Que tous soient un

Mgr CottanceauDu 18 au 25 Janvier nous est proposée comme chaque année la semaine de prière pour l’unité des Chrétiens. Oui, c’est un fait : les disciples du Christ se présentent divisés en face des nations ! Dans cette seule et unique Eglise du Christ sont apparues au cours des siècles des divisions qui demeurent, en même temps qu’un considérable appauvrissement, une pierre d’achoppement devant ceux qui ne croient pas. Faut-il baisser les bras et en prendre son parti ? Ce serait consacrer la victoire de la division sur l’unité, cette unité voulue par le Christ lui-même : « Qu’ils soient un pour que le monde croie » (Jn 17, 21). Les Chrétiens désunis peuvent donc prier et, par un commun effort, rendre témoignage et diminuer ainsi le scandale de leur séparation qui rend peu croyable la Parole annoncée. Tout ce qui est fait en faveur de l’union des Chrétiens est donc fait à l’avantage de la mission de l’Eglise. Dans son exhortation apostolique « Eglise en Océanie », le Pape Jean Paul II nous dit à ce sujet : « Dans bien des territoires de mission de l’Océanie, les différences entre Eglises et communautés ecclésiales ont conduit dans le passé à la compétition et à l’opposition. Récemment, en revanche, les relations sont devenues plus positives et plus fraternelles. »
En date du 19 Janvier 2019, le Pape François, lors d’une rencontre avec une délégation de l’Eglise Luthérienne, déclara : « « L’engagement commun en faveur de l’oecuménisme est une exigence essentielle de la foi que nous professons, un prérequis qui nait de notre identité même de disciples de Jésus ». Rappelant que l’oecuménisme était un chemin irréversible et non une option, le Saint Père ajoutait : « Quand nous prions ensemble, quand nous annonçons ensemble l’Évangile et que nous servons les pauvres et les nécessiteux, nous nous retrouvons nous-mêmes sur ce chemin et le chemin lui-même progresse vers l’objectif de l’unité visible. »
Certes, même si dans notre diocèse, un certain nombre de familles se composent de personnes de confessions diverses, il reste du chemin à faire pour passer d’une « coexistence pacifique » à une communion véritable en Jésus Christ, communion qui, selon les paroles du Pape François, ne pourra venir que de l’Esprit Saint : « Si nous sommes dociles, l’Esprit Saint nous guidera de façons que nous ne pouvons pas même imaginer aujourd’hui. Entre temps, nous sommes appelés à faire tout notre possible pour favoriser la rencontre et pour résoudre dans la charité les malentendus, les hostilités et les préjugés qui ont vicié nos relations pendant des siècles ». Comprenons bien que pour parvenir à cette unité des croyants, il ne s’agit pas de « convertir » par tous les moyens ceux qui appartiennent à une autre confession, ou de faire valoir notre puissance par le nombre de fidèles… C’est, par notre témoignage, en nous rapprochant davantage du Christ, le coeur de notre Foi, et en nous enracinant davantage dans sa Parole comme le St Père nous invite à le faire lors de ce Dimanche de la Parole de Dieu que nous nous rapprocherons les uns des autres, comme les rayons d’une roue de bicyclette se rapprochent l’un de l’autre pour ne faire qu’un point lorsqu’ils ont atteint le centre de la roue.
« Seigneur, que par ta grâce, les Eglises du monde entier deviennent des instruments de ta paix… Et donne à tous tes disciples de vivre en frères et soeurs pour s’accueillir les uns les autres en ton nom ! »


+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU