MEDJUGORJE

Mgr Cottanceau           Ce Dimanche 12 Mai, la salle de presse du St Siège au Vatican annonçait la décision du Pape François d’autoriser les pèlerinages à Medjugorje. Pour ceux et celles qui ne le sauraient pas, Medjugorje est le nom d’un village situé en Bosnie Herzégovine, partie de l’ancienne Yougoslavie, village où la Vierge Marie serait apparue à plusieurs reprise à 6 enfants à partir de Juin 1981. Depuis, ce village est devenu un lieu de pèlerinage accueillant plus de deux millions de pèlerins par an… parmi lesquels des fidèles de notre Fenua. Ce ne pouvait être que des pèlerinages « privés », permettant aux pèlerins de témoigner ainsi de leur piété et de leur dévotion à la Vierge Marie. Mais pour que les pèlerinages puissent se faire au titre d’une paroisse, d’un diocèse (comme à Lourdes, à Fatima par exemple), l’Eglise se doit d’abord, par prudence, d’authentifier ces apparitions, et surtout d’authentifier le contenu du message délivré par Marie, c’est-à-dire de confirmer que ce message est bien en accord avec la tradition et la foi. Pour « reconnaître » une apparition de la Vierge Marie, quatre critères sont appliqués :

- La conformité du message avec la sainte Écriture

- La communion avec l’Église

- La cohérence entre messagers et message

- Les fruits spirituels de conversion.

            C’est ainsi que sur plus de cent prétendues apparitions de la Vierge Marie au cours du XXe siècle, l’Église catholique n'en a retenu que quatre : Fatima (Portugal - 1917), Beauraing (Belgique - 1932), Banneux (Belgique - 1933), et Atika (Japon - 1973). Précisons que la décision du Saint Père d’autoriser les pèlerinages à Medjugorje n’est pas une déclaration sur l’authenticité des apparitions qui s’y sont déroulées. L’Eglise ne s’est pas encore prononcée à ce sujet. Mais tout en mettant clairement en garde contre le risque de donner trop d’importance aux voyants et à la multiplication des messages et des secrets, le Saint Père souligne les fruits positifs produits par ces pèlerinages à Medjugorje : confessions, adorations, conversions etc… Pour comprendre les raisons et la signification profonde de la décision du Pape François d'autoriser des pèlerinages à Medjugorje, tournons-nous vers « Evangelii Gaudium » (§ 123) : le Pape rappelle que « dans la piété populaire, on peut comprendre la manière dont la foi reçue s'est incarnée dans une culture et continue à se transmettre ». Il rappelle que la piété populaire « traduit une soif de Dieu que seuls les simples et les pauvres peuvent connaître ». Evoquant le document final de la Conférence des évêques latino-américains d'Aparecida, le Saint Père souligne que « marcher ensemble vers les sanctuaires et participer à d'autres manifestations de piété populaire, en emmenant avec soi ses enfants ou en invitant d'autres personnes est en soi un acte d’évangélisation ». (V° conférence générale de l’épiscopat Latino-Américain et des Caraïbes, Document d’Aparecida (29 Juin 2007) n.264). « Ne forçons pas ou ne prétendons pas contrôler cette force missionnaire », conclut le Souverain Pontife.

Enfin, une question : est-on obligé de croire à ces apparitions ? Non, les apparitions ne sont pas des objets de foi. Chacun est libre de croire ou non aux apparitions, que celles-ci soient reconnues ou non par l’Église. En effet, les apparitions n'ont pas pour rôle de fonder la foi, mais de la servir (cette expression provient du document élaboré par le "Groupe des Dombes", groupe œcuménique, sur Marie, tome 2, n° 311). Quoi qu’il en soit, n’oublions pas que le Credo nous rappelle sans cesse que Jésus, Fils de Dieu est né de la Vierge Marie, n’oublions pas qu’elle a été conçue sans péché, qu’elle fut élevée au ciel avec son corps après sa mort, qu’elle est mère de l’Eglise, qu’elle intercède pour nous, qu’elle est priée sous de multiples vocables : Notre Dame de Paix, Notre Dame des Sept douleurs, Notre Dame de la Pentecôte, Notre Dame du perpétuel secours etc… En ce mois de Mai, mois consacré à Marie, sachons donc aller à l’essentiel, nous tourner vers celle qui intercède pour nous et nous conduit à son Fils Jésus : « Faites tout ce qu’il vous dira ! »

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU