EXHORTATION APOSTOLIQUE "Evangelii Gaudium"

Exh

« La joie de l’Evangile »

Dimanche dernier, 24 novembre, lors de la célébration du Christ Roi et de la conclusion de l’Année de la foi, le pape François a symboliquement remis le texte de sa première exhortation, « l’Evangile de la joie », à des représentants de toute l’Eglise. Mais le texte a été officiellement publié le 26 novembre et mis en ligne sur le site du Vatican (www.vatican.va).

 Si le Saint Père puise  la substance de son texte dans les Actes du synode sur l'Evangélisation, il marque cette première Exhortation de son style très personnel que l'on peut qualifier de "décapant". Dans l'introduction, S.S. François donne les clefs de lecture du document, son style à la fois facile et captivant entraîne le lecteur (catholique ou non) dans une succession de questionnements appelant des changements de comportements.

 Il ne s’agit pas d’un document pour faire plaisir ou pour mettre à l’honneur l’Eglise ou les catholiques. D’emblée le pape François propose un changement de vie, pas demain, aujourd’hui ! « J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un puisse penser que cette invitation n’est pas pour lui. »

Comme l’ont déjà dit certains commentateurs, par ce document le pape effectue « un véritable déminage » pour préparer le terrain et pouvoir entrer dans la dynamique de la joie de l’Evangile et « la douce et réconfortante joie d’évangéliser ». Cela implique des prises de position claires, comme par exemple : « non à une économie de l’exclusion », « non à la nouvelle idolâtrie de l’argent », « non à l’argent qui gouverne au lieu de servir », « non à la disparité sociale qui engendre la violence », « oui au défi d’une spiritualité missionnaire », « oui aux relations nouvelles engendrées par Jésus-Christ », « non au pessimisme stérile », « non à la guerre entre nous (chrétiens) » … 

Suivent de multiples indications et conseils pour une meilleure « Annonce de l’Evangile » et une prise en compte de « la dimension sociale de l’évangélisation ». Selon le pape François l’évangélisation n’est pas l’unique affaire d’acteurs qualifiés qui auraient reçu une formation ou une mission spéciale… Pour le pape, si le chrétien « a vraiment fait l’expérience de l’amour de Dieu qui le sauve, il n’a pas besoin de beaucoup de temps de préparation pour aller l’annoncer,(… )Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ »,( ...) que personne ne renonce à son engagement pour l’évangélisation … ». Le chrétien est « marqué au feu par la mission [d'évangéliser] afin d’éclairer, de bénir, de vivifier, de soulager, de guérir, de libérer », c'est "le feu de l’Esprit".

On ne pouvait imaginer plus belle perspective après la clôture de l’année de la Foi.

Dominique Soupé

  (pour accéder au texte intégral de l'Exhortation apostolique :

 

http://www.vatican.va/holy_father/francesco/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20131124_evangelii-gaudium_fr.html)