ETATS GÉNÉRAUX

 Mgr Cottanceau           Du Jeudi 26 au Samedi 28 Juillet se déroulent dans les locaux de l’ISEPP les « Etats Généraux des Katekita ». Qu’est-ce à dire ? Cette rencontre va regrouper près de 120 Katekita, nom donné aux laïcs engagés au service la vie de leur communauté Chrétienne locale, qui ont été formés et officiellement investis par l’évêque pour servir ces communautés. Si l’on regarde du côté des statistiques, ils sont actuellement 162 répartis sur tout le diocèse : 100 pour les Iles du Vent, 10 pour les Iles sous le Vent, 48 pour les Tuamotu – Gambier et 4 pour les Australes. Si leur mission à Tahiti et Moorea est de seconder les prêtres et les diacres dans la vie de la paroisse, elle revêt dans les communautés sans prêtre résident (ISLV, Tuamotu, Gambier, Australes) une importance particulière, car ils ont mission entre autre d’animer temps de prière et offices du Dimanche, d’assurer le bon fonctionnement des équipes de catéchèse enfants et adultes, de gérer les difficultés que peut rencontrer leur communauté, de veiller à l’entretien des locaux, d’accompagner les malades et les familles frappées par un deuil, tout cela en lien avec le prêtre qui a la charge canonique de leur paroisse mais n’est présent sur place que quelques jours dans l’année.

C’est à Mgr Michel COPPENRATH que revient le mérite d’avoir pris conscience, dès 1970, de l’importance d’organiser ce ministère de Katekita. Il lui était alors impossible, et c’est toujours vrai, de nommer un prêtre à demeure dans chaque île. Pour que ne disparaisse pas la semence de l’Evangile semée par les premiers missionnaires, et que les fidèles puissent se rassembler pour prier et célébrer, il fallait donc former des laïcs habitant et travaillant sur place afin qu’ils deviennent capables d’accompagner ces communautés et d’assurer leur fonctionnement jour après jour. Pour cette formation furent donc créées les premières « écoles de Juillet ». Depuis 48 ans, ces écoles ont formé plus de 200 Katekita qui ont exercé ou exercent leur mission de façon bénévole. Ainsi prit forme cette institution des Katekita que beaucoup de diocèses nous envient et qui donne aux laïcs une place particulière dans la vie de notre Diocèse. Qu’il soit ici permis de les remercier pour leur dévouement, leur fidélité, leur esprit de service pour le bien et la croissance des communautés où ils exercent.

           Mais en 48 ans, le monde bouge, la société se transforme partout, l’Eglise fait face à de nouvelles situations, à de nouveaux défis et cherche sans cesse comment trouver un langage renouvelé pour cette « nouvelle évangélisation » dont parlait St Jean Paul II. Tout cela a un impact et des répercussions sur la mission des Katekita. C’est pourquoi le moment semble venu de faire le point, de voir comment est vécu ce service de Katekita aujourd’hui et de réfléchir aux moyens permettant un meilleur service de l’Evangile : Katekita et vie de famille, Katekita et vie de prière, Katekita et réalités sociales, Katekita, pouvoir et service, Katekita et catéchèse, autant d’aspects qui seront débattus pendant ces trois jours de rencontre grâce à des temps d’atelier et d’assemblées.

            Sans préjuger des fruits de ce temps fort de notre diocèse, réjouissons-nous déjà de l’espérance qu’il suscite chez nos Katekita. Que par la grâce et la puissance de l’Esprit Saint, soit ainsi renouvelé l’élan missionnaire qui rend notre Eglise vivante et capable de poursuivre sa route pour le service des hommes et des femmes de notre temps !

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU