Smoke shop

Mgr Cottanceau Ce Vendredi 2 Mars est inauguré officiellement un magasin d’articles pour fumeurs de cannabis à Papeete. Cet évènement auquel de nombreuses personnes vont participer a de quoi nous interroger, si tenté qu’au-delà de toute appartenance religieuse, nous soyons préoccupés de l’avenir de nos jeunes et de notre Fenua.

Une première question serait de nous demander s’il suffit qu’une activité respecte la règlementation et soit autorisée par la Loi pour qu’elle protège chaque citoyen, surtout ceux qui, pour de multiples raisons, sont tentés de chercher dans des addictions diverses, un refuge qui peut rapidement se transformer en prison.

Une seconde question serait de nous demander ce que doivent penser des parents qui souffrent de voir ainsi leurs jeunes, encouragés par des initiatives « légales », à la consommation de produits qui ne peuvent qu’être néfastes à leur santé. Cela vaut pour l’alcool, comme pour les produits stupéfiants. Ces parents seraient en droit d’attendre aide et soutien de la part de ceux qui ont mission de penser l’avenir de nos jeunes pour un avenir meilleur. Il semble bien que vu la tournure des évènements, le souhait de ces parents tourne vite à l’illusion !

Nous pourrions aussi évoquer les réactions de tous ceux, corps médical, psychologues, formateurs etc… qui luttent pour faire disparaitre les sources d’approvisionnement, qui s’investissent pour aider les jeunes concernés à prendre conscience des conséquences de leurs addictions, tous ceux qui, avec courage, essaient de les accompagner pour qu’ils sortent de ces dépendances qui ne peuvent que les détruire à petit feu… Il ne serait pas étonnant qu’ils reçoivent l’ouverture d’un tel magasin comme « un coup de poignard dans le dos » ! Reste à espérer qu’ils ne perdront pas le courage dont ils ont besoin pour poursuivre malgré cela leur mission.

Enfin, dernière réflexion : peut-on imaginer qu’autoriser et faciliter une addiction « légère » suffira à contenter longtemps ceux qui y ont recours ? Le risque n’est jamais très loin qu’un jour ou l’autre, nombre d’entre eux ne cherchent des produits plus durs, et par là soient pris dans un engrenage dont ils auront de plus en plus de mal à sortir, et qui risquera de compromettre sérieusement leur avenir.

Peut-on alors rester en silence ? Que notre Foi en Jésus Christ venu libérer les enchainés, que notre Foi en l’Homme appelé à vivre libre nous rende attentifs au souffle de l’Esprit. Il saura nous inspirer comment, avec tous ceux qui croient en l’avenir des jeunes menacés, nous pourrons leur ouvrir, au-delà des obstacles, des chemins de liberté et de vie !

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU