Familles

Mgr CottanceauDu 29 Janvier au 5 Février, l’Association Familiale Catholique (AFC) de Polynésie Française accueille le Président national des Associations Familiale Catholiques de France, son épouse, ainsi que le responsable Outre-mer des AFC. Leur venue en Polynésie est pour nous l’occasion de faire le point et de nous interroger sur l’état de nos familles, sur les problèmes et difficultés qu’elles rencontrent, et sur ce que nous souhaitons pour elles. Pour nous y aider, il est bon de rappeler ici ce que déclarait le Saint Père lors de son discours du 8 Janvier 2018 à l’occasion des vœux du Corps diplomatique accrédité près le St Siège :

« Je voudrais précisément dédier à la famille une pensée spéciale. Le droit de former une famille, en tant qu’« élément naturel et fondamental de la société [qui] a le droit à la protection de la société et de l’État » (Déclaration universelle des droits de l’homme), est en effet reconnu par la Déclaration de 1948 elle-même. Malheureusement, on sait comment, surtout en Occident, la famille est considérée comme une institution dépassée. À la stabilité d’un projet définitif, on préfère de nos jours des liens fugaces. Mais une maison construite sur le sable des relations fragiles et instables ne tient pas. Il faut plutôt une roche, sur laquelle ancrer des bases solides. Et la roche est précisément cette communion d’amour, fidèle et indissoluble, qui unit l’homme et la femme, une communion qui a une beauté austère et simple, un caractère sacré et inviolable et une fonction naturelle dans l’ordre social (cf. Paul VIDiscours à l’occasion de la visite à la Basilique de l’Annonciation, Nazareth, 5 janvier 1964). Je juge, par conséquent, urgent qu’on entreprenne de réelles politiques de soutien aux familles, dont par ailleurs dépendent l’avenir et le développement des États. Sans cette politique, en effet, on ne peut pas construire des sociétés en mesure d’affronter les défis de l’avenir. Le désintérêt pour les familles entraîne, en outre, une autre conséquence dramatique – et particulièrement actuelle dans certaines régions – qui est la baisse de la natalité. On vit un véritable hiver démographique ! C’est le signe de sociétés qui ont du mal à affronter les défis du présent et qui deviennent donc toujours plus craintives face à l’avenir, en finissant par se replier sur elles-mêmes. »

Il ne sera pas difficile de nous reconnaître dans ce regard que porte le Pape François sur la situation des familles. Mais nous lamenter ne mène à rien. Pour répondre à ce défi que constitue l’appel du Pape François à une « politique de soutien aux familles », l’AFC propose de rassembler les familles autour de plusieurs chantiers : soutien aux familles en difficulté, éducation et formation des parents, des couples, aide pour les relations parents-enfants / adolescents, lien et contacts avec les responsables politiques locaux ou nationaux, représentation des familles auprès des institutions sociales du pays, défense des intérêts de la famille... Il ne s’agit nullement de défendre les familles « catholiques » en faisant « bande à part », mais de rassembler tous ceux et celles de tous horizons qui croient en la famille, « communion d’amour, fidèle et indissoluble ». En sommes-nous ?

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU