NOUVELLES DE NOS SÉMINARISTES

  • Par
  • Le 17/07/2020

Mgr Cottanceau« A l’heure où les médias font état des excellents taux de réussite aux examens du Bac et du Brevet, notre diocèse a toutes les raisons de se réjouir également du bilan de cette première année de nos séminaristes, tant à Orléans qu’à Bathurst (Canada).
Parmi les 5 qui ont suivi leur formation à Orléans, l’un d’entre eux a décidé, au terme d’un long discernement avec ses formateurs, de quitter le séminaire. Ce départ (qui intervient alors que ce candidat avait été admis à poursuivre sa formation) pourrait nous attrister. Cependant, il est signe que le discernement, personnel et avec l’accompagnateur, a bien rempli sa fonction. En effet, que ce soit dans la perspective de devenir prêtre ou celle de se marier, la décision de donner sa vie demande réflexion, patience et lucidité. Le rôle des formateurs est justement d’aider les candidats à voir clair en eux pour bien découvrir à quelle vie le Seigneur les appelle. Ce travail de clarification prend du temps - car se connaitre soi-même prend du temps - et doit permettre une décision libre quand la maturité le permet. Enfin, rappelons qu’il vaut mieux devenir un bon père de famille qu’un mauvais prêtre ! Quant aux quatre autres candidats, ils ont brillamment terminé leur année et tous ont été admis à poursuivre leur formation, avec les encouragements du Conseil du Grand Séminaire. Le plus avancé a été admis à recevoir l’ordination diaconale en vue du sacerdoce. Cette ordination aura lieu à Papeete, le moment venu. Il a été invité à poursuivre une seconde année de préparation à Orléans et devrait réintégrer notre diocèse de façon définitive en Juin 2021. Deux autres ont reçu le feu vert pour leur « admission », première étape canonique sur le chemin de l’ordination presbytérale. Cette « admission » devrait avoir lieu lors de la célébration de rentrée du Grand Séminaire à Orléans, en Octobre, et je compte bien être présent à leurs côtés, pour représenter tous ceux et celles qui, dans notre diocèse, prieront pour eux. Le quatrième qui a terminé son année de propédeutique (année de préparation au Grand Séminaire) avec succès et a été admis à commencer sa première année au Grand Séminaire d’Orléans.

Si nous nous tournons maintenant du côté du diocèse de Bathurst, notre Tahitien qui a choisi de se donner à ce diocèse a bien terminé son année au Grand Séminaire de Montréal. Il a été admis « en classe supérieure » et à faire son admission en vue de l’ordination. Ces bonnes nouvelles doivent nous inciter à intensifier notre prière pour que « le maître de la moisson envoie des ouvriers à sa moisson ». Il s’agit d’accompagner par la prière nos séminaristes dans leur formation, mais il s’agit également de susciter chez d’autres jeunes garçons et filles, le désir de donner leur vie au Seigneur et à l’Eglise, comme religieux, religieuses, prêtres. Pour ceux qui porteraient en eux une inquiétude vocationnelle, seraient intéressés à être accompagnés pour y voir plus clair, mais ne savent pas trop comment s’y prendre, voici 3 conditions premières qui leur ouvriront la voie et leur permettront de se mettre en route : 1/ Qu’ils soient soit aux études (BTS, Université, ISEPP etc…), soit avec un travail professionnel. C’est la condition première. 2/ Qu’ils viennent rencontrer l’évêque pour lui faire part de leurs questions, doutes, désirs relatifs à la prêtrise ou à la vie religieuse, et ce en toute discrétion. 3/ Qu’ils soient en lien avec leur paroisse ou un groupe de la paroisse (groupe de jeunes, groupe de Rosaire, chorale, Scouts, servants d’autel etc…)

Mieux connaître les éventuels candidats permettra de vérifier le sérieux de leur questionnement et après une année de cheminement minimum, pourra alors être envisagé de donner suite à leur désir en leur proposant si c’est possible, l’étape suivante, leur départ pour Orléans.

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU