Vœux de nouvelle année au Gouvernement de la Polynésie française

Mgr CottanceauLundi dernier, jour de la fête du Baptême du Seigneur, le président du pays, M. Édouard Fritch, et son gouvernement ont assisté à une célébration eucharistique dans le cadre des visites de courtoisie rendues aux différentes confessions religieuses du Fenua au début de chaque nouvelle année.

   L’homélie a été l’occasion d’offrir une méditation à partir du thème de la parole. La foi chrétienne repose sur la conviction qu’en Jésus Christ la Parole de Dieu s’est faite chair. Et dans l’évangile de la fête du Baptême du Seigneur, le Père confirme le statut unique parmi les hommes de Jésus en lui adressant cette parole : « Tu es mon Fils bien-aimé » (Luc 3,22).

   Mais il n’y a pas que dans le domaine de la foi que la parole est importante. Toute la vie en société est fondée sur la confiance dans la parole donnée. Sans elle, les rapports humains se désagrègent dans le mensonge, la calomnie, la corruption… jusqu’à la violence. Le monde dans lequel nous évoluons tombe souvent dans le piège de la consommation, du gain, de la productivité, au mépris des aspirations profondes de l’être humain.

   En matière d’exercice de la parole et de développement humain, les personnages politiques – mais aussi tout responsable de communautés tels les pasteurs – portent une grande responsabilité. Le peuple que nous servons nous regarde et attend de nous une hauteur de vue et d’esprit. Au-delà des oppositions d’opinions, il nous revient d’appliquer une parole d’échange, de médiation, de concertation.

   En cela, le Christ est un modèle dans la mesure où il savait créer autour de lui un espace de vie et de liberté où chacun se sentait accueilli et entendu. Jésus-Christ avait une claire conscience de la dignité de toute personne. Il savait reconnaître et écouter les désirs profonds de ceux qu’il rencontrait sur sa route.

   En demandant le baptême de Jean le baptiste, Jésus manifestait par là sa volonté de porter les espérances de toute l’humanité. Il s’est identifié aux pécheurs et aux exclus tout en leur communiquant une parole de salut, de libération, de guérison. Puisse donc l’Esprit Saint nous aider à mener à bien la mission qui est la nôtre pour que notre parole soit vraie et féconde pour le bien de tous.

+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU