LE SAVIEZ-VOUS ?

Mgr Cottanceau           Pendant ce temps de Noël, la liturgie propose à notre méditation les textes des Evangiles qui évoquent la naissance de Jésus et les évènements qui suivirent cette naissance : visite des bergers, des mages, présentation de Jésus nouveau-né dans le Temple de Jérusalem, massacre des innocents, fuite en Egypte etc.... Ces épisodes qui forment ce que les exégètes appellent « Evangiles de l’enfance » peuvent susciter chez l’un ou l’autre la question de leur réalité. Les choses se sont-elles réellement passé ainsi ?

            En premier lieu, soulignons que seuls les évangiles de Luc et de Matthieu nous rapportent, chacun à leur façon, la naissance de Jésus. Ni Marc, ni Jean ne parlent de cette naissance. En effet, ce qui fonde la foi des premiers Chrétiens et la nôtre, c’est la passion, la mort et la résurrection du Christ. C’est parce que Jésus est mort et ressuscité qu’on va s’intéresser le moment venu à son origine terrestre. Aussi, la partie la plus ancienne des évangiles n’est pas le récit de la naissance, mais le récit de la passion, mort et résurrection du Christ. Au temps où Marc écrit son évangile (vers 70 après JC), la question de l’origine terrestre de Jésus n’est pas à l’ordre du jour, et quand il compose son Evangile (à la fin du 1° siècle), Jean nous livre une réflexion théologique sur la venue du Verbe Lumière parmi nous : « Le Verbe s’est fait chair et il a demeuré parmi nous ». Quand Luc et Matthieu, vers 80 après JC écrivent leur Evangile, se pose la question de l’origine de ce Jésus mort et ressuscité : qui est-il ? Qui est son père ? Qui est sa mère ? Aussi, lorsqu’ils racontent la naissance de Jésus, leur but n’est pas de nous offrir un compte-rendu « journalistique ». Ils font œuvre de « théologiens » et non de journalistes. Ils ne nous disent ni le jour, ni l’heure de la naissance du Christ. Ils nous disent la Foi de cette Eglise naissante, ils nous disent à partir des renseignements qu’ils ont en leur possession qui est cet enfant Jésus : fils de Dieu et Fils de Marie, et ce que sera sa vie :

  • Né dans une crèche, sa vie sera une vie de pauvreté ;
  • Visité par les bergers, gens méprisés par les Juifs, il sera proche des petits, des exclus, des pauvres ;
  • Visité par les mages qui sont des païens, il accueillera tous les païens comme destinataires de la Bonne Nouvelle ;
  • Né à Bethleem, pays d’origine du roi David, il est le Messie promis à un descendant de ce roi David, selon les prophètes ;
  • Nouveau-né persécuté par Hérode qui cherche à le faire mourir, Jésus sera combattu et rejeté par les dirigeants de son peuple qui le condamneront à mort ;
  • Nouveau-né exilé en Egypte, tel Moïse qui avait guidé ce peuple que Dieu avait fait sortir de l’esclavage d’Egypte, Jésus conduira le nouveau peuple de Dieu, l’Eglise, pour sauver les Hommes de la mort par sa résurrection.

 

Quant à l’année et au jour où Jésus est né, nous n’avons aucun acte de naissance ! De plus, les éléments donnés par Luc et par Matthieu ne correspondent pas : le recensement sous Quirinus mentionné par Luc aurait eu lieu en 6 après Jésus Christ et la mort du roi Hérode évoquée par Matthieu aurait eu lieu en 4 avant Jésus Christ. La plupart des exégètes s’accordent à croire que Luc s’est trompé. Jésus serait né en 4 avant Jésus Christ, sous Hérode le Grand qui mourut après la naissance de Jésus.

            Pourquoi alors ce choix du 25 Décembre pour fêter Noël ? La date aurait été fixée dans l'Occident latin en 354, par le Pape Libère pour coïncider avec la fête romaine du « Soleil invaincu ». Au moment où dans l’Empire Romain, les jours recommencent à croître, mettant fin à la progression des nuits, les païens célébraient le 25 Décembre la victoire de la lumière et du soleil sur la nuit. En choisissant cette date, le Pape Libère voulait remplacer cette fête païenne par la fête de la naissance de la vraie lumière, le Christ Jésus, venu illuminer le monde de sa Parole et mettre fin au pouvoir des ténèbres.

Pourquoi la nuit ? Dans l’histoire biblique, tous les grands moments de l’Histoire du salut se passent la nuit : début de la création du monde, sortie d’Egypte, résurrection du Christ, et donc aussi naissance de Jésus (Cf. les bergers qui gardaient leurs troupeaux durant les veilles de la nuit ; la tradition de la messe de Minuit).

Quoi qu’il en soit, souvenons-nous qu’à Noël, nous célébrons l’événement de la naissance de Jésus, et non le jour précis de cette naissance. Puissions-nous donc dépasser la recherche du détail scientifique pour découvrir dans ces textes une profession de Foi : oui, un jour du temps, sous l’Empereur Auguste et en un lieu donné en Judée, le Fils de Dieu est venu planter sa tente au milieu de nous pour devenir l’un d’entre nous !

+ Monseigneur Jean Pierre COTTANCEAU