"Ice"

Mgr CottanceauDieu nous appelle à la vie et nous invite à considérer la vie comme chose précieuse, comme chose fragile et comme chose sacrée. Ne sommes-nous pas en effet créés à l’image et à la ressemblance de Dieu ? Aussi, le Christ Jésus va mener un combat incessant contre toute force de mort qui fait obstacle à la vie : il rend la vue aux aveugles, fait bondir les paralysés, fait entendre les sourds, purifie les lépreux, chasse les esprits mauvais, redonne vie à Lazare qui était au tombeau… En un mot, son amour pour l’humanité est tel qu’il oeuvre sans relâche pour ouvrir ou rétablir en chacun la vie que Dieu lui a donnée et mettre un terme aux forces de mort qui détruisent la vie.

Si nous nous reconnaissons comme enfants de ce Dieu qui appelle à la vie, et comme disciples de ce Jésus Christ qui mène le combat contre les forces de mort, nous ne pouvons pas rester indifférents aux ravages occasionnés chez un certain nombre de jeunes par l’usage de produits stupéfiants, et particulièrement par la diffusion de plus en plus inquiétante de cette drogue appelée « ice ». Un article publié dans le journal « La Dépêche » du Mardi 7 Janvier en page 13 nous informe sur la réalité de ce fléau qui touche désormais les jeunes d’une quinzaine d’années jusque dans les établissements scolaires et sur les efforts courageux déployés par Mr Hiti MENNESSON pour y faire face. L’enjeu est d’une urgence telle que seule une mobilisation de tous, parents, responsables de jeunes, éducateurs et enseignants pourra être capable de lutter efficacement contre ce fléau, comme le dit Mr MENNESSON dans l’article cité plus haut : « Si autorités du pays, Eglises, associations et mécènes du territoire se donnaient la main et les moyens tant humains que financiers pour mettre en place tout ce qu’il faut pour apporter des réponses préventives et curatives aux consommateurs, alors nous pourrions lutter efficacement, car ensemble, on est plus fort ».

Ne restons pas sourds à cet appel. Comment nos communautés, nos groupes de jeunes des paroisses, nos associations familiales, ou des Femmes Catholiques, nos établissements scolaires, nos mouvements de jeunes, nos groupes de prière etc… vont-ils prendre ce défi à bras le corps ? Comment mettre à profit les occasions de rencontres avec les jeunes pour leur manifester notre respect, notre bienveillance, notre amour afin de pouvoir les écouter, libérer la parole ? Comment allons-nous être présents auprès de tous ceux et celles qui se mobilisent pour prévenir ce danger : autres églises, associations, pouvoirs publics, acteurs sociaux ou professionnels de la santé ?

Il s’agit pour nous d’aider ceux qui sont tombés à se réconcilier avec la vie, avec eux-mêmes. Il s’agit pour nous de porter une aide aux familles qui voient leurs enfants se détruire et détruire leur santé et leur avenir. Il s’agit pour nous de garder au coeur que la vie ne peut grandir que si l’amour est présent. Tout ce qui s’oppose ou fait obstacle à cette dynamique d’amour et de don fait obstacle à la vie et ne peut produire que la mort. Puisse l’Esprit Saint nous inspirer comment transformer nos bonnes intentions en actes !

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU