TE VAI été

Mgr Cottanceau            Dans quelques jours, le 23 Décembre exactement, le centre d’accueil « Te Vai Ete » va célébrer son 25° anniversaire d’existence. Cette structure d’accueil et d’accompagnement des personnes à la rue a vu le jour sous l’impulsion du Secours Catholique et de son aumônier récemment nommé à l’époque, le P. Christophe. Pendant ces 25 années, le centre « Te Vai Ete » s’est développé, il a eu besoin d’avoir recours aux locaux du presbytère de la Cathédrale pour assurer son service. En 25 ans, la situation sociale a également changé sur Tahiti, les demandes d’aide ont augmenté en nombre et en diversité. Ainsi, en plus d’assurer une aide alimentaire, le centre assure depuis quelques années une assistance médicale et un suivi des dossiers des SDF pour la CPS. Le « truck de la miséricorde » assure des « maraudes » non seulement à Papeete mais également de Mahina à Paea, et le 1° Vendredi du mois, sur tout le tour de Tahiti et presqu’île. Une équipe de bénévoles se dépense sans compter pour faire fonctionner cette structure d’accueil. Qu’ils soient ici remerciés pour leur dévouement et pour ce témoignage discret qu’ils donnent de l’amour de leur prochain.

            Mais aujourd’hui, « Te Vai Ete » ne peut plus guère continuer à assurer son service dans les conditions actuelles. Après 25 ans, les responsables ont jugé le moment venu d’envisager l’avenir sur de nouvelles bases, et avec de nouveaux locaux. A cette occasion, il est bon pour nous de nous redire l’importance de la présence de l’Eglise dans ce combat contre la misère sous toutes ses formes. Avec le Secours Catholique, l’Ordre de Malte, « Emauta » et tous ceux et celles qui s’engagent au service des plus pauvres, « Te Vai Ete » doit poursuivre la mission d’Eglise qui lui a été confiée, et pour cela, doit s’équiper pour pouvoir répondre aux besoins d’aujourd’hui. Ce doit être le souci de tout notre diocèse que d’accompagner ce projet de mise en place d’un nouveau centre pour un meilleur service. Ce projet est en gestation, et nous pouvons déjà prier pour sa réussite.

Au-delà de tous les propos négatifs que parfois nous entendons dire sur les « sans domicile fixe », et qui pourraient constituer un bon motif pour ne rien faire afin de les aider, ouvrons plutôt nos cœurs et accueillons ces paroles de Jésus en Mt 25, 35 : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger… J’étais malade et vous m’avez visité ». Le Seigneur ne nous reprochera jamais d’avoir été trop bons !    

+ Mgr Jean Pierre COTTANCEAU