ENSEMBLE REUNIS POUR TOUJOURS DANS LA LUMIERE DE PÂQUES

Parents mgr cottanceauC’est avec ces paroles de foi et d’espérance que malgré le chagrin et la peine, j’accueille le retour au Seigneur de mon papa, Bernard, en sa 93° année. Mariée en 1952 avec Colette, ma mère, ils ont élevé ensemble 6 enfants, et j’en suis le premier.

Mon père était un homme à la foi profonde, une foi qu’il avait hérité de ses parents, croyants convaincus, et qu’il a su, avec ma mère, me transmettre, ce dont je leur serai toujours reconnaissant. Cette foi, il la mettait en pratique par les œuvres, comme dit St Jacques dans sa lettre (2, 14 et ss). Il était toujours engagé dans la paroisse de la ville où sa profession d’agent SNCF le conduisait. Il aimait les belles liturgies, et faisait partie des équipes d’animation préparant les liturgies puis pendant les messes, comme lecteur, animateur de chant… Il a été membre du Conseil Pastoral dans sa dernière paroisse, et était souvent mis à contribution pour composer puis prononcer le moment venu le mot d’accueil à l’évêque lorsque celui-ci venait visiter la paroisse. Il était de l’équipe de préparation de la kermesse paroissiale. Il s’est occupé pendant de nombreuses années des Scouts, cherchant des responsables, des lieux pour les camps d’été etc… Il fut membre actif du Secours Catholique pendant plusieurs années, et fut également d’abord comme parent puis comme participant, membre actif de l’organisme de gestion des écoles catholiques du lieu où il vivait. Il participa activement au Synode du diocèse de Tulle, il y a quelques années de cela. A la retraite, il participait à un groupe de « cheminots (agents SNCF) retraités » … Il lui était inconcevable de rester sans rien faire !

C’était un homme bon. Je l’ai vu souvent faire l’aumône aux SDF qu’il croisait. Il avait un grand sens de l’amitié, allait facilement au-devant des gens, qu’il les connaisse ou non. Il avait une grande mémoire des visages et se souvenait de ceux qu’il avait rencontrés. Il a aimé passionnément son épouse et ses enfants, et il avait peine, quand nous étions plus jeunes, de nous voir quitter la maison ou nous laisser pour quelques jours à cause de son travail. C’était un homme de conviction, et il était exigeant avec nous, ses enfants, comme avec ses collaborateurs au travail. Je me souviens de ses maximes qu’il me répétait : « La vie ne vaut que ce qu’elle coûte » ou encore « L’important n’est pas d’ajouter des années à la vie, mais d’ajouter la vie aux années ! »

C’est lui avec ma mère qui nous a appris les prières du Chrétien, du temps où, à la maison, nous faisions la prière du soir. La prière qu’il aimait beaucoup était le « Souvenez-vous », attribuée à son saint patron, St Bernard de Clairvaux. La voici :

« Souvenez-vous, Ô très douce Vierge Marie
Qu’on n’a jamais entendu dire
Qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
Imploré votre assistance et réclamé vos suffrages
Ait été abandonné.
Animé d’une pareille confiance,
Ô Vierge des vierges, Ô ma Mère
Je viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés
Je me prosterne à vos pieds.
Ô Mère de Jésus ne méprisez pas mes prières
Mais écoutez-les favorablement
Et daignez les exaucer – Amen »

A vous tous qui avez joint votre prière à la mienne dans ce moment difficile, je veux dire un grand merci. Je suis bien certain que mon père, ayant rejoint son épouse, et le Christ qu’il a servi avec tant de foi et d’amour, intercède auprès de lui pour votre pasteur et pour notre Eglise diocésaine.

 Merci. Je célèbrerai une messe pour mon papa ce Jeudi 25 Mars, fête de l’Annonciation, à 18h en l’église Maria No Te Hau.

  † Mgr Jean Pierre COTTANCEAU