Pko 22.01.2016

Eglise cath papeete 1Bulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°05/2016

Vendredi 22 janvier 2016 – Prière pour l’Unité des chrétiens – Année C

Humeurs

Prière pour l’Unité des chrétiens

Seigneur Jésus,

qui, à la veille de mourir pour nous,

as prié pour que tous tes disciples

soient parfaitement un,

comme Toi en Ton Père et Ton Père en Toi.

Fais-nous ressentir douloureusement

l’infidélité de notre désunion.

Donne-nous la loyauté de reconnaître

et le courage de rejeter,

ce qui se cache en nous d’indifférence,

de méfiance et même d’hostilités mutuelles.

Accorde-nous de nous rencontrer tous en Toi,

afin que, de nos âmes et de nos lèvres,

monte incessamment ta prière

pour l’unité des chrétiens,

telle que Tu la veux,

par les moyens que Tu veux.

En Toi, qui est la Charité parfaite,

fais-nous trouver la Voie

qui conduit à l’unité

dans l’obéissance à ton amour

et à ta vérité.

Amen !

 

Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur (1P 2,9)

Introduction au thème de l’année 2016

Historique

Le plus ancien baptistère de Lettonie remonte à saint Meinhard, le grand évangélisateur du pays. Il se trouvait à l’origine dans sa cathédrale, à Ikskile, et se situe maintenant en plein cœur de la cathédrale luthérienne de Riga, la capitale du pays. L’emplacement du baptistère, tout près de la belle chaire sculptée de la cathédrale, parle éloquemment du lien entre baptême et prédication, ainsi que de l’appel à proclamer les hauts faits du Seigneur, adressé à tous les baptisés. Cet appel constitue le thème de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne de 2016. C’est en s’inspirant de deux versets de la Première Lettre de saint Pierre que des membres de diverses Églises lettones ont préparé les éléments proposés pour cette semaine.

Des témoignages archéologiques permettent de penser que le christianisme fut introduit en Lettonie au cours du Xe siècle, par des missionnaires byzantins. La majorité des récits fait toutefois remonter le christianisme letton aux XIIe-XIIIe siècles, et à la mission évangélisatrice de saint Meinhard et de missionnaires allemands ultérieurs. La capitale, Riga, a été l’une des premières cités à adopter les idées de Luther, au XVIe siècle ; et au XVIIIe siècle, des missionnaires moraves (les Frères de Herrnhut) ont ranimé et approfondi la foi chrétienne dans l’ensemble du pays. Leurs descendants devaient jouer un rôle capital en posant les fondations de l’indépendance nationale, en 1918.

Le passé, où ont alterné des périodes de conflits et de souffrances, a eu des conséquences considérables sur la vie de l’Église lettone actuelle. Il faut malheureusement reconnaître qu’en usant de la force, certains des premiers missionnaires et croisés ont contredit le cœur du message évangélique. Au cours des siècles, la terre lettone a servi de champ de bataille religieux et politique à diverses puissances nationales et confessionnelles. Les changements de majorités politiques survenus en diverses régions du pays se sont aussi traduits fréquemment par des modifications d’appartenance confessionnelle. La Lettonie est placée aujourd’hui à un carrefour de régions catholiques romaines, protestantes et orthodoxes. Du fait de cette situation unique, elle abrite des chrétiens de traditions multiples, sans qu’il n’y en ait aucune qui soit dominante.

La première existence de la Lettonie comme État remonte à la période comprise entre 1918 et 1940, c’est-à-dire aux lendemains de la Première Guerre mondiale et de la chute des empires russe et allemand. La Deuxième Guerre mondiale et les décennies qui l’ont suivie, avec leurs idéologies totalitaires et antichrétiennes – nazisme et communisme athées – ont amené le ravage de la terre et de la population lettones jusqu’à ce que l’Union Soviétique s’effondre, en 1991. Pendant ces années, les chrétiens ont témoigné de l’Évangile ensemble – et cela, jusqu’au martyre. En Lettonie, le Musée Mgr Sloskans rappelle ce témoignage commun, avec une liste de tous les martyrs, orthodoxes, luthériens, baptistes et catholiques. Les chrétiens ont découvert leur participation au sacerdoce royal dont parle saint Pierre, en supportant la torture et l’exil et en mourant à cause de leur foi en Christ. Ce lien dans la souffrance a créé une communion profonde entre les chrétiens de Lettonie. Il leur a permis de découvrir leur sacerdoce baptismal, ce qui les a rendus capables d’offrir leurs souffrances en les unissant à celles de Jésus, pour le bien des autres.

L’expérience du chant et de la prière en commun – notamment de l’hymne nationale Que Dieu bénisse la Lettonie – a été fondamentale pour le retour de ce pays à l’indépendance, en 1991. On priait avec ferveur pour la liberté en beaucoup d’églises de la ville. Des citoyens désarmés, unis dans le chant et la prière, ont élevé des barricades dans les rues de Riga et se sont tenus côte à côte pour défier les chars soviétiques.

 

Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur (1P 2,9)

Introduction au thème de l’année 2016

Les ténèbres du totalitarisme du XXe siècle ont néanmoins éloigné bien des gens de la vérité sur Dieu le Père, sa révélation en Jésus Christ et la puissance de vie accordée par l’Esprit Saint. La période post-soviétique a heureusement été aussi celle d’un renouveau des Églises. Beaucoup de chrétiens se rassemblent pour prier en petits groupes et lors de célébrations œcuméniques. Bien conscients que la lumière et la grâce du Christ n’habitent et ne transforment pas encore tout le peuple letton, ils veulent travailler et prier ensemble afin que la société lettone guérisse des blessures historiques, ethniques et idéologiques qui continuent de la déformer.

L’appel à être Peuple de Dieu

Saint Pierre déclare aux premiers chrétiens que, lorsqu’ils étaient en recherche de sens, avant de rencontrer l’Évangile, ils n’étaient pas un peuple. Mais en accueillant l’appel à être pour Dieu une race choisie et à recevoir sa puissance de salut en Jésus Christ, ils sont devenus le peuple de Dieu. Cette réalité s’exprime dans le baptême qui est commun à tous les chrétiens, et par lequel nous renaissons de l’eau et de l’Esprit Saint (cf. Jean 3,5). Dans le baptême, nous mourons au péché pour ressusciter avec le Christ dans une vie nouvelle, celle de la grâce de Dieu. C’est un défi permanent que de garder conscience, jour après jour, de cette identité nouvelle dans le Christ.

L’écoute des hauts faits de Dieu

Le baptême ouvre sur l’aventure d’un nouvel itinéraire de foi où tout nouveau chrétien prend place dans le peuple de Dieu à travers les âges. La Parole de Dieu – c’est-à-dire les Écritures à partir desquelles les chrétiens de toutes traditions prient, étudient et réfléchissent – instaure entre eux une communion réelle, quoiqu’encore incomplète. Dans les textes sacrés de la Bible que nous partageons, nous apprenons comment Dieu a agi pour sauver les hommes au cours de l’histoire du salut : en tirant son peuple de l’esclavage d’Égypte, et à travers ce qui constitue le plus grand de ses hauts faits : la résurrection de Jésus d’entre les morts, qui nous fait tous entrer dans une vie nouvelle. La lecture priante de la Bible invite en outre les chrétiens à reconnaître les hauts faits de Dieu dans leur propre vie.

Réponse et Proclamation

Dieu ne nous a pas choisis par privilège. Il nous a rendus saints, sans que cela veuille dire que les chrétiens sont meilleurs que les autres. Il nous a choisis dans un but précis. Nous ne sommes saints que si nous nous engageons à servir Dieu, et le servir c’est toujours transmettre son amour à toute l’humanité. Être un peuple sacerdotal, c’est être au service du monde. Les chrétiens vivent cet appel baptismal et témoignent des hauts faits de Dieu par une grande diversité de moyens :

La guérison des blessures : des guerres, conflits et violences de toutes sortes ont blessé la vie affective et relationnelle du peuple letton et de beaucoup d’autres. La grâce de Dieu nous aide à implorer le pardon pour les obstacles que nous mettons à la réconciliation et à la guérison, à accueillir la miséricorde et à grandir en sainteté.

La recherche de la vérité et de l’unité : la conscience de notre identité commune dans le Christ nous invite à travailler pour apporter une réponse aux questions qui nous divisent encore entre chrétiens. Nous sommes appelés, comme les disciples sur la route d’Emmaüs, à partager nos expériences et ainsi à découvrir que, dans notre pèlerinage commun, Jésus Christ est au milieu de nous.

Un engagement résolu en faveur de la dignité humaine : les chrétiens, qui sont passés des ténèbres à la merveilleuse lumière du Royaume, reconnaissent la dignité singulière de toute vie humaine. En agissant ensemble, au plan social et caritatif, nous tendons la main aux pauvres, aux nécessiteux, aux drogués et aux personnes marginalisées.

Introduction aux autres textes

La célébration œcuménique emprunte des symboles bibliques – la bougie allumée et le sel – pour exprimer visuellement les hauts faits que nous sommes appelés à annoncer au monde, comme chrétiens baptisés. Ces deux images évangéliques, Jésus les utilise dans le Sermon sur la Montagne : le sel et la lumière (cf. Mt 5,13-16). Elles expriment notre identité de chrétiens : Vous êtes le sel… Vous êtes la lumière…, et décrivent notre mission : sel de la terre… lumière du monde…

Le sel et la lumière sont des images de ce que les chrétiens doivent donner aux hommes et femmes de notre temps : nous recevons une parole de Dieu qui donne du goût à la vie, cette vie qui, si souvent, peut sembler terne et vide ; et nous nous servons d’une parole de grâce qui guide les gens, les aide à se situer et leur permet de comprendre ce qu’ils sont et ce qu’est le monde dans lequel ils vivent.

Il a été demandé à des représentants de différentes initiatives de collaborations œcuméniques en Lettonie de réfléchir au thème choisi et à leur expérience particulière. Leurs réflexions sont à la base de ce qui est proposé pour les huit jours de l’Octave.

 

CÉLÉBRATION ŒCUMÉNIQUE

 

Introduction à la liturgie

Le groupe rédacteur letton suggère que des représentants de différentes Églises entrent en portant une Bible, une bougie allumée (qui peut être le cierge pascal) et une vasque de sel. Il propose également que chacun de ces symboles soit fourni par une communauté distincte. La Bible serait à placer sur le pupitre des lectures, le sel et la bougie pouvant être déposés soit près du pupitre comme symboles de la Parole de Dieu, soit près du baptistère, en signes de notre appel baptismal.

Une corbeille de petites bougies pourrait aussi être disposée dans le sanctuaire pour qu’après la prédication, des membres de l’assemblée puissent allumer des bougies individuelles à la flamme apportée en début de célébration.

Bien qu’aucune hymne particulière ne soit indiquée, le groupe préparatoire letton suggère des cantiques trinitaires. Il propose aussi que les répons Kyrie Eleison et Christe Eleison soient chantés. Au cours de la liturgie de la Parole, un bref répons de l’assemblée est prévu dans le texte. L’introduction aux lectures reprend l’expression "explosion d’amour", empruntée au fondateur du mouvement Pro Sanctitate, Guglielmo Giaquinta. Ce mouvement est vivant en Lettonie et certains de ses membres ont contribué à préparer cette célébration.

Après la célébration :

Le pain, surtout le pain noir, est un symbole letton d’hospitalité. Lorsque de nouveaux habitants emménagent dans une maison, il est d’usage qu’en signe de bénédiction, des amis leur présentent une miche de pain sur laquelle on a répandu du sel en forme de croix. Le groupe letton préparatoire invite les chrétiens du monde à imiter ce geste d’hospitalité lors du moment fraternel qu’ils partageront, après la célébration.

Déroulement de la célébration

Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur

(cf. 1 P 2,9)

C : Célébrant
A : Assemblée
L : Lecteur

I. Rassemblement

Chant d’entrée

Les célébrants font leur entrée. Ils peuvent apporter une Bible, une bougie allumée et du sel.

Chant d’entrée

Mot d’accueil

C :  Chers amis dans le Christ, en nous rassemblant pour cette célébration de l’unité, nous rendons grâce à Dieu pour notre dignité et notre vocation chrétiennes que saint Pierre décrit ainsi : « Vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du roi, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière. » Nous prions cette année avec les chrétiens de Lettonie qui ont préparé cette célébration, en espérant grandir en communion avec notre Seigneur Jésus Christ et avec tous nos frères et sœurs qui aspirent à l’unité (cf. 1 P 2,9).

 

II. Prières pour demander l’Esprit Saint

C :  Esprit Saint, toi le don du Père en son Fils Jésus-Christ, demeure en nous, ouvre nos cœurs et rends-nous attentifs à ta voix.

A :  Esprit Saint, viens en nous.

C :  Esprit Saint, Divin Amour, source d’unité et de sainteté, montre-nous l’amour du Père.

A :  Esprit Saint, viens en nous.

C :  Esprit Saint, Feu de l’amour, purifie-nous en faisant disparaître toute division de nos cœurs, de nos communautés et du monde, pour que nous soyons un au nom de Jésus.

A :  Esprit Saint, viens en nous.

C :  Esprit Saint, fortifie notre foi en Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Lui qui a porté nos péchés de divisions jusqu’à la Croix et nous a conduits à la communion par sa Résurrection.

A :  Esprit Saint, viens en nous.

C :  Père, Fils et Esprit Saint, demeure en nous pour nous transformer en communion d’amour et de sainteté. Que nous soyons un en toi, qui vis et règnes pour les siècles des siècles.

A :  Amen.

Chant de louange

III. Prières de Réconciliation

C :  Dieu nous invite à la réconciliation et à la sainteté. Que nos esprits, nos cœurs et nos corps se préparent à accueillir la grâce de la réconciliation sur leur route vers la sainteté.

Silence

C :  Seigneur, tu nous as créés à ton image. Quand nous manquons de respect envers notre propre nature et le monde que tu nous as donné, pardonne-nous. Kyrie eleison.

A :  Kyrie eleison.

C :  Seigneur, tu nous invites à être parfaits comme notre Père céleste est parfait. Quand nous manquons à la sainteté, cessons d’être un peuple intègre et ne respectons plus les droits des êtres humains et leur dignité, pardonne-nous. Christe eleison.

A :  Christe eleison.

C :  Seigneur de la vie, de la paix et de la justice, lorsque nous transmettons une culture de mort, de guerre et d’injustice, et cessons de bâtir la civilisation de l’amour, pardonne-nous. Kyrie eleison.

A :  Kyrie eleison.

C :  Dieu de miséricorde, daigne-nous emplir de ta grâce et de ta sainteté. Fais de nous des apôtres de l’amour, partout où nous sommes. Nous te le demandons par le Christ, notre Seigneur.

A :  Amen.

 

IV. Proclamation de la Parole de Dieu

L :  La Parole de Dieu que nous allons entendre est une explosion d’amour en nos vies. Écoutez et vous vivrez.

A :  Nous rendons grâce à Dieu.

Lecture du livre d’Isaïe (55,1-3)

01 Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer. 02 Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses, vous vous régalerez de viandes savoureuses ! 03 Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle : ce sont les bienfaits garantis à David.

L :  Écoutez et vous vivrez.

A :  Nous rendons grâce à Dieu.

 

Psaumes 145 ,8-9.15-16.17-18

L :  Je bénirai ton nom à jamais

A :  Je bénirai ton nom à jamais.

L :  Le Seigneur est bienveillant et miséricordieux,

lent à la colère et d’une grande fidélité.

Le Seigneur est bon pour tous,

plein de tendresse pour toutes ses œuvres.

A :  Je bénirai ton nom à jamais.

L :  Les yeux sur toi, ils espèrent tous,

et tu leur donnes la nourriture en temps voulu ;

tu ouvres ta main
et tu rassasies

tous les vivants que tu aimes.

A :  Je bénirai ton nom à jamais.

L :  Le Seigneur est juste en toutes ses voies,

fidèle en tous ses actes.

Le Seigneur est proche de tous ceux qui l’invoquent,

de tous ceux qui l’invoquent vraiment.

A :  Je bénirai ton nom à jamais.

 

Lecture de la première lettre de Pierre, apôtre (2,9-10)

09 Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. 10 Autrefois vous n’étiez pas un peuple, mais maintenant vous êtes le peuple de Dieu ; vous n’aviez pas obtenu miséricorde, mais maintenant vous avez obtenu miséricorde.

L :  Écoutez et vous vivrez.

A :  Nous rendons grâce à Dieu.

Alléluia

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (5,1-16)

01 Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. 02 Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : 03 « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. 04 Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. 05 Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. 06 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. 07 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. 08 Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. 09 Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. 10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. 11 Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. 12 Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. 13 « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. 14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. 15 Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. 16 De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux.

L :  Écoutez et vous vivrez.

A :  Nous rendons grâce à Dieu.

Alléluia

 

Prédication

V. Geste d’engagement pour être sel et lumière

Le célébrant fait maintenant cette invitation à l’assemblée :

C :  Nous avons écouté les Écritures que nous honorons et qui sont notre richesse, et nous avons été nourris ensemble à la même table de la Parole. Nous emporterons avec nous cette sainte Parole dans le monde car la même mission nous unit : celle d’être sel de la terre, lumière du monde, celle de proclamer les hauts faits du Seigneur.

En signe de cette mission que nous partageons, nous invitons ceux qui le souhaitent à s’avancer, à venir goûter une pincée de ce sel et à allumer une petite bougie à cette unique flamme. Nous invitons ceux qui poseront ce geste à garder la flamme allumée jusqu’à la fin de la célébration.

Musique d’accompagnement

 

VI. Prières d’espérance

C :  En enfants de Dieu, conscients de notre dignité et de notre mission, faisons monter nos prières et affirmons notre désir d’être pour Dieu un peuple saint.

Silence

C :  Père très aimant, transforme nos cœurs, nos familles, nos communautés et notre société.

A :  Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C :  Source de vie, apaise la soif dont souffre notre société : soif de dignité, d’amour, de communion et de sainteté.

A :  Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C :  Esprit Saint, Esprit de joie et de paix, guéris les divisions qu’engendre en nous un mauvais usage du pouvoir et de l’argent, et réconcilie-nous dans nos diversités de cultures et de langages. Comme enfants de Dieu, fais notre unité.

A :  Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C :  Trinité d’amour, fais-nous passer des ténèbres à ta merveilleuse lumière.

A :  Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C :  Seigneur Jésus Christ, par le baptême, nous sommes devenus un avec toi. Nous unissons donc notre prière à la tienne en reprenant les paroles que tu nous as toi-même enseignées…

A :  Notre Père…

 

VII. Partage de la Paix

C :  Jésus dit :
Vous êtes le sel de la terre.
Vous êtes la lumière du monde.
Que votre lumière brille devant les autres,
afin qu’en voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.
Soyez le sel de la terre.

Soyez la lumière du monde.

Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous.

A :  Et avec votre esprit.

C :  Échangeons un signe de paix.

Chant de paix

 

VIII. Bénédiction et envoi

C :  Bénis soient les pauvres de cœur.
Bénis soient ceux qui pleurent.
Bénis soient les doux.
Bénis soient les miséricordieux.
Bénis soient les cœurs purs.
Bénis soient ceux qui font œuvre de paix.
Bénis soient les persécutés.
Bénis soyez-vous par Dieu, Père, Fils et Esprit Saint.

A :  Amen.

C :  Allez dans la paix du Christ.

A :  Amen.

Chant final