des apôtres. Car sans eux, on ne peut pas parler de l’Eglise” (St Ignace d’Antioche)

            “Au premier niveau de la hiérarchie se trouvent les diacres qui reçoivent l’imposition des mains, non pour un sacerdoce mais pour un ministère” (LG 29). Lors de l’ordination d’un diacre, seul l’évêque étend les mains sur le candidat, ce qui signifie le lien particulier entre le diacre et l’évêque dans la charge de ce service de la “diakonie” (service).

            Les diacres partagent la mission et la grâce du Christ de façon particulière (LG 29). Le sacrement de l’ordination les marque d’un caractère qui ne peut être enlevé et qui les configure au Christ qui s’est fait lui-même “diacre” ou serviteur de tous (Mc 10, 45; Lc 22, 27). Au nombre de leurs taches figurent celle d’assister l’évêque et les prêtres dans la célébration des mystères divins, surtout l’Eucharistie, celle de distribuer la sainte communion, celle de bénir les mariages, de célébrer les baptêmes, celle de proclamer l’Evangile et de prêcher, de présider les funérailles et celle de se donner eux-mêmes aux différents services de la charité. (LG 29)

            Mariés et exerçant une activité professionnelle, les diacres permanents doivent relever le défi de prendre soin de leur famille avec attention, d’exercer leur profession de manière irréprochable, et de mener à bien leur service dans la communauté à laquelle ils sont rattachés, en communion avec leur évêque. Très souvent, les diacres permanents se voient également attribuer une responsabilité dans les communautés des îles éloignées (Tuamotu, Gambier, Australes). Ils assurent ainsi en lien avec les prêtres en charge de ces paroisses une part de la vie et de la communion qui doit unir ces communautés à l’ensemble du diocèse, et ils le font avec le meilleur d’eux-mêmes et avec une foi profonde. Qu’ils soient ici remerciés pour leur contribution appréciable au service de notre Eglise locale. Ne les oublions pas dans nos prières !

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU